Anathème visuel

« Arrêtez l’argentique. Passez à la vidéo ! » a lancé le ministre du travail Eric Woerth aux députés socialistes lors des premiers échanges parlementaires sur le projet de réforme des retraites. Par cette formule, il pensait ridiculiser l’opposition et ses propositions comme ringardes, dépassées.

Malheureusement, la formule qu’il a adoptée ne fonctionne pas très bien puisque la vidéo a d’abord existé dans le registre analogique avant d’être gagnée elle aussi par la technologique numérique. « Arrêtez l’argentique. Passez au numérique ! » aurait été plus clair. Sauf à supposer que cette confusion dénote une autre forme de ringardise : celle d’un gouvernement et d’un président de la République demeurés absolument vidéos, c’est-à-dire rivés à l’image télévisée, quand le numérique faisait exploser l’image sur internet.

Ne joue pas les modernes qui veut.


10 réflexions sur « Anathème visuel »

  1. Dans ma pratique de la photographie professionnelle d’aujourd’hui, 1 fois sur 2, le client me demande si je fais de la vidéo.

    Pour défendre ce brave ministre, je dirais qu’il aurait peut être raison aux vues des possibilités pour tout les nouveaux appareils reflex numérique de faire de la vidéo et des usages importants qui en découle ;).

  2. Ping : Tweets that mention Anathème visuel | La vie sociale des images -- Topsy.com

  3. Et s’il avait voulu dire « arrêtez l’image fixe, passez à l’image animée? »
    Dans le langage courant, on associe beaucoup plus souvent le mot photographie que le mot cinéma au mot argentique (recherche sur Google, 620 000 résultats pour la première expression contre 245 000 pour la seconde).
    Dans cet exercice paradoxale qui consiste à trouver un sens à un discours d’un de nos hommes politiques (on comprend mieux l’utilité de la langue de bois; les expressions sont du prêt à mâcher), je poserais alors l’hypothèse qu’il ne fait pas vraiment la différence entre l’argentique et le numérique, mais qu’une rumeur est parvenue jusqu’à ses oreilles qui lui permet de supposer qu’il se passe des choses dans le domaine de l’image. Et que comme il a gardé ses anciens repères, il oppose l’image animée de la télé (la video), peut-être la seule qu’il connaisse, à l’image fixe (l’argentique).
    Après tout son patron est un fan de Thierry la Fronde
    http://www.20minutes.fr/article/213956/Media-Le-discours-de-Nicolas-Sarkozy-pour-reformer-la-television-publique.php

  4. @ Sylvain : Merci – j’allais évidemment dans votre sens, le détail technique en plus. Il est si difficile d’être moderne ! Il y a dix ans, John Galliano était moderne – qui s’en souvient ? Et le bi-bop, qui s’en souvient ?

  5. L’opposition des termes semble bien fonctionner sur l’inéluctabilité du progrès où l’argentique serait renvoyé à côté du fardier de Cugnot et de la télévision noir et blanc. Woerth en fait se bat contre les luddites qui refusent le progrès de la réforme des retraites. Le sarkozysme, c’est le capitalisme plus le numérique.

  6. @ André : Si ça se trouve, Eric Woerth est un féru de vidéo expérimentale.
    Mais c’est vrai que ce qui m’a le plus frappé dans cette sortie politique, c’est qu’elle exporte hors du monde de la photographie une référence technologique pour faire de l’adjectif « argentique » un synonyme suggestif de « dépassé ».

  7. Ne serait-ce pas aussi un appel au mouvement ? La photographie avec son temps de pose (de repos) et les images animées de la vidéo ? (sous-entendu « bougez-vous le c…! »)
    Donc ce qui est argentique, posé, fixe et ancien est ringard, ce qui est électronique, virtuel, animé et actuel est le progrès et la véritable voie de salut. Où l’on retrouve la notion de progrès scientifique bienfaiteur de l’humanité, chère au maître de CV.

  8. @Sylvain: Merci pour cette notation, comme toujours judicieuse! C’est bien l’opposition entre les deux termes ainsi que l’intention maligne à l’égard des destinataires (couramment accusés de ringardisme par la droite depuis l’époque Jospin) qui permet d’interpréter correctement une expression claudicante. L’antithèse courante depuis le début des années 1990 est en effet celle de l’argentique et du numérique. Il s’avère que le ministre pointe sans le savoir une généalogie moins connue, puisque les camescopes ont bel et bien intégré dès 1984 les fameux capteurs CCD qui allaient quelques années plus tard équiper les appareils photographiques.

    Comme il est peu probable que ce rappel historique ait été dans l’intention de Woerth, son opposition boîte, un peu comme celle où Walter Benjamin comparait l’accéléré et l’instantané (et non pas le ralenti, comme le traduisait Gandillac, peu au fait de ces subtilités techniques…). Dans la bouche du ministre, « argentique » est donc désormais une expression injurieuse, symbole de conformisme et d’inadaptation. Cette utilisation dans le débat public, hors du contexte de la spécialité, me paraît bien être une première, qui marque la fin d’un cycle. L’histoire va vite…

  9. @ Davidikus : Bravo pour la rigueur de votre mise au point sur les termes « moderne », « argentique » et « analogique » ! Je retiens cependant de votre commentaire une forme de confirmation de ce que je voulais dire : à savoir que, pour renvoyer les socialistes dans le « ringard », le ministre recourt à une opposition dont l’un des termes le renvoie lui-même en arrière. Il devait être en train d’improviser, sinon je suppose qu’il aurait utilisé une formule plus convaincante dans le registre technologique.

  10. C’est la modernité elle-même qui est une notion creuse – chacun l’investit du sens qu’il veut. Un exemple : les voitures sont-elles modernes ? A mon avis, non. C’est un système de transport et une technologie dépassées, l’héritage du dix-neuvième siècle. Pour mon père, pour certains de mes amis, la voiture c’est la modernité. Etc.

    L’argentique n’est qu’une des techniques de l’analogique. La vidéo fut analogique mais n’a jamais été argentique. Le propos d’Eric Woerth n’est donc pas idiot. Il renvoie simplement à une autre époque, à l’arrivée d’une « autre » nouvelle technologie, dans les années 80. Peut-être qu’il est resté lui-même dans cette époque? Peut-être qu’il souligne que le PS est resté dans cette époque et a plusieurs combats de retard. Difficile de trancher. Les deux interprétations sont possibles.

    http://davidikus.blogspot.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.