Vos prochains souvenirs


Un voyagiste illustre sa nouvelle publicité avec des clichés qui se donnent à voir pour des photos de vacances. Classique. Les vacances étant devenu un temps fort de la pratique amateur de la photographie, les publicitaires se sont emparés de ce raccourci visuel qui assimile vacances et photographie.

Seul détail troublant dans la publicité de Carlson Wagonlit Voyages : les trois photos restituent le format du polaroïd qui permettait d’écrire une légende directement sous le cliché. Mais il est vrai que des logiciels de traitement d’images ou des imprimantes permettent aujourd’hui de retrouver ce format et peut-être, au delà, la sensation d’être devant une photo absolument instantanée puisque révélée immédiatement après la prise de vue.

Le principal intérêt de cette publicité réside dans son slogan : « Imaginez vos prochains souvenirs ! »

« Imaginez« , tout d’abord, signifie ici littéralement : « Mettez en images ». Ou encore : « Pré-voyez », au sens propre de : « Voyez dès maintenant à quoi ressembleront vos vacances ». Avec la débauche actuelle de catalogues et de guides de voyages, il devient difficile en effet de partir quelque part sans en avoir déjà vu des images. A tel point qu’on peut se demander si le travail du touriste moderne ne consiste pas à vérifier sur place la conformité des images proposées par ses sources d’informations ou, mieux encore, de vérifier que les lieux visités sont bien à l’image de ce qu’il en a pré-vu. D’ailleurs, certains guides fournissent des indications précises sur l’endroit où se mettre pour réussir la photo « immanquable » de tel ou tel site touristique. Le voyageur doit donc pouvoir vérifier que c’est bien conforme à l’image et réussir à la faire soi-même.

Imaginez donc, mais quoi ? « Vos prochains souvenirs« . Ainsi, avant même d’être partis, avant même d’avoir vécu le moindre instant de vos vacances, vous saurez quoi en retenir. Vous verrez déjà vos souvenirs en images. Nous avons tous vécu cette scène : la famille ou des amis sont venus pour un repas de fête ; au moment de passer à table, après un apéritif qui a chauffé l’ambiance, quelqu’un lance : « Attendez, on va faire une photo ! » Certains rouspètent (ils ont faim), rechignent à se mettre en place là où il faut pour entrer dans le cadre de l’image, continuent à discuter entre eux au lieu de sourire à l’objectif. Bref, la mise en place du cliché commémoratif ne se fait pas sans mal. Si bien que le (ou plutôt la) photographe (car c’est souvent la maîtresse de maison) tance les agités en leur lançant une formule du genre : « Vous serez bien contents d’avoir des souvenirs. » Imparable. Tout le monde se calme l’instant de la prise de vue. Ouf, on a échappé à l’oubli !

Cette publicité va plus loin en programmant nos souvenirs, en nous offrant de les visualiser avant même de les vivre. A la limite, on pourrait se dispenser de partir et payer le voyagiste uniquement pour nous avoir fait voir à quoi ressembleront nos vacances. Dans la foulée, il pourrait même nous proposer plusieurs formules d’albums photos qui nous tiendraient lieu de souvenirs. L’image finirait par se suffire à elle-même.


8 réflexions sur « Vos prochains souvenirs »

  1. Ping : Vos prochains souvenirs | La vie sociale des images | imprimante appareil photo

  2. Ping : La lumière d’en-haut | La vie sociale des images

  3. Parfaitement d’accord sur les moments de flottements…. l’ennui est une très bonne raison de faire des images en vacances.

    Et parfois un excellent biais pour en faire de bonnes. Mais c’est déjà une autre histoire.

  4. @ cvaufrey : « Regarder à travers l’écran de l’appareil photo » contribue à se donner une contenance, une raison d’être, une occupation aussi, dans des moments d’oisiveté, d’insolite ou de dépaysement qui ne sont pas toujours commodes à affronter. Je suppose que beaucoup de touristes ou de vacanciers (principalement des hommes) ne se sentent pas forcément à leur aise dans les lieux ou les situations qu’ils découvrent, ou bien s’ennuient. Photographier remplit ces moments de flottement.

  5. Le temps des vacances et le temps de la photo souvenir ont tendance à se confondre. j’ai observé maintes fois (et moi aussi cédé parfois à ce travers) des personnes qui ne regardent ce qu’ils visitent qu’au travers de leur écran d’appareil. Ecrasement du temps : on vit le présent comme s’il appartenait déjà au passé, à travers la photo… la pub « imaginez vos prochains souvenirs » me semble très représentative de cette tendance.

  6. Ping : Tweets that mention Vos prochains souvenirs | La vie sociale des images -- Topsy.com

  7. PS :

    Tout ça pour dire que les deux annonces ne véhiculent pas le même imaginaire.

    ———–

    à noter, question mise en scène, la dualité ou le rapport entre numérique/famille argentique/mode.

    VVF installe la famille dans le paysage, et c’est Monsieur qui cadre le tout. On est rassuré.. tout va bien. Et est en numérique, déjà en 2005 (csp+ ?).

    A Bilbao, ville de culture et vitrine de l’Espagne, la donne est inverse.

    Est-ce bien un homme qui tient l’appareil ? Sa montre pourrait dire le contraire, peut-être aussi le revers des manches ainsi retournés… mais ses rides aux joues tendraient à le confirmer. on peut donc douter. La gestualité de la scène -la visée à l’oeil – renvoie à une imagerie plus hédoniste et plus proche du monde de la mode que du tourisme familial.

    Mais peut-être aussi ne va t’on plus au Gugenheim comme on le faisait des forteresses et autres château en Espagne. le viste t’on seulement ? Sans doute y va t’on surtout pour se montrer et pouvoir dire (plus que raconter) : I do it, next one now.. ! Et tout ceci, avant même d’être rentré au pays, via facebook.

    (au prochain épisode, donc)

  8. à noter, question mise en scène, la dualité ou le rapport entre numérique/famille argentique/mode.

    La gestualité de la scène -la visée à l’oeil – renvoie à une imagerie plus hédoniste et plus proche du monde de la mode que du tourisme familial.

    VVF installe la famille dans le paysage, et c’est Monsieur qui cadre le tout. On est rassuré.. tout va bien. Et est en numérique, déjà en 2005 (csp+ ?).

    A Bilbao, ville de culture et vitrine de l’Espagne, la donne est inverse.

    Est-ce bien un homme qui tient l’appareil ? Sa montre pourrait dire le contraire, peut-être aussi le revers des manches ainsi retournés… mais ses rides aux joues tendraient à le confirmer. on peut donc douter.

    Mais peut-être aussi ne va t’on plus au Gugenheim comme on le faisait des forteresses et autres château en Espagne. le viste t’on seulement ? Sans doute y va t’on surtout pour se montrer et pouvoir dire (plus que raconter) : I do it, next one now.. ! Et tout ceci, avant même d’être rentré au pays, via facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.