La question des amateurs

Capture du site de Rue89

Tout commence avec le mail que m’adresse un photographe et lecteur avisé de Culture visuelle pour m’alerter sur un article publié sur le site de Rue89, qui se trouve illustré par une photographie trouvée sur Flickr. Cette image ayant retenu son attention, il en a cherché l’auteur qui, à son grand mécontentement, se trouve mentionné seulement tout à la fin du papier : « Victor Bezrukov, Flickr ». Il n’en faut pas plus pour qu’il y voie un symptôme de plus de la dévalorisation de la photographie dans la presse par le recours à des clichés d’amateurs.

Ce nouvel exemple de ce qu’il est convenu d’appeler la « concurrence des amateurs » fait écho à une discussion que Dominique Sagot-Duvauroux et moi-même avons eue dernièrement avec André Gunthert : de quels amateurs parlons-nous ? et tout d’abord : s’agit-il seulement d’amateurs ?

Dans le cas présent, quelques recherches sur internet permettent d’apprendre rapidement que Victor Bezrukov est tout sauf un amateur, même s’il ne semble pas non plus être un véritable professionnel de la photographie. D’origine ukrainienne, installé en Israël depuis 1993, il se présente comme un spécialiste des réseaux et de la sécurité informatiques, cultivant par ailleurs une création photographique qu’il met en valeur sur de nombreux sites, en particulier sur art limited, et à travers de multiples collaborations à travers le monde. Ses images, d’inspiration libre, affichent la maîtrise technique d’un vrai pro de la photographie. Bref, s’il ne vit pas de sa création photographique, il ne la cantonne pas à son seul plaisir personnel, mais s’applique à la faire connaître et à la valoriser. Son compte sur Flickr contribue à élargir sa surface médiatique et lui vaut donc à l’occasion des débouchés éditoriaux. La licence de ses photos est administrée par Getty Images.

A propos de Victor Bezrukov, il serait donc plus pertinent de parler de photographe non professionnel ou même de producteur non professionnel de photographies, plutôt que d’amateur, dans la mesure où seul l’exercice d’une profession non photographique le distingue d’un photographe professionnel. Rappelons d’ailleurs que nombre de noms connus dans le monde de la photographie ne vivent pas de leur art, pas plus d’ailleurs que quantité d’artistes pourtant reconnus comme tels.

Sur Flickr, l’image que vient de publier Rue89 fait partie d’un groupe intitulé : « Pictures published on Rue89 ». En recherchant dans les commentaires postés par les visiteurs du compte Flickr de Victor Bezrukov, on découvre ce message déposé quatre jours auparavant par la rédaction de Rue89 :

« Hi,

We’re a French news website called Rue89 (http://www.rue89.com) and are about to use this picture (with link and credit) to illustrate a story on our site, observing the Creative Commons conditions mentioned in this page.
If you do not want us to reproduce your work on our site, just email me us webmaster[at]rue89.com.

Congratulations for this photo. »

Il apparaît donc que Rue89 a repris cette image gratuitement, comme elle l’avait déjà fait pour les autres photographies qu’elle classe d’elle-même dans ce groupe sur Flickr (« Pictures published on Rue89 »), afin probablement de permettre aux photographes sollicités de prendre connaissance des choix esthétiques opérées par le site d’information français. Si l’on se place du point de vue des photographes professionnels qui sont à la recherche de débouchés commerciaux pour leurs propres images, il est clair qu’une telle politique d’illustration gratuite ne peut que leur apparaître, sinon comme de la concurrence déloyale (puisqu’ils n’accepteraient pas de céder leurs clichés gratuitement), du moins comme une perte de marché. Les nouveaux espaces ouverts sur internet par des sites d’information comme Rue89 ne leur offrent donc guère de possibilités nouvelles de commercialisation, puisque des producteurs non professionnels leur sont préférés au bénéfice de la gratuité de leurs images.

Au cours de notre enquête en cours sur les photographes professionnels, nous avons déjà enregistré plusieurs cas de pertes de marché dues à la production de photographies par des non professionnels. Par exemple lorsqu’une mairie, qui s’est équipé en appareils numériques pour assurer les photos d’identité nécessaires à l’établissement des passeports biométriques, trouve son intérêt à charger ses employés, notamment du service de la communication, de réaliser avec ce matériel des clichés qui iront illustrer gratuitement son site internet, voire la gazette municipale. Ou encore lorsque le conservateur d’un musée historique, parce qu’il est féru de photographie, se charge lui-même d’illustrer les divers documents nécessaires pour assurer la publicité des manifestations de son institution. Dans certaines entreprises, les cadres commerciaux se voient tenus de photographier eux-mêmes les nouvelles gammes de produits pour alimenter en continu la catalogue en ligne. Etc.

Dans tous ces cas, les photographes professionnels ne sont plus sollicités et les photos sont réalisées gratuitement par des non spécialistes qui, même s’ils le font dans le cadre de leur contrat de travail, ne sont pas rémunérés pour cette tâche spécifique. C’est pour eux un travail supplémentaire, qu’ils n’ont peut-être pas le choix de refuser. Tant mieux pour eux s’ils apprécient la photographie, tant mieux encore s’ils ont une bonne maîtrise technique, mais c’est loin d’être toujours le cas et l’économie financière semble décisive en pareil cas pour motiver la décision de se passer des services d’un photographe professionnel.

Quant à l’autre forme de détérioration du marché de la photographie dénoncée souvent par les professionnels, à savoir le recours des organes de presse à des clichés d’amateurs, il semble qu’elle ne procède pas, du moins pas souvent, d’une concurrence frontale et qu’il faille y regarder à deux fois avant de conclure que désormais tout possesseur d’un téléphone portable est un journaliste en puissance, susceptible et capable d’envoyer ses clichés sur le champ à qui de droit (agence, quotidien, télévision) pour être publié. Alors « Tous journalistes ? », pour reprendre l’interrogation d’André Gunthert.

Si l’on s’intéresse à présent aux banques d’images en ligne et tout particulièrement à celles qui proposent des clichés à bas prix, comme fotolia, sont-elles véritablement alimentées par de simples amateurs qui tenteraient leur chance en espérant, sans y compter vraiment, quelques gains financiers ? J’ai déjà cité le cas d’un photographe professionnel qui met ses photos sur fotolia pour la commodité et la modicité du service, acceptant du même coup de vendre ses images d’archive peu cher, mais misant sur l’espoir de les vendre souvent. Et, comme le faisait remarquer André Gunthert, l’examen des photos proposées sur fotolia ne donne pas l’impression d’être devant des clichés d’amateurs, mais plutôt de bons spécialistes de la technique photographique. La concurrence générée par ce type d’offre à bas prix ne serait donc pas forcément entre les professionnels et les amateurs, mais entre certains professionnels et d’autres ayant opté pour l’économie mondialisée des images d’illustration. Si elle était réalisable, une enquête approfondie sur l’origine des photos proposées sur fotolia serait la bienvenue pour éclaircir les ressorts de cette concurrence si souvent dénoncée.

Une situation particulière cadre bien – mais n’est-ce pas la seule ? – avec le sentiment, souvent exprimé par les professionnels, d’être directement concurrencés par des photographes amateurs : les mariages. Car à cette occasion, en effet, les professionnels, lorsqu’ils sont sollicités (ce n’est plus toujours le cas), se trouvent physiquement confrontés aux nombreux invités et convives qui eux aussi photographient et filment la noce. Au point parfois d’être obligés de jouer des coudes pour s’imposer. Ces photographes d’un jour sont clairement des amateurs, qui photographient pour leur plaisir, dans une logique privée. Ils méritent pour le coup pleinement le qualificatif d’amateurs.

Ce ne sont là, comme souvent, que quelques remarques provisoires. Elles pourront être complétées, voire contestées, infirmées par d’utiles compléments que je laisse à mes lecteurs le soin d’apporter.


37 réflexions sur « La question des amateurs »

  1. Pour ceux qui lisent l’espagnol, Lucia Ulanovski vient de publier un intéressant billet :
    http://culturevisuelle.org/apuntes/archives/182
    sur les photographes amateurs de Buenos Aires au tournant du XXe siècle, qui fait apparaître certaines analogies avec la situation actuelle.

  2. Ping : Los aficionados en la sociedad porteña (hacia fines del siglo XIX) | Imagen prosaica: apuntes

  3. Je voudrais juste éclaircir les choses par rapport aux dernières interventions. Le problème de la concurrence entre amateurs et professionnels sur ce qu’on appelle la photographie sociale ( photographies d’événements pour les particuliers) est encore un autre problème. Mon intervention portait sur les photographies utilisées et diffusées par des professionnels ( édition, presse, publicité). Mon opinion toute simple est que si elles rapportent de l’argent, elles doivent être payées. Et, pour en revenir à l’article original, il me semble que Rue 89 n’est pas une association à but non lucratif. Les journalistes qui y travaillent sont payés, je pense? Et si cette entreprise ne parvient pas à être rentable, est-ce aux photographes d’en subir les conséquences ?

  4. Bonjour,

    un bien intéressant débat que je découvre et que j’ai dévoré. Je suis moi même photographe professionnel depuis quelques temps spécialisé dans la photographie sociale (Mariage, portrait, etc…)
    LA grande différence entre l’amateur (que j’ai été très longtemps) et le professionnel est qu’effectivement ce dernier gagne sa vie avec ses images et c’est sur ce dernier point que j’aimerai réagir. A notre époque il est important, en tout cas dans mon domaine, de proposer plus que des images mais un réel service, un style, bref faire vivre à mes clients une véritable expérience quand ils sont en shooting avec moi. Ainsi je me démarque et je créé une connexion, un lien avec eux et le mot « social » prend alors toute son importance. Je ne suis plus le professionnel derrière son boitier qui appuie sur un bouton (je résume) mais le « complice » d’un moment que nous allons vivre ensemble.
    Mes prestations Mariage sont plutôt de type « Haut de gamme » cela me permet ainsi d’en faire moins dans l’année mais d’être à 150% disponible pour mes clients et de mettre toute ma créativité à leur service…
    Comme il est dit un peu plus haut, le phénomène de partage d’images sur les réseaux sociaux, tels que Flickr, FaceBook, Twitter, etc… monte en puissance et lutter contre cela est peine perdue. Mais si l’on sait s’en servir et tirer les bonnes ficelles alors ces outils sont une force en terme de communication.

    PS : Je suis conscient que cela est plus compliqué dans d’autres domaines photographiques

  5. Malgré que je sois photographe professionnel je me suis toujours irrité de voir que certain puissent tenir ce genre de propos comme dans cet article.

    Déjà la distinction amateur/professionnel pour moi, la seule différence qui se fait entre les deux ne doit pas être la technique comme vous vous basez dans votre article. La seule différence et la seule qui vaille est le photographe est-il ou pas déclaré en tant que photographe professionnel. Je connais des photographes « amateurs » qui font un bien meilleur travail que certains professionnels. Car, s’il faut faire le ménage dans les « amateurs » pour vous, je trouve qu’il faudrait aussi faire le ménage dans les photographes professionnels. Grace au statut des auto-entrepreneurs on voit arriver sur le marché des tas de « photographes professionnels » qui sont très très loin de maitriser la technique de certains « amateurs ». Sans compter les escroqueries ou les soit disant photographes utilisent des photos qui ne sont même pas d’eux pour attirer les contrats … Mais pour avoir fait un salon du mariage où j’ai vu tous les photographes pro utiliser les albums et photos de leur fournisseur d’album pour vendre leurs prestations … plus rien ne m’étonne.

    Pour moi dans ce domaine la seule chose qu’il faille dénoncer ce sont les « amateurs » donc non déclarés, ceux qui ne paient pas de taxes et qui prennent des contrats payés. C’est tout simplement du travail au noir et c’est illégale. Evidement, nous payant des taxes et différentes charges sur notre C.A. contre cela on ne peut pas être concurrentiel. Pourquoi si, en tant qu’amateur, je veux faire des reportages de mariages gratuitement, je ne pourrais pas le faire parce que certains pro n’arrivent pas à faire face à la nouvelle concurrence. Il faut arrêter de stigmatiser les photographes amateurs et après tout pourquoi ils ne vendraient pas leurs photos s’ils le font légalement ? Si certain sont assez stupides pour brader leur photo et ne pas vous qu’ils se tirent une balle dans le pied c’est leur problème. A son époque van gogh lui-même n’était considéré que comme amateur et n’a vendu que 2 toiles de son vivant … aurait-on dû lui interdire de peindre ?

    Je pense que nous sommes exactement à la même époque charnière que celle qu’ont vécu les peintres au moment ou la photo c’est répandu. Il ne servait plus à rien de faire des représentations de la réalité, puisque la photo le faisait en un instant. Et c’est là que l’on a vu tous les courants de peinture que nous connaissons aujourd’hui apparaitre petit à petit pour concurrencer le phénomène de la photo. Et tous ceux qui se sont maintenus à peindre des portraits ou des décors comme le voyait la photo ont disparu.

    Et bien en photo aujourd’hui nous avons le même problème. Tout le monde de nos jours à un appareil. De plus en plus on des reflex, mais il suffit d’avoir un téléphone portable pour avoir un appareil photo. Si en tant que photographe professionnel nous ne nous démarquons pas de cela et bien on disparaîtra. Quelle utilité aurais-je de payer 2000€ un photographe pro pour mon mariage s’il me fait les mêmes photos que mon petit neveux passionné de photo et qui lui ne me coûtera que le prix de sa première coupe de champagne ?
    C’est là qu’il faut arrêter de pleurer parce que les gens prennent des photos lors des mariages. Quelle est cette dictature qui veut carrément interdire aux gens de faire ce qu’ils aiment comme photographier pour garder des souvenirs des moments les plus importants de leur vie, tout simplement parce que certains photographes ne sachant pas évoluer ne sont pas capable de faire face à la concurrence. Un VRAI photographe sera proposer des photos que les personnes présentes lors de mariages ne seront pas faire, même avec un bon matériel. Sinon c’est quoi la prochaine étape ? On va interdire aux gens de jouer de la guitare chez eux, car les musiciens perdent de l’argent avec les ventes de disque qui baissent ?

    Un photographe professionnel doit se distinguer en étant en avance sur les photographes amateurs et proposer des services et des photos que les amateurs ne savent pas faire, sinon il disparaitra et c’est normal. Si une entreprise ne sait pas satisfaire ces clients ou trouver un nouveau marcher où il peut prendre sa part disparaitra et pleurer sur son sort n’a jamais rien changé à la loi du marcher.

  6. Le problème de cette discussion (qui ne se pose d’ailleurs pas qu’à la photo) est qu’il apparaît extrêmement difficile de distinguer, au registre des causes, entre les déterminations issues du phénomène très global de rationalisation/management de crise qui s’est progressivement imposé à toute l’économie avec celles issues de la numérisation. Peut-être devrait-on se poser la question à l’envers et essayer d’y voir plus clair sur les effets de la mutation économique?

  7. « Mais tout aussi déterminant, sinon plus, est la pression exercée sur les photographes débutant dans le métier qui, ne connaissant pas forcément les usages et n’ayant pas les moyens de refuser leurs premières commandes, acceptent de commercialiser leurs photos à des prix cassés, sans être assurés pour autant de réussir leur insertion professionnelle car, en commençant à travailler de la sorte, ils sont probablement condamnés à poursuivre. »
    C’est vrai, mais ça a toujours existé. Et avant, ils disparaissaient très vite où ils adoptaient un raisonnement économique d’entrepreneur. Supposons que tu ais raison et que ce soit la principale raison de la baisse des prix, pourquoi est-ce que brutalement les 3 termes de ton équation ont été à ce point modifiés? La simplification de la technique, en suscitant plus de vocations aurait mise à mal la dimension entrepreneuriale de la photographie? Ca reste à démontrer, et ça me semble un peu court comme explication.

  8. Pour donner un exemple des pratiques que certains gros clients ont progressivement modifiées pour faire baisser les coûts de leurs commandes de photographie : un photographe professionnel m’expliquait qu’une enseigne de grande surface avait l’habitude d’envoyer et de payer des coursiers pour apporter au photographe ses produits à photographier et pour rapporter ses images sur CD (qu’ils fournissaient également). Puis, ce client s’est contenté de livrer ses produits à sa charge, obligeant le photographe à payer le reste. Avec internet, la dépense n’a pas forcément baissé pour le photographe puisque, vu la lourdeur des fichiers images produits, le CD reste fréquemment le support de transmission, et donc le coursier est encore de mise pour tenir les délais.
    Il est probable, comme le suppose Thierry, que la gratuité des images amateurs a contribué à tirer vers le bas le cours de la photographie professionnelle. Mais tout aussi déterminant, sinon plus, est la pression exercée sur les photographes débutant dans le métier qui, ne connaissant pas forcément les usages et n’ayant pas les moyens de refuser leurs premières commandes, acceptent de commercialiser leurs photos à des prix cassés, sans être assurés pour autant de réussir leur insertion professionnelle car, en commençant à travailler de la sorte, ils sont probablement condamnés à poursuivre. En démontrant ainsi qu’on peut satisfaire une commande pour moins cher, ils donnent des idées aux clients sur les tarifs à imposer aux autres professionnels.
    Finalement, je me demande si la principale question à explorer ne serait pas plutôt l’accentuation de la concurrence entre les photographes professionnels, et les nouvelles formes qu’elle prend.

  9. Ping : relation, transformation, partage - Lu cette semaine (weekly)

  10. « Ces nouveaux “non marchés” échappent aux professionnels, mais leur enlèvent-ils quelque chose ? »
    Je ferai l’hypothèse que ce sont précisément ces nouveaux « non marchés » qui ont précipité la baisse des coûts dans les marchés traditionnels. Tout ça c’est passé à une vitesse incroyable. Les marchés en place ont une inertie, même si la baisse de coûts des photographes a toujours été recherchée. Alors que les nouvelles utilisations ont tout de suite rencontré de nouveaux acteurs photographiques, l’industrie traditionnelle a été au départ un peu plus lente. Inquiétude devant un nouveau circuit de distribution et de nouvelles formes de cessions de droits, budgets des professionnels fondés sur l’expérience antérieure intégrant une cession des droits qui ne justifiaient pas une pression pire que d’habitude sur les prix, habitudes commerciales et relationnelles des iconographes méfiantes vis à vis de ces bouleversements.
    En fait, c’est parce que les nouvelles utilisations se sont multipliées et qu’avec elles les nouveaux usages sont devenus un nouveau standard, que les acteurs économiques de l’ancien système ont du passer au nouveau système aussi vite et aussi brutalement.
    Hypothèse, parce que c’est mon expérience personnelle qui ne peut prétendre être représentative. Mais je vois la confirmation de cette hypothèse dans la baisse des prix sur les œuvres de commande, où il n’y a aucune concurrence entre amateurs et professionnels.

  11. Je pense que le dernier commentaire de Sylvain touche la réalité du problème.

    Photographe professionnel depuis 25 ans et avant cela jeune photographe amateur, j’ai toujours été conscient que lorsqu’un client utilise mes photographies, celles-ci lui rapportent de l’argent. C’est un échange (économique dans ce cas) et non une relation à sens unique. Et la seule chose que je reproche aux amateurs qui entrent de manière innocente (ou déloyale) dans ce marché de la photographie, c’est d’accepter une relation à sens unique: je donne et ne reçois rien.
    Il y a toujours eu des amateurs de photographie, parfois bien plus créatifs que des professionnels. A une époque pas si lointaine, ils diffusaient eux aussi leurs images par le biais de photothèques et leurs photos étaient alors vendues dans les mêmes conditions que les professionnels.
    Mais le web et le numérique ont permis la création et la diffusion d’images d’une manière presque exponentielle, des amateurs, peu au fait de la valeur ajoutée que peuvent apporter leurs photos se contentent d’une mention de leur nom ( quand elle a lieu) et certains professionnels en profitent pour se tirer une balle dans le pied ( c’est pas nouveau) en fournissant les microstocks. Et le marché en profite.

    Je pense que c’est un marché à réguler (un de plus) , pourquoi considérer cela comme un combat perdu d’avance ?

  12. La technologie n’est pas un outil neutre. Elle ne crée pas des innovations majeures comme le numérique sous l’effet d’une logique autonome, ou plus exactement, ces innovations, germées dans l’esprit de quelques chercheurs et ingénieurs, ne gagnent pas une extension mondiale sans que de réels intérêts, en particulier économiques, se greffent dessus pour les faire proliférer. Certes, les commodités de réalisation, de transmission, d’utilisation des images numériques ont rendu possibles de nombreux usages jusque là malaisés, voire impensables. Mais je ferais volontiers l’hypothèse, à partir de quelques exemples concrets déjà constatés, que les acteurs économiques consommateurs de photographie se sont engouffrés dans le numérique pour accélérer la baisse des coûts qu’ils recherchaient déjà auparavant par d’autres moyens moins efficaces. Que, par surcroît, leur devienne accessible une floraison d’images produites par des non professionnels et disponibles gratuitement ne pouvait que satisfaire leurs attentes au-delà du prévisible. Pourquoi n’auraient-ils pas cherché à en profiter, contribuant ainsi à renforcer le « péril amateur » pour les photographes professionnels ?
    Là où l’exemple de Rue89 est intéressant, c’est que le numérique couplé à internet a également permis le développement d’une « économie » du gratuit, dont nous pouvons difficilement nous plaindre. Ces nouveaux « non marchés » échappent aux professionnels, mais leur enlèvent-ils quelque chose ?

  13. Bonjour,

    La discussion est très intéressante, mais si l’on peut comprendre le problème que pose aux photographes professionnels (c’est-à-dire tirant l’essentiel de leurs revenus de cette pratique) les photographies amateurs et leur utilisation par des médias établis, je ne comprends pas bien ce que ceux-ci souhaiteraient. Certains voudraient-ils créer un monopole en rendant obligatoire l’utilisation de photographes professionnels rémunérés ? C’est évidemment impossible, et ce serait une atteinte majeure à la liberté. Tout le monde a le droit de prendre des photographies, tout le monde a le droit de les utiliser comme il l’entend, et de les proposer gratuitement ou à bas prix à qui il le veut. L’essentiel est que le crédit soit respecté. Dans ce cas précis de l’article de Rue89, non seulement le photographe avait autorisé la reprise de sa photo par tout le monde (licence Creative Commons), non seulement son crédit était indiqué, mais en plus Rue89 avait laissé un message pour le prévenir et lui dire qu’il pouvait faire retirer la photo s’il le voulait, ce que l’application de la licence CC n’imposait pas.

    Ce n’est pas forcément drôle pour les photographes professionnels, les photographies publiées sont peut-être dans l’ensemble moins belles, mais vouloir se battre contre ça me semble un combat perdu d’avance.

  14. « l’intérêt que le “marché” (pour rester dans le flou) a trouvé à jouer les uns contre les autres. »
    En l’occurrence, je ne crois pas à une main invisible qui aurait guider le marché pour jouer les uns contre les autres. C’est une révolution technologique qui a totalement bouleversée les 3 termes de ton équation technique/économie/art. Les différents acteurs n’ont eu d’autres choix que d’accompagner la mutation, parfois dans l’enthousiasme et parfois dans le désespoir.
    L’évolution de la technique a eu pour effet que la technique photographique n’était plus un frein à la réalisation d’images exploitables commercialement par des gens pour qui la photographie était un hobby et non un métier rémunérateur; l’évolution de la technologie a permis au marché de découvrir et d’utiliser ces images à un coût quasi nul; la qualité artistique n’a pas permis de faire la différence entre les acteurs, soit parce que ce n’était pas un critère suffisamment pertinent pour contrebalancer l’avantage économique, soit parce qu’il n’avait jamais été pertinent sur un grand nombre des images consommées dans notre société, soit parce que cela n’avait jamais été ce qui différenciait les professionnels des amateurs dès lors que la barrière technique avait disparu. Dans le même temps cependant, la photographie n’en a pas moins gardé son aura de mode d’expression technique et artistique qui explique l’enthousiasme des amateurs a être les acteurs non rémunérés d’un système ou circule beaucoup d’argent.

  15. @ Thierry : merci pour toutes tes remarques. Je retiens avec toi que sans internet, la confrontation entre amateurs et professionnels serait probablement restée ce qu’elle était du temps de l’argentique, c’est-à-dire à distance, sans véritables interpénétrations. Alors qu’avec la circulation généralisée des images numériques via internet et, corrélativement, l’engouement des amateurs pour ce mode gratuit et gratifiant de valorisation de leur production visuelle, ces derniers ont gagné une présence, une visibilité et leurs images, une disponibilité inédites. Ce qui conduirait à supposer que la « concurrence » entre amateurs et professionnels ne vient pas simplement de l’existence de ces deux catégories de producteurs de photographies, mais de l’intérêt que le « marché » (pour rester dans le flou) a trouvé à jouer les uns contre les autres.

  16. « Certains photographes professionnels surenchérissent dans l’excellence technique, en particulier en s’équipant de matériels haut de gamme, afin en particulier de distancer les amateurs. L’un deux me disait que son dernier appareil valait le prix d’une Clio. L’amateur préférera probablement s’acheter la voiture ! »
    Pas forcément. Il y a toujours eu des amateurs qui s’achetaient du matériel Hasselblad au temps de l’argentique par exemple. Et pour l’instant, le marché principal du moyen-format numérique Leica S2 (qui avec ses optiques vaut largement une clio) reste sans doute le marché amateur.
    C’est le volet économique. Le prix du matériel pour le pro, comme pour son client, comme pour l’amateur rassure sur le coté « professionnel » du matériel. C’est l’économique qui sanctifie la technique. Le client pense qu’il a un très bon photographe parce qu’il a un matériel cher donc pro, l’amateur se dit qu’il va faire de meilleurs photos parce que sont matériel est cher donc pro, le photographe se rassure sur son propre statut social en ce disant qu’il n’a pas le même matériel que ceux qui lui font concurrence sur Internet. C’est paradoxal, parce que le point de vue de l’entrepreneur classique ça reste quand même d’habitude de trouver le matériel qui répond le mieux au boulot, pour le prix le moins élevé. Là on est dans un modèle économique ou c’est finalement le prix qui devient le moyen de juger de la fonctionnalité de l’outil.

  17. Je pense qu’avec tes trois critères technique/économie/oeuvre tu as bien définis les éléments sur lesquels portent le discours des photographes, de leurs clients et de la société englobante lorsque l’on parle de photographie. J’utiliserais peut-être le mot « art » à la place d’œuvre en hommage à Bourdieu 🙂 et parce que œuvre ne me semble pas de même nature que technique et économie, même si c’est un mot que la majorité des photographes préféreraient utiliser pour parler de leur métier.
    Je ne sais pas si ça permettra de distinguer les professionnels des amateurs, mais je pense que ça peut aider à comprendre l’évolution de la photographie pendant ces dernières années. Il ne manque qu’une dimension, mais que l’on peut peut-être faire entrer dans tes 3 critères, c’est la distribution des images.

    Par exemple, la photographie est toujours aussi attirante pour des jeunes comme perspective professionnelle, parce que le passage au numérique ne lui a pas fait perdre sa composante artistique aux yeux de la société englobante.

    Le numérique a enlevé à la technique photographique ce qu’elle avait de dissuasif et d’impressionnant (aujourd’hui tout le monde pense pouvoir réaliser des photographies, contrairement à hier). Dans le même temps, l’image technologique associée à la photographie n’a jamais été aussi forte, car si l’acte photographique est simplifié, l’outil qui permet de le réaliser et qui n’avait pas tellement évolué depuis son invention, appartient désormais au XXIème siècle.

    Pour que les amateurs puissent devenir des acteurs économiques du système, il fallait que la distribution des images permette aux clients d’y accéder. Sans Internet, pas de concurrence. Pour que les amateurs acceptent d’être des acteurs économiques non-rémunérés du système, il fallait que la composante artistique (l’image d’eux-même en tant qu’artiste que leur renvoie une publication) associée à la photographie soit suffisamment forte pour compenser l’investissement en argent et en temps que leur travail a supposé. Mais je suppose intuitivement que la distribution compte aussi. Si pour publier des images, il leur avait fallu aller frapper aux portes des agences d’illustration, ils en auraient probablement attendu une rémunération effective. (C’était d’ailleurs le cas avant le numérique). Avec la distribution des images sur Internet, le lien avec le client final se dilue à la fois physiquement (on ne le rencontre jamais, on ne lui parle jamais, on ne lui écrit jamais) et intellectuellement en raison de toute l’offre de contenu gratuite du web.
    Je suis très mauvais en Histoire de l’Art. Est-ce fréquent qu’une pratique artistique banalisée n’en conserve pas moins aux yeux de la société englobante un statut social élevé?

    J’ai été à Paris-Photo. Autant les tirages des photographes contemporains sont immenses, autant les images « vintage » proposées par les galeries sont petites. 🙂 Petite hypothèse vite faite sur la base de tes critères. Le succès de la pratique photographique suscite l’angoisse d’une banalisation de l’image photographique chez les auteurs qui produisent pour le marché de l’art. Le recours à des tirages grands formats répond à la volonté de se distinguer de la production de masse et justifier le coût (économie) de l’œuvre dont on sait qu’il doit être élevé pour que l’œuvre soit une œuvre et non juste une image. Les vintage sont petits parce que les photographes étaient pauvres, parce que ce sont des images récupérées dans les poubelles des imprimeurs ou des agences de presse qui étaient destinées à un usage unique, parce que l’auteur manquait de place dans sa salle de bain pour tirer ses photos. Là encore on est dans la contrainte économique.

  18. La vraie réponse n’est pas unique, il y a plusieurs statuts de photographes professionnels, une constante : le terme de professionnel, en photo comme ailleurs, sous-entend niveau de qualité, régularité et constance.
    J’aime beaucoup faire des comparaisons, prenons la cuisine : de nombreuses personnes sont en mesure de produire des plats très corrects, l’ennui, c’est que peu accepteront de le faire avec diversité, rapidité et volume.

    En fait, la réponse se trouve surement sur la Toile, le site de Thierry apporte quelques réponses, bien qu’il faille vraiment s’investir pour trouver toutes les informations pertinentes, c’est la loi du Web. En recherche comme ailleurs, le professionnel doit s’investir et ne pas se contenter de quelques données superficielles.
    Tenez, une information, on peut parfaitement exercer cette activité avec un matériel de coût raisonnable, je l’ai fait, maintenant, il ne faut pas faire l’impasse sur quelques optiques de qualité…

  19. @ Sylvain :

    En tant qu’enseignant j’ai un nombre d’heure hebdomadaire à respecter, les heures supplémentaires ne sont pas payées. Cette activité est donc en dehors du cadre de mon emploi.
    L’exposition réalisée que l’on me demande de photographiée n’est pas la mienne. Les services de la mairie ont payés la totalité de la production des oeuvres et l’installation.
    D’abord vous me dites « Sollicité dans un cadre non marchand » puis vous parlez de « ressource disponible », et d’outil qui qui crée le besoin », ne s’agît t’il pas de terme marchand ou pour le moins liée à une économie : « ressource », « outil », « besoin ».

    Je suis disposé à le faire, finalement ce qui me gène le plus ce n’est pas de ne pas être payé mais c’est que ce travail est transparent en terme de coût pour la mairie. Ils ne s’en rende pas compte.
    Je crois que le fait que ce type de travail n’apparaisse pas sur un budget est doublement problématique 1- personne n’est rémunéré 2- Le jour ou une personne demande à l’être, la mauvaise habitude sera prise et il sera difficile de prétendre à une rémunération même minime.

    @Thierry :

    « La solution qui me semblerait la plus élégante sur un plan éthique serait d’associer vos élèves à l’opération et d’en faire un projet pédagogique »
    C’est prévue, en dehors des heures de cours, nous n’en sommes pas là dans le programme pédagogique.

  20. En risquant une première synthèse à partir des échanges précédents, on pourrait dire que, selon les cas, la distinction entre amateurs et professionnels repose sur les critères :
    – de la technique, puisant alors à l’imaginaire artisanal de la photographie considérée comme un métier ;
    – de l’économie, renvoyant alors à l’imaginaire commercial ou entrepreneurial de la photographie considérée comme une profession (libérale) ;
    – de l’œuvre, invoquant cette fois l’imaginaire artistique de la photographie considérée comme une pratique créative.
    La technique n’est pas un critère très discriminant, de moins en moins d’ailleurs, avec le perfectionnement technique et la baisse des coûts des appareils numériques. Il y a des amateurs excellents techniciens. Certains photographes professionnels surenchérissent dans l’excellence technique, en particulier en s’équipant de matériels haut de gamme, afin en particulier de distancer les amateurs. L’un deux me disait que son dernier appareil valait le prix d’une Clio. L’amateur préférera probablement s’acheter la voiture !
    L’œuvre n’est pas non un critère très discriminant car, encore une fois, combien de créateurs reconnus dans l’histoire de l’art et, celle, plus récente, de la photographie, n’ont jamais vécu de leur création ? Nous avons rencontré récemment un photographe réputé pour son œuvre, proche des milieux plasticiens, qui a toujours eu un emploi salarié et ne s’est jamais risqué à vouloir tirer sa subsistance de sa pratique artistique.
    Au bout du compte, seul le critère économique semble véritablement opérant pour distinguer les professionnels des amateurs. C’est d’ailleurs la base des définitions juridiques en usage : la carte de presse est attribuée aux photographes qui font la preuve que plus de la moitié de leurs revenus proviennent de la vente de leurs photos à la presse ; idem pour la reconnaissance des photographes « auteurs » par l’AGESSA.
    Le fait que le critère économique soit le plus discriminant explique probablement pourquoi les professionnels se sentent directement menacés chaque fois que leur confrontation, directe ou indirecte, avec les amateurs retentit sur leur activité économique, soit en les privant de certains marchés, soit en tirant les prix vers le bas.

  21. A travers ces échanges se posent les questions de plusieurs problèmes. Non seulement les amateurs sont plus présents avec les nouvelles technologies, mais les professionnels sont de plus en plus nombreux. Il suffit de voir le nombre de formations proposées qui a été multipliées par 4 en 20 ans…20 ans de baisse d’activité. En 20 ans les photographes ont subis les deux guerres du golfe, la loi Sapin et la révolution numérique. Autant de facteurs déstructurant. Il persiste des besoins photographiques, mais les possibilités d’y répondre pour les demandeurs se sont multipliées. D’un claquement de doigt ils peuvent trouver chaussure à leur pied, et pour pas cher.
    Je pourrais en ajouter une couche sur le non-respect, ou plutôt sur la déconsidération des droits d’auteur. Exemple : « Cette cession vaut pour le monde entier y compris l’espace atmosphérique et extra-atmosphérique » exigé par une institution relevant du ministère de la culture!!!! Les demandeurs donc les diffuseurs sont en position de force et peuvent exiger tout du photographe qui a besoin de croûter, « je te paie 2€ six cents, et je peux exploiter ton image jusqu’à 70 ans après ta mort et partout dans l’univers » ben ouais, faut penser aux vols dans l’espace!
    Alors, un photographe peut-il vivre professionnellement de cette seule activité? Je pense que c’est de moins en moins possible. Et dans notre cher pays, quand tu es auteur à l’Agessa et que cela suffisait comme source principale de revenu, il n’est pas simple d’exercer d’autres activités sans avoir un autre statuts juridique.
    J’en conclue donc par deux urgences politiques : une protection revue des droits d’auteur annulant purement et simplement tout contrat abusif, c’est à dire aux limites de temps et d’espace de diffusion disproportionneés, et la création d’un statut juridique de l »auteur ouvert pour l’exercice d’activité annexes (un photographes faisant de la vidéo par exemple, un photographe louant son studio…) à partir du moment où son activité de photographe est sa première source de rémunération.
    C’est ma bouteille du jour lancée à la mer pour l’amour de la photo!

  22. C’est en partie par l’utilisation d’outils logiciels, des filtres Photoshop par exemple, tel ce fameux HDR qui produit des ciels avec des détails tout autant que les éléments au sol. Utilisé intelligemment, cela ne se voit pas, on peut aussi le faire sans filtre, c’est beaucoup plus difficile, mais nettement plus propre.
    À chaque époque ses lunes, ses manies, il fut un temps, c’était la solarisation, les coups de zoom, le noir et blanc est désormais à la mode, bref, il y a des techniques pour faire pro.

    Pour évaluer les images, prendre le pouls du marché en quelque sorte, j’ai l’habitude de lancer des recherches sur différents sites avec un de mêmes items, par exemple Renne + Ille-et-Vilaine, et je compare les résultats. Certes, il y a toujours et sur tous les sites de bonnes images, de-ci de-là, mais globalement les sites sérieux apparaissent avec une évidence incontestable.

    Chacun est content de sa production, fier de la présenter. J’ai préparé un livre photographique et, ne trouvant personne avec qui travailler, j’en ai écrit le texte et même produit quelques vers ! Je ne me prends pas pour autant pour un écrivain et j’espère que l’éditeur qui le publiera déléguera la relecture à un professionnel de l’écriture. Je n’en serai pas le moins du monde frustré, la qualité vient avec le travail, pas avec les outils. Je suis moi-même passé par les agences en leur temps et pris de belles claques, avec le recul du temps, c’était souvent justifié, mais sur le moment, je n’en avais pas conscience.

  23. @ Jean-Luc Kokel : Pourriez-vous développer et préciser cette question des « subterfuges techniques » qui font croire à de la photographie de professionnels ? Comment repérez-vous que certaines photos en ligne n’ont pas été réalisées par des spécialistes ?

  24. Le photographe dit professionnel est celui qui vit de la vente de sa production, mais comme dans toutes activités artistiques, la porte est ouverte à tous les candidats, pourvu qu’ils soient bons !

    Désormais, dans cette époque de la dévalorisation du travail, ce n’est plus la qualité qui fait la différence, mais le prix. Contrairement à l’idée un peu trop répandue, la qualité des images n’est pas toujours là, il y a même une forte dégradation dans les publications qui basent leur choix sur le coût. Certaines photographies sur les banques de données en ligne fond illusion, mais une analyse plus approfondie de certaines d’entre-elles, mais en évidence des subterfuges techniques qui font pro, comme l’HDR souvent employé bien au-delà du raisonnable, sans parles des cadrages approximatifs et autres défaus, on laisse faire le boitier numérique et on se contente d’appuyer sur le bouton. Le matériel s’est amélioré, pas tant que cela d’ailleurs, il y a plusieurs dizaines d’années qu’avec un film diapositive, un bon boitier et une bonne optique, l’on peut produire des images de qualité. Seul véritable changement, la mise au point automatique.

    La photographie, comme la peinture, l’écriture et les autres moyens d’expression artistiques, est ouverte à tous. Par le passé, il fallait se soumettre au filtre des agences qui étaient ouvertes à tous, mais qui sélectionnaient les photographes sur la qualité de leurs images, leur pertinence et la régularité de la production. Justement, les photographes vivant de leur production fournissent des images que personne ne propose, mais qui, elles aussi, subissent la baisse des prix. Alors, comment produire des images si le bilan de l’opération, temps passé, investissement en matériel et en déplacement ne sont pas compensés par des rentrées ?

    Une utopie entretenue veut faire croire aux « amateurs » que la diffusion gratuite de leurs photographies leur ouvrira les portes du monde professionnel, c’est un leurre et en acceptant ces diffusions gratuites, ils détruisent ce qu’ils voudraient atteindre. Comment expliquer qu’avec un nombre toujours croissant d’images employées dans le « monde marchand », le nombre de photographes avec un statut de professionnel s’effondre ? Ce combat est le même que celui de tous les « employés » qui voit leur travail dévalorisé, c’est intimement lié, la finance cherche à faire de l’argent sur tout ce qui bouge.

  25. @EM « Mon employeur actuel me demande de réaliser les photographies d’une exposition qu’il (la mairie) a organisé. Pour ce travail je ne suis pas rémunéré. En tant qu’amateur je prend plaisir à faire des photographies, en tant que professionnel je me tire une balle dans le pied et participe à la perte de revenue d’une partie de la profession. »
    La solution qui me semblerait la plus élégante sur un plan éthique serait d’associer vos élèves à l’opération et d’en faire un projet pédagogique.
    Si ce n’est pas possible ou si ce n’est pas ce que vous souhaitez, ou ce que souhaite votre employeur, alors considérez votre envie personnelle de faire cette exposition. Dans cette nouvelle organisation économique qui se met en place, les photographes qui veulent tirer des revenus de leur activité sont de plus en plus nombreux et les commandes rémunérées correctement de moins en moins nombreuses.
    Si le projet vous intéresse, considérez le comme un travail personnel (ce qui suppose une totale liberté de création) et l’école comme une opportunité de l’exposer avec une communication autour de l’expo sur votre nom. Concrètement, ça suppose une négociation sur qui conserve les tirages payés par l’école. Pourrez-vous vendre les tirages exposés? Et conservez tous les droits de reproduction associés à vos photos concernant d’éventuelles utilisations dans des plaquettes destinées à assurer la promotion de l’école.

  26. @ Thierry : Tu emploies deux formulations qui me semblent très justes :
    – pour les amateurs, la valorisation de leurs images ne constituerait pas une rémunération économique, mais une « gratification sociale » ;
    – « l’apparition depuis quelques années d’un grand nombre de nouveaux acteurs économiques (en ce sens qu’ils sont devenus indispensable à l’économie du marché) qui ne sont pas mus par des motivations économiques ».
    En effet, le point décisif se situe peut-être là : l’économie du marché rend concurrents des acteurs aux logiques pourtant étrangères. Elle accentue même cette concurrence en offrant certains débouchés économiques à des amateurs qui n’en demandaient pas forcément et en tirant vers le bas, à partir de cette nouvelle offre à bas prix, les conditions de rémunération des professionnels, qui peuvent même y perdre des marchés.
    @ EM :Le dilemme que vous décrivez est celui de la compétence d’un professionnel sollicitée dans un cadre non marchand : c’est parce que vous êtes photographe que votre école vous sollicite et c’est parce que vous êtes enseignant dans cette école qu’ils ne prévoient pas de vous payer pour la production photographique qu’ils vous commandent. Cela revient à vous « amateuriser » pour la bonne cause. Comment pourriez-vous refuser ? Mais dans cet exemple, que paient-ils exactement ? Quels sont les services professionnels qu’ils acceptent de rémunérer ? Si vous n’étiez pas là, envisageraient-ils de réaliser des photos de cette exposition ? Les feraient-ils eux-mêmes ? Pourquoi se priveraient-ils de la « ressource disponible » que vous constituez bien à propos ? Finalement, n’est-ce pas votre présence dans l’école qui suscite leur demande, de même qu’on dit que l’outil crée le besoin ?

  27. Je crois qu’amateur = non rémunéré, non salarié.
    Comme dans le foot, y’a le foot pro, et le foot amateur… Ca ne veut pas dire qu’il n’y a pas de concurrence… 😉

  28. @ Sylvain :

    « Dans tous ces cas, les photographes professionnels ne sont plus sollicités et les photos sont réalisées gratuitement par des non spécialistes qui, même s’ils le font dans le cadre de leur contrat de travail, ne sont pas rémunérés pour cette tâche spécifique. C’est pour eux un travail supplémentaire, qu’ils n’ont peut-être pas le choix de refuser »

    Ma situation professionnelle est un peu plus compliqué que la présentation de ci-dessus et pourrait apparaître caricatural : je suis depuis peu photographe dans une mairie. Je suis également photographe professionnel indépendant au sens ou j’ai vécue financièrement de production de catalogue de bijoux, ect et j’ai également des envies créatrices, artistiques.
    Mon employeur actuel me demande de réaliser les photographies d’une exposition qu’il (la mairie) a organisé. Pour ce travail je ne suis pas rémunéré. En tant qu’amateur je prend plaisir à faire des photographies, en tant que professionnel je me tire une balle dans le pied et participe à la perte de revenue d’une partie de la profession.

    Le directeur de la com et ses services ont bien établi un budget pour réaliser cette exposition. Qu’est-ce qui au cours de la réalisation d’un tel budget les empêches de prévoir une ligne « réalisation de photographie de l’exposition, une ligne retouche, ect ?
    Mon Directeur n’est pas un imbécile et son équipe n’on plus, alors quelle est la raison de cet oubli ? Est-ce un oubli ?

    J’ai bien quelques réponses mais quelle serait la votre ?

    Je tiens à préciser que pour ce travail, j’utilise mon appareil photographique qui m’a coûté plus de 5000 euros.
    Dans ces conditions comment puis-je avant-même penser « amortir » l’achat de ce matériel, payer mon loyer, acheter de quoi me nourrir ?
    Certes je suis rémunéré pour mon travail d’enseignant, mais alors c’est autant de temps que je ne passe pas à réaliser des photographies « artistique », un travail dit personnel.

    J’avais il y a fort longtemps décider de ne pas dépendre financièrement de mon travail photographique « personnel » et « artistique » car il m’a toujours semblé plus intéressant d’en être indépendant, de tout point de vue.

    Cette indépendance à un coût financier mais elle est avant tout un choix de vie. Je suis assez fier de pouvoir créer autre chose que du PIB et de la croissance n’en déplaise à certains. Cependant, si en tant qu’artiste je peux imaginer des mondes fantastiques, en tant que citoyen je ne peux me prétendre en dehors de la société.

    Il faut beaucoup d’énergie et de motivation pour mener ces deux vies de front, et le plaisir pris à la réalisation d’un travail ou d’une pratique artistique et / ou commerciale me semble être le dénominateur commun entre amateur et professionnel de la photographies.

    Sauf que, le plaisir semble suffire à l’amateur et semble permettre l’économie d’un salaire là ou d’autres prendraient aucun plaisir et auraient donc droit à une « compensation financière » pour la peine encourue, plus qu’à un salaire pour un travail réalisé.
    Est-ce parce que je prend plaisir à travailler qu’il faut que j’accepte d’être moins payé, ou ne plus être payé du tout ? Est-ce parce qu’un amateur prend plaisir à la réalisation d’un travail habituellement réalisé par un professionnel qu’il faut qu’il se contente de la fierté d’un travail « aussi bien fait qu’un pro » et qu’il ne demande pas rétribution ? Les honneurs suffisent-ils ?

    Je ne me suis pas toujours fais plaisir lors de la réalisation de catalogues commerciaux, j’ai quelques fois travailler plus d’heures que prévues, mais cela ne m’a pas permis d’augmenter mes tarifs !

    En tant que travailleur indépendant, j’émet des factures, j’achète du matériel, je m’inscris tout de même dans un marché économique.

    Je crois vraiment que les notions de plaisir et d’indépendances financière sont les deux talons d’Achille de cette profession d’amateur.

    En tant que photographe auteur, j’ai fait le choix délibéré d’avoir deux pratiques, une commerciale et une artistique. Photographe auteur est un statut fiscale « réglementé ».
    Etre amateur est un statut fiscal, mais jamais mon centre des impôts me demandera une déclaration d’activité amateur. L’amateur ne peut donc émettre de facture même si il le souhaite, il ne peut donc pas être rémunérer tel que l’est un professionnel pour un travail . Si il est rémunéré, c’est alors en dehors d’un système financier et cela s’oppose à un projet de société basé sur la répartition des richesses tel qu’il existe encore (un peu) aujourd’hui.

  29. @Audrey Je ne suis pas convaincu par cette notion « d’entre-deux ». Tous les « amateurs » qui mettent leurs photographies sur internet, qui bâtissent des sites photos auxquels ils consacrent du temps et de l’énergie cherchent à valoriser leurs clichés. Et la consécration, c’est la publication en ligne ou sur papier. Un grand nombre sont même dans une démarche professionnelle en ce sens qu’ils essaient de réaliser des images qui correspondent à ce qu’ils pensent être les attentes du marché. Ce ne sont pas des professionnels pour autant, parce qu’ils n’attendent pas de cette valorisation une rémunération économique, mais une gratification sociale.
    La concurrence n’est pas une thèse, mais une réalité sur un grand nombre de marchés avec l’apparition depuis quelques années d’un grand nombre de nouveaux acteurs économiques (en ce sens qu’ils sont devenus indispensable à l’économie du marché) qui ne sont pas mus par des motivations économiques.

  30. Je trouve que le cas de Victor Bezrukov illustre parfaitement l’entre-deux. Il ne fait plus partie de la catégorie « amateur » car il valorise ses clichés. (Je suppose d’ailleurs que s’il a des débouchés éditoriaux, il doit sûrement vendre un petit peu.) Mais on ne peut pas non plus le classer dans la catégorie « professionnel » car il n’en tire pas des revenus significatifs et il semble avoir un autre métier. Dans cet entre-deux pourrait se regrouper aussi tous les « diplômés » qui abandonnent le métier et trouvent une autre source de revenus tout en continuant de pratiquer la photo. Ne serait-ce pas dans cet entre-deux que se classent un grand nombre de pratiques photographiques aujourd’hui ? Ou bien est-ce un préjugé qui viendrait confirmer la thèse de la concurrence (bien pratique) ? Comment le savoir ?

  31. @ André : j’ai pas compris ^-^
    Si ce n’est le cas des professions réglementées (architectes, avocats…) ou des fonctionnaires (concours), ne définit-on pas justement un statut professionnel par la source de ses revenus avec après la distinction éventuelle du type de revenus (salaires ou non) ?

  32. Je trouve que le terme « amateur » est mal employé. Il ne faudrait pas oublier son sens premier, c’est à dire « qui aime ». Un photographe amateur a donc par définition comme passion la photographie, qu’il tire ou non des revenus de celle-ci. Et il est malheureux de s’apercevoir que certains photographes professionnels ne sont plus des amateurs.

  33. « Et, comme le faisait remarquer André Gunthert, l’examen des photos proposées sur fotolia ne donne pas l’impression d’être devant des clichés d’amateurs, mais plutôt de bons spécialistes de la technique photographique.  »
    Il n’y a jamais eu de contradiction entre le fait d’être un amateur et un bon spécialiste de la technique photographique. Ou d’ailleurs inversement d’être un professionnel et un mauvais technicien. J’ai servi d’assistant, il y a déjà un bon moment, à des photographes de mode qui ignoraient superbement la technique photographique. J’étais là pour ça. Un grand nombre de photographes professionnels spécialisés dans le reportage ignorent tout de la photographie de studio. Et le phénomène n’est pas récent, comme le montre la superbe étude d’Alain François sur Charles François Jeandel. La différence n’est pas non plus artistique. La production d’un grand nombre de professionnels ne passera pas à la postérité, contrairement à celle d’amateurs tels Charles François Jeandel.
    Un professionnel, c’est quelqu’un qui tire un revenu significatif de son travail de photographe.

  34. Ping : Tweets that mention La question des amateurs | La vie sociale des images -- Topsy.com

  35. Merci pour cette synthèse particulièrement efficace. Elle permet de pointer la faille d’un raisonnement qui définit une profession non par ce qu’elle produit mais par la situation économique de ses acteurs. Il existe un autre métier défini de la même manière: celui de journaliste, calé sur la carte de presse, qui ne fait que sanctionner le caractère économique d’une activité, indépendamment des contenus produits. On peut constater que cette profession – au moins dans un premier temps – a réagi à la transition numérique d’une façon très similaire, en mettant sur le dos des blogueurs et autres « journalistes-citoyens » la détérioration de sa situation économique.

  36. @ Gregory : Il est juste de remarquer qu’il y a un côté amateur chez nombre de photographes professionnels, non seulement dans la trajectoire qui les a conduits vers ce métier, mais encore dans leur pratique présente, puisque beaucoup poursuivent un « travail personnel », non commercial, à côté de leurs activités de commande. Mais pas tous. Et il serait peut-être intéressant de voir si l’indignation envers la concurrence exercée par les amateurs ou prétendus tels n’est pas plus forte chez ceux qui n’entretiennent aucun registre créatif personnel. Comme s’ils reprochaient aux amateurs leur liberté et leur apparente insouciance économique, quand eux sentent peser lourdement sur leurs épaules les contraintes de leur métier.

  37. Excellente remise en perspective de la question, très sensible pour certains, du rapport photographes professionnels / amateurs.

    A chaud, j’appuierai ce rapide état des lieux en soulignant que, selon moi, la dépréciation des amateurs par les photographes professionnels relève tout simplement d’une double hypocrisie.

    Tout d’abord tout photographe professionnel est d’abord un amateur avant d’être professionnel, il a forcément débuter la photographie par une pratique libre et dénuée de toutes considérations économiques, par faire comme la majorité des gens font : prendre en photographie son quotidien, les gens qui l’entourent avec un appareil plus ou moins bon marché. Ainsi vouloir hiérarchiser à tout prix amateur et professionnel revient à déterminer si la côté pile d’une pièce est plus important que son côté face. Amateur et professionnel sont tous simplement indissociables et relèvent tous les 2 d’une même pratique, l’un a simplement décidé d’en tirer ses sources de revenus, l’autre non. Et l’exemple que vous prenez de la photographie de mariage est à mon sens éloquent : événement sur-photographié par les invités des époux, ces derniers font néanmoins dans une écrasante majorité des cas à un photographe professionnel.

    Mais j’irais encore plus loin pour dire que si non seulement amateurs et professionnels cohabitent, les amateurs nourrissent la photographie professionnelle. Il n’y a, pour s’en rendre compte, qu’à aller traîner en novembre au Salon de la Photographie porte de Versailles. Des allées noires de monde rappellent que la « Photographie » est en crise, la pratique photographique elle se porte à merveille, les « amateurs » se ruant sur les stands des fabricants. Jamais sans doute la pratique photographique n’a été aussi démocratique. Si les amateurs devaient d’un coup disparaître, les fabricants perdraient tout simplement leur principale source de revenus et la photographie redeviendra une pratique élitiste réservée à quelques personnes qui pourront s’offrir du matériel hors de prix.

    Bien entendu tout ceci ne veut pas dire que tout va bien dans le meilleur des mondes ; pour être moi même un photographe professionnel (i.e. que je tire mes revenus de la pratique photographique ni plus ni moins), je connais les difficultés du métier. Mais je sais aussi que celles-ci ne seront pas aplanies en tapant sur les amateurs mais bien au contraire en essayant de comprendre ce qu’est la photographie dans l’étude de l’ensemble de ces acteurs sans exception et sans anathème. Et ce qui me rassure c’est de lire ce genre d’analyses sur CV ^-^ [et désolé pour la tartine]

Les commentaires sont fermés.