Un droit gratuit

J’ai été surpris par ces publicités pour le site internet de 20 minutes qui sont visibles actuellement sous les abribus parisiens, avec pour slogan : “L’information est un droit”. N’ayant pas tout de suite compris que ce n’était pas le quotidien gratuit qui était vanté ici, mais son site internet, je n’ai pas non plus réalisé aussitôt que cette publicité annonçait la possibilité de lire gratuitement ce journal aussi bien sur un téléphone portable que sur un Ipad.

Qu’ai-je vu alors ? Avec en tête la récente annonce que 20 minutes venait de résilier son abonnement au fil photographique de l’AFP, trop cher aux yeux de ses responsables, j’ai interprété cette publicité comme un appel à peine voilé aux amateurs, incités à alimenter le journal en images grâce à leur téléphone portable. Dans cette logique, le droit à l’information serait par nature gratuit puisque ce seraient les lecteurs eux-mêmes qui en composeraient la matière.

Ce n’est probablement pas le message qu’ont voulu faire passer les auteurs de cette campagne. Toutefois, les visuels retenus entretiennent une ambiguïté entre le téléphone portable comme émetteur ou récepteur des images qui n’est probablement pas faite pour rassurer les professionnels du photo-reportage, nombreux à dénoncer la concurrence, réelle ou chimérique, des amateurs.


10 réflexions sur « Un droit gratuit »

  1. @ Olivier :

    Oui je crois que l’on est dans la mise en scène des supports. Si l’on regarde attentivement chacune des six images recadrées dans les deux grandes, peut d’entre elles seraient “réellement publiable en temps que telle. Aucune sur l’image de droite (cours de tennis) et seulement deux, celle du haut sur l’image de gauche (collecteur de bitume sur une plage bretonne ?).

    D’ailleurs vu les proportions de racadrage, je ne peux m’empêche au photographe refusé du world Press Photo.D’ailleurs je trouvais le recadrage sur l’image en questions beaucoup plus polémique que l’effacement d’une des partie de l’image.
    http://culturevisuelle.org/metamorphoses/archives/49

    Pour ma part le recadrage en question était bien plus problématique que la retouche car il pose la question du point de vue et l’absence d’un choix précis, d’une décision, d’un point de vue à la prise de vue.

    Je ne suis pas sur qu’un journal ou “qu’une feuille de choux” conglomérat d’articles sans point vue (Brèves AFP) et d’images au cadrage très large donc recadrable à l’occasion et en fonction de l’évènement à illustrer produise pour autant un journal sans point de vue.

    @ Sylvain :

    Je reste convaincu qu’il ne s’agît pas d’une presse pour informer mais d’un support commercial “quotidien” à des annonceurs ravis de pouvoir quantifier le nombre de clique.

    Quand à ma réaction précédente, je ne sais pas si elle était pertinente, je me suis un peu écarté du sujet de départ.

  2. @ Olivier : “le contact oculaire quotidien avec le support…” et les publicités dont il est le support de part en part.

  3. Ce qui me frappe dans ces publicités, c’est l’aporie visuelle qu’elles proposent si l’on s’en tient à l’usage qu’elle font du cadre des images, ici relatifs aux différents supports de 20 minutes. Selon cette publicité, le regard porté sur ce qui fait ici office de réalité (la grande image tenant dans le cadre de l’affiche) n’est pas vu de la même façon selon qu’on lit 20 minutes sur le papier des origines, sur sa version labile de l’ipad ou sur l’in-quarto du smart-phone…

    C’est en somme une information différente qui correspond aux possibilités de cadrage offertes par la dimension du support; plus il est large plus le plan est large… donc l’information abondante… Mais le point de vue change et avec lui celui qui raconte… 20 minutes n’aurait pas un point de vue exportable (transmissible) sur différents supports, mais des points de vue qui dépendent du support… 2à Minutes est une série de supports sans sujet…

    Si le cadre est l’instrument essentiel du choix subjectif qu’est toute image depuis Alberti et surtout depuis l’essor de la photographie, il y a ici une sorte de hasard des cadrages qui témoigne d’un non choix et d’une explosion du point de vue du sujet cadrant, ce qui révèle bien l’absence centrale de point de vue du narrateur chez ce journal qui reprend essentiellement les dépêches AFP en les orientant à peine… Soit le degré zéro du cadrage.

    20 minutes est un support sans sujet… pas un journal mais un diffuseur de points de vue divers…

    Certes, dans la réalité ce n’est pas le cas, le journal est bien le même qu’on soit sur son ordinateur, son téléphone ou devant la feuille de chou qu’on vous glisse dans la main quand vous prenez le métro, mais cette étrange disposition de cadres sur une réalité diversement cadrée (un peu au hasard) témoigne du degré zéro du journalisme auquel se situe le gratuit à travers une involontaire mise en scène du degré zéro du cadrage (cadre sans sujet/information sans journaliste)…
    celui d’un pur support… il s’agit là d’un lapsus…
    Au fond peu importe la qualité de l’information, ce qui compte c’est le contact oculaire quotidien avec le support…

  4. Merci à David,
    Je n’avais jamais réalisé qu’en acceptant d’envoyer des informations à Adobe ou autres concepteurs de logiciel, je leur permettait de mettre au point des nouvelles versions de logiciels qu’ils me revendront très cher.
    @ André Gunter :
    Autre idée qui n’a peut-être rien à voir avec l’article “un droit gratuit” (désolée mais ça m’interpelle) : Que pensez-vous de la transformation du monde diplomatique qui sera bientôt édité exclusivement en bande dessinée?

  5. Merci David pour le développement de votre propos, qui élargit le thème amorcé par ce billet. D’ailleurs, votre réaction est plus pertinente que le point de départ de ma réflexion. Tant mieux.

  6. @ Sylvaind

    Oui mon propos peut paraître éloigné, mais j’ai tenté d’élargir l’idée de “droit gratuit” ici sous entendue une information gratuite, à un autre domaine que la presse, car il me semble que notre participation (non rémunérée et à nos frais) est demandée de toute part.

    Cependant, Je suis d’avis comme André Gunther qu’il s’agit d’une publicité à propos de la déclinaison d’un contenu sur différents supports et non d’un appel aux amateurs à produire du contenu. Car bien que “20 Minutes” est résilier son abonnement AFP, cela ne signifie pas qu’ils mettent place une plate-forme pour recevoir et traiter les images amateurs.

    D’autre part, la fabrication de cette presse à tout de même un coût, même si il “rendu invisible”, car gratuit pour le lecteur, elle ne vit que pars les annonceurs.
    Pour l’instant la version papier ne permet pas de connaître précisément le profil des lecteurs (consommateurs) et c’est précisément ce qui intéresse tous les fabricants de contenu et les annonceurs, être capable de connaître les lecteurs (ces goûts, envies, …), or contrairement aux versions papiers, les supports électronique permettent l’interaction.

    En ce qui concerne l’amélioration des logiciels :

    1- Lorsque qu’on utilise un ordinateur et un logiciel installé sur celui-ci, le système d’exploitation (Mac OS X, Windows, ect…) créé et enregistre des fichiers (exemple, Logs : Système.log = Historique des évènements système ) qui sont des historiques des évènements et de toutes actions en cours et passés : lancement d’une application, connexion à une imprimante, à internet, ect.
    Lorsqu’une application quitte “inopinément” ou “crash”, il est possible d’envoyer ces fichiers à Apple (Pour Windows je ne sais pas, ou de regarder ces fichiers lorsque l’on sait les lire).
    En interpretant ces fichiers on est capable de comprendre d’où vient le problème, si il est matériel et / ou logiciel (conflit d’application, ect…).

    A titre de comparaison, lorsqu’un laboratoire créer un nouveau médicament , il fait des test sur un échantillon représentatif d’une population, ces tests (qui ont un coût et qui retardent d’autant la commercialisation et les gains financier) lui permettent de connaitre un certain nombre d’effets secondaires désirable ou indésirables.
    Une fois mis en vente, le médicament est susceptible de produire des effets secondaires inconnus et non identifiés sur l’échantillon représentatif de population.

    C’est en quelque sorte le même type de raisonnement avec les systèmes d’exploitations et les logiciels. Le fabricant fait un test sur des machines types, puis met en vente sont système d’exploitation et / ou ses logiciels.

    Etant donné le très grand nombre de configuration (matériel et logiciel) il y à toujours des surprises.
    La participation des utilisateurs est donc la bien venue, si ceux-ci souhaitent que le fabricant améliore la stabilité d’un logiciel ou d’un système d’exploitation.

    Si ce premier point où le client, utilisateur participe à l’amélioration et à la stabilité d’un système d’exploitation ou d’un logiciel peut paraître anodin, je l’interprète déjà comme une participation active de tout un chacun et comme une économie par le fabricant.

    2- J’ai été technicien pendant quatre ans dans la photographie de mode. J’ai été amené à demander à certains fabricants de dos numériques de modifier ou d’améliorer certaines de leurs applications (difficilement quelquefois).
    Certains étaient très au fait de l’utilisation de leur produits, d’autres beaucoup moins.
    C’est en quelques sorte l’utilisation qui a “dictée” l’ergonomie et les outils de certains logiciels de capture numérique.
    Ce que je veux dire c’est que si certaines marques de capteurs numériques ont étroitement travaillées avec des “stars photographes” pour communiquer sur leurs produits et surtout pour fabriquer des outils qui leur conviennent, ces marques sont également bien contentes d’avoir des retours d’expériences de techniciens qui utilisent quotidiennement ces outils (auprès des dits photographes).

    D’une manière général, les concepteurs / ingénieurs de logiciels étaient ravis.

    La société Adobe l’est aussi et l’affiche ici : “Améliorations CS5 inspirées par les commentaires des clients*”
    http://www.adobe.com/fr/support/photoshop/

    L’exemple typique et même caricatural de l’exploitation des idées des techniciens et professionnels de l’image à des fin de création ou d’amélioration d’un produit par une marque est celui-ci :

    La société Red Digital Camera lance fin 2007 une camera numérique haute définition “abordable”. En parallèle il créer un forum ou tous les sujet, technique, esthétiques, ect sont abordés.
    La marque en question : http://www.red.com/

    Par la suite et pendant le lancement / développent matériel d’une nouvelle camera (destinée à la fois à la vidéo et à la photographie) ils font un appel à proposition sur ce forum (très, très participatif, j’y est passé du temps).

    le forum en question : http://reduser.net/forum/index.php

    J’y vois quelques gros avantages (économiques) pour la marque :

    -L’étude de marché est ici très ciblée / détaillée, sans intermédiaires.

    -La marque est en contact direct avec les professionnels qui utilise et utiliseront ses produits, là encore pas d’intermédiaires. D’ailleurs il n’ont annoncé que très récemment la signature d’un contrat avec un distributeur / revendeur (alors qu’ils vendent des produits depuis 2008).

    -Peu de chance de se tromper dans la réalisation de son produit et la possibilité d’évaluer assez facilement un chiffre d’affaire pour le produit concerné.

    Ce que je souhaite souligner par ces exemples c’est que le participatif est à l’oeuvre de toute part et que cela dépasse le cadre de la problématique photographes amateurs contre photographes professionnels.

    Lorsque le participatif est à l’oeuvre pour une “création commune” je trouve cela très bien. Lorsqu’il est à l’oeuvre pour un support privée, une marque, pour les intérêts (financiers) d’un petit groupe de personne, je m’interroge.

  7. Je ne vois aucun “appel aux amateurs” dans ces publicités, qui mettent plutôt en scène la pluralité des supports susceptibles de véhiculer la marque “20minutes”. Pas plus l’événementialité (jamais vu publier une photo de match de tennis réalisée par un amateur – qui n’est pas sur le terrain…) que l’instrumentalité mobilisée (impossible de faire une photo avec un iPad…) ne connotent cette dimension. Le “découpage” du réel effectué par les différents supports renvoie au contraire à la fonctionnalité de l’écran comme support passif.

    Deux points intéressants: la réduction de l’information à la seule dimension de l’image (suggestion d’une transmission directe et neutre de l’événement), et l’idée de déclinaison des supports, où l’on note que le support papier, le plus grand, en arrière plan, fonctionne comme une “origine” supposée.

  8. L’analyse que vous faites de cette publicité de 20Minutes est d’autant plus pertinente que, d’ores et déjà, des agences se sont spécialisées dans la collecte et la diffusion d’images volées, via un portable, à nos stars de tous poils. Ce qui, à terme, programme la mort des paparazzi.

    Descendrons-nous pour autant dans la rue ?

    Non. Mais le plus préoccupant reste à venir. Passe encore que 20Minutes soit un digest de dépêches d’agences, par essence strictement factuelles, sans analyse ni commentaire.
    Que les photo-reporters y voient une concurrence n’est pas l’essentiel et restera une vaine revendication corporatiste si on ne l’assortit pas d’un élargissement du champ de réflexion.

    Le plus grave dans ces appels du pied au reporter-citoyen qu’on essaie d’ériger en parangon de la démocratie et de la parole enfin rendue au peuple (cf. les jurys populaires très en vogue aujourd’hui…) c’est qu’on bafoue ainsi la nécessaire fiabilité des sources, du croisement de l’information et de l’analyse documentée, étayée des contenus.

    Et de cela, le cabaretier du coin de ma rue n’est pas capable et n’en a pas les moyens. Quoique détenteur d’une carte d’identité tricolore depuis sept générations et pourvu d’un œil infaillible pour détecter à un kilomètre à la ronde la plus belle paire de fesses.

    Nos métiers de l’image sont modelés, façonnés, bouleversés par cette déferlante de technologies qu’on dit nouvelles avant de les décréter obsolètes six mois plus tard.

    Ça bouge et c’est tant mieux ! (qu’on pense à la révolution qu’a représenté la découverte de la peinture à l’huile à l’époque de la tempéra au jaune d’œuf…).

    Veillons seulement à ce que l’information et la justice, seules garantes de nos libertés, restent des métiers exercés par des professionnels dont l’éthique sera la moins sujette aux aléas d’une subjectivité à géométrie variable.

    Fernand Percival
    Photographe
    et Directeur artistique

  9. @ David : Cette question de l’amélioration des logiciels et matériels par les suggestions et propositions des professionnels nous a déjà été évoquée par plusieurs photographes. Pourriez-vous en dire plus, avec quelques explications sur les termes techniques utilisés (“log de crash”)?
    Toutefois, il ne me semble pas y avoir de lien direct avec la question de la possible alimentation des journaux gratuits par des images (gratuites ?) de photographes non professionnels.

  10. Bonjour,

    je ne peux m’empêcher de vous faire parvenir quelques liens d’articles publiés dans le journal Le Monde Diplomatique :

    http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2010-10-07-information

    http://www.monde-diplomatique.fr/2006/07/SAGOT_DUVAUROUX/13639

    http://www.monde-diplomatique.fr/2002/11/BENILDE/17044

    D’autre part, ce que vous ” interprétez (…) comme un appel à peine voilé aux amateurs, incités à alimenter le journal en images grâce à leur téléphone portable ” je le vois déjà très développé dans le développement logiciel (Apple, Adobe plus récemment, les fabricant de dos numériques : Phase One, Hasselblad, ect..) toutes ces marques ont depuis longtemps mis à contribution l’utilisateur, que se soit simplement en expédiant les “log de crash”, ou de manière plus implicite en leurs demandant de faire évoluer le produit en fonction de leurs activités et de leur envies.
    Lorsque j’achète un logiciel pour travailler, j’attends en retour un gain financier et / ou de productivité. Il ne m’est pas trop difficile de proposer des améliorations d’un produit que j’utilise quotidiennement.

    J’ai tout de même l’impression que ce genre de demande et de situations se généralise et que nous avons dépassé le stade de l’ambiguïté. Consommateurs et producteurs de contenu, à nos frais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.