Une femme pour la banque

Je viens de tomber sur cette publicité qui m’a intrigué. Parce qu’il y était question de photographie, bien sûr, mais surtout parce que je ne comprenais pas ce qu’elle venait faire dans cette annonce de services bancaires.

En recherchant quelques informations sur cette campagne publicitaire qui vient de démarrer, je découvre rapidement que la nouvelle offre HSBC Advance est destinée aux  « patrimoines en devenir », c’est-à-dire aux personnes financièrement à l’aise  (entre 35 000 et 75 000 € de revenus annuels) et plutôt jeunes (entre 25 et 45 ans) qui, si elles sont bien conseillées et accompagnées par leur banque, devraient devenir demain ses clients privilégiés, au double sens du terme.

Pour donner un visage à ces « emerging affluent », la publicité est déclinée de plusieurs façons, avec des slogans diversifiés :

Captures d’écran du site www.hsbc.fr

Et la photographie dans cette histoire ?

Madame s’occupe depuis trois ans de ses deux charmants bambins pendant que son cadre supérieur de mari connaît une ascension professionnelle remarquable. Elle aimerait bien s’extraire du pavillon cossu qui est son quotidien, mais cela fait déjà plusieurs années qu’elle n’est plus dans le bain du travail. Son diplôme d’analyste financier se dévalue et surtout, elle a décroché du mainstream dans lequel il faut baigner du matin jusqu’au soir si l’on veut se maintenir dans le monde de la finance. Et puis, a-t-elle jamais vraiment aimé ce job ?

Depuis la naissance de ses enfants, elle les a énormément photographiés. Lorsqu’ils font la sieste, elle s’empresse de retravailler ses clichés, de les agencer en séries, d’en faire des albums. Récemment, elle a découvert sur internet une artiste américaine dont l’œuvre est composée exclusivement de photos de ses enfants. Elle s’est d’ailleurs rendue compte qu’il y en avait beaucoup d’autres, en Europe également. Cette découverte lui a donné des idées. Elle se dit que ses photos valent bien les leurs. Il faudrait qu’elle les montre à quelqu’un qui s’y connaît. L’entreprise de son mari investit dans le mécénat : il y a là une piste à creuser. Et puis, il faudrait qu’elle compose un book pour avoir un ensemble cohérent à montrer. Elle ne veut pas d’une simple collection d’images sur CD. Elle suppose que de véritables tirages sur papier feraient plus d’effet. Mais l’impression grand format coûte cher et puis elle ne veut pas devoir demander de l’argent à son mari pour financer ce qui ne sera peut-être qu’un coup d’épée dans l’eau. D’ailleurs, elle ne souhaite pas lui en parler tant que rien n’est vraiment amorcé. En revanche, il faut qu’elle en parle à son banquier…


17 réflexions sur « Une femme pour la banque »

  1. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les photographies ci-dessus ne sont pas faites en lumière naturelles mais bien en studio : à l’aide d’une grande « boîte à lumière » et d’un réflecteur symétrique en facial. Comme dit Beat « si ce n’est cela – photo naturelle – c’est bien imité ». Oui en effet : bien imité. La désaturation des peaux (en post-prod) achève de donner un côté moderne et urbain aux sujets (contrairement à une pub pour du camembert, par exemple, ou les joues plus sanguines, les couleurs plus vives, rappellent l’âpreté du monde rural…). Tout en fait est extrêmement étudié (mine de rien…)

    Quant à la boboïsation de la « photo d’art » telle que cette banque la présente un brin cyniquement, c’est une réalité avec laquelle les professionnels (les vrais, ceux qui essaient encore d’en vivre) doivent compter – c’est un vaste débat d’ailleurs, qui comprend la fameuse « démocratisation de la photographie » et l’un de ses corollaires Fotolia…

  2. La lecture du dernier numéro de la revue « Photo » (n° 476, janv.-fév. 2011) m’a permis de mieux comprendre pourquoi la photographie était présente dans cette campagne de publicité de HSBC : comme nous l’avait déjà indiqué Pierre dans l’un de ses commentaires, cette banque sponsorise en effet depuis 1995 un concours photo destiné à « soutenir les professionnels encore peu connus, dans la valorisation de leurs oeuvres ». Il s’adresse aux « amateurs et professionnels n’ayant pas édité d’ouvrage monographique » et offre aux lauréats une exposition, la co-édition d’une monographie avec Actes-Sud, ainsi que l’achat d’au moins six œuvres pour un montant total de 5000 €.
    On comprend mieux pourquoi ce personnage de photographe amateure inspirée, qui rêve de sa future expo, a pu constituer l’une des figures-clés pour HSBC, alliant l’inspiration, la créativité et l’efficacité professionnelle.

  3. @Béat Magnifique analyse. Un seul point qui me laisse sceptique, la lumière »naturelle ». Si tu regardes les reflets dans la pupille, tu vois en particulier dans l’affiche « Moi » et « Future mariée », le reflet de sources lumineuses qui n’ont rien de « naturelles ». Mais ça ne fait que renforcer ton analyse: « En fait, comme toujours en publicité, tout a été «fabriqué», mais selon des canons peu habituels. »

  4. @ Pierre : C’est plausible en effet. La référence au mécénat me permettait d’introduire avec « naturel » le raisonnement économique dans l’esprit de cette femme et d’expliquer ainsi que sa passion pour la photographie annonçait une forme de rentabilité tout à fait prometteuse pour la banque.
    Merci Béat pour cet « éclairage » technique très précis et éclairant.

  5. @ Thierry : J’ai voulu surtout expliciter le lien suggéré par la juxtaposition entre « Mon album photos » et « Ma première exposition photos » – lien largement autorisé par internet et la visibilité qu’il offre à des photos privées que tout un chacun peut désormais imaginer propulsées dans le registre valorisant de la création artistique. Sur internet, tout le monde ne devient-il pas artiste ?

  6. Ces photos ont un look distinctif. Elles accrochent, car elles sont à l’opposé des photos de pub habituelles, toujours très «nettoyées». Ici on souligne les ridules et autres petits défauts du visage. Les cadrages sont très serrés et peuvent donner une vague impression de maladresse ou de spontanéité qui est soulignée aussi par les zones floues. La lumière, me semble-t-il, est une lumière naturelle. D’après les reflets des yeux (plutôt importants), elle pourrait venir de deux fenêtres, une grande et une petite. La faible profondeur de champ (petit télé utilisé à une grande ouverture) suggère également une lumière peu intense. Si n’est cela, c’est du moins bien imité. En fait, comme toujours en publicité, tout a été «fabriqué», mais selon des canons peu habituels. Peu importe si cela s’est fait à la prise de vue ou en postproduction. Il s’agissait de rendre ces personnages plus «vrais», plus proches. De ce point de vue c’est assez réussi, car on se sent presque un peu voyeur à les dévisager ainsi!

  7. « L’entreprise de son mari investit dans le mécénat ». Cela pourrait également rappeler que la même banque a incorporé la photographie à sa politique culturelle, visant à « soutenir les travaux de photographes professionnels encore peu connus », et expliquer pourquoi le thème de la photographie a été associé à cette publicité.(http://www.hsbc.fr/1/2/fondation-photographie).

  8. J’aime bien la référence implicite que je suppose involontaire à l’actualité:
    « L’entreprise de son mari investit dans le mécénat : il y a là une piste à creuser. » n’est pas sans rappeler l’affaire Bettencourt/Banier et  » Elle se dit que ses photos valent bien les leurs. Il faudrait qu’elle les montre à quelqu’un qui s’y connaît. L’entreprise de son mari… » n’est pas sans rappeler l’affaire Mme Woerth/de Maistre. 🙂

  9. Et puis, les yeux brillants sont une métaphore de l’envie, du désir, de l’excitation suscités par des projets enthousiasmants. C’est un signe de dynamisme et d’entrain. Rien de tel pour distinguer les clients prometteurs pour une banque.
    Au delà de ce détail caractéristique, si vous allez sur le site de HSBC Advance, vous y découvrirez un test pour déterminer quelles sont vos « valeurs », qui se révèle être un test de personnalité, comme on peut en trouver dans des magazines féminins. C’est donc sur le terrain de la vie privée, des goûts personnels, des « passions » (où l’on retrouve la photographie) que la banque essaie d’accrocher ses futurs clients, sachant que leurs atouts financiers sont supposés constituer un préalable évident.

  10. En tout cas pour mieux séduire, selon une longue tradition européenne qui veut que les femmes afin de rendre leurs yeux plus brillants et donc plus attractifs, selon cette tradition, se mettaient une petite goutte, de citron, je crois afin de très légèrement augmenter la sécrétion du liquide lacrymale et donc mieux accrocher la lumière et ainsi attirer les hommes.

  11. Sur le fond, lorsqu’une profession se féminise c’est qu’elle est moins rémunératrice et qu’elle bénéficie d’une moins grande reconnaissance sociale 🙂

  12. Je ne sais pas si c’est à moi que tu fais allusion, mais qu’à cela ne tienne je ne demande pas mieux qu’à m’autoproclamer « spécialistes de photos ». Je ne peux pas réellement répondre à ton « pourquoi », sinon en invoquant les canons de la photographie. Le fait de susciter un reflet du flash dans les yeux (si c’est de ça dont tu parles en parlant d' »yeux brillants »), fait partie depuis très longtemps des canons classiques du portrait. On trouve même des leçons de portrait qui recommande l’usage d’un petit flash de reportage, même lorsqu’il n’est pas nécessaire pour éclairer le visage, uniquement pour susciter un point blanc dans chaque œil. Je sais qu’il y a des techniques utilisées par les sculpteurs pour donner l’impression que l’on est suivi du regard par la statue que l’on contemple. En photographie, on le fait, mais je ne sais pas pourquoi. (Sauf qu’en studio c’est inévitable.)
    Il y a actuellement une publicité télé ( pour les bébés qui ont mal au ventre je crois) avec une maman et un bébé qui ont les yeux tellement brillants que l’on dirait une bande annonce pour un film de science-fiction.

  13. J’aurais adoré voir : « futur marié » => « futur papa »…
    Le spécialiste de photos peut-il m’expliquer pourquoi on leur fait des yeux si brillants ? Quel est le but ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.