Portrait-écran

Dans un précédent billet, j’avais souligné l’omniprésence des médias dans les photos d’événements, à partir d’un cliché saturé par la concentration des appareils photos et des caméras au point de nous dérober la personnalité qui faisait l’événement.

En voici un nouvel exemple, pris dans l’actualité française :


On y reconnaît Jean-François Copé. Je devrais plutôt dire : on y entrevoit Jean-François Copé, tant la masse et l’écran de la caméra qui le filme empiètent sur son visage et occupent de place dans l’image. Nous sommes ici en présence de ce motif visuel récurrent : l’événement médiatique, résumé à la personnalité qui se trouve au cœur de l’actualité et au dispositif d’enregistrement des médias qui font à proprement parler ledit événement. De plus en plus, dans ce type de cliché, la personnalité tend à s’effacer devant le dispositif médiatique. Il suffit qu’il en reste assez pour la reconnaître : souvent une partie de son visage, voire seulement sa silhouette…  Le reste de la surface du cliché est accaparé par la représentation du dispositif médiatique, accentuant cette impression d’un véritable déferlement d’objectifs et de micros, comme il sied pour tout événement jugé important. Jugé important par qui ? Par les médias, précisément. Nous sommes ici à l’évidence dans une économie circulaire1 : les médias formalisent l’importance de l’événement en hypertrophiant la place qu’ils y occupent.

Si l’on se place du point du vue du photographe dépêché pour couvrir cette prise de parole de Jean-François Copé (ici Jacques Demarthon, de l’AFP, qui l’a déjà beaucoup photographié), la question est : comment réussir à faire de ce leader politique, qui intervient sans cesse dans l’actualité, un énième portrait qui ne soit pas la plate répétition des n-1 précédents ? Pour composer l’image, le visage de Jean-François Copé est utilisé comme une vignette mnémotechnique dont l’insertion, même partielle, suffira au lecteur pour le reconnaître. Une fois ce rappel inséré dans le cadre, le photographe a toute latitude de compléter son cliché par d’autres éléments jugés pertinents pour l’actualité concernée : d’un côté, la symbolique de l’événement dont il a déjà été question et, de l’autre, celle de l’écran – en l’occurrence celui d’une caméra qui renvoie à l’image télévisée et, par association d’idées, au dossier de la publicité sur France Télévision.

C’est ainsi que tout ce qui, dans cette image, fait écran au portrait classique – dégagé, frontal – devient le portrait même : juste ce qu’il faut pour identifier le personnage et tout le nécessaire, particulièrement envahissant, pour symboliser l’événement.

  1. Bien résumée par cette étudiante d’Info-Com : « La photo montre la caméra qui montre le réel », que je reformulerais plutôt ainsi : « La photo montre la caméra qui montre une situation réelle destinée aux caméras. » []

13 réflexions sur « Portrait-écran »

  1. Merci Jacques Demarthon de vous être prêté au jeu des commentaires autour de votre photo. Le travail d’analyse et d’interprétation gagne en profondeur, et en complexité, lorsqu’il se frotte à la pratique et aux opinions des acteurs.

  2. beaucoup de commentaires que je lis ici sont pertinents, mais beaucoup (parfois les mêmes) confondent l’intention du photographe avec leur présupposé: éternel antagonisme entre le média-instrument idéologique (du pouvoir bien sûr) et du média-militant (mais pas idéologique bien sûr). L’un fournissant des images évidentes à lire et comprendre, donc douteuses, et l’autre faisant des images difficiles et décalées, mais Ô combien honnêtes, bien sûr!
    En agence de presse généraliste, on travaille pour des supports extrêmement variés; on essaie donc de montrer des angles, des points de vue, des opinions variés. Bien sûr, chaque journaliste texte ou photo, essaie de mettre l’accent ou d’insister sur quelquechose qui lui tient à coeur. Ensuite, les illustrateurs des journaux choissisent eux aussi, ce qui les touche et renforce leurs convictions, et modifient le sens d’une image presque à leur guise en jouant sur la mise en page, les dimensions, la légende…. Puis le lecteur, eh bien le lecteur fait de même et souvent voit, ce que Lui, a envie de voir.
    La photo de Jean-François Copé, a été faite au sortir d’une réunion de la commission d’études sur a publicité TV, et celle-ci est tout simplement une synthèse: l’homme politique prend la parole à la TV, à propos de la TV, et remplit la TV. Il est reconnaissable, c’est lui et pas un autre. Une caméra de TV se partage le champ de l’image avec l’homme politique? eh oui! Si j’avais cadré des fleurs, des animaux ou une façade d’immeuble devant, autour ou derrière l’homme, qu’aurait-on dit pour villipender les médias et le photographe.? P.S: Télérama est-il neutre ou partisan? neutre de quoi et partisan de qui? Et Télérama, est-ce un média, ou un pur esprit?

  3. @ Ksenija : Il est certain qu’il faudrait entrer dans le cœur de la production de ces photos d’actualité pour savoir comment, pourquoi elles ont été prises et par qui, pourquoi elles ont été utilisées (seulement sur internet, version papier… ?).

  4. Et si, à force de photographier les autres, les photographes voulaient se mettre en scène ? enfin, pas directement, pas aussi narcissiquement que les personnalités, mais juste regagner une valorisation des outils de leur métier ?
    Comme un peintre qui peint ses pinceaux. Une sorte d’enseigne pour remplacer le vide de la répétition.
    Une étude plus poussée permettrait de trouver si ces photos « clin d’oeil » existent aussi pour les documentaires, les photos animalières ou de sport.

  5. « Peut être que dans un contexte de survie les photographes proposent maintenant ce qu’ils n’auraient pas proposé avant ? » Pas proposé ou pas utilisé avant? En fait le phénomène est sans doute simultané. Les photographes sont d’autant plus incités à faire des photos « clin d’oeil » que la multiplication des sites en ligne crée une demande.

  6. La légende n’aide pas à lire cette image, à savoir les intentions du photographe et le contexte de prise de vue (est ce vraiment l’événement en question ?). Il me semble donc que la légende de l’image est écrite par le journal. J’en conclus que les photographes ne maîtrisent plus grand chose dans le processus qui aboutit à la diffusion de leur photo.

    Peut être que dans un contexte de survie les photographes proposent maintenant ce qu’ils n’auraient pas proposé avant ? Le choix de photos décalées serait il un signe d’une lassitude des éditorialistes devant les propositions de photos stéréotypées ?

  7. @Audrey et Sylvain Sans contester vos hypothèses, il ne faut pas oublier non plus que dans un travail répétitif, il peut aussi s’introduire une dimension ludique. Face à un confrère qui lui pourrit son cadre, l’auteur a pu s’amuser à jouer de la contrainte au lieu de pester contre le vidéographe.

  8. @ Audrey : Votre hypothèse me semble intéressante et retentit avec une question que je me posais en regardant quelques-unes des autres photos que ce même photographe a déjà prises de Jean-François Copé :
    http://www.google.fr/images?q=demarthon%20cop%C3%A9%20afp&oe=utf-8&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a&um=1&ie=UTF-8&source=og&sa=N&hl=fr&tab=wi
    photos très attendues d’un tribun politique à la tribune, radicalement différentes de celle-ci dans laquelle la composition apparaît volontairement sophistiquée.
    J’en venais donc à supposer que les photographes de l’AFP – qui aujourd’hui alimentent tous les supports de presse, les quotidiens comme les magazines – réalisaient sciemment plusieurs types d’images d’un même événement afin de pouvoir satisfaire aussi bien les journaux, à la recherche d’une illustration littérale, que certains magazines préférant une iconographie plus riche ou décalée. Il est certain qu’une telle image, avec ses sous-entendus et sa composition graphique, plait davantage à Télérama pour illustrer un article critique qui n’épargne pas l’homme politique représenté. Photographes-caméléons au service d’une stratégie commerciale tous supports ?

  9. Du point de vue des intentions du photographe, j’aurais plutôt tendance à croire à une mise en abyme volontaire de l’univers médiatique plus qu’une volonté du photographe à vouloir faire un portrait de Copé original. C’est la légende qui m’engage sur cette piste : le sujet de l’image n’est plus copé mais le spectacle de l’information et les relations d’interdépendances complexes entre les politiques et les médias. Cette image semble être issue d’un reportage annexe et personnel du photographe sur les conditions du reportage plus qu’une image produite pour être publiée…

  10. c’était là mon idée, en effet.

    mais je m’amusais aussi de cette nouvelle version de la « pulsion scopique » et de ce raccourci et de cette identité que montre l’image entre l’œil et le viseur…

  11. @ uthagey : Autrement dit : Copé lui-même ne conçoit son portrait que déjà sur l’écran (qu’il ne regarde pourtant pas) ? Inutile donc de le considérer tel qu’en lui-même, « au naturel » comme on disait autrefois, en scrutant directement son visage. Il suffit d’enregistrer le reflet qu’en donne l’écran, puisque telle est la destination première de ces mises en image.

  12. tout ce ce qui est écrit là ne pourait-il se résumer d’ailleurs dans cet axe, même pas imaginaire, qui traverse l’image de part en part : de l’œilleton de la caméra à l’œil de Copé ? Comme une ligne directe.

  13. Ping : Tweets that mention Portrait-écran | La vie sociale des images -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.