Des "produits" pour un marché mondial

Voici l’exemple d’un photographe professionnel, spécialisé dans la photo industrielle : il produit des images en série pour illustrer des catalogues d’entreprises dans différents secteurs d’activité. Il est à la tête d’un studio qui emploie une dizaine de personnes. Pour réaliser le même chiffre d’affaires qu’il y a dix ans, il produit aujourd’hui beaucoup plus d’images, beaucoup plus rapidement, pour environ 200 clients différents. Son commercial prospecte sans relâche.

Avec le passage au numérique, ce photographe a abandonné toute préoccupation du droit d’auteur. Il fabrique des « produits » pour une économie de marché. « Le fichier, dit-il, une fois que vous le livrez, vous ne pouvez plus le suivre. C’est fini. »

Pourtant, son nom apparaît comme signature de certaines de ses images… sur fotolia !
Car, après avoir essayé de créer sa propre photothèque sur internet, sans grand succès commercial, il a mis en ligne quelques dizaines de clichés d’illustration sur ce site tant décrié par nombre de ses confrères, et il s’en porte bien car il affirme en tirer régulièrement des revenus. Selon lui, le prix de vente est certes bas, mais il est amplement compensé par le nombre de ventes puisqu’il s’agit d’une photothèque « mondialisée ». Au bout du compte, il gagnerait sur chaque image l’équivalent de ce qu’il pouvait gagner auparavant par le biais d’une agence. A charge, bien entendu, de mettre sur fotolia des clichés « basiques », sans connotation culturelle particulière, susceptibles d’être achetés partout dans le monde (occidental).

Sur le même sujet : Photographes : sociologie d’une profession mal connue


7 réflexions sur « Des "produits" pour un marché mondial »

  1. Ping : La question des amateurs | La vie sociale des images

  2. Ping : Technologie obligée | La vie sociale des images

  3. @Sylvain Merci, je comprends mieux dans ce cas. Son fonctionnement est assez classique alors. Encore que sa structure avec une entreprise d’une dizaine de personnes est exceptionnelle et inspire le respect. En photographie industrielle, la facturation de droits d’auteur a toujours été difficile.
    En simplifiant, avant le modèle de distribution numérique:
    Les photographes illustrateurs (ceux qui sont morts aujourd’hui) vivaient du droit d’auteur. C’était en fait, en dehors de toute considération culturelle ou idéologique, le mode de rémunération le plus fonctionnel pour les clients et pour les photographes. Les clients achetaient des droits correspondants à leurs utilisations sur des photos pré-existantes. Le forfait était compliqué et source de frustrations pour toutes les parties. Le client qui trouvait le forfait toujours trop élevé par rapport à ses utilisations réelles, le photographe qui avait toujours peur de se faire « avoir » avec des utilisations plus larges que celles qu’on lui avait annoncé au moment de la négociation. Le sentiment était que l’on pouvait parvenir à un « juste coût » en négociant à partir des barèmes de l’ANNPM puis ensuite de l’UPC qui servaient de base de négociation aux deux parties. Les photographes dont l’illustration n’était pas l’activité principale, bénéficiaient de son fonctionnement pour leurs photos personnelles qu’ils déposaient dans les agences d’illustration comme ton photographe aujourd’hui avec Fotolia.
    Les photographes travaillant avec les grosses agences de pub facturaient beaucoup plus facilement des droits d’auteur. Là encore les deux parties y trouvaient leur avantage (agences/photographes). Les agences facturaient très cher leur prestation à l’annonceur, entre autres parce qu’elles trouvaient toujours le spécialiste du produit ou du type de photographies souhaité par l’annonceur. Les droits d’auteur étaient la manifestation vis à vis de l’annonceur du statut d’auteur et du caractère exceptionnel du photographe. Par ailleurs je suppose que de même qu’un PDG salarié, pour se faire voter un salaire exorbitant par son conseil d’administration, va commencer par augmenter sérieusement ses plus proches collaborateurs pour démontrer que l’excellence des managers a un coût, une agence de pub va privilégier des fournisseurs très chers pour justifier ses émoluments et ses commissions. 🙂
    Avec les clients directs, c’était plus compliqué. Tous les systèmes cohabitaient parfois pour un même photographe. Les PME avaient beaucoup de mal à admettre que la commande qui leur avait déjà coûté très cher (de leur point de vue bien entendu) soit comme retenue par un élastique. Qu’elle ne soit pas leur propriété. De plus objectivement, la plupart de leurs images étaient ce que l’on pourrait appeler des photos kleenex. A jeter après une utilisation. Les photographes de leur coté étaient partagés entre deux sentiments, une frustration sociale, le droit d’auteur c’était autant une revendication d’être reconnu comme artiste qu’une revendication économique (et facturer ou non du droit d’auteur un élément de différentiation sociale entre les photographes d’ailleurs), et la peur de perdre un client qui commandait beaucoup de photos kleenex et que l’on risquait de perdre en refusant l’éventualité d’une utilisation exceptionnellement plus large que d’habitude. Avec les grosses entreprises disposant d’un service de communication plus ou moins étoffé, c’était plus compliqué, car d’un coté ils avaient l’habitude de payer des droits d’auteur lorsqu’ils passaient par des agences, et de l’autre pour leurs photos internes et le plus souvent kleenex, ils vivaient aussi mal que les PME le fait de devoir payer des droits. Il était d’ailleurs tout à fait exceptionnel que leurs photographes « de proximité » voient leurs oeuvres utilisées par les agences du groupe pour les raisons que j’ai évoqué précédemment. De ce fait tous les systèmes cohabitaient avec une tendance lourde pour une cession de droit forfaitaire plus ou moins étendue incluse dans les honoraires.
    Sur le fond, ce serait intéressant de connaître sur les 2 dernières années le produit réel de ses cessions sur Fotolia car là il me semble à contre-courant de mon expérience personnelle et des quelques retours (je ne suis plus actif dans les mouvements professionnels depuis une dizaine d’années et mon information est nécessairement limitée et parcellaire) que j’ai encore de mes copains photographes.

  4. @ Thierry : Les photos qu’il met sur Fotolia sont des clichés d’illustration, réalisés en dehors de ses commandes de photographie industrielle. Quant aux photos qu’il livre à ses clients, il les leur cède complètement. Pour lui, ce sont des « produits » destinés à un acheteur, sans plus aucune notion de droit d’auteur. Il n’y a finalement, et c’est assez paradoxal, que sur Fotolia qu’il se considère comme un auteur ! Mais le chiffre d’affaires généré par ses ventes en ligne est tout à fait minoritaire par rapport au chiffre d’affaires de sa production industrielle. C’est comme s’il avait un travail personnel (comme tant d’autres photographes professionnels), sauf que, chez lui, même son travail « personnel » est commercial.

  5. J’ai un peu de mal à comprendre son modèle économique. Pour la commande, il a un (ou plusieurs ?) commerciaux exceptionnels. Mais les photos qu’il vend à bas coût sur Fotolia on été payées plein pot (ou en tout cas à défaut de droit d’auteur en intégrant dans son forfait ses couts de production).
    Comment réagissent ses clients lorsqu’ils trouvent les photos qu’ils ont achetées à un prix de marché, sur Fotolia à bas coût?
    Photos qui seront peut-être achetées par un de leurs concurrents, qu’ainsi ils auront indirectement financé?

  6. Ping : Tweets that mention Des “produits” pour un marché mondial | La vie sociale des images -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.