Voilà pour la photo

France Inter, ce matin, journal de 7 h :

Pour lancer son sujet sur le début des journées parlementaires de l’UMP (qui se sont ouvertes hier à Biarritz), le journaliste relaie le mot d’ordre d’unité qui a été mis en avant par les principaux ténors de la majorité, avant d’ouvrir une autre page de son commentaire, moins consensuelle, par cette formule : « Voilà pour la photo. »

Autrement dit, ceci n’est que la façade d’une guerre des chefs à quoi s’attendent tous les participants et les commentateurs.

Sur le modèle de la photo de famille, qui ne célèbre que les moments heureux et plus particulièrement les rituels conçus pour formaliser l’unité de la famille, la photo officielle d’une rencontre publique est destinée à rassembler les participants dans une image qui exalte la concorde, à tout le moins la coexistence pacifique, en gommant tout ce qui pourrait laisser transparaître des divisions. En même temps, aussi bien la photo de famille que le cliché officiel d’un sommet ou d’une rencontre officielle sont devenus, dans le langage courant, la métaphore de la façade et de l’hypocrisie. En témoignent ces nombreuses affiches de films qui mettent en avant une famille dans son évidence dynastique alors que l’intrigue se complaira, au contraire, à traquer par le menu les fractures internes et les conflits ouverts.

Dans le cas présent, le goût prononcé des médias pour les photos de mimiques détonantes, qui entrent en contradiction avec l’air policé attendu dans les jeux politiques entre alliés, risque fort de faire avorter toute tentative de produire la photo idyllique espérée ou, plus sûrement encore, d’en ruiner par avance la crédibilité.


Site internet de L’Express


3 réflexions sur « Voilà pour la photo »

  1. @ Sylvain Maresca : filage de « Pouce! » par rapport à l’utilisation que vous avez faite ici de la recherche images de Google. Vous aurez sans doute repéré la possibilité offerte (depuis juillet 2009) d’effectuer une recherche avec un critère de sélection concernant le visage. Cette fonctionnalité découle des nombreuses recherches allant dans le sens d’une indexabilité des contenus à partir de la détection d’un visage dans l’image, l’étape d’après est la reconnaissance, qui n’est pas encore disponible sur la page de Google elle-même mais dont on peut trouver une expérimentation sur le site de l’idiap, sous le nom de Google Portrait.
    Faire le test dans Google image avec « université paris » par exemple, observez les résultat, puis cliquez ensuite sur le critère « Visages » apparaissant dans la colonne de gauche et les résultats observés sont tout autres…

  2. La comparaison est intéressante. Il s’agit de faire bien attention aux photos ceci dit. Le contexte d’abord : on trouve deux affiches (montrant les personnages) v. une couverture (montrant les acteurs). L’organisation des photos elles-mêmes : l’affiche de l’heure d’été montre, en extérieur, dans un décor naturel, une famille qui est groupée (unie ?), organisée par des couples, avec leurs enfants, sur un fond lumineux et presque joyeux. L’affiche d’Amore présente, dans un intérieur sombre (marronnasse) & bourgeois (éclairé par un lustre – lumière artificielle), des personnages qui posent, loin les uns des autres, et une image fortement structurée (artificielle).

    Le message est donc fort différent : naturel v. artificiel, couleur v. marron, groupe uni v. désuni. On conclut à l’unité familiale (même sur le thème de l’unité retrouvée à la fin du film) v. dissensions familiales.

    La dernière photo est évidemment plus difficile à interpréter. Les enjeux (relations entre acteurs plutôt que personnages) sont différents et nous ne les connaissons pas tous…

    http://davidikus.blogspot.com/

Répondre à Sylvain Maresca Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.