La résistible transition vers le numérique

Je signalais dans mon billet précédent que nombre de photographes avaient retardé leur passage au numérique en se contentant dans un premier temps de numériser leurs clichés argentiques. Pour la plupart, cette transition s’est achevée en 2004 avec le passage à la prise de vue numérique. L’actualité nous montre pourtant que certains grands noms de la photographie sont encore dans cette phase de transition qui repose sur la séparation de la prise de vue – toujours argentique – et de la valorisation des images – entièrement numérique.

La vaste série sur la France que Raymond Depardon présente actuellement, sous la forme d’une exposition à la BnF et d’un livre, a été réalisée entièrement à la chambre 20 x 25. Lorsqu’il l’a entamée, en 2004, Depardon pouvait, comme beaucoup de ses confrères, considérer que les appareils numériques ne valaient pas, loin s’en faut, leurs antécédents argentiques, particulièrement dans le domaine des grands formats. Pour conserver ensuite l’unité de fabrication de la série, forte au final de 7 000 clichés, il a bien fallu continuer avec le même matériel. Il est probable, toutefois, que l’option technique adoptée par Depardon revêtait une véritable signification esthétique et esthétique puisqu’il écrit lui-même dans son ouvrage : “Cette posture de la chambre posée sur un pied, tel un chevalet, est l’essence même de l’acte photographique.”

Mais le plus intéressant n’est pas là. En effet, l’argentique chez Depardon s’est limité à la prise de vue. Ensuite, les photographies réalisées à la chambre ont été scannées et les fichiers numériques ainsi obtenus, refaçonnés grâce à des logiciels de traitement d’image. En partie, nous dit-on, pour rectifier les défauts des pellicules argentiques. Mais aussi, selon Jacques Hénaff qui a assuré ce travail de post-production, parce que le numérique permet “d’exploiter toute la richesse des images très lumineuses issues des chambres 20 x 25”. L’autre explication de ce passage après coup au numérique réside probablement dans la destination des images : l’exposition de la Bnf présente une installation de 36 photos tirées en grand format (200 x 165 cm). On ne peut plus réaliser aujourd’hui d’aussi grands tirages en argentique, faute de papier. La numérisation des images était donc devenue le seul moyen de permettre cette transformation formelle des clichés d’origine en autant de tableaux d’art.

Un autre exemple intéressant de cette résistible transition vers le numérique est offert par les dernières productions de Sebastiao Salgado. Lui aussi a entamé en 2004 une vaste fresque photographique, intitulée Genesis. Il l’a réalisée jusqu’en 2008 avec son matériel de prise de vue argentique coutumier et en consommant des milliers de rouleaux de pellicules noir et blanc. Il a opté d’emblée pour un format 4,5 x 6 en vue des tirages grand format qui ne manqueraient pas de lui être commandés pour des expositions à travers le monde. Mais peu à peu, les difficultés croissantes rencontrées pour poursuivre cette production argentique, en particulier pour réussir à s’approvisionner en papier, l’ont poussé à s’équiper d’un nouveau boîtier numérique, dont il reconnaît qu’il lui a facilité grandement le travail : “Changer de rouleau de film, en moyen-format, peut être très problématique dans beaucoup de cas. Le numérique te donne une facilité de travail immense. Et la qualité est supérieure au 4,5 x 6 sans aucun problème.”1 Bref, Salgado légitimerait à son tour la victoire technique du numérique sur l’argentique.

Détail du dossier de "Réponses Photo"

Or, là encore, le plus intéressant est ailleurs. En effet, Salgado, qui fera certainement tirer ses grands formats sur des imprimantes à jet d’encre, a décidé de revenir au négatif argentique pour être en mesure de poursuivre la production de tirages de collection destinés aux galeries et aux connaisseurs, qui ne jurent que par le tirage baryté. A l’inverse donc de Depardon, Salgado photographie désormais en numérique, mais retourne à l’argentique pour la finalisation de ses images, grâce à un “imageur” qui reproduit les fichiers numériques sur du film. Il est intéressant en outre de repérer les nombreux détails qui révèlent à quel point Salgado se sert de son appareil numérique comme s’il s’agissait toujours d’un boîtier argentique : il en a déconnecté l’écran pour ne jamais être tenté de le regarder, il refuse de voir ses images sur un écran d’ordinateur, mais exige au contraire qu’on continue à lui préparer des planches contacts sur papier, puis des épreuves de lecture 13 x 18 sur lesquels il effectue son tri d’images et porte ses options plus avancées de tirage.

A la différence de quantité d’autres professionnels de la photographie, ces deux grands noms du métier ont les moyens d’imposer les solution techniques qui leur agréent, voire même de faire produire aux fabricants pour leur seul usage des matériels, des consommables qui n’existeraient pas autrement. Ils se ménagent ainsi une niche privilégiée entre argentique et numérique que beaucoup d’autres pourraient leur envier.

  1. interview parue dans le hors-série n° 10 de Réponses Photo, mai 2010, Pourquoi le noir et blanc ?, qui consacre un dossier entier à ce travail de Salgado. []

12 réflexions sur « La résistible transition vers le numérique »

  1. Ping : Julien Dorol photos blog » Blog Archive » La Digigraphie d’Epson : un moyen d’authentifier les œuvres numériques

  2. @ Thierry : Oui, interviewer Salgado serait intéressant. Mais je doute qu’il accepte de se prêter à l’exercice, surtout si un tel entretien vise à donner le tableau le plus détaillé possible des conditions à la fois techniques et économiques d’exercice de son activité de photographe.

  3. @Sylvain J’ai trouvé un compte rendu des propos de Salgado
    http://rfman.wordpress.com/2009/05/10/an-evening-with-sebastiao-salgado/
    Il va falloir que tu ailles l’interviewer pour ton étude 🙂
    Il semble avoir l’air d’avoir le cul entre deux chaises. D’une part, il a très peur de modifier son workflow et donc ses images en changeant d’outil:
    “However, he still uses it like in the film days: his assistant makes contact sheets for him, and his camera is modified to give the same 645 ratio he is used to. He also has the images processed to look like Tri-X. For prints, a lab converts the data into a 645 negative and prints using traditional darkroom process!”
    Mais d’un autre coté la qualité des fichiers que l’on peut obtenir avec un numérique moyen-format tel que le Leica S2 le fait rêver:
    “He is excited by the promise of the new Leica S2, a camera system that is set to challenge medium format and full frame 35mm digital by having a sensor size bigger than 35mm and with 39 megapixel resolution, quality that will likely best any medium format digital with its peerless Leica glass, with better ergonomics to boot. He looks forward to possibly using Leica again.”
    Et là, même si le S2 ressemble plus à un appareil 24×36 que les autres moyen-formats, il sera très loin de son travail au Leica argentique ne serait-ce qu’en raison du poids et de l’encombrement des objectifs.
    Je suppose que sa première exposition réalisée à partir de fichiers numériques fera l’objet de moultes analyses et commentaires…

  4. @ Hervé : Effectivement, nous avons rencontré plusieurs photographes qui ont retrouvé avec le numérique le plaisir de retravailler leurs images – plaisir découvert dans le noir et blanc, puis longtemps mis de côté par la vogue de la couleur argentique. Le numérique fonctionne alors comme une sorte de réinvention informatique du travail de laboratoire. Il comblerait ceux qui ont toujours aimé procéder au développement et au traitement de leurs négatifs. De nombreux autres photographes, en revanche, ont construit leur pratique professionnelle autour de la prise de vue exclusivement, sans se soucier du traitement ultérieur de leurs images : pour ceux-là, la post-production informatique des fichiers Raw ne fait pas partie de leur métier et s’ils se trouvent aujourd’hui contraints de l’assurer, c’est à leur corps défendant.

  5. “En effet, c’est le marché qui commande.”
    Pas tout ç fait vrai. J’ai passé des dizaines d’années àç faire du noir et blanc et de l’ektachrome, que je développais et je suis passé récemment au numérique. Eh bien je peux vous dire, que le plaisir de “traiter” un tirage existe aussi en numérique avec l’invention des fichiers RAW. Peufiner l’exposition, corriger des détails (inimaginable à faire soi-même auparavant) rattraper la balance des couleurs était une opération longue et “tâtonée”. Maintenant, je peux me permettre de faire ça tranquilement devant mon ordi et je prends toujours mon pied à faire une image. Même si j’en ai fait 25 pour arriver à ce que je veux.
    De plus les rendus des images dans les ombres et l’absence magique de grain rapproche le travail petit format des standards des photos faites à la chambre.
    Quand je suis satisfait, je fais tirer sur papier photo mes fichiers psd chez le tireur du coin qui me sort des tirages sur papier photo comme je les aime, avec de beaux noirs et une luminosité que je ne soupconnais pas auparavant. Juste un témoignage pour signifier que le numérique apporte un progrès objectif et que le plaisir de faire de l’image est indépendant de la méthode. Je me permettrai même de dire qu’il est foncièrement personnel.

  6. @ Dominique : En effet, c’est le marché qui commande. Du même coup, il me semble que les répercussions du numérique sur l’exercice du métier de photographe doivent être replacées dans le contexte de l’ensemble des transformations économiques qui, bien souvent, ont précédé cette révolution technologique.

  7. En rapprochant tes deux derniers billets, on remarque que 1) de nombreux photographes sont passés au numérique parce que cela leur a été imposé par le marché. 2) Parallèlement, Salgado semble passer au numérique par facilité d’utilisation mais revient ensuite à l’argentique pour être conforme aux attentes des collectionneurs sur le marché de l’art. Là encore, c’est le marché qui semble dicter l’usage d’une technologie plutôt qu’une autre.

  8. Comme d’habitude, c’est un très intéressant billet, et du même pour les échanges Thierry-Sylvain.
    Juste un petit témoignage de Raymond Depardon en 2006 ; un peu, plutôt tout à fait nostalgique, il réfléchit sur son expérience en Libé et l’incorporation du numérique :
    “Aujourd’hui avec le numérique, dès qu’on fait une photo on le voit sur son viseur. Mais avec l’argentique, il fallait vingt-quatre heures pour développer ensuite… Je regardais la planche contact, et j’avais quelques minutes pour choisir et donner un tirage, et écrire un texte… Souvent je descendais dans ce coffee shop pour réfléchir et placer une phrase qui m’était venue en marchant dans les rues. J’aimais bien ce jeu… du texte et de l’image. Il y avait un côté suspense à cette époque: le développement, le tirage, le texte, le coursier qui emporte le pli, le temps que l’image physique aille de NY à Paris. Tout ça est révolu. C’est moins drôle aujourd’hui à cause de ça” (page 33, New York Depardon, Bergala).

  9. Ping : Tweets that mention La résistible transition vers le numérique | La vie sociale des images -- Topsy.com

  10. @Sylvain La révolution du numérique, ce n’est pas seulement la disparition du film, c’est le post traitement. D’ailleurs un grand nombre de photographes qui sont passés au numérique plus par obligation que par goût, travaillent en Jpeg, pour continuer à travailler comme s’ils utilisaient de la diapo. (Ce serait un peu long de développer ce point ici, mais à l’occasion si tu veux.)
    “Ne pas allumer derrière”, c’est aussi une façon de continuer à travailler comme avant le numérique. (Ce n’est pas une critique, mais une constatation). Changer l’outil, change les images. Salgado n’est pas manchot, mais il a fait des choix qui devraient lui permettre de continuer à réaliser en numérique des images très proches de ce qu’il réalisait en argentique.

  11. @ Thierry : Salgado n’a pas l’air manchot avec son nouvel appareil numérique, d’autant plus que Canon lui en fait un sur mesure, avec un viseur spécial et des fonctions pré-programmées telles que “monochrome” et “ne jamais allumer derrière”. Non, il semble simplement très attaché à la façon d’opérer qu’il a élaborée et longuement peaufinée en argentique et ne souhaite pas en changer, tout en profitant des avantages du numérique (plus besoin d’emporter des valises de pellicule, plus de risque de retrouver ses films voilés par les passages répétés sous les portails de sécurité des aéroports, entre autres).

  12. “Il est intéressant en outre de repérer les nombreux détails qui révèlent à quel point Salgado se sert de son appareil numérique comme s’il s’agissait toujours d’un boîtier argentique : il en a déconnecté l’écran pour ne jamais être tenté de le regarder, il refuse de voir ses images sur un écran d’ordinateur, mais exige au contraire qu’on continue à lui préparer des planches contacts sur papier, puis des épreuves de lecture 13 x 18 sur lesquels il effectue son tri d’images et porte ses options plus avancées de tirage.”
    Est-ce la volonté de privilégier une démarche originale et de se ménager une niche privilégiée, ou un compromis entre une technologie nouvelle et sa technique spécifique qu’il ne maîtrise pas et une technologie ancienne dont il est un maître?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.