Les boîtes à chaussures

Une vie jalonnée par des appareils photo

“J’en ai un plein carton de photos. Mais bon, il faudrait que je prenne le temps… et l’envie. Si, parfois, j’en ai envie, mais je n’ai pas le temps. Je me dis : ‘Cela peut attendre. Les photos, ça peut attendre. Ce n’est pas urgent.”

A 78 ans, Claudine n’a jamais pris le temps de composer un album avec les photos qu’elle conserve entassées dans un carton. D’ailleurs, en y repensant, elle se rend compte que ses parents n’en avaient pas non plus. Sa mère, maîtresse femme qui dirigeait un hôtel-restaurant, avait acheté un appareil photo dès les années 1930, dont elle se servait très peu faute de temps. C’est également  parce qu’elle se consacrait entièrement à faire tourner son affaire, au point de mettre ses enfants en nourrice, puis en pension, qu’elle n’a jamais pris le temps de classer ses photos ni de composer ne serait-ce qu’un album. “C’était comme ça. Comme chez moi”, dit aujourd’hui sa fille. J’ai suivi son exemple apparemment, sans le vouloir.”

Pour justifier un album, il faut une famille. Or, la guerre de 1914-1918 avait fauché les grands-pères des deux côtés. Le deuil, omniprésent, avait débouché sur des sépultures plutôt que sur des albums. Les femmes ont pris en main les affaires et délaissé la famille. Elle se souciaient de leur entreprise plus que de voir grandir leurs enfants. A quoi bon des photos, dans ces conditions ?

Puis, Claudine a beaucoup déménagé au cours de sa vie parce que son mari, inspecteur des impôts, changeait d’affectation très souvent. Cette vie itinérante a contribué à maintenir dans les cartons ce qui n’était pas nécessaire à la vie quotidienne. En particulier les photos.

A la mort de sa mère, Claudine s’est partagé avec sa sœur celles qu’elle a réussi à retrouver. Elle n’avait jamais demandé à sa mère de les lui commenter si bien qu’elle découvrait sur certaines des inconnus complets. Bien qu’elle soit consciente que le même sort guette ses propres photos si elle les laisse en vrac sans aucune information, elle n’en fait pas davantage.

Depuis cinq ans, elle possède un ordinateur. Elle y dépose les photos qu’elle fait à présent avec un petit appareil numérique. Elle reçoit également des clichés de sa fille, parfois de ses petits-enfants, mais également d’une nièce, férue de photographie, qui vient par exemple de lui communiquer 1 300 photos prises lors d’un mariage récent ! Les photos s’entassent dans son ordinateur. Elle pense qu’elle devrait en faire tirer certaines sur papier car c’est à ses yeux la seule forme aboutie d’une photographie. Mais elle ne le fait pas. Au fond, son ordinateur n’est jamais que la nouvelle boîte à chaussures dans laquelle s’accumulent ses photographies.


19 réflexions sur « Les boîtes à chaussures »

  1. Ping : Notas: miradas sociológicas sobre el oficio de los reporteros gráficos | Imagen prosaica: apuntes

  2. Je me suis dégagé des organisations professionnelles il y a déjà pas mal de temps, mais à l’époque les relations s’étaient tout de même considérablement apaisées par rapport à l’époque de l’ANPPM, ancêtre de l’UPC. Je m’imaginais que la paupérisation généralisée des photographes, avait accéléré ce processus.

  3. Effectivement, ce photographe a fait le choix, “payant”, d’une production de qualité vendue cher et il maintient ainsi un chiffre d’affaires confortable, même si les temps sont plus durs qu’il y a quelques années. Pour autant, il ressent une certaine dévalorisation persistante de son activité professionnelle dans le monde de la photographie. Il n’est pas évident de faire dialoguer et s’entendre l’Union des photographes créateurs (UPC, devenue dernièrement UPP) et le GNPP, Groupement national de la photographie professionnelle, l’organe des photographes de boutique.

  4. Je ne connaissais pas les tarifs, mais à ce prix là, on n’est pas dans le produit grand public susceptible de relancer la mode des albums… Je suis totalement hors sujet, mais ce serait intéressant d’étudier l’évolution du statut social du photographe de mariage parmi les photographes professionnels. Autrefois, c’était la spécialité la plus méprisée. Aujourd’hui, c’est une niche sur laquelle un grand nombre de photographes n’hésite pas à aller chercher des revenus complémentaires. Dans les pays anglo-saxons, je crois qu’il y a même des vedettes avec un statut social et des tarifs comparables à ce que l’on a toujours pu observer avec les photographes de mode par exemple.

  5. @ Thierry : Le photographe dont j’ai signalé le site internet se fait payer à la photo vendue : 28 € le tirage 20 x 30 + éventuellement un ou plusieurs albums vierges, dont le prix de vente varie entre 40 et 350 €. Quant au livre photo, qu’un de ses fournisseurs le pousse à commercialiser, il serait facturé entre 1500 et 2000 €. C’est évidemment beaucoup plus cher qu’un mariage qui lui rapporte en moyenne entre 1200 et 1500 €.

  6. Je pense que cela reste une prestation exceptionnelle, parce que très chère. Le coût de fabrication de ces albums est très élevé.
    L’évolution du marché (que je connais très mal) montre me-semble-t-il l’évolution du statut social des albums. Il y a fort longtemps, lorsque j’accomplissais mon service militaire en tant que photographe place Balard, mes collègues faisaient des mariages le week-end. Dans mon souvenir, les mariages étaient vendus par des commerciaux avec obligation d’acheter un certain nombres d’album pour avoir un photographe présent sur l’évènement. La prestation purement photographique n’était pas facturée en tant que tel. Mais le photographe conservant les négatifs, il n’y avait pas d’autres moyens pour le client d’accéder aux images. D’après ce que je comprends aujourd’hui, la rémunération pour la prestation du photographe est forfaitaire et distincte des tirages, albums etc. qui sont facturés en plus. Les photos sont livrées sur un support numérique au client qui peut commander des tirages en ligne sur le site du photographe, ou directement par internet. Les albums étant très chers, ils sont probablement devenus un produit totalement exceptionnel.

  7. @ Thierry : en matière d’offre commerciale, on peut signaler aujourd’hui les “livres photos” proposés par des photographes professionnels qui les composent sur ordinateur, à partir des photos de votre choix, complétées par des documents divers (lettres, textes, faire-part, menus de banquet, etc.), avec une mise en page visuellement sophistiquée. Cette formule vise à renouveler le traditionnel album de mariage (ou de famille)et à proposer aux clients un produit fini qu’ils n’ont plus à élaborer eux-mêmes.
    Voir quelques exemples sur le site d’un photographe de Chateaubriant :
    http://www.photographe-marc-chauvin.com/base.aspx

  8. @Olivier: La création d’un diaporama est généralement de l’ordre du plaisir solitaire. La sélection puis la disposition de photographies dans un album est souvent une activité que l’on réalise à plusieurs.

  9. L’album peut aussi avoir été imposé par la norme sociale ou par un bon commercial. Je pense au mariage. Dans ce dernier cas, il est probable que l’évolution de l’offre des photographes professionnels ces dernières années accélère la “perte de vitesse” constatée par André Gunthert dès la deuxième moité du XXème siècle.
    Mais qu’il s’agisse d’un album vendu déjà constitué, ou que ce soit un album que l’on ait créé, je ne sais si les photos des albums sont plus regardées que celles des boites à chaussures.
    Avec l’album, il y a la satisfaction de retrouver des images qui ont été sélectionnées et organisées dans le passé. On découvre ou on redécouvre les photos qui semblaient suffisamment importantes à l’époque pour mériter d’être inscrites dans la forme album. Avec la boite à chaussure, il y a le découverte d’images que l’on avait oublié. On redéfini à chaque fois sa hiérarchie dans les images.
    @Sylvain: Les jeunes enfants traversent également souvent une période où ils veulent constituer leur propre album de famille.

  10. @ André : Parmi les moments-clés où semble s’imposer la composition des albums :
    – la naissance des enfants, avec un avantage au premier (le ou les suivants se contentent parfois de l’intention que leurs parents avaient eue de faire un album pour eux, mais sans suite – voire, l’album a été acheté, comme pour les autres, mais il est resté vide. Irène Jonas évoque cette inégalité de traitement dans son dernier livre.)
    – l’entrée en retraite, qui peut donner enfin le temps nécessaire à cette longue compilation des photos accumulées depuis des années (mais ce n’est pas toujours le cas : la retraite peut être tellement active que les retraités n’ont plus le temps de rien) ;
    – le décès du mari ou de la femme, qui sonne un irréversible de la famille et verse d’un seul coup les photos dans le registre obligé de la mémoire : le survivant peut alors être saisi par l’urgence de mettre en forme ses souvenirs tant qu’il est encore temps.

  11. On peut peut-être aussi évoquer le diaporama (avec ou sans effet Ken Burns) comme version numérique de l’album… Je ne sais pas s’il est souvent utilisé, mais depuis que j’ai un appareil numérique, je préfère cette forme aux albums… Moins officiel et public que l’album qu’on montre aux visiteurs dans son salon, il offre aussi la possibilité d’une narration et permet d’ajouter de la musique ou des paroles et teinte ainsi le feuilletage d’une émotion particulière… joie, nostalgie… On peut aussi l’envoyer aux intéressés et le reproduire sur DVD…
    D’une famille figurée pour les autres on passe peut-être à une famille (amis) figurée pour soi (et pour les siens)… Ce qui correspond peut-être à l’évolution sociologique de la famille…

    Est-ce que la confection de diaporamas à partager est une pratique qui se développe ?

  12. Tout à fait d’accord avec Sylvain. D’après mes recherches à l’IMEC, la forme “album” semble en perte de vitesse dès la 2e moitié du XXe siècle, remplacée par la boîte ou l’enveloppe kraft. Rétrospectivement, on devrait explorer l’hypothèse que la forme album accompagne une volonté de structuration forte, qui s’exprime à un moment particulier pour des raisons précises, autrement dit comme une ponctuation relativement exceptionnelle de la vie familiale, et non pas une norme de la présentation de l’archive photographique.

  13. @ Gaby : Évidemment, on peut faire un album à l’issue d’un voyage ou pour chaque été de vacances. Encore que les vacances soient très souvent un temps fort de la vie familiale. Ce que je voulais dire, c’est que lorsque la famille est amputée par des deuils lourds à porter (à l’issue d’une guerre ou d’une tragédie plus personnelle), il apparaît beaucoup plus difficile de composer le monument photographique qui restituerait la mémoire familiale. Ceci n’est pas une appréciation personnelle, mais un simple constat. J’ai remarqué à plusieurs reprises, dans ces cas-là, que la formule de l’album est évitée, de même qu’elle devient incongrue en cas de divorce ou de séparation. En ce sens, oui, l’album requiert une famille “en bonne et due forme”.

  14. L’article amène à réfléchir sur le sens (la raison) de la mémoire. Finalement, on avance peut-être toujours vers le futur, on se rappelle tout juste le présent. Comme les souvenirs de toutes nos perceptions s’effacent au fur et à mesure des jours – et heureusement – pour ne garder que les plus importants. Et encore, est-ce qu’on est sûr de bien se rappeler ce qui s’est exactement passé ? On abandonne, on oublie les traces du passé. Hm, une généralisation hâtive certes, mais en tout cas une méditation à la lecture de l’article (merci Heidegger).

  15. Ping : Tweets that mention Les boîtes à chaussures | La vie sociale des images -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.