L’Histoire par la vidéo ?

Le magazine Historia consacre un numéro hors-série à la dernière déclinaison du jeu vidéo Assassin’s Creed : Unity, dont l’action se situe à Paris lors de la Révolution française à Paris. Nombre de commentaires ont salué la vérité historique de la reconstitution effectuée par les développeurs de ce jeu. L’un d’eux, français, est même issu d’une famille aristocratique dont l’ancêtre aurait été guillotiné. Le reportage du journal télévisé qui l’interviewait semblait faire de cette ascendance une garantie indéniable pour la vérité historique du jeu. D’ailleurs, celui-ci fait désormais l’objet d’articles qui s’emploient à débusquer les erreurs ou invraisemblances.

La revue Historia s’en empare donc à son tour, comme si le sujet était incontournable. Elle s’inscrirait ainsi dans l’héritage de son lointain fondateur, Jules Tallendier, qui se donnait comme objectifs en lançant ce magazine en 1909 la « vulgarisation constante de l’Histoire et [la] mise en perspective de l’Histoire ancienne au regard de l’Histoire immédiate ».

Les jeux vidéos seraient-ils devenus de l’Histoire immédiate ? Ouvriraient-ils des passerelles vers la curiosité historique ? Pousseraient-ils les joueurs à devenir des rats de bibliothèques ? Il s’agit plus probablement d’une stratégie éditoriale profitable puisque Historia s’était déjà associé avec Ubisoft à l’occasion de la sortie d’Assassin’s Creed IV Black Flag pour publier un hors-série sur la piraterie.


5 réflexions au sujet de « L’Histoire par la vidéo ? »

  1. Ping : Grottes virtuelles et médiations numériques, un emboîtement d'appropriations | L'âge du Virtuel

    • Patrick ? Sylvain plutôt.
      Merci en tout cas pour les autres aperçus que vous donnez de ce phénomène dont je n’ai aperçu qu’une infime partie, n’étant aucunement spécialiste de l’histoire et de son iconographie actuelle.

      • Désolée pour le bug de prénom ! L’expérience de la visite guidée avec un historien dans le Paris d’Assassin’s Creed est vraiment révélatrice, il me semble, de la confusion entre ces restitutions qui servent avant tout de décors à une expérience ludique et les restitutions validées par une cohorte de chercheurs et que l’on peut trouver dans des musées ou des sites patrimoniaux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *