Hors de la photographie, point de mariage

Une des photos du premier mariage Day, 2008 (Gareth Bowers, Fresh Images)

Une des photos du premier mariage Day, 2008 (Gareth Bowers, Fresh Images)

L’action se passe l’an dernier en Grande Bretagne, dans le West Yorkshire. Sylvia et Marc Day (respectivement 50 et 48 ans) ont préparé soigneusement leur noce  en visitant pas moins de onze salons consacrés au mariage, afin en particulier de choisir le meilleur photographe. Leur choix s’est finalement porté sur Gareth Bowers, de Fresh Images : quatre ans d’expérience professionnelle, une vingtaine de mariages à son actif et un book avantageux. Ses honoraires sont de 1450 £ (soit environ 1600 €)  pour un service qui  prévoit la livraison d’un album photographique restituant l’ensemble de la journée (« depuis le moment où la mariée quittera son domicile jusqu’à la première danse lors de la réception du soir »), d’un tirage sur toile, d’un portrait et d’une vidéo de la cérémonie religieuse.

Le jour dit, le 24 août 2008, c’est une autre personne qui se présente pour réaliser la vidéo, mais dans l’excitation du moment, l’incident passe presque inaperçu. C’est lors de la réception du CD des photos de la noce que le drame éclate : sur les 402 clichés présentés, les mariés n’en trouvent que 22 d’acceptables. Ils sont tellement ulcérés qu’ils décident de porter l’affaire devant la justice. Ils obtiendront gain de cause puisque le tribunal jugera ces photos « tristement inadéquates » et ordonnera au photographe de leur rembourser 500 £, le condamnant en outre à quelque 720 £ de dommages et intérêts et autres frais de justice.

Une des photos du second mariage (Mark Wilkinson)

Une des photos du second mariage, 2009 (Mark Wilkinson)

Cette mésaventure a été amplement racontée et commentée par la presse britannique, les photos incriminées ont circulé sur Internet, si bien que les époux malheureux ont reçu des propositions de toute sorte, et notamment de l’argent de la part de commerçants locaux afin qu’ils puissent s’offrir une seconde noce. Laquelle s’est déroulée le 20 octobre dernier, sans anicroche cette fois, sous l’œil d’un nouveau photographe qui leur a donné entièrement satisfaction.

Photos ratées, mariage raté

L’élément le plus frappant, au premier abord, dans cette histoire tragi-comique, c’est l’assimilation sans réserve du mariage à la photographie. Impossible de concevoir une noce sans un ou plusieurs photographes, qu’ils soient professionnels ou amateurs. Le rituel fait désormais partie intégrante de la célébration, au point parfois de perturber complètement la cérémonie qui pourtant délivre le sacrement officiel.

« Appareil photo à la main, l’assistance est massivement regroupée autour de l’hôtel en une armée de paparazzis. Comme à Cannes ? Oui, presque. « Il y a de la place même pour les photographes, sauf s’ils préfèrent prendre la mienne », intervient le père Borice. Diplomate mais ferme, il insiste : « Nous sommes dans une église, un lieu qui invite à une dimension sacrée. » Rien à faire. Oncles et cousins paparazzis mitraillent de plus belle quand les témoins et parents, invités à faire une lecture, montent au pupitre. L’air perdu d’une tante endimanchée balbutiant une épître de Saint-Paul apôtre sur la fidélité conjugale déclenche les feux des flashs. (…) Le consentement rituel au moment de l’échange des alliances [est un] grand-moment-d’émotion que les paparazzis mitraillent comme il se doit (…). [Les mariés] quittèrent l’église sur un air d’Edith Piaf pour une énième séance photo. »[1]

Face au prêtre ou au maire, qui peuvent avoir bien du mal à conserver la direction des opérations, le photographe fait figure de véritable « patron » de la journée, investi d’une autorité qui lui permet de régler les différents moments-clés de la noce en fonction de ses exigences visuelles. La profusion des convives-photographes ne fait qu’accentuer cette conviction commune que la réussite photographique est de la plus haute importance pour la réussite du mariage, et que tout doit être fait pour y contribuer.

Dès lors, si le rendu photographique n’est pas à la hauteur de l’évènement, si le photographe a « détruit le rêve » de cette journée, on plonge dans le désastre. Non seulement les mariés se sentent floués car ils ont déboursé une somme importante pour s’assurer les services d’un professionnel censé être compétent, mais surtout ils ont la cruelle sensation de s’être fait voler la mémoire de leur noce. « Certains de ces souvenirs, dira Mr. Day, nous ne les récupérerons jamais », comme s’ils étaient indéfectiblement attachés aux photographies qui en ont été prises et que le marié s’attendait à trouver comme autant de traces fidèles. Lorsque la mémoire d’un instant est à ce point projetée sur les clichés qui en seront faits, il est inéluctable qu’elle en dépende jusqu’à disparaître si les photos ne sont pas au rendez-vous. Pourquoi se préparerait-on à se souvenir par soi-même lorsque la photographie est sollicitée comme l’auxiliaire indispensable de la mémoire ?

Dans ces conditions, la seule issue trouvée par les époux Day, encouragés par ceux que leur mésaventure avait émus, fut de refaire la noce pour la re-photographier. Comme toute cérémonie, un mariage est une mise en scène. Les participants s’y prêtent à de multiples gestes ritualisés dans lesquels on leur demande d’être à la fois investis et naturels. L’impératif de la photographie ne fait que renforcer le caractère théâtral de cet événement. Refaire la noce pour les besoins de la photographie porte cette théâtralité à l’extrême puisqu’il n’y a plus l’enjeu du sacrement, déjà célébré la première fois. « Hier, les époux se sont dit ‘oui’ devant l’objectif d’un autre photographe »[2] : non plus devant Monsieur le curé ou Monsieur le maire, mais devant un photographe, sans qui finalement la noce ne saurait connaître son accomplissement.

Quels ratés ?

Qu’est-ce que les photographies de Gareth Bowers avaient de si inacceptables pour avoir été jugées « inadéquates » par le tribunal ? Autrement dit : quelles sont les normes en la matière ?

Passons tout d’abord sur les défauts techniques : clichés souvent sous-exposés, cadrés de travers – autant d’imperfections d’amateurs peu acceptables chez un professionnel patenté.

Ce cadrage erratique a fait des ravages jugés intolérables lorsqu’il a coupé la tête des participants. On a également reproché au photographe d’avoir pris trop  de personnes de dos, ou alors manifestement inattentives. Les photos de mariage doivent être vivantes, donc paraître naturelles, mais être tout de même posées afin que chacun s’y retrouve à son avantage. L’art, ou le métier, du photographe consiste à concilier ces deux objectifs contradictoires[3]. Ici, personne n’a trouvé les jolies photos de groupes auxquelles on s’attend en pareil cas, réunissant dans une combinatoire inépuisable les divers invités avec les mariés, leurs familles et les demoiselles d’honneur.

Mais le principal grief est que le photographe a raté certains moments-clés de la noce : l’arrivée du couple à la réception et surtout le découpage du gâteau ! Inadmissible ! Dans les faits, le photographe engagé pour couvrir un mariage est investi de la lourde charge de voir et de fixer la totalité du déroulement de la journée, dans le même temps où les principaux acteurs, à commencer par les mariés, engloutis dans une activité frénétique, n’en aperçoivent que des bribes. Il n’a donc pas le droit de laisser échapper certains instants décisifs, sauf à dérober aux intéressés les images sans lesquelles ceux-ci ne pourront pas se faire des souvenirs de ce qu’ils n’ont pas forcément vécu directement. Nous sommes bien sûr ici dans un régime de croyance qui considère le mariage comme « le plus beau jour de la vie », dont on se souviendra jusqu’à son dernier souffle. « La cérémonie dure une heure, le gâteau peut durer trois jours, dans cinq ans la mariée ne pourra plus mettre sa robe… Mais vos photographies doivent tenir une vie entière », statue un photographe professionnel qui, pour cette raison même, fait très peu de mariages. L’attente est trop forte.

“Envoyez-nous vos photos de mariage ratées”

Cette histoire a suscité de nombreuses réactions sur Internet. Manifestement, l’incident n’est pas si rare que ça, sans aller pour autant jusqu’au tribunal et à l’organisation d’une seconde noce. Et comme tout buzz est bon à prendre pour les médias, BBC News en a profité pour demander aux internautes de communiquer leurs pires photos de mariage, dans une sorte de concours à l’envers, de surenchère du raté. On retrouve ici involontairement ce que certains artistes contemporains pratiquent délibérément, à savoir une valorisation provocatrice de ce que la photographie amateur (ou professionnelle) fait à la fois de plus convenu et de plus anti-esthétique. Les plasticiens y trouvent une source inépuisable d’inspiration pour maltraiter les normes de l’esthétique[4].

« Super ! Ce truc est si mauvais qu’il commence même à ressembler à de la photographie contemporaine ! »[5]

Pour en voir plus.

Pour des notations détaillées sur la pratique de la photographie de mariage par des photographes professionnels, cf. Agathe Després, Les professionnels face aux amateurs : l’évolution des pratiques de la photographie de famille, Mémoire de maîtrise de sociologie, Université de Nantes, 2003.


[1] Eric Lemasson, « Le crayon de Dieu n’a pas de gomme. Souvenirs d’un missionnaire en brousse normande », XXI, 8, automne 2009, p. 37 et 38.

[2] Ouest-France, 21-10-2009. C’est ce court article qui a attiré mon attention. Je l’ai complété par de nombreuses sources anglaises trouvées sur Internet où l’affaire a fait grand bruit.

[3] Cf. Les nombreuses indications de professionnels dans le long article publié en ligne par le BBC News Magazine, intitulé « How hard is it to photograph a wedding ? » : http://news.bbc.co.uk/2/hi/8292164.stm.

[4] Cf. mon texte sur « La récupération artistique de la photographie amateur », in Joëlle Deniot, Alain Pessin (sous la dir. de), Les Peuples de l’art, Paris L’Harmattan, tome 1, pp. 261-277.

[5] Commentaire trouvé sur Flick où ces images ont été amplement discutées d’un point de vue esthétique : http://www.flickr.com/groups/weddingphoto/discuss/72157622397656295/.


18 réflexions sur « Hors de la photographie, point de mariage »

  1. “Encre noire est le seul à proposer une autre approche du mariage” 🙂
    C’est gentil pour eux mais heureusement, cela ne correspond pas à la réalité. De nombreux photographes indépendants proposent un regard “autre”.

    Quel est d’ailleurs cet autre regard ? Comme le souligne bien Sylvain, échapper à un poncif, c’est souvent glisser vers un autre.

    Demande systématique de mes clients “nous voulons quelque chose de différents, un regard artistique”. Ok… Alors, je vous propose de faire votre mariage avec un jetable. Résultat brut et décalé assuré. “Euh… non… ”

    “La chose qui m’amuse est qu’également dans ce cas, le choix d’un regard prétendument décalé semble obéir à un code tout aussi strict.” (Séverine)
    Exactement.

    “L’intérêt d’une telle démarche ne serait-il pas, en marge de l’archive visuelle classique, de s’offrir une image de soi avec une valeur quasiment “promotionnelle”” (toujours Séverine plus haut)
    C’est exactement cela. Mais il me semble que cela est inscrit au plus profond du rituel du mariage. Par beaucoup de côtés, le rituel du mariage emprunte ses codes à des archétypes issus de la royauté : le chateau, parfois la calèche, la sortie d’église, et même l’église alors que la plupart des mariés sont non-croyants, le banquet… Dans les mariages arabes, c’est même explicite : les mariés président la cérémonie juchés sur des trones.

    Pour beaucoup (spécialement pour les femmes, il me semble), le mariage est l’occasion d’incarner un fantasme de conte de fée avec prince charmant, etc…
    Parallèle forcé ? Par certains côtés, cela me fait penser à la cérémonie du Shinbyu (prise de robe et tonsure des moines en Birmanie) où l’initié est vêtu comme un roi avant d’être tonsuré.

    Pour en revenir à la photo, j’ai observé que moins les mariés étaient croyants, plus la photo était importante pour eux. Ce qui me fait dire “le curé marie aux yeux de Dieu, le photographe aux yeux des hommes.”

  2. Ping : La pratique amateur de la photographie | La vie sociale des images

  3. @ Denoyelle : Sur votre suggestion, je suis allé voir ce que proposait le collectif Encre noire. Voici comment ils présentent la gageure photographique que représente tout mariage :
    “Il est toujours possible de remettre une robe et de refaire des portraits. En revanche, on ne rejoue pas une journée de mariage… [encore que. Voir notre exemple anglais. S.M.]
    Le photographe n’a donc ici aucun droit à l’erreur ! Il lui faut être un parfait technicien pour saisir rapidement l’émotion d’une scène. Il doit avoir le sens du récit, maîtriser le travail en faible lumière pour mieux souligner les atmosphères. Il doit s’intégrer, être agréable et opportun. Il doit être sensible à la famille et au bonheur des autres. Tout en étant excellent reporter, il ne doit pas négliger son travail de portraitiste et de photographe social. Le mariage est en effet un moment unique pour immortaliser plusieurs générations. ”
    http://www.encrenoire.com/FR/photographie-mariage.html

  4. Au salon du mariage, des photographes proposent des books diversifiés quant au regard, mais le plus souvent d’une affligeante conformité pour répondre aux critères de la demande et à ses invariants.
    Le collectif de photographes (ce n’est pas exactement un collectif mais c’est un peu cela dans l’esprit) Encre noire est le seul à proposer( mais seulement en plus) une autre approche du mariage
    Françoise Denoyelle

  5. @ Thierry : Vous avez raison, sauf lorsque, comme ici, les mariés rejouent la noce uniquement pour les besoins de la photographie. C’était d’ailleurs tout l’intérêt de cette histoire hors du commun.

  6. Sourire : avant d’aller à l’hôtel, les mariés doivent tout de même passer devant l’autel…
    😉

  7. La noce décapitée? Tous bien habillés, souliers cirés, alignés sur deux rangs et…Soigneusement privés de têtes par le photographe amateur commis à la tâche d’immortaliser l’événement. Une réussite totale, j’en parle des années après….

  8. “La noce décapitée” : que voulez-vous dire ? Cette expression énigmatique suscite la curiosité.

  9. Très intéressant et si révélateur de notre société: “on le vaut bien” n’est-ce pas? Donc on refait le mariage si son image n’est pas flatteuse…Le “maître” de l ‘image qui remplace le maire et le curé!
    Je conserve de mon propre mariage une superbe photo, devenue le meilleur souvenir de la journée, la noce décapitée….

  10. “Toute la vie des sociétés dans lesquelles règnent les conditions modernes de production s’annonce comme une immense accumulation de spectacles.” Guy Debord.
    N’est-ce pas ce dont il s’agit ici ? Il y a une norme du produit “mariage” et sa reproduction doit suivre ces normes, hors de ce chemin point de salut.
    Il faut aussi rentabiliser le temps passé à visiter onze salons consacrés au mariage. Le temps c’est de l’argent. Mais faire racheter par l’argent un temps qui est quand même censé rester unique, ça m’épate.

    • Comme toutes les cérémonies, le mariage a toujours été un spectacle : celui de l’alliance officielle de deux familles scellée par l’union de deux de leurs membres. La dimension spectaculaire n’est donc pas une nouveauté dans ce genre d’évènements qui, sauf circonstances très particulières, n’entend pas passer inaperçu.
      Ce qui me semble en jeu ici, c’est la mémoire officielle de ce spectacle, ses exigences, son économie, son droit et – nouveauté cette fois – le fait de le rejouer pour s’assurer que les acteurs en conserveront les traces visuelles adéquates.

  11. @sébastien c : Il est vrai que les marches de l’hôtel sont d’un tout autre genre que celle qui mène à l’autel autour duquel nous sommes ici rassemblés … Mais faisons crédit à l’auteur et maître de cérémonie d’avoir suffisamment de hauteur de vue pour lui pardonner cette distraction, et peut-être ce lapsus…

    @sèverine pachs : Oui, la commande de reportages décalés est en effet devenu un biais pour l’industrie du mariage de capter une nouvelle clientèle en s’adaptant aux nouveaux usages. Je ne ne sais pas combien de “genres” sont en revanche inscrits au catalogue de toutes ces officines, bien que le “reportage d’auteur” soit vraisemblablement celui qui y figure en meilleure place (mais y ‘en a t’il vraiment d’autres ?).

    Toutefois, et pour suivre ma première idée,on peut se demander aussi dans quelle mesure ces “regards subjectifs” sur un évènement si normatif et socialisant que le mariage ne participe pas un peu (beaucoup, passionnément etc…) de l’atomisation de la société et de sa fragmentation en communauté et groupes qui fondent si bien sa “diversité”. Même si, par ailleurs, on peut penser que l’appel forcené aux codes de tel ou tel genre (mais à ces codes seulement) est moins une libération qu’une affirmation aux rituels qui, encore un peu, assurent une forme d’intégration au corps social.

    Happy few et autres hypes, où sont vos photographies de mariages… si mariage il y a ?

  12. Assez actuel, en rapport à mon activité récente. En effet, j’avais fait – il s’agit bien souvent de “faire” – quelques mariages dans un périmètre familial et amical, travaillant alors dans le milieu de la photo (matériel, vente, réparation). C’était alors un rendu sensible et proche qui a alors comblé, tant pour le cadre que pour la situation, mes proches commanditaires. Ayant foiré mon propre mariage il y a plus de quinze ans, je n’avais pas repris ce chemin de prise de vue, jusqu’à cet été où j’ai accepté de prendre les photos du mariage de la fille d’un médecin que je consulte, à leur demande. Et c’est vraiment difficile ; de la discussion sur les prix, les formats à restituer(pas de standard papier, pas de copies numériques : les originaux), les demande de modifications (pas cette personne sur la photo aux côtés de lui, celle là plus nette, celle ci plus claire) de recadrage (pas la jambe de ma mère sans ma mère, pas la tête du témoin sans ses cheveux).
    Pas sûr d’en accepter de nouveau, pas à ce prix (500 €)
    surtout que les rapports aux labos sont aussi très compliqués ; peut-être aussi une question de prix.
    On a du savamment flatter mon regard “décalé” comme dit @Séverine, et mon égo a démarré !…
    Voilà juste pour un témoignage côté “oeil”,
    pour d’éventuelles curiosités : elpeyo.book.fr

  13. Bonjour,
    Je constate également, peut-être en réaction “bobo” au mécanisme que vous décrivez, une tendance parallèle qui recherche la couverture photographique du mariage d’une manière décalée. Tant de couples, actuellement, souhaitent “échapper” aux sacro-saints découpages de gâteaux et autres et font la demande d’une vision “personnelle” ou “décalée” de l’évènement. L’offre semble suivre cette demande et de nombreux photographes tentent de proposer de nouveaux “produits-mariages” (exemples: votre mariage à la manière reportage, ou on stage/backstage, vus dans les vitrines de commerces photographiques, ou encore choix d’un photographe plasticien éloigné de cette pratique…). Pardonnez cette inflation de guillemets, mais je reprends ici des choses entendues ou discutées avec des professionnels qui constatent cette tendance vers cette vision “hype” de l’activité.
    La chose qui m’amuse est qu’également dans ce cas, le choix d’un regard prétendument décalé semble obéir à un code tout aussi strict. On optera pour un tel produit pour la constitution de l’image du couple, de son identité visuelle dans un moment-clé et ritualisé tout de même, sans concéder jamais une liberté totale au photographe, bien évidemment (gare à lui, si aucune image ne présente dignement la robe!). L’intérêt d’une telle démarche ne serait-il pas, en marge de l’archive visuelle classique, de s’offrir une image de soi (l’occasion en est le mariage, le budget prévu à cet effet, donc justifié) avec une valeur quasiment “promotionnelle” (originalité du regard, audace du choix esthétique, pseudo non-conformisme, ou autre)?
    Les couples délèguent au photographe le travail de mémoire de l’évènement, et parallèlement (ou est-ce le même mécanisme?) j’ai le sentiment que certains commencent à profiter de ce rituel de l’image dans une logique de communication qui se rapproche du choix de l’avatar ou de la photo de profil sur les réseaux sociaux…

  14. @ uthagey
    « Le rapport au prêtre (et au cérémonial) […] est complètement décalé des usages attendus et, visiblement, nombreux sont ceux qui ne savent plus comment faire […]. »

    C’est si vrai que dans un article comme celui-ci, on ne va pas même plus l’autel mais à l’hôtel…

    Alors…
    😉

  15. (ah, Ah…. on retrouve les mêmes !)
    Et bonjour à S. Maresca croisé en d’autres lieux, et en un autre `temps déjà

    Une chose : au titre des rituels, le mariage va avec l’enterrement.

    Autre chose.
    Tout photographe “patenté” s’est déjà trouvé en situation d’accepter ou de refuser une “demande personnelle” de photographier un mariage. Et que ceux qui n’ont jamais eu la faiblesse d’accepter une seule fois… s’expriment ici où se taisent pour toujours ! Ayant donc cédé à une telle requête, ce que je peux dire aujourd’hui (au-delà des normes du genre) c’est surtout que les normes du mariage tout court (et y compris des enterrements…) sont en train d’être revues.
    Ayant un peu marié et aussi enterré ces dernières années, j’ai été particulièrement frappé par la pertes des repères ET surtout de savoirs-faire que l’on croit (encore) partagés durant ces cérémonies. Je crois que ces moments là sont véritablement un temps où l’on peut constater le degré de sécularisation de la société … Le rapport au prêtre (et au cérémonial) et plus encore le rapport au croque-mort “privé” lors des incinérations est complètement décalé des usages attendus et, visiblement, nombreux sont ceux qui ne savent plus comment faire (l’origine sociale ne semble pas ici en cause, puisque les expériences vécues l’ont été au sein de milieux sociaux très différents).

    J’imagine que l’attente en matière de photographie, mais sans l’avoir vérifier positivement, ne doit pas être la même chez ceux qui scénarisent leur mariage hors des codes religieux et donc de l’inévitable sortie d’église, en grandes pompes (pas encore funèbres, toutefois…). Et la remarque vaut aussi pour les enterrements.

    La photographie de mariage est au sacré (comme le dit bien l’article) ce que le blanc était à la virginité. Le voile de St-Hymen ayant été déchiré depuis longtemps par la plupart des protagonistes ou adeptes du genre, on peut supposer que les plus éclairés ont déjà dépassé cet attachement au souvenir préfabriqué au profit d’une véritable expérience existentielle. C’est à vérifier sans doute…

    Appel à témoins, donc
    (si j’ose dire !)

  16. Diablement intéressant. La photo (comme le mariage peut-être) sert souvent à fabriquer le conformisme. Je me souviens m’être fait engueuler vertement par une vague cousine pendant le “grand mariage” de sa fille parce que j’y filmais des détails qui lui semblaient superflus ou trop originaux (pas de quoi fouetter un chat pourtant : la mariée fatiguée, des enfants gardés par un dessin animé dans une pièce du château, etc.)
    Ici la photo de famille ne sert pas à conserver la mémoire du temps qui passe mais à cristalliser un moment idéalement banal, et, comme le dit bien votre exemple, pour lequel le fait (une belle fête) compte moins que de pouvoir croire et se faire croire que cette journée s’est passée comme le montrent les photos.

  17. Très beau symptôme. Quelque chose d’une pensée magique de la photographie qui se joue là, exacerbée par le modèle médiatique. On attend que la photo idéale d’un moment idéal se réalise, comme au cinéma, de manière purement métaphysique. Dernier degré de la disparition du dispositif – que les qualités de la dernière génération d’appareils numériques, avec lesquels il devient difficile de rater une photo, tendraient à encourager…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.