Pouce !


Capture d’écran sur le site http://fr.euronews.net


Hier s’est déroulée une manifestation devant l’ambassade de France à Bucarest pour protester contre la politique d’expulsion intensifiée à grand bruit depuis cet été par le gouvernement français.

En dehors des habituelles banderoles porteuses de slogans indignés, on pouvait remarquer plusieurs manifestants arborant à hauteur du visage l’image agrandie d’une empreinte digitale. Ce motif iconographique évoque deux questions :

– Tout d’abord, celle du droit à l’image : il est de plus en plus fréquent, sur les photos de manifestations, de voir des personnes masquées par les panneaux ou banderoles qu’elles portent, soit qu’elles le fassent délibérément pour ne pas risquer d’être reconnues – on peut imaginer en particulier que certains des manifestants de Bucarest, dont on dit qu’il s’agissait de Roms, ne tenaient pas à pouvoir être identifiés pour se préserver la possibilité de venir prochainement en France sans être inquiétés d’entrée ; soit que les photographes ou rédacteurs photos des organes de presse préfèrent retenir précisément les clichés sur lesquels les visages des personnes échappent ainsi à la vue, afin d’éviter tout risque de procès pour violation du droit à l’image.

– Ensuite, le signe de l’identification : il est frappant de constater ici que l’empreinte digitale est brandie comme le signe qui identifie chaque individu. Nous sommes entrés dans l’ère du passeport biométrique, pour lequel la photographie d’identité ne revêt plus qu’une importance relative, complétée qu’elle est par des données directement prélevées sur le corps de la personne concernée. Dans le même temps, les manifestants de Bucarest arborent tous la même empreinte, qu’ils détournent donc pour en faire d’une part un symbole de la surveillance policière généralisée, mais encore un masque anonymisant, se jouant ainsi du signe censé les démasquer.


10 réflexions sur « Pouce ! »

  1. @ Sylvain Maresca : Je suis en train de creuser (en tant que béotien) cette question spécifique du droit. Il apparaît cependant — et on s’en serait sans doute douté — qu’il y ait un certain écart entre ce que chacun d’entre-nous sommes tenu de respecter vis-à-vis de la personne que nous pendrions en photo dans l’espace public et dont nous diffuserions la photographie — ici le problème devient spécifique aux types d’utilisation de l’image mais est de toute façon subordonné à la question du consentement — et ce que les agents de la force publique seraient amenés à pouvoir produire comme images sous couvert de maintient de la sécurité du territoire qu’il faudrait être à même de garantir en réalisant, préventivement, les portraits de leaders ou bien de groupes de manifestants et dont bien évidemment, les images ne seraient pas destinées à diffusion publique — mais ”tout juste” possiblement entrées dans des bases de données potentiellement analysable par un logiciel de reconnaissance faciale qui permettrait de relever des occurrences de visages et de constituer des bases de données individualisées (différents indices me laissent penser que je ne suis pas que dans la fantasmagorie). L’infrastructure logicielle n’est pas encore forcément en place mais de toute façon il n’y a là rien de nouveau sous le soleil, ce travail étant réalisé depuis bien longtemps ”manuellement” par les services de renseignement. Ce qui m’intéresse là c’est que se met en place les conditions d’une recherche automatisée à partir du visage pris en tant qu’”objet”, c’est ce déplacement du face-à-face de la ”rencontre” à la recherche automatisée basée sur la définition de normes faciales (et également comportementales, voir ici http://www.aist.go.jp/aist_e/latest_research/2007/20071218/20071218.html structure se basant sur le traitement des images issues des caméras de vidéo surveillance) qui m’intéresse particulièrement.
    La recevabilité juridique d’une image produite par la police sous couvert de maintient de la sécurité du territoire dépend du contexte et des faits qui se produiraient postérieurement à la prise de vue (tiens, tiens, ça me rappellerait bien un film ”d’anticipation” de Steven Spielberg ça…), on peut imaginer qu’étant en ”plan vigi…” pas encore écarlate mais rouge depuis un bon bout de temps et pour quelques temps encore, il y ait une certaine souplesse d’appréciation de recevabilité eu égard à ce contexte particulier, mais je ne suis pas un juriste, il faudrait les précisions d’un spécialiste…
    Il est effectivement essentiel de se poser la question du droit — qui n’est pas ”supposé” mais effectif — que chaque individu peut opposer à la publication de son image dans un contexte de mise à disposition d’applications toujours plus performantes basées sur la recherche d’images à partir de la reconnaissance du visage. Les ramifications de cette automatisation du traitement de l’image du visage sont nombreuses et la réflexion sur ce sujet engage le croisement de plusieurs champs et de plusieurs disciplines spécifiques…

  2. Je suppose que l’on peut considérer qu’à priori les images des caméras de vidéo-surveillance sont destinées à n’être diffusées que dans un cercle très privé. 🙂
    Mais c’est vrai qu’il y a eu des images réalisées en vidéo surveillance qui se sont retrouvées sur Internet, suite à une indélicatesse. C’est le même problème que les fichiers. Dès lors que l’information existe, la fuite est toujours possible.
    http://www.rue89.com/chinatown/2008/01/23/chine-big-brother-se-rince-loeil-a-la-videosurveillance
    On trouve pas mal d’exemple sur youtube
    et un site http://www.videosurveillance-infos.com/tags/cambriolages/ qui me semble destiné à encourager les villes à passer à la vidéo-surveillance.

  3. @ Thierry : Je n’ai pas pris position pour le droit à l’image contre la surveillance policière. Je m’interrogeais seulement sur les dilemmes juridiques qui pourraient résulter de la contradiction entre le droit à l’image et ce décret qui incrimine la dissimulation du visage dans le cadre de manifestations publiques. Seul un juriste pourrait trancher cette question, qui n’en est peut-être pas une.
    Le droit à l’image ne limite pas la possibilité de photographier les gens dans l’espace public, il interdit seulement de publier ces clichés contre leur gré. De la même façon, il me semble que les caméras de surveillance peuvent filmer ce qui se passe dans la rue, mais pas conserver les images au-delà d’une certaine durée (?). C’est assez proche, me semble-t-il. Mais encore une fois, je ne suis pas juriste.

  4. @ Sylvain: Le point de vue du photographe
    Pouce! N’instrumentalisons pas une fois de plus le supposé droit à l’image au nom, cette fois-ci, de la lutte contre les caméras de surveillance. 🙂
    Qu’en tant que citoyen tu t’opposes au flicage généralisé, c’est bien entendu légitime. Mais que pour justifier ta juste indignation, tu fasses référence au « droit nécessaire à chaque individu sur son image » me semble plus contestable.
    Ce n’est pas au nom du droit à l’image qu’il faut contester l’état policier. La réflexion doit porter sur l’ensemble des données personnelles collectées par la police et la façon dont elles sont conservées et utilisées. Que l’on stocke ton image, ton ADN, l’empreinte de ton pouce ou la liste des livres que tu as empruntés à la bibliothèque comme dans l’Allemagne des années de plomb, le problème est le même.
    Lorsque tu circules à visage découvert dans l’espace public, tu imposes le spectacle de ton visage aux autres usagers de l’espace public et inversement tu ne peux les empêcher de te voir ou de te photographier. La photographie ne fait que montrer ce que tous ceux qui t’ont croisé ce jour là ont eu l’occasion de découvrir. Alors si la police a installé sur ton parcours des caméras de vidéo surveillance et qu’elle utilise ensuite des logiciels de reconnaissance faciale, je comprends que cela t’angoisse, mais tu es peut-être déjà pisté grâce à la puce de ton téléphone portable!

  5. @ Franck : Merci encore. N’hésitez pas à nous faire partager vos connaissances et appréciations si pertinentes.
    Je découvre grâce à vous que l’enjeu majeur de ces nouvelles formes d’identification des individus repose sur la mise en œuvre d’outils permettant de les identifier à leur insu. Ce n’est guère réjouissant.
    Le « Décret n°2009-724 du 19 juin 2009 relatif à l’incrimination de dissimulation illicite du visage à l’occasion de manifestations sur la voie publique », dont j’ignorais l’existence, soulève alors un problème épineux : comment ce souci de flicage ou, pour mieux dire, d’espionnage généralisé peut-il s’ajuster au nécessaire respect du droit de chaque individu sur son image ? Est-ce que la capture de l’image d’un manifestant à son insu est recevable juridiquement ?

  6. Je profitais depuis quelques temps — à distance — des éclairages de ce groupe de recherche, si je peux maintenant apporter à mon tour quelques pierres utiles à l’édifice, j’en suis très heureux. Pour revenir au sujet, c’est justement dans les nouvelles « applications » se basant sur l’image numérique du visage — ainsi que dans la façon dont les artistes s’emparent de la problématique de l’identification automatisée — qu’il y a matière à creuser (en fait je l’avoue… c’est le cœur de mon sujet de thèse…) Et votre constat est tout à fait intéressant : «  lorsqu’on regarde ce qu’il reste de sa propre photographie »… Ce qu’il reste en effet, ce n’est plus qu’un visage qui se doit d’être « neutre », ne devant plus arborer de sourire (ce que les photographes du studio en bas de chez nous s’escrimait à tenter de nous extirper…) mais devant se modeler en fait aux capacités actuelles des systèmes d’analyse d’image. Ainsi l’image intégrée à notre passeport, recouverte de sigles n’est-elle plus tant là pour constituer la base d’une identification lors du passage de frontière, d’une validation de ressemblance confiée à un « humain » mais plutôt comme « reste » en effet, comme ce qu’il reste du visage modelé pour l’analyse et destiné à l’identification automatisée à distance. J’insère ci-après juste quelques mots de Michel BELAND — Expert sécurité et sûreté de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) — (toujours dans l’audition de 2006 sur « La biométrie » dont les références se trouvent dans ma première réponse), mots relatifs à ce choix international fait sur les mesures anthropométriques comme données biométriques à intégrer aux passeports biométriques : « Pour les documents de voyage, le passeport a été établi qu’il n’était pas souhaitable de choisir la biométrie la plus performante pour ensuite ajuster les exigences en matière de document de voyage. (…) La reconnaissance faciale est arrivée en tête de compatibilité avec un taux évalué à 85 %, suivi au même niveau par l’empreinte digitale et l’iris avec une compatibilité des besoins identifiés à 65 %. La reconnaissance faciale ou le visage sera publié dans les spécifications techniques comme étant l’élément essentiel pour l’intégration de données biométriques sur le passeport en laissant l’option aux États qui le désirent d’ajouter l’empreinte digitale et l’iris.
    Pourquoi le visage ? Finalement, le visage facilite l’authentification par l’observation, l’engagement ou la coopération de l’individu n’est pas requis comme tel, et cette technique permet de confirmer l’identité du détenteur de document à 100 %, en comparant avec la photo. » Un des points de travail problématique qui me semble très intéressant ici, c’est ce que soulèvent ces mots lourds de sens, « l’engagement ou la coopération de l’individu n’est pas requis comme tel », c’est en tout cas un des axes sur lequel j’essaye de travailler dans ma recherche…

  7. @ Franck Leblanc : Merci mille fois pour ces précisions passionnantes. J’ignorais tout de ces questions et c’est en néophyte que j’ai avancé l’hypothèse d’un effacement progressif de la photographie devant les empreintes digitales. Il est vrai que :
    1. Alphonse Bertillon lui-même avait rapidement reconnu que la photographie ne permettait pas d’identifier avec certitude et que les empreintes digitales étaient bien plus prometteuses ;
    2. lorsqu’on regarde ce qu’il reste de sa propre photographie sur un passeport biométrique, estompée sous un film plastique, recouverte en partie par des figures géométriques, la mention répétée « République française », dupliquée en noir et blanc sous les informations nominatives, on a du mal à croire qu’elle puisse encore servir à nous identifier.

  8. Quote : « ère du passeport biométrique, pour lequel la photographie d’identité ne revêt plus qu’une importance relative ».
    Certes nous savons que les empreintes digitales ont vite dépassé le portrait anthropométrique dans le processus d’identification. Et continuant dans cette prédominance des empreintes digitales sur la reconnaissance d’après photographie, depuis la numérisation des données biométriques, la vérification par empreintes digitales numérisées représente encore presque la moitié des systèmes biométriques installés (sources International Biometric Group, 2004). Cependant pour Bernadette Dorizzi (Telecom Management SudParis) — dans « La biométrie est-elle réellement efficace ? Un point sur les techniques », Université AFCDP, 7 février 2008, p. 13 —, « l’empreinte digitale reste la biométrie la plus utilisée mais le visage gagne du terrain », et cette tendance à un retour à l’analyse du visage dans les procédures d’identification se retrouve par exemple également dans une déclaration faite par Bernard Didier, Directeur scientifique et du développement des affaires (groupe Safran) le 4 mai 2006, devant l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, dans une audition publique dont le thème était « La biométrie », « les programmes européens « 3D Face », dont nous assurons la coordination, ont clairement pour objectif de mettre le visage à un niveau de performance comparable à celui des empreintes digitales ».
    Je pense donc qu’il y a au contraire une tendance à l’inversion dans les procédures destinées à l’identification — ici le cas d’une manifestation —, entre les empreintes digitales et la photographie du visage. Il me semble que le « Décret n°2009-724 du 19 juin 2009 relatif à l’incrimination de dissimulation illicite du visage à l’occasion de manifestations sur la voie publique » peut peut-être nous indiquer cette volonté toujours présente de pouvoir identifier à distance et ce maintenant par le biais de dispositifs dont les images pourraient être filtrées par des applications de reconnaissance faciale. La photographie numérisée à partir des papiers d’identité (carte ou passeport) tient une place importante dans l’arsenal des services souhaitant procéder à des « identification ». La reconnaissance faciale offre cet avantage de pouvoir opérer « sans contact », contrairement aux empreintes digitales nécessitant la « coopération » de l’individu à identifier. Et il me semble qu’un des enjeux majeur de l’identification reposant sur l’image du visage — qui peut se retrouver déjà dans le slogan « Need to know sooner » du programme « Human ID at a distance » de la Darpa — est bien justement le développement de solutions, de systèmes s’appuyant sur les photographies d’identité réalisées selon la norme en vigueur (ISO/IEC 19794-5 : 2005) et permettant de travailler en l’absence de contact, en l’absence de consentement du sujet ciblé.
    Le fait que la puce conservant les données numérisées des empreintes de deux doigts ainsi que l’image du visage dans les passeports dits « biométriques », soit une puce RFID — dénommée « sans contact » dans le « Décret n° 2005-1726 du 30 décembre 2005 relatif aux passeports » — peut également rendre les empreintes vérifiables « à distance », encore faut-il que la personne ciblée pour l’identification porte son passeport biométrique sur elle, ce qui limite ce cas aux aéroports ou aux zones frontalières, jusqu’au jour où nous aurons l’obligation de porter sur nous un titre d’identité biométrique…

  9. Le rapport à l’image a changé considérablement avec l’invasion du numérique et son partage sur Internet. La police anglaise utilise les caméscopes pour dissuader les « hooligans » d’agir (en tant que politiste du sport, cela me paraît assez naïf comme procédé car les hooligans / casuals n’existent que par l’image et pour l’image mais ça semble vaguement marcher pour l’instant). Les manifestants se cachent plus volontiers. J’ai récemment photographié une manifestation anarchiste et une dizaine de personnes m’ont intimé l’ordre de ne pas photographier les visages. Le premier rang de cette manifestation portait des foulards cachant très largement les visages, de toutes les façons.

    http://davidikus.blogspot.com/
    http://davidranc.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.