Quelle écriture ?

Les éditions Zédélé viennent de publier Moi le groupe 2, second tome sur le projet mené depuis 2005 par l’artiste Arnaud Théval dans dix lycées professionnels de la région des Pays de la Loire.

Ce volume fait suite à Moi le groupe, paru en 2008.

La démarche d’Arnaud Théval a consisté à questionner des groupes de lycéens sur leur double identité, leur relation au contexte de leur formation professionnelle, ainsi qu’à l’imaginaire de leur futur métier, et à se situer collectivement dans le contexte de leur lycée. Le tout dans l’objectif de produire une image qui les représente à la fois eux-mêmes et le groupe qu’ils constituent.

Ce projet artistique m’a offert l’opportunité d’explorer en situation certains enjeux des images chez des jeunes d’aujourd’hui. Je me suis efforcé d’en suivre le déroulement de bout en bout, dans chacun des établissements retenus. Dans la pratique, mes contraintes d’emploi du temps ont quelque peu réduit cette ambition. Il y a des lycées où je suis allé souvent, d’autres peu et même certains où je me suis rendu uniquement à l’occasion du vernissage de l’œuvre qu’Arnaud Théval y avait élaborée.

J’ai pris beaucoup de notes sur les gestes et les propos des élèves. Toutefois,  j’ai suffisamment pratiqué les enquêtes de longue haleine sur des sujets construits de bout en bout pour savoir que je ne pourrais rien faire de tel ici, que je n’engrangerais que des aperçus de ces lieux nouveaux pour moi, de ces individus inconnus, des structures dans lesquelles ils évoluent… J’étais condamné aux fragments.

Je n’ai pas voulu les restituer tels quels, comme autant de matériaux bruts pesant leur poids de réalité. D’autant que ces fragments vus et entendus étaient d’emblée pétris d’une dose de fiction : ce que les élèves disaient et faisaient était destiné à nous impressionner. Ils étaient en représentation vis-à-vis de nous, et pas seulement devant l’objectif de l’appareil photo. Les situations engendrées par la mise en œuvre du projet Moi le groupe les sortaient de l’ordinaire. Ils y ont réagi en se livrant à des jeux également extraordinaires. Tout le monde a joué dans cette histoire.

Dans ces conditions, il m’a semblé plus approprié d’essayer de re-traduire leurs propos et attitudes que de les restituer. C’est-à-dire d’en assumer la nécessaire transformation par le moyen de l’écriture. J’ai donc écrit des textes plus ou moins courts qui s’apparentent, pour la plupart, à des confessions d’élèves à la première personne. Ils condensent plusieurs histoires entrevues, divers motifs, contribuant ainsi à brouiller les pistes, par exemple d’un lycée à l’autre. Je voulais que ça soit crédible sans être forcément ressemblant, ni exact, ni encore moins représentatif. Et surtout, je tenais à formaliser d’emblée un écart entre les personnages évoqués (des jeunes gens en lycée professionnel) et le texte que je leur prêtais, puisque le « je » en question ne pouvait être que complètement fictif. De fait, la part de fiction s’est peu à peu accrue entre mes premiers textes, qui restituaient souvent des personnages réellement rencontrés, voire des propos entendus en situation, et les derniers, qui en sont venus à combiner diverses situations réelles pour en faire sortir des rapprochements imaginaires, des confrontations, voire des points de vue collectifs.

Pour autant, ces fictions restent à mes yeux intimement liées aux images créées dans ces différents lycées. Elles en constituent avant tout un contrepoint, s’efforçant de rendre perceptible un peu du bruit (parfois du vacarme !), extérieur comme intérieur, suscité par ce projet artistique.

Je présente ici une de ces fictions qui n’a pas été retenue dans le livre. Brouhaha propose un condensé imaginaire des propos échangés lors des vernissages des différentes œuvres produites par Arnaud Théval.


[issuu layout=http%3A%2F%2Fskin.issuu.com%2Fv%2Fcolor%2Flayout.xml backgroundcolor=CCCCCC showflipbtn=true documentid=100611165513-4c74d4ef52f8476ab594a7409ef63327 docname=brouhaha username=maresca-s loadinginfotext=Brouhaha showhtmllink=true tag=jeunes width=420 height=297 unit=px]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.