Technologie obligée

Nikon D1, appareil réflex numérique sorti en 1999. Seulement 2,7 millions de pixels.

Les entretiens que Dominique Sagot-Duvauroux et moi-même réalisons actuellement dans le cadre de notre enquête sur les transformations de la profession de photographe sous l’effet du numérique nous donnent déjà une première indication importante : la plupart des professionnels qui avaient derrière eux de nombreuses années de carrière n’ont pas adopté la technologie numérique de leur plein gré. Ils étaient bien placés en effet pour se rendre compte que les premiers boîtiers numériques réflex destinés aux professionnels affichaient des propriétés techniques nettement inférieures à celles des boîtiers argentiques qu’ils utilisaient depuis des années. Surtout ceux qui travaillaient essentiellement avec des moyens formats, voire des chambres grand format. Un photographe de publicité qui réalisait ses clichés sous la forme d’Ekta de format 20×25 ne pouvait que déplorer la surface minime des premiers capteurs numériques. Un photographe d’architecture qui lui aussi utilisait une chambre avec redressement, bascule et décentrement, ne retrouvait rien d’équivalent dans le nouveau matériel. D’ailleurs, nombre de ces photographes ont continué à réaliser leurs photos en argentique, investissant seulement dans des scanners pour être en mesure de numériser leurs diapositives.

Cette période de transition a duré entre 2000 et 2004. Puis, de fait, quasiment tous sont passés au numérique, pas plus convaincus pour autant des qualités techniques des nouveaux boîtiers. Il faudra attendre 2006 pour que de nouveaux modèles, beaucoup plus performants, avec en particulier des capteurs au format 24×36, leur semblent s’approcher des performances de l’argentique. Aujourd’hui, l’écart est comblé et certains estiment même que le numérique a dépassé l’argentique.

Pourquoi donc des professionnels à la pointe de leur savoir-faire technique ont-ils adopté une nouvelle technologie qu’ils savaient pertinemment moins bonne ? Les raison invoquées laissent apparaître qu’ils n’ont pas eu le choix :

– Soit parce que des clients dont ils ne pouvaient se passer leur ont réclamé les images en format numérique, pour se les faire communiquer plus facilement et plus rapidement, mais aussi et surtout pour pouvoir en faire ensuite ce qu’ils voulaient. Certains photographes de publicité se sont équipés entièrement en numérique le jour où un gros client leur a mis en main le marché dans ces termes.

– Soit parce que l’aval de la chaîne graphique (photograveurs, imprimeurs), déjà en train de basculer dans le numérique, allait leur imposer ces nouveaux formats d’images.

– Soit enfin parce qu’il leur est devenu de plus en plus difficile de continuer à traiter eux-mêmes leurs images argentiques du fait que les fabricants cessaient de produire les produits dont ils avaient besoin. Certains studios de publicité ont dû arrêter leur machine de tirage de clichés faut de pouvoir l’alimenter ou encore la remplacer.

Au final, les photographes ont subi la loi de leurs clients, des transformateurs de leurs images et des fabricants. Ces derniers étant probablement ceux qui les ont contraints le plus dans ce chemin forcé vers le numérique. Lorsqu’un photographe qui avait pignon sur rue depuis dix ou vingt ans, avec une clientèle régulière, un studio, des équipements et du matériel argentique amorti, s’est vu subitement contraint de racheter entièrement ses appareils et de s’équiper en informatique, le choc financier a été rude. Il faudrait d’ailleurs estimer combien de photographes ont buté sur l’obstacle et préféré quitter la profession ou se reconvertir. Par la suite, les fabricants de matériel numérique n’ont eu de cesse, dans le domaine photographique comme dans les autres, d’entraîner les consommateurs dans une spirale d’achats et de rachats : en multipliant les nouveaux modèles (beaucoup de photographes ont ainsi acheté successivement 3 à 5 boîtiers entre 2002 et 2010), ; en rendant les optiques argentiques incompatibles avec les nouveaux boîtiers numériques et même parfois les optiques numériques incompatibles avec les nouveaux boîtiers de la même marque ; en imposant marque par marque des logiciels de capture d’image ; en obligeant à acheter des mises à jour, voire à racheter de nouvelles versions des logiciels de traitement ou d’archivage ; etc. Bref, l’économie du passage au numérique aura été particulièrement dépensière. Encore qu’il faille nuancer car, dans le même temps, les photographes ont économisé les charges courantes de pellicules et autres consommables dont le montant annuel était souvent bien supérieur au prix d’achat d’un nouvel appareil.

Aujourd’hui, beaucoup de photographes semblent considérer qu’ils disposent enfin de matériels de prise de vue comparables, voire supérieurs techniquement à l’argentique et, surtout, d’une utilisation plus simple. La question étant de savoir si la pratique de leur métier  a changé : s’ils font toujours de la prise de vue comme avant ou s’ils ont modifié leur manière de faire en misant sur les possibilités de traitement, de retouche des images sur ordinateur. Sont-ils encore et avant tout des photographes, ou de plus en plus des photographes-infographistes ? Les avis sont très partagés et dépendent des situations particulières.

A la question : Qu’est-ce que le numérique fait gagner aux photographes ?, un photographe de publicité nous répond : « Nous ? Rien. » Il leur permet d’aller plus vite, « mais est-ce que c’est un gain ? Je ne suis pas sûr. On a gagné du stress. A peine fini les photos, le client voudrait déjà avoir les fichiers prêts à envoyer à l’imprimeur. »

Autres billets sur le même thème :

Dominique Dugot-Savoroux : Quels modèles économiques pour les marchés photographiques à l’ère numérique ?

Sylvain Maresca : Photographes : sociologie d’une profession mal connue ; Des « produits » pour un marché mondial.


26 réflexions sur « Technologie obligée »

  1. @ Sylvain,

    Ce que j’observe, en allant en galerie, par exemple ( mais les choses ne sont pas simples car certains photographes se retrouvent dans plusieurs catégories) :

    – La photographie de commande, que je différencie de la photographie sur invitation ( type carte blanche) est réalisée par le biais d’appareils numériques, 24×36 ou dos. (presse, archi, mode etc…), comme vous l’avez bien montré.

    – Le photographe qui travaille sur le paysage, le territoire, type « Datar » ayant une carte blanche et plusieurs mois pour raconter une ville ou un territoire, travaille encore en argentique, chambre ou moyen format. ( Ce photographe – type T Cuisset- et ce type de photographie, est malheureusement pas assez représentée en France )
    On peut dire ici que le « commanditaire » ne s’occupe pas de savoir quel est le type d’appareil utilisé, souvent le photographe gère le budget en totalité et c’est à lui de se dire: voilà , sur ce travail j’ai assez pour travailler en moyen format, en grand format .

    – Une dernière catégorie : de jeunes artistes plasticiens, souvent passés par une Ecole d’Arts, qui exposent, et ne se soucient guère des problèmes de pixels qui se remarquent et de résolution. Ce photographe, utilisera des appareils numériques, avec des petits capteurs et agrandira très grand.
    Le résultat est dans ce cas un tirage qu’il ne faut pas regarder les yeux collés dessus mais ce n’est pas non plus la problématique de cette photographie plasticienne.

    Avec la question du scan des supports argentiques, on aborde un autre domaine : qu’elle technique de tirage utiliser.
    On a le choix de tirer à l’agrandisseur, de plus en plus rare, de scanner et tirer sur une tireuse argentique type Lambda ou de scanner et tirer sur un traceur type Epson. C’est ce que j’utilise.
    Enfin, le choix de Salgado, que vous mentionnez, est unique à ma connaissance dans le monde des photographes connus, de faire un shooting de ses fichiers NB et de les tirer à l’agrandisseur.

    Sur la question du tirage jet d’encre, ou fine-art, avec l’éloignement des grands laboratoires, pour certains, et la « facilité » de s’équiper à la maison, de nombreux photographes réalisent leurs tirages d’expositions eux-mêmes.

    Ce qui pose un dernier problème :
    Les musées et galeries tardent toujours à faire confiance, à tord ou à raison, à la longévité des tirages jet d’encre.
    Mais d’année en année, on peut d’ailleurs le vérifier à Paris-Photo, la tendance bouge mais reste encore prédominée par le tirage argentique.
    Donc pour être exhaustif sur le « type » photographe, certains, présentent leurs expositions en jet d’encre et vendent leurs tirages de collections en tirage Lambda, dans le cas d’institutions méfiantes.
    Vaste débat, car il se dit maintenant que le jet d’encre est de meilleure longévité que le lambda, et je souscris à cette affirmation.

  2. Dans mon cas, j’ai cessé d’avoir des commandes en grand format, il y a une dizaine d’années. Mais le phénomène était aussi économique. Plus on monte en format, plus les frais techniques sont élevés. On m’a progressivement (après le deuxième guerre du Golf) commandé en moyen-format des photos que l’on me commandait en grand format et en 24×36 des photos que l’on me commandait en moyen-format. Et il y a eu aussi une transformation de ma clientèle.
    Sur ma production personnelle, je dois aussi confesser que j’ai été totalement mobilisé sur le numérique qui au départ, comme tu l’as découvert dans tes entretiens, était quand même une sacré galère. Et l’argument économique, bien que je développais moi-même mes films, est également entré en ligne de compte.

  3. @ Claude : Merci pour toutes ces précisions.
    Est-ce à dire que certains photographes continuent à utiliser leur chambre argentique grand format et scannent ensuite leurs images, comme l’a fait Depardon pour sa série sur la France. Plutôt, comme vous-même ou Andreas Gursky, des photographes plasticiens ? ou d’autres professionnels ?

  4. Pour la question du prix, en neuf, ce sont des prix très élevés, voyez le site de Prophot par exemple ( dos Phase One)
    Un 39 Mpx ( 14 000€), un 60 Mpx ( 24 000€), sans compter le boitier et quelques optiques qui vont avec.

    Je dirais que le 39 Mpx est l’équivalent d’un plan film 4×5″ scanné sur un excellent scanner ( Imacon-Hasselblad), dans un format d’agrandissement assez grand ( 60x80cm)

    Sur le net, il y a des vidéos de shooting par des photographes utilisant ce genre de dos ( Denis Rouvre, Marcel Hartmann, Annie Leibovitz) pour un usage portrait ou publicité , en studio ou en extérieur.

    Un film récent sur Arte consacré à Andreas Gursky, où on le voyait compléter ( sous photoshop) une prise de vues faite à la chambre 4×5″ avec des ajouts de détails réalisés avec un dos identique.

  5. Le numérique remplace le grand format si on considère le marché. Les photographies qui étaient commandées en moyen ou grand format argentique, le sont désormais en numérique. Mais ce n’est pas le même outil, ce ne sont pas les mêmes images. Et ce que tu dis Sylvain « Un photographe d’architecture qui lui aussi utilisait une chambre avec redressement, bascule et décentrement, ne retrouvait rien d’équivalent dans le nouveau matériel. », est encore vrai aujourd’hui dans la mesure ou la surface des capteurs numériques est comparable, dans le meilleur des cas à celle du moyen-format. De ce fait tout ce qui touche aux bascules, décentrement etc. sur des photographies d’architecture où on ne dispose pas de recul, est beaucoup plus limité avec les dos numériques que ce ne l’était avec une chambre 4×5″ (grand format).

  6. @ Claude : Merci pour ces précisions, qui rejoignent effectivement ce que nous ont dit plusieurs photographes rencontrés. Pourriez-vous nous donner des précisions détaillées sur les prix des « dos numériques » ? et sur leur utilisation par quels photographes ?

  7.  » Il faudra attendre 2006 pour que de nouveaux modèles, beaucoup plus performants, avec en particulier des capteurs au format 24×36, leur semblent s’approcher des performances de l’argentique. »

    Pas d’accord, le numérique ne remplace pas le grand format, mis à part les dos numériques à presque plusieurs dizaines de milliers d’euros, et pour le 20×25, aucun dos ne le remplace.
    Nous sommes encore quelques photographes de paysage à utiliser le plan film, nous nous situons plutôt dans le champ des « artistes » que des pros.
    Le « métier » des photographes pros, avec tout le flou que ça comporte, a lui entièrement basculé.

  8. Ping : La résistible transition vers le numérique | La vie sociale des images

  9. @ Julia : Pour l’instant, nous avons surtout rencontré des photographes de publicité : la vidéo n’entre guère dans la palette de leurs productions visuelles. En revanche, certains évoquent déjà la 3 D comme une nouvelle révolution technologique qui va de nouveau bousculer leurs pratiques professionnelles. Certains s’y préparent activement, sous la pression, là encore de leurs clients.

  10. Je suis curieuse de savoir si la vidéo (maintenant intégrée aux reflex) a été évoquée dans ces entretiens et si oui pour quelle pratique ? Un photographe professionnel que j’ai rencontré semblait inquiet de la concurrence à venir entre les types d’images, surtout, il anticipait une évolution de sa propre pratique (photographie de compétition sportive).

  11. @ Sylvain : Cette obligation pour les photographes français de réaliser des portraits d’identité selon une norme tout à fait précise fait suite, comme je l’indiquais dans un « rebond » à votre article « Pouce! » (http://culturevisuelle.org/viesociale/1448), à une décision européenne du 13 décembre 2004 prenant elle-même appui sur l’annexe A (mai 2004) du document 9303 de l’ICAO. Ces instructions datent donc déjà de quelques temps sur le plan international. En France, le décret du 30 décembre 2005 relatif aux passeports s’appuie sur la « norme ISO/IEC 19794-5 : 2005 relative aux formats d’échange de données biométriques et notamment la partie 5 relative aux données d’image de la face. » En 2006, est édité un document illustrant les spécifications de cette norme par le ministère de l’intérieur. Cela fait donc quatre ans que cette réglementation doit être appliquée en France, (pour mémoire la photographie d’André Gunthert d’une cabine photomaton rappelant cette nouvelle règle, à la gare du nord et datant du 13 juin 2007 http://www.flickr.com/photos/gunthert/579933838/).

  12. @Sylvain De mémoire, ç’est lorsque l’on a eu les passeports biométriques que le format des photos d’identité a changé, d’abord pour les passeports puis pour toutes les pièces d’identité.
    http://www.service-public.fr/actualites/00844.html
    Et également de mémoire il y a eu beaucoup d’agitation au départ parce que les photos auraient du être réalisées dans les préfectures et uniquement dans les préfectures (sans photographe donc) sur un papier spécial au moment de la demande.

  13. @ Thierry : Nous ne sommes décidément pas au bout de nos découvertes sur les multiples formes qu’a prises la transition vers le numérique. Il nous faudra examiner tout cela avec vous en détail.
    @ Franck : Vous avez raison, aujourd’hui les impératifs de l’analyse d’image retentissent sur les critères formels des portraits d’identité, mais ça me semble une évolution très récente. Depuis quand n’avons-nous plus le droit de sourire dans les photomatons ? Un an, deux ans tout au plus ?

  14. Obligés par la Technologie — et la loi.
    Le sujet que vous esquissez ici est extrêmement intéressant relativement à l’étude de cette période de changements induits par ce passage technologique. Relativement aux interrogations afférentes à ma recherche, s’est dégagée une question qui pourrait se matérialiser en une inversion de votre titre. Où il m’est apparu que pour le « photographe de quartier » — celui qui fut préposé à accommoder notre allure, notre attitude pour réaliser un « beau » portrait d’identité, avec force poses, sourires, éclairages et autres fonds en camaïeux de marrons —, ce n’était non pas tant la technologie de la prise de vue numérique qui imposait une modification radicale de son activité — de son savoir faire — de portraitiste, que la technologie de l’analyse de l’image utilisée pour traiter les photographies d’identité et dont les normes drastiques et les recommandations formelles se voyaient gravées dans les tables de la loi. Je dévie sans doute ici du but premier de votre enquête, mais il me semble que cette modification « à rebours » opérée par l’analyse numérique de l’image sur la pratique photographique est aussi une donnée du problème général des transformations du faire photographique par la « chose » informatique. Avez-vous recueilli des témoignages relativement à cette modification de la pratique du portrait d’identité ?

  15. Avant que cela ne devienne une technologie obligée, avant même que cela ne devienne une technologie réellement utilisable, il y a eu une période où on a été un certain nombre à faire du numérique en argentique. 🙂
    On reproduisait sur du film argentique des images numériques que l’on affichait sur un écran d’ordinateur pour les utiliser telles quelles ou pour les sandwicher avec des images argentiques traditionnelles. Cela s’inscrivait dans une démarche purement créative ou dans une démarche commerciale. Le « business graphique » par exemple a existé avant l’informatique. Le photographe reproduisait alors des dessins réalisés sur du papier qui mélangeaient généralement des camemberts, des petits Mickeys, des textes dactylographiés et des photographies traditionnelles en utilisant toutes sortes d’artifices créés au labo pour inverser les couleurs ou coloriser les textes. Dès que les premiers ordinateurs personnels ont été disponibles, les clients ont été friands de montages qui mélangeaient un peu d’images pixelisées aux procédés traditionnels et permettaient de projeter, avec les moyens traditionnels, des images qui ressemblaient à de l’image numérique à une époque où les machines du commerce étaient totalement incapables de produire ce genre d’image.
    Je suppose que j’éprouverais la même nostalgie si je retrouvais ces images (réalisées aujourd’hui par millions par les utilisateurs finaux grâce à des logiciels tels que Powerpoint) que si je rejouais avec un des premiers casses briques…
    Ensuite, pour ces photographes, le passage au D1 a répondu à une grande curiosité, et a suscité une certaine excitation même si c’était également vécu comme un passage obligé en raison de son prix qui semblait totalement disproportionné pour un boîtier qui était une régression sur le plan de la qualité des images et de la facilité d’emploi.

  16. Ping : Tweets that mention Technologie obligée | La vie sociale des images -- Topsy.com

  17. @ André : Effectivement, nous commençons à percevoir, au travers des divers entretiens, que le passage au numérique a été préparé par d’autres transformations, économiques ou techniques, qui tendaient déjà à mettre le client dans une position de force plus grande par rapport aux photographes. Il faudrait détailler et relativiser ainsi le basculement qu’on attribue trop souvent à la seule technologie numérique.
    @ Bernard : Votre témoignage nous intéresse, comme celui des « pionniers » du numérique. Effectivement, plusieurs de vos collègues soulignent en détail combien les opérations de prise de vue ont été simplifiées et leur résultat souvent amélioré dès lors qu’ils ont utilisé des boîtiers numériques.
    @ Thierry : Merci mille fois pour ce témoignage sur le vif exhumé de vos archives. S’il était encore besoin de démontrer l’intérêt de nos blogs sur Culture visuelle, votre commentaire suffirait à le faire. J’ai pris le parti de publier en cours d’enquête quelques aperçus encore provisoires précisément pour susciter des réactions, des commentaires et des témoignages susceptibles d’enrichir nos propres données. Merci encore !

  18. Bonjour,

    En tant que précurseur du numérique, j’ai commencé pour le logiciel dans les années 85 et le matériel de prises de vue dans les années 95, je suis particulièrement étonné que personne n’ait évoqué les gains du numérique et il y a un domaine où ceux-ci sont particulièrement sensibles, c’est la maîtrise de la couleur.
    Avec le numérique et la gestion de la teinte, saturation, luminance et du contraste, vous pouvez obtenir réellement les couleurs que vous désirez. De plus, la fabrication de masque pour corriger la sous ou sur-exposition d’une image est réellement devenu simple. On peut enfin parler de tirage couleur…
    Je n’aborderais pas la question du photomontage qui est enfin devenu accessible, ce sujet est trop « diabolique » pour nombre de photographe…
    Quand au « désordre » crée dans une pratique professionnelle par une innovation technologique, je signalerais simplement qu’après-guerre l’arrivée de la couleur au cinéma faisait dire aux directeurs photos français que le contre-jour et le clair obscur allait disparaître… Cf archives de la CST, compte-rendu des réunions d’octobre 1944.
    Pour les optiques, c’est une omission (si l’on est paranoïaque ou une incompréhension des chamboulements), qui a laissé croire que les optiques argentiques pouvaient être utilisée en numérique, la surface sensible changeait, les formules optiques devaient changer. Tout comme lors du passage au noir et blanc à la couleur, il a fallu changer les optiques pour supprimer certains flare et autres images parasites invisibles en noir et blanc mais visibles en couleur.
    Il me semblait important de préciser ces quelques éléments.
    Bonne semaine
    Hervé Bernard
    http://www.rvb-prod.fr

  19. Très intéressant. Surtout, quand on se souvient que dans les cinquante premières années du XXe siècle une poignée de caméras ont été incorporées, qui sont par exemple devenues légendaires pour les photographes de presse (la Speed Graphic, Ermanox, Leica, Rolleiflex, Nikon F). Cette longue période a permis, sans doute, une utilisation fructueuse et une connaissance approfondie des équipes.
    Actuellement, le développement accéléré de l’industrie du matériel numérique met un peu aux photographes au vertige, et du même aux sociologues qui cherchent à suivre le fil : d’où l’intérêt de ton billet qui offre des situations très claires. On attend la suite de l’enquête!

  20. Je n’ai rien à ajouter sur le comment et le pourquoi du passage au numérique. C’est mon expérience et celle de mes quelques copains photographes.
    La réflexion sur le prix doit être un peu relativisé. Par rapport à l’investissement dans un nouveau système moyen ou grand format, ça restait raisonnable. La première fois… Le coût des appareils nous semblait élevé, mais surtout parce que le matériel que l’on achetait à l’époque était une régression par rapport à l’argentique et que l’on savait qu’il fallait l’amortir en 2 ans maxi.. Sur la durée, l’investissement a explosé parce que chaque nouvelle génération de matériel (18 à 24 mois) était un achat incontournable qui enlevait de plus toute valeur marchande à la génération précédente. A l’inverse, j’ai utilisé pendant 30 ans un matériel grand-format qui en valeur relative avait coûté beaucoup plus cher, mais qui avait été acheté pour l’essentiel par mon père (également photographe) 10 ou 15 ans avant. Et qui avant le numérique se revendait facilement et à un prix convenable sur le marché de l’occasion.
    Je pense qu’on commence à arriver à une relative maturité de la technologie et que la dernière et surtout la prochaine génération de matériel seront obsolètes beaucoup moins rapidement.

  21. Ping : Tweets that mention Technologie obligée | La vie sociale des images -- Topsy.com

  22. Démonstration limpide et précieuse! Côté client, on peut supposer que la rapidité, la facilité d’intégration à la chaîne graphique, la possibilité de réutilisation ou de retouche ont constitué autant d’arguments forts. Mais ce que cette réflexion suggère, c’est l’existence d’un lien entre la pression sur l’équipement en matériel de prise de vue numérique et l’étape antérieure de la numérisation par l’intermédiaire des scanners, qui aurait préparé le nouvel état de la demande. Encore une piste à creuser…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.