L'écran vide – suite

Je complète aujourd’hui un billet précédent sur les usages incertains des cadres photos numériques par une nouvelle observation réalisée dernièrement chez Denise, une femme de 59 ans.

Elle a abandonné il y a deux ans son emploi d’infirmière pour revenir vivre dans la maison familiale et s’occuper à plein temps de sa mère, âgée d’au moins 90 ans, qui ne bouge plus guère du canapé placé devant la télévision.

Le reste de la famille, petits-enfants et arrière-petits-enfants ne vit pas à proximité. C’est pourquoi, pour entretenir les liens familiaux que menace l’éloignement, Denise (qui, elle, n’a pas eu d’enfants) avait acheté un ordinateur connecté à internet et équipé d’une web-cam pour permettre à sa mère de voir ses descendants. « Je voyais son visage s’animer quand elle voyait la petite [sa dernière arrière-petite-fille]. C’était seulement deux secondes, mais ce n’était pas grave : elle l’avait vue. On pouvait même la suivre un peu dans l’appartement, la voir jouer, la voir évoluer dans son milieu. » Ils se connectaient environ une fois tous les 15 jours. L’ordinateur ne servait qu’à ça.

Malheureusement, la maison a été cambriolée : la télévision et l’ordinateur ont été volés, entre autres choses. « Le reste, je m’en fous, déclare Denise, mais la télé et l’ordinateur, ils n’auraient pas dû y toucher. » Elle a racheté aussitôt un téléviseur grand format car sa mère ne saurait s’en passer. Mais pas l’ordinateur, faute de moyens. « Cela ne me manque pas beaucoup de ne plus l’avoir. Il y a juste la web-cam qui me manque pour ma mère. »

Récemment, l’une de ses nièces leur a offert un cadre photo numérique. « Maman a plaisir à le regarder. » Mais les photos ne sont pas souvent renouvelées. « Les poupons, on commence un peu à en avoir marre. C’est depuis longtemps les mêmes. » Finalement, ils ne l’allument plus guère.

Dans le salon trône une grande photo dans un cadre en bois ovale. On y voit le portrait des quatre petits-enfants, photographiés il y a six ans dans un studio professionnel. Denise les avait emmenés spécialement chez un photographe du centre-ville pour réaliser ce portrait de groupe destiné à sa mère. Faute d’ordinateur et de nouvelles photos sur le cadre numérique, c’est encore ce cliché à l’ancienne que l’aïeule regarde le plus.


2 réflexions sur « L'écran vide – suite »

  1. Ping : digest_39 | atelier ooblik

  2. Ping : L’écran vide » Article » OWNI, Digital Journalism

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.