Quand les paroles ne suffisent pas

Avant-hier, Barack Obama s’est rendu pour la seconde fois sur les plages du littoral américain atteintes par la marée noire, « la pire de l’histoire des États-Unis », selon les termes qu’il a utilisés lui-même au cours d’une conférence de presse tenue la veille à Washington. Mais il semble que la fermeté du ton qu’il emploie ne suffit pas à convaincre l’opinion américaine. Pour reprendre le commentaire de la correspondante de France Inter dans le journal de 19 h du 28 mai : « Il a des choses à prouver. Il a besoin de prouver que c’est lui qui a la main, qu’il est bien le donneur d’ordres, pas B.P. »

 » Et d’ajouter : « Aujourd’hui, il vient mettre des images sur ce qu’il a dit hier. »

Ainsi, les mots ne suffiraient pas forcément. Pourtant, le magistère politique fonctionne largement à la parole. En politique, affirmait Pierre Bourdieu, « dire, c’est faire ». Est-ce encore sûr lorsque l’image est devenue la médiation incontournable de tout événement digne de ce nom1  ? Peut-on convaincre qu’on s’occupe réellement d’un dossier, serait-on le président des États-Unis, si aucune image ne vient le confirmer ? L’exercice officiel de la conférence de presse n’y suffit plus, il faut payer de sa personne pour montrer que l’on est physiquement investi.

C’est ainsi que Barack Obama est venu voir de ses propres yeux à quoi ressemblaient les galettes de pétrole qui se déposent sur les plages. Chemise blanche immaculée, étendues de sables blond, soleil éclatant : décidément, cette marée noire ne se prête guère à une médiatisation catastrophiste2. Obama a beau s’être accroupi pour examiner la pollution de plus près, il donne davantage d’impression de ramasser des coquillages au cours d’un week-end de villégiature que de prendre à bras le corps la lutte contre la marée noire.

Quand les images non plus ne suffisent pas…

Complément en date du 7 juin 2010 :

Enfin, pourrait-on dire, les photos sont là !

Selon l’article du Monde : « La photo a été publiée partout : un pélican, cloué au sol, dégoulinant de mazout, fixe l’objectif d’un regard éteint. Elle date du jeudi 3 juin, date à laquelle une boue de couleur chocolat a commencé à envahir la baie de Barataria, en Louisiane, l’un des principaux sanctuaires naturels des Etats-Unis. En quelques jours, elle est devenue le symbole de la marée noire du golfe du Mexique. »

  1. lire les autres billets sur ce thème : Prédire-pré-voir, La photo-événement, Evénement avec ou sans photo []
  2. Sur ce thème déjà, lire le billet Désolation []

10 réflexions sur « Quand les paroles ne suffisent pas »

  1. @ Davidikus : Autant je suis d’accord avec votre remarque sur l’épreuve que constitue la réalité pour la parole politique (encore que, souvent, cette épreuve ne paraît guère décisive), autant je doute que les images « ancrent dans le réel », du moins telles qu’elles sont réalisées et utilisées par la presse, y compris la presse d’information. Voir les débats qui ont cours actuellement sur ces questions sur la plateforme « Culture visuelle ».

  2. Les formules chocs & médiatiques de Bourdieu doivent être nuancées : en politique, « dire c’est faire », certes, mais la parole politique n’est pas seulement performative: elle se heurte à la réalité – d’où le besoin d’images qui ancrent dans le réel. Hélas, une parole sans effets (qui plus est doublée d’images) révèle l’impuissance. La crise de la démocratie en occident relève très largement d’une parole impuissante ; une parole qui promet ou prétend faire plus qu’elle ne peut réellement !

    http://davidikus.blogspot.com

  3. Et puis, il y a toujours cette contradiction de l’image : soit le travail a été fait et il n’y a plus rien à montrer, ou, soit le travail n’a pas été fait et (là) il y a quelque chose à montrer.

    Ici : la plage a été nettoyée et il n’y a plus pétrole à montrer. Alors que, pour l’image, on préfère montrer du pétrole… ce qui voudrait dire que la plage n’a pas été nettoyée.

    La trahison des apparences… (et c’est rageant quand on en est victime)

  4. Ping : Tweets that mention Quand les paroles ne suffisent pas | La vie sociale des images -- Topsy.com

  5. @Sylvain Maresca: Il n’y a jamais rien à voir sur ce genre de photos. C’est une attente de la presse et donc indirectement de ses lecteurs. Que sur la photo il ait les 2 pieds dans une grande flaque de mazout amenée là par le service de presse, ou qu’il manipule une boulette, peu importe. On est pas dans la raison, mais dans la convention. La photo n’est là que pour répondre au rituel et signifier que le Président s’intéresse au problème. Lorsque Voynet n’a pas voulu sacrifier aux usages (mais continuer ses vacances), et a expliqué que ça ne servait à rien que le Ministre se déplace dans la mesure où il avait des collaborateurs plus compétents pour s’occuper du problème, elle s’est faite démolir par la presse privée de son image.
    Patrick Pecatte pourrait peut-être même y voir un mème 🙂

  6. @ Thierry : Effectivement, il doit être devenu incontournable pour un responsable de l’exécutif de se rendre sur les rivages atteints par une marée noire, mais encore faut-il qu’il y ait quelque chose à voir. D’un côté, la faiblesse des souillures sur ces plages américaines montre que, pour l’instant, la masse de pétrole a été contenue loin des côtes. Mais de l’autre, le pauvre Barack Obama, avec ses airs de touriste en vacances, ne donne pas l’impression du président qui met « les mains dans le cambouis ». A quoi servent ces images dans ces conditions ?
    @ André, Jean-no : D’autres clichés de cette séquence d’actualité font apparaître encore plus nettement combien le déplacement présidentiel a été limité à un périmètre très circonscrit, non seulement par les bandes qui apparaissent en arrière-fond de cette photo, mais encore par la nuée des journalistes qui clôturaient l’espace autour de lui. C’est à se demander si, sur ce carré de sable, les équipes de sécurité n’avaient pas pris soin de laisser une seule boulette de pétrole afin d’être sûrs que : 1. le président la trouverait ; 2. il ne risque pas de se salir inutilement. Car, même en plein marée noire, Barack Obama peut-il se départir de son inoxidable look étincelant ? D’ailleurs, dans son commentaire, la journaliste de France Inter indiquait que les Américains aimeraient bien que, face à cette marée noire, leur président sorte pour une fois de son calme légendaire et pousse un coup de gueule bien senti. Est-ce que ça pourrait aller jusqu’à arborer une chemise tachée ?

  7. Où l’on peut, sans métaphore, parler de mise en scène, de spectacle, comme au cinéma. C’est la logique de l’image qui dicte sa loi à l’action politique…
    Reste à voir si la mise en scène profite à la communauté (manifestation nécessaire du pouvoir) ou simplement à son chef (restauration de son image personnelle)… Chez les nouveaux dirigeants, plus comédiens qu’auteurs, la deuxième tendance tend à prendre le pas sur la première (sites présidentiels…)

  8. Il y des photographies incontournables pour les politiques en période de crise, comme l’a appris à ses dépens Dominique Voynet lors de la marée noire provoquée par l’Erika en ne se rendant pas sur les lieux du crime poser pour les photographes.

  9. J’aime bien les bandes de délimitation, qui évoquent les enquêtes policières des séries télévisées, et signalent de façon discrète mais efficace le contexte dramatique en arrière-plan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.