Premier bilan

Je viens de passer le cap des 100 billets sur ce blog. J’en suis moi-même le premier étonné. Je ne pensais pas me prendre au jeu à ce point, même si l’exercice de la chronique m’a toujours intéressé et parfois occupé, comme lorsque je collaborais à la revue La recherche photographique. Aussi vais-je prendre ce jalon symbolique des 100 billets pour dresser un premier bilan, très provisoire, de La vie sociale des images. Et en profiter tout d’abord pour remercier encore une fois – ce ne sera jamais assez – André Gunthert de m’avoir offert, comme à tous les blogueurs actuels de Culture visuelle, la possibilité de développer ce nouveau mode d’expression et d’échange.

Au départ, je cherchais à publier en ligne un ouvrage pour lequel je n’avais pas trouvé d’éditeur. Consacré aux images, très (trop) illustré, il supposait un important budget et soulevait de nombreux problèmes de droits. Rien de très praticable en fait. J’ai donc décidé de le mettre en ligne en recourant aux ressources iconographiques présentes sur internet pour donner accès plus facilement aux images. Il a été publié ici chapitre après chapitre, sous la forme d’un feuilleton hebdomadaire, du 1° décembre 2009 au 25 mai dernier (voir la table des matières).

La formule du blog m’a offert l’opportunité d’établir un lien direct avec les lecteurs en vue de connaître leurs réactions, de récolter leurs suggestions, compléments et critiques, et ainsi de faire de ce texte non pas une publication figée, comme toute formule imprimée, mais au contraire transformable, perfectible, bref un texte vivant. Cette ambition a été largement atteinte grâce aux nombreux commentaires dont j’ai bénéficié de chapitre en chapitre.

Depuis que la publication en est achevée, je me demande comment faire pour garder ce texte actif. Car au fil du temps, il tend plutôt à s’assoupir dans un statut d’archive de moins en moins consultée. A ce jour, le décompte cumulé des lecteurs (peut-être de simples visiteurs) dépasse légèrement 10 000 (dont le tiers pour l’éditorial-introduction, le sommaire et les deux premiers chapitres), avec un rythme d’accroissement qui ralentit.

Plusieurs suggestions m’ont été faites qu’il me faudrait mettre en œuvre si j’en trouvais le temps. Car c’est là l’une des difficultés de l’exercice : un blog demande beaucoup de temps, non seulement comme toute publication dont il faut alimenter la périodicité, mais encore parce qu’il faut en assurer complètement la fabrication : écrire les textes, prévoir les illustrations et les mettre au format requis, assurer la mise en page, les référencements, etc., puis nourrir les échanges. Comme chacun des auteurs de la communauté Culture visuelle, je ne peux compter sur aucun appui logistique. Pour préparer la mise en ligne des textes des différents chapitres du livre, j’avais bénéficié d’un coup de main de la part de Christian Chervet, un informaticien de mon université, mais depuis je dois me débrouiller seul, heureusement avec les conseils avisés du réseau Culture visuelle. L’auto-édition procure une totale liberté, mais elle trouve ses limites dans l’investissement que chacun peut y consacrer. Maintenir vivant le texte des Images dans la société bute sur ma disponibilité, bordée de toute part par de nombreux autres engagements.

Au fil des mois, la formule du blog a débordé largement ce projet premier de publication. C’est là son principal intérêt. Il est devenu pour moi une sorte de bloc-notes dans lequel je consigne des idées, voire de simples suppositions, des documents, des descriptions, des comptes rendus… Toutes choses qui prenaient auparavant la forme de notes sur des bouts de papier, souvent entassés au petit bonheur, quand elles ne restaient pas à l’état d’impressions mentales sans concrétisation. Dans La vie sociale des images, je peux désormais les accumuler sans avoir prévu à l’avance où les ranger, mais sans les égarer pour autant puisque les tags permettent toujours les retrouver. En réalité, je fais plus que les accumuler puisque l’exigence de les publier et de les partager sur le blog m’oblige à donner à ces bribes une forme conséquente, même provisoire, donc à les développer plus que je ne l’aurais fait sur un simple post-it à usage personnel. L’exercice est à la fois diffus, puisque je cours de nombreux lièvres à la fois, au gré de l’actualité et des idées qui me viennent, et concentré puisqu’il impose de creuser chaque piste autant qu’il est possible sur le moment. C’est coûteux en temps dans l’instant, mais peut-être économique à moyen ou long terme si l’on considère que ce travail d’élaboration immédiate anticipe et prépare certaines synthèses à venir.

Sans compter les multiples réactions recueillies au gré de ces billets du moment. Les sciences sociales valorisent le journal de terrain comme un outil indispensable à la recherche en train de se faire, mais elles le cantonnent bien souvent à un exercice privé qui n’est pas destiné à être publié. Certains journaux de bord, comme celui de Malinowski, ont fait scandale lorsqu’ils ont été édités à titre posthume. Le blog est un journal de bord placé constamment sous les yeux des autres. Culture visuelle fonctionne à cet égard comme une communauté intellectuelle stimulante et protectrice dans la mesure où chaque auteur sait pouvoir y bénéficier des apports bienveillants des autres. Les points de vue personnels peuvent s’y exposer sans risquer la censure ou l’affrontement qui caractérisent si souvent les « débats » entre universitaires. Continuons ainsi.

Je pourrais citer de nombreux exemples d’apports appréciables, en terme d’information ou de réflexion, trouvés dans certains commentaires de lecteurs souvent plus compétents que moi sur le sujet abordé. Je les en remercie vivement. J’en suis d’ailleurs venu à solliciter délibérément cette ressource potentielle en n’hésitant pas à mettre en ligne de simples hypothèses, des débuts de données, dans l’espoir de les voir reprises, complétées ou contestées par des interlocuteurs intéressés par les mêmes questions. Je procède ainsi dans notre enquête en cours sur la profession photographique depuis que mon premier billet sur la question a suscité une cinquantaine de commentaires, dont beaucoup de professionnels, et attiré plus de 3000 lecteurs.

Les retombées demeurent néanmoins imprévisibles. Je reste encore étonné du « succès » de certains billets comparé au vide dans lequel d’autres sont restés. Comment expliquer que cette histoire drolatique de photographie de mariage ait attiré 2 000 lecteurs ? J’ai constaté que les devinettes sur les pictogrammes avaient également du succès car le public de Culture visuelle a l’esprit farceur. Dès qu’un billet touche à la politique, l’écho s’en trouve amplifié. Mais il y a beaucoup d’incertitudes. Je ne sais toujours pas comment ça marche.

Autre aléa : la durée de vie d’un billet. Si le débat s’instaure, il dure souvent peu, quelques jours tout au plus, avant de s’éteindre. Un clou chasse l’autre. Surtout sur Culture visuelle où l’offre de contenus nouveaux est pléthorique. A partir de ces échanges rapides, il est possible cependant de nouer ailleurs des contacts plus suivis et ainsi d’approfondir des discussions qui s’annonçaient prometteuses. Je l’ai fait plusieurs fois. J’apprécie surtout d’obtenir l’avis ou les réactions de personnes directement concernées par les analyses que je propose. Que les échanges ne soient pas uniquement entre intellectuels. C’est là une ressource précieuse d’internet : l’ouverture sur des interlocuteurs de tous horizons, souvent très au fait des réalités commentées. Lorsqu’ils peuvent nous éclairer sur la façon dont sont produites certaines des images qui attirent notre attention, leur apport est tout à fait décisif, même si leur opinion ne concorde pas forcément avec les nôtres.

Enfin, un va et vient s’instaure entre le blog et la publication classique sous forme papier. Certains billets m’ont valu des commandes d’articles ou des invitations à des colloques, sources à leur tour de publications plus « académiques ». Quelques textes, en revanche, ont pris la forme d’un billet sans que je puisse prévoir s’ils trouveront d’autres débouchés. Le blog donne une plus grande visibilité au travail de recherche, une plus grande réactivité également par contraste avec le temps long des publications scientifiques dont certaines prennent des années pour aboutir. Bien sûr, cet ancrage dans l’actualité et l’éphémère revêt un tour aventureux, mais s’agissant pour l’essentiel d’esquisses et de discussions en cours, le risque de l’erreur magistrale n’est pas bien grand. Et quand bien même, on apprend davantage de ses erreurs que de ses certitudes.

A présent, quel est l’avenir de La vie sociale des images ? La question est ouverte. Elle pourrait être débattue avec profit au sein de Culture visuelle avec l’ensemble des auteurs et des lecteurs qui contribuent à la vie de cette communauté intellectuelle. A l’occasion par exemple de son premier anniversaire ?



13 réflexions sur « Premier bilan »

  1. Bonjour,
    Je profite de ce 100ème billet pour (ré)initier une discussion que j’avais commencé à lancer (en privé) avec Sylvain Maresca il y a quelques mois- mais cette fois je vais (prendre le risque de) parler de mon travail en public . Je me suis lancé depuis déjà plusieurs années dans un travail assez démesuré d’indexation et d’analyse des oeuvres de Jacques Derrida sur le site http://www.idixa.net (ce site contient notamment un vocabulaire « derridien », et un index qui s’appelle « Derridex »). Ce travail avance lentement mais sûrement, et reçoit pas mal de visites du monde entier (environ 2000 à 2500 pages vues chaque jour pour plusieurs centaines de visiteurs). La forme de ce travail implique obligatoirement qu’il soit publié sur Internet – non seulement parce qu’il y a des liens hypertexte et des images, mais parce que son organisation en « pages » ou « propositions » l’exige. Je demandais donc il y a quelques mois si Sylvain avait une idée sur la façon dont on pourrait essayer de pérenniser ce genre de travail (comme son livre par exemple) en se regroupant d’une façon ou d’une autre, par exemple en association ou coopérative. En ce qui me concerne j’ai un peu réfléchi à ce sujet. Je ne pense pas que ce soit complètement utopique – s’il y a suffisamment de gens motivés, ce dont je suis convaincu. La question de la pérennité des oeuvres sur Internet sera peut-être une des questions majeures de la période qui vient. Je lance donc la discussion – en espérant débusquer quelques « partenaires » éventuels.
    Pierre Delayin

  2. Merci pour ce beau travail. Il est extrêmement utile pour l’enseignant que je suis (et pour les enseignants en général me semble-t-il)d’avoir accès à une pensée universitaire aussi simplement exprimée. Mon parcours professionnel m’a rendu sensible au fait que les passerelles entre l’école et l’université ne sont pas toujours facilement accessibles. Et si l’on est d’accord avec le fait que l’enseignant est un « passeur culturel », on ne peut qu’approuver des initiatives comme la vôtre et comme celles des autres participants à culture visuelle.
    En attendant le 200ème…

  3. Merci et félicitations pour ce blog remarquable où l’on peut suivre les linéaments d’un questionnement permanent et les déplacements et les arrêts sur image d’un regard toujours aux aguêts… passant d’une petite chose à une grande question.
    Et surtout bravo pour cette capacité à faire parler les autres, à partager en toute simplicité une réflexion très pointue à partir des détails qui nous touchent tous…
    Vous fournissez là un bel exemple de blog scientifique…

  4. Tu as bien raison de dire qu’il est aujourd’hui impossible de se prononcer sur la « rentabilité » académique de ce type de publication… En tout cas, si on met dans la balance les mérites respectifs de « l’article bien fignolé » dans une revue académique (« fignolé » signifiant également : ajusté à des séries de normes implicites de natures diverses, éditoriales, conceptuelles, claniques…) et les avantages de la discussion ou du débat qu’autorise la forme blog, il me semble – pour reprendre l’expression familière – qu’il « n’y a pas photo ». J’aime aussi l’idée d’une pensée tâtonnante, non close, non finalisée a priori, ouverte sur la prise de risque et la confrontation. Il suffit de regarder le timing d’une publication universitaire traditionnelle (souvent des mois voire des années de délais entre le moment de l’écriture et celui de la publication) pour réaliser à quel point d’autres formats d’écriture et de publication sont nécessaires, la publication numérique ne se substituant pas nécessairement au format papier mais offrant une alternative. Et puis, dans la lignée des travaux de J. Goody, nous savons bien que la support matériel utilisé modifie la façon même d’écrire et de penser (je n’écris et ne construit pas mes articles sur un ordinateur comme je le ferais sur une feuille de papier) : or, je suis convaincu que le type de publication que tu mènes – quotidienne, souvent brève, ouverte à la (re-)discussion – témoigne de façons nouvelles ou différentes de construire le raisonnement… Mais tu sais déjà tout cela…
    Je ne ferai pas de commentaires sur l’université et la « lisière » : belle idée avec laquelle je me sens totalement en phase.

  5. @ Philippe : La formule du blog est surtout une fenêtre ouverte qui permet de contourner en partie les impasses du fonctionnement universitaire, plombé par l’absence de moyens qui ne fait que renforcer les phénomènes de clôture. Et de susciter des échanges, une forme de débat en continu que les instances universitaires ne sont généralement pas en mesure d’alimenter. Je crois que cette expérience me plaît aussi parce qu’elle se développe à la lisière entre le monde académique et le monde social : personnellement, je me suis toujours senti à mon aise sur cette lisière et peu confortable au coeur même du dispositif universitaire. C’est donc une bonne formule pour moi, dont j’accepte sans grand état d’âme la faible rentabilité académique. Encore que, sur ce plan, nul ne sache ce que donnera l’avenir.

  6. Bonjour Sylvain,
    Tu résumes parfaitement ce que l’usage de ce type d’outil comporte de potentialité libératoire (ou libératrice, je ne sais plus trop :-)). Tu sais comme moi à quel point le monde académique est corseté par des normes et usages qui continuent à placer la publication « papier » au premier (et parfois seul) plan. Et tu sais aussi, comme tout lecteur de Bourdieu (et plus largement de la sociologie constructiviste) que cette norme « papier » ne fait que répondre, fondamentalement, à la conservation et à la reproduction d’intérêts spécifiques et de mon point de vue plutôt conservateurs. Bref, si Culture Visuelle et ton blog sont politiques, c’est aussi en ce sens : ouvrir de nouvelles perspectives éditoriales – plus réactives et plus interactives – et surtout souligner a contrario ce que la tradition académique a… d’académique et de traditionaliste…
    Bravo donc…
    Philippe

  7. Bravo et merci pour ces 100 premiers billets. C’est passionnant de lire une recherche en train de se faire.Le blog est un formidable « à côté » et d’une manière générale culture visuelle est un formidable projet!

  8. Je plussoie à la proposition de Sylvain : fêtons la première année !
    De même je te suis sur la notion de construction, j’ai voulu faire un amalgame rapide entre le titre du blog, l’idéologie prolétarienne, les événements sociaux récents et… plouf ! le bide. Ferais mieux la prochaine fois.

  9. Merci André. Je suis ému par l’amitié qui se dégage de tes propos tout autant que par l’intérêt que tu manifestes pour mes bricolages successifs. C’est vrai que petit à petit la conversation, l’échange de commentaires, sont devenus pour moi le bénéfice principal de ce blog. Au point de miser dessus désormais pour enrichir ma démarche.
    Mais je suis également curieux de l’évaluation que les autres auteurs de Culture visuelle peuvent faire sur leurs blogs respectifs. Et je renouvelle mon souhait que nous nous rencontrions pour en parler en fêtant bientôt la première année d’existence de cette communauté peu commune.

  10. Cher Sylvain, merci pour ce bilan et tous mes bravos pour La vie sociale…, qui s’est imposé comme un lieu d’observation privilégié des usages des images et un blog vif, pertinent, indispensable!

    Je note pour ma part 3 évolutions significatives par rapport à la genèse de ton projet initial de livre. D’abord, le passage de la notion de publication à celle de conversation, où apparaît le bénéfice des commentaires (ce volet peut encore être développé par le recours aux réseaux sociaux, Facebook ou Twitter, qui sont également construits sur la recommandation et le signalement). Je suis frappé de voir comment, dans certains de tes billets récents, tu choisis délibérément de publier des résultats de recherche pour les mettre à l’épreuve des retours. Contrairement à ce que tu dis, tu a très bien compris comment ça marche… 😉

    Ensuite, la disparition du problème des droits de l’iconographie. Progressivement, par essais successifs, tu t’es rendu compte, comme nous tous, qu’on peut finalement publier à peu près toutes les images, au moins dans un contexte protégé comme Culture Visuelle. Je crois que cette dimension est cruciale pour notre travail d’analyse, ses méthodes et son extension en termes de corpus. J’ai discuté récemment avec un groupe d’anthropologues qui était intéressé par l’outil CV: nous avons consacré l’essentiel du temps à débattre de questions de droit de publication, et je crois que j’avais oublié à quel point je vivais moi aussi autrefois sous le poids du diktat éditorial, qui m’interdisait non seulement de recourir aux images que je souhaitais, mais aussi de disposer de mes propres textes. Tous ces droits, le blog nous les restitue, dans un espace qui tient pratiquement et juridiquement du séminaire, ce qui participe grandement du confort que nous lui trouvons. Ne serait-ce que pour cette raison – elle est fondamentale – il est difficile de revenir en arrière…

    Enfin, j’adore tes observations ponctuelles, tes devinettes, tes notes du dimanche après-midi où l’on sent le parfum de l’activité familiale, tous ces riens petits et grands qui font l’ordinaire du blogging et que nous interdit l’activité académique classique. Car c’est bien devant un objet ou une scène du quotidien qu’on voit le regard du sociologue en action – comment il capte un détail, relie une phrase, découvre un trou… C’est tellement jouissif de pouvoir regarder un chercheur au travail, c’est un vrai privilège, dont tous ne sont peut-être pas conscients, mais qui est apprécié à sa juste valeur par quelques-uns. Merci pour ta générosité et ton talent, pour le plaisir partagé de tes découvertes et de tes rencontres, pour le privilège de te connaître un peu mieux – et longue vie à La vie sociale des images!

  11. Merci Ksenija. Je vois plutôt notre entreprise comme un vaste chantier de construction désordonné (peut-être pas tant que ça), tenace, multiforme et imaginatif.

  12. Ping : Tweets that mention Premier bilan | La vie sociale des images -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.