Les ouvriers et la photographie

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 2 de la revue en ligne Images du travail Travail des images consacré aux ouvriers et la photographie de 1945 à nos jours. Publication à laquelle j’ai participé avec un article sur l’emprise du bleu de travail dans l’univers des lycées professionnels.

Une masse invisible

G. Reiske, Portrait de famille, date ?

(Note provisoire)

Lorsque je me suis mis en quête d’études sur le portrait au XIXe siècle, j’ai été surpris d’en trouver si peu. Tous les historiens s’accordent néanmoins pour affirmer que ce siècle fut celui du portrait. Le nombre des effigies peintes ou sculptées y atteignit des sommets, en lien avec l’affirmation d’une clientèle bourgeoise avide de cette forme symbolique de reconnaissance sociale. Divers indicateurs se révèlent pertinents pour mesurer ce phénomène : le grand nombre d’ateliers de portraitistes dans les principales capitales européennes ; la part croissante des portraits présentés lors des Salons successifs (jusqu’à 30 % certaines années) ; la fortune acquise par les peintres de portrait les plus renommés. Lire la suite

Qui regarde qui ?

J’inaugure avec ce billet une série sur l’histoire sociale du portrait dont j’espère tirer prochainement un livre. Je m’intéresse au portrait depuis longtemps, particulièrement au portrait photographique. C’est en explorant son histoire et sa diversité formelle que j’ai réalisé la nécessité de remonter plus avant dans l’histoire du genre pictural du portrait auquel les photographes empruntent, consciemment ou non, de multiples procédés esthétiques, sans compter la relation inévitable avec leurs modèles. Je me suis donc plongé dans les études des historiens d’art qui, le plus souvent, ne valorisent le portrait qu’à certaines conditions. Car ce produit de commande, qui se conçoit au contact entre l’art et la société, qui met aux prises des commanditaires et des artistes aux attentes souvent divergentes, n’apparaît pas toujours suffisamment « artistique » aux yeux des spécialistes. C’est précisément cette ambivalence, source d’une légitimité incertaine, qui m’intéresse en tant que sociologue.

°°°

Enluminé dans les années 1470-1480, le Livre d’heures de Marie de Bourgogne comporte en particulier deux miniatures assimilables à des portraits qui ne laissent pas d’interroger les historiens d’art. Lire la suite

Aux sources de la publicité

Les Archives départementales de Loire Atlantique présentent actuellement une exposition consacrée à l’essor de la publicité à partir des années 1870. Concentrée sur les différentes figures allégoriques ou symboliques qui apparaissent dans les « réclames », cette exposition puise à des sources peu connues comme les registres de dépôt des marques de fabrique, conservés au sein des fonds des tribunaux de commerce ; un fonds de papiers à en-tête, extrait des correspondances et factures des entreprises ; divers fonds privés, dont le plus remarquable est celui de la biscuiterie Lefèvre-Utile (LU).

Riche de très nombreux documents iconographiques, cette exposition retrace les débuts de la publicité dans une aire géographique donnée, celle de Nantes et de sa région, bassin industriel important au tournant du XXe siècle.

Sur ce thème, lire également :
L’intrusion des images dans la vie quotidienne ;
Image et publicité.

Quand la photographie fait société(s)

J’aurai le plaisir de participer à cette journée d’étude organisée jeudi 14 janvier par Dominique de Font-Réaulx et Michel Poivert autour des recherches de leurs étudiants du Master en histoire de l’art-histoire de la photographie de l’Ecole du Louvre, ainsi que la charge redoutable d’en proposer la conclusion.

Ecole du Louvre
Palais du Louvre, Porte Jaujard
(entrée par le jardin du Carrousel)

14 janvier 2016 10 h-17 h
Amphithêatre Michel-Ange

Travail gratuit

Le Monde-31-12-2015Le quotidien Le Monde vient de consacrer un article à l’essor du travail gratuit qui, à travers les stages, les commandes non rémunérées, les « expériences professionnelles » vantées comme des « compléments de formation » ou des gages de « visibilité », affecte particulièrement les professions indépendantes dans le secteur des activités culturelles. Lire la suite

La ressemblance dans l’art du portrait

Sous le titre « La ressemblance dans l’art du portrait, condition impérative ou contrainte à dépasser ? », je présenterai une conférence

le lundi 4 janvier 2016 à 14 h 30,
dans l’amphi Kernéis
1 rue Bias, à Nantes
.

En voici l’argument :
Art social par excellence, le portrait a toujours eu pour fonction de restituer les traits de l’individu qui le commandait. La ressemblance fait donc partie du cahier des charges de ce genre pictural. Pour autant, entre les commanditaires qui souhaitaient être représentés sous leur meilleur jour et les peintres qui ambitionnaient de faire valoir leur excellence artistique, la ressemblance a toujours été relative, cédant souvent le pas à l’idéalisation. Comment le portrait pouvait-il être à la fois ressemblant et sublime ?

Enregistrement sonore de cette conférence.

La photographie : un chemin d’accès au monde ?

BnF1- juin 2008Le 3 décembre prochain aura lieu à la BnF une journée sur ce thème, confrontant les approches de divers praticiens et spécialistes.

J’y participerai à une table-ronde autour de la question : « Faire face aux images : comment documenter le monde ? »

Jeudi 3 décembre 2015
9 h – 17 h 45
BnF – Petit auditorium, Hall Est
Quai François Mauriac 7504 Paris

L’anonymat par précaution

Gendarmes.Presse Océan-24-09-2015Deux photos trouvées ces jours derniers dans Presse Océan, quotidien régional de l’Ouest, ont attiré mon attention sur la façon dont certains journaux traitaient aujourd’hui la publication des photographies de policiers ou de gendarmes dans l’exercice de leur fonction sur la place publique.

Lire la suite

Basculer dans le numérique : présentation à Vevey

Presentoir Vevey 2015Le 5 mai prochain, j’aurai le plaisir de présenter mon dernier livre à Vevey, à l’invitation du Musée suisse de l’appareil photographique. Cette présentation aura lieu à partir de 18 h.

Musée suisse de l’appareil photographique
Grande Place
1800 Vevey/Suisse

 

En complément, deux vues de l’étage consacré au numérique dans les collections permanentes du Musée suisse de l’appareil photographique, qui font apparaître l’importance primordiale acquise par l’informatique dès les débuts du numérique en photographie :

Vue expo numerique Vevey 2015-1Vue expo numerique Vevey 2015-2

L’historien en cinéaste

Dans une récente interview, l’historien Patrick Boucheron évoque comment il aborde l’écriture de l’histoire :

« Écrire l’histoire, ce n’est pas faire des phrases. Mieux vaut user de la métaphore cinématographique, et parler de l’écriture de l’histoire comme de l’écriture filmique, Lire la suite

Séminaire « Pour une anthropologie visuelle pluridisplinaire et multimédia »

A l’invitation de Jean-Paul Colleyn, je viendrai présenter jeudi prochain, 12 mars, de 13 h à 15 h, mes deux derniers livres :
Précis de photographie à l’usage des sociologues (co-écrit avec Michaël Meyer) et Basculer dans le numérique. Les mutations du métier de photographe.

Le séminaire a lieu à EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 8.

Facettes multiples

Que signifie un portrait les yeux fermés ? Comme celui d’Abd Al Malik qui vient de faire la couverture du magazine Télérama ?

C’est a priori antinomique du portrait. Non pas que le modèle doive forcément regarder le peintre ou l’objectif photographique. La plupart des portraits de la peinture le représentent plutôt de trois-quarts avec un regard qui vise un point indéfini, hors du tableau. Mais qu’il ferme les yeux, voilà qui n’est guère prévu, hormis dans le genre du portrait mortuaire qui eut son heure de gloire à la fin du XIXe siècle. Les photographes éliminent les instantanés qui ont fixé le modèle au moment où il était en train de ciller, c’est-à-dire avec les yeux involontairement clos. Mais de là à le photographier délibérément les yeux fermés ?

Lire la suite