Un simple point de départ

Ma fille de 12 ans a passé l’après-midi d’hier à un anniversaire avec quatre copines. Leur principale occupation aura été d’aller faire des photos dans le parc voisin. Deux d’entre elles avaient apporté leur appareil. Elles ont réalisé une multitude de portraits des unes et des autres, avec une recherche d’angles de vue surprenants pour faire apparaître, par exemple, le château du parc dans la paume de celle qui posait, ou sur sa tête, etc. Au total, près de 130 clichés !

Partie sur cette lancée boulimique, ma fille a mitraillé les fleurs de la roseraie où nous sommes allés nous promener aujourd’hui. A peine en apercevait-elle une qui lui plaisait, qu’elle la photographiait. Puis, aussitôt fait, elle partait vers une autre, sans plus aucun regard pour la rose précédente. Aucune pause, pas un seul moment d’arrêt pour contempler : elle photographiait et ne faisait que ça. 128 photos saisies en moins d’une heure !

En réalité, elle ne faisait pas que photographier. Elle a passé en effet beaucoup de temps à retravailler ses photos directement sur l’appareil, pour les recadrer, en modifier l’éclairage, les virer en bleu ou rouge, les inverser, etc. Une dizaine de ces recompositions ont été enregistrées à leur tour sur la carte mémoire de l’appareil. Dans la voiture, sur le chemin du retour, elle en était encore à bidouiller ses images.

Mettez donc un appareil numérique dans les mains de ces enfants : ils vont s’en servir non pas pour photographier ce qu’ils voient – ce qu’ils font, bien entendu, au détriment d’ailleurs de la simple observation ou contemplation des choses -, mais plutôt pour voir ce qu’ils photographient. Car, pour eux, l’image saisie à l’instant n’est que le point de départ de manipulations multiples qui concentrent leur intérêt, au détriment de tout le reste. Ils jouent avec l’appareil comme ils le feraient avec une console de jeu.

Mon plus jeune fils, qui n’a que 7 ans, est encore plus radical dans son utilisation de l’appareil photo : ce qu’il recherche, ce sont des images en soi, de purs effets visuels pour lesquels il recourt à des bougés, des surexpositions, des inversions de couleurs. C’est un photographe abstrait qui n’a cure de la réalité des choses. Pour lui, l’appareil est un outil de création visuelle, en aucun cas un instrument d’enregistrement. On est loin du reportage et de la trace photographique.



Citer ce billet
Sylvain Maresca (2010, 20 juin). Un simple point de départ. La vie sociale des images. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v77q

10 réflexions sur « Un simple point de départ »

  1. Je n’ai aucune compétence en la matière, mais il me semble que les dessins des enfants selon les psys correspondent à des stades de développement. http://isabellesamyn.e-monsite.com/rubrique-6880.html
    Je crois que personne ne s’est encore lancé dans cet exercice avec le photo (heureusement pour ton fils 🙂 )
    “Mettez donc un appareil numérique dans les mains de ces enfants : ils vont s’en servir non pas pour photographier ce qu’ils voient – ce qu’ils font, bien entendu, au détriment d’ailleurs de la simple observation ou contemplation des choses -, mais plutôt pour voir ce qu’ils photographient.”
    C’est une constatation qui est liée au numérique dans la mesure où, avant le numérique, j’ai connu des enfants qui adoraient prendre des photos avec des appareils jetables argentiques, sans pour autant éprouver nécessairement l’envie de donner leurs photos à développer et à tirer.
    La prise de vue originale n’est-elle pas un prétexte? Ou plus exactement si tu donnais à ta fille une photo à retraiter qu’elle n’aurait pas réalisée, n’éprouverait-elle pas le même plaisir?

  2. Je me demande bien comment ils font pour conserver leurs images par la suite…Disque dur a capacite extensible ? Ou alors tri selectif ? Sur quels criteres ?
    Quand regardent-ils les photos qu’ils ont prises auparavant ?

    Dans une ecole publique, tous les lundis, on enseigne (On essaye du moins) la photo a une douzaine d’enfants entre 8 et 12 ans. Il s’avere que chacun a son approche : appropriation de l’espace, besoin d’assistance, ecoute du professeur, nombre de cliches pris dans un temps donne, creativite, regard sur leur propres travaux…
    Il y a surtout une grande difference de comportements en fonction du genre des enfants.

    C’est a la fois captivant et effrayant de voir a quel point, des l’enfance, ils sont familiarises avec les nouvelles technologies !

    • à Carole : De fait, lorsque les enfants utilisent nos appareils photo, nous transférons leurs photos sur leur session de l’ordinateur familial. Qu’en font-ils ensuite ? Les regardent-ils ? Je l’ignore, et n’en suis pas sûr. Les deux aînés ont désormais un compte Facebook : ils l’alimentent avec certaines des photos qu’ils ont prises. Quant au plus jeune, s’amuser avec l’appareil lui procure une excitation sur le moment, mais je ne crois pas qu’il se soucie des images après.

  3. @ Christophe : L’école effectivement où, dès le primaire, il devient impératif, par exemple, de colorier “sans dépasser”. La joyeuse créativité des petits s’y émousse très rapidement.

  4. la pub, les jeux vidéos… mais peut-être bien aussi l’école, non ?
    Qui tente de leur apprendre à formuler clairement et étayer rigoureusement un message intelligible et argumenté.
    (Je n’affirme rien, je réfléchis “tout haut”.)
    Le plus triste c’est qu’elle n’y parvient pas si bien que ça. 🙂

  5. @ Laure et Christophe : Au vu de la liberté de manipulation adoptée par les enfants avec les appareils numériques, je me demande quels photographes ils seront plus tard : retrouveront-ils le “sérieux” photographique des adultes, concentrés essentiellement sur la valeur de trace et donc d’empreinte des clichés photographiques, ou bien conserveront-ils une part de leur inventivité visuelle en ne faisant pas, du moins pas toujours, des photos réalistes ? Car, si l’on prête attention, aux dessins que font les enfants, force est de constater que c’est en général un registre d’expression temporaire qui disparaît avec l’âge et dont il ne reste pas grand-chose ensuite. Surtout dès qu’intervient le matraquage publicitaire de la mode ou visuel des jeux vidéos, qui rend passifs graphiquement l’immense majorité des jeunes.

  6. J’adore !
    Je garde des tonnes de photos prises par mon fils depuis qu’il a quatre ans, que je trouve la quintessence de l’art.
    Vert uni / détail improbable en gros plan / quart de visage flou / quartier de parasol coloré coupant le ciel bleu profond sur une diagonale presque parfaite (rendue parfaite précisément par le “presque”) / etc.

    Ils jouent avec les couleurs, les formes, les images, comme avec des feutres ou des pinceaux.

  7. J’ai observé la même chose avec mes trois filles. Ce qui les intéresse, c’est l’effet obtenu, comme pour les dessins d’enfants d’ailleurs qui ne cherchent pas à reproduire la réalité, mais à traduire des choses, utiliser des couleurs, produire des sensations : l’amour pour ses parents, la colère,…, et l’envie de jouer

  8. Ping : Tweets that mention Un simple point de départ | La vie sociale des images -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.