Prédire, pré-voir

Entendu ce matin, dans le journal de 9 heures sur France Inter :

« Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ravivant ensemble la flamme du tombeau du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe, ce devrait être la nouvelle photo de la réconciliation franco-allemande. »

Ce geste a été prévu pour être « très symbolique » et il débouchera forcément sur un cliché qui le sera tout autant, tellement il est vrai désormais qu’un événement digne de ce nom ne saurait se concevoir sans l’accompagnement des médias (ajoutons-y la télévision, bien sûr). Mieux même : sans être conçu spécifiquement pour son rendu médiatique. Dans cet esprit-là, le geste politique est une photo à venir. On peut en prédire l’écho, on peut en pré-voir l’image1.

Cette formule radiophonique soulève en outre une question de vocabulaire. On y entend un « mot-image », comme il arrive de plus en plus souvent dans le langage actuel. Ne présente-t-on pas les sondages comme des « photographies instantanées » de l’opinion, n’assimile-t-on pas un beau paysage à une « carte postale », etc. ? Il serait intéressant de dresser un inventaire de ces expressions symboliques qui émaillent notre vocabulaire usuel et qui désignent le registre des images comme l’un des facteurs structurants de notre culture contemporaine. A vos exemples !

  1. J’ai développé ce thème dans ma contribution au livre dirigé par Gianni Haver sur La photo de presse, intitulée : « Pré-voir l’actualité. La notion d’évènement redéfinie par la photographie de presse » []

8 réflexions sur « Prédire, pré-voir »

  1. @ Dominique : C’est amusant et déroutant de trouver un commentaire sur un billet daté de plusieurs mois.
    Il y a en effet beaucoup d’expressions dans notre langue qui assimilent la compréhension à la vision. D’ailleurs, les sciences de la nature procèdent largement comme ça, d’où leur intense utilisation des images comme outils de description du réel.

  2. A titre d’unique exemple de mot-image, ce qui me vient à l’esprit serait : “Voyez-vous ce que je veux dire… ?”. Qui n’est pas exactement un mot image, mais quand même une expression qui, elle dit bien ce qu’elle exprime : le souhait de faire voir là où on se heurte à la difficulté à communiquer, à être compris autant qu’on le voudrait.

    Par ailleurs, pour rebondir sur le phénomène de seconde-vue des médias (ou le recyclage des icônes du photojournalisme critiqué, entre autres, par le photographe G. Saussier), il me semble qu’il y a là un écho très fort avec la répétition en psychanalyse. Quelque chose où le même rassure, mais empêche en même temps au nouveau d’advenir.

    Zut, j’ai encore raté la cérémonie à l’Arc de triomphe, cette année …

    On ne peux toutefois qu’applaudir devant ce magnifique double-bind du politique qui croit pouvoir manipuler la presse, et de cette même presse qui, regardant en arrière, fixée sur ces symboles immobiles, tombe dans le panneau, même si c’est celui d’à coté.

  3. dans les expressions fréquentes , lié à la photographie il y a cet insupportable ” y-a-pas photo” où se joue à la fois ce lieu commun de l’instantané photographique qui a valeur de preuve, cette homophonie avec le mot “faux” et cette allusion désagréable au “bon banania”. il y aurait en effet un lexique à écrire sur ces expressions courantes sur la photographie, comme autant d’éclairages sociaux sur cette image.

  4. L’amusant dans cette histoire, c’est qu’on ne trouve pas la “photo” annoncée dans les clichés diffusés sur cette cérémonie franco-germanique !
    Le terme était donc employé dans un registre purement symbolique.

    • Effectivement, André, et c’est intéressant à souligner : car l’image qui a fait l’ouverture des journaux télévisés d’hier soir et qui revient le plus souvent aujourd’hui dans les articles de presse, est celle qui montre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy debout côte à côte devant le tombeau du soldat inconnu. Ainsi, le geste annoncé comme le plus symbolique, à savoir ranimer ensemble la flamme du souvenir, n’a pas connu la fortune médiatique prévue. On l’a aperçu fugitivement dans les reportages télévisés et il ne figure pas sur les photos les plus souvent reprises. La presse a préféré l’image statique des deux responsables politiques, vus de face, dans une attitude solennelle de recueillement. Cliché qui, à l’évidence, renvoie à celui de Mitterrand et de Kohl, considéré unanimement comme une image historique. Cet exemple tend à confirmer l’analyse développée par Clément Chéroux dans son dernier ouvrage (Diplopie. L’image photographique à l’ère des médias globalisés. Essai sur le 11 septembre 2001, Paris, Editions Point du Jour, 2009) : la presse voit (et donne à voir) l’actualité à travers le prisme des images déjà consacrées comme marquantes, au besoin en conformant la vision de l’évènement à celle d’un évènement passé, auquel le premier fait immanquablement penser.
      Ce parallèle visuel est d’ailleurs repris dans la plupart des commentaires des médias (presse écrite, radio, télévision), qui emploient à ce propos un florilège d’expressions invoquant le registre du visuel :
      “Dans l’album-souvenir de la réconciliation des deux ennemis d’hier viendra désormais s’ajouter cette image” (JT de 20 h de TF1) ; “Dans l’album de photos du couple franco-allemand, les images du 11 novembre 2009 devraient faire date ” (La Tribune de Genève) ; “C’est une nouvelle image forte qui vient garnir l’album de l’amitié franco-allemande” (Ouest-France) ; “L’image restera dans l’Histoire” (JT de 20 h de France 2) ; “11 novembre. Sarkozy-Merkel, une photo pour l’histoire” (France Soir) ; “L’Histoire peut-être retiendra ce nouveau tableau” (19-20 de France 3) ; “La photo souvenir aura sûrement moins de poids dans l’Histoire face à celle de la main tendue par François Mitterrand au chancelier de l’époque, Helmut Kohl, en 1984” (20 minutes) ; “En 1984, une autre image était restée dans les mémoires” (JT de 20 h de France 2) ; “Il y avait la photo de François Mitterrand et Helmut Kohl (…). Un cliché devenu le symbole de la réconciliation franco-allemande. Il y aura désormais Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, le 11 novembre 2009, à Paris” (Libération).
      Notons toutefois l’usage, mais très minoritaire, de la métaphore littéraire de la “nouvelle page” de l’amitié franco-allemande (Nouvel Observateur) ou “de l’amitié entre les deux pays” (JT de 20 h de France 2).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.