Art, artisanat ou commerce ?


(Article proposé à l’occasion de sa parution dans le numéro spécial de la revue 303 consacré à la photographie)

Pendant des décennies, les boutiques de photographes ont servi une clientèle de particuliers qui s’y rendaient, tout d’abord, pour se faire « tirer le portrait », puis, à partir des années 1960 et l’essor des pratiques amateur, pour faire tirer leur propres clichés. Ce fut une activité florissante, même si les résultats économiques variaient sensiblement d’un magasin à l’autre. Car plusieurs options coexistaient dans ce métier, depuis les plus commerciales jusqu’aux plus artistiques. Au cours des trente dernières années, certaines ont périclité, d’autres se sont maintenues en se transformant, sous l’effet notamment des technologies numériques. Globalement, le nombre de boutiques s’est réduit : selon un ancien responsable professionnel, on comptait en 1990 un photographe pour 4 à 5 000 habitants en Loire Atlantique pour aujourd’hui seulement un pour 16 000 ; 50 adhérents au GNPP (Groupement national de la photographe professionnelle, le syndicat spécialisé) dans le département en 1990 et seulement 16 aujourd’hui.

Afin d’illustrer, plus que réellement décrire, cette évolution rapide, je vais restituer ici le parcours professionnel d’un photographe installé depuis 1977 à Chateaubriant (Loire Atlantique). Au cours de son apprentissage, Marc Chauvin a côtoyé l’ancienne génération des photographes formés aux techniques traditionnelles du métier. Puis il a vécu l’arrivée massive des amateurs, ainsi que le passage à la couleur. Enfin, depuis plusieurs années déjà, il est confronté comme beaucoup d’autres aux bouleversements provoqués par la concurrence directe de la grande distribution et l’irruption du numérique. Je m’efforcerai de contextualiser son parcours grâce à des informations recueillies auprès d’autres photographes de la région1.

La vieille école

Marc Chauvin est entré en apprentissage en 1968 dans le studio le plus réputé de la ville, tenu par Raoul Vilbois. « J’ai eu une chance extraordinaire : je suis tombé sur un photographe qui était un excellent maître d’apprentissage, qui apprenait à aimer la photo. (…) Il ne prenait que des gens passionnés. » Lui-même avait d’ailleurs fréquenté son magasin pendant une bonne année avant d’être pris comme apprenti. Dans son studio, M. Vilbois accueillait régulièrement des peintres, des artistes, des poètes. Sa fille, également photographe, était mariée avec un artiste peintre. « Des fois, se souvient Marc Chauvin, on passait plus de temps assis dans le laboratoire à écouter ces gens-là causer, qu’à travailler. Mais ce n’était pas grave. » Il faut dire que l’argent ne semblait pas être la préoccupation principale de M. Vilbois, dont le commerce tournait sans plus.

Par comparaison, Guy Hersant, qui aurait bien voulu entrer chez M. Vilbois, a fait son apprentissage chez un autre photographe de la ville, qui était avant tout un bon technicien. L’apprenti devait y apporter rapidement une aide efficace à son patron en maîtrisant au plus vite les techniques de laboratoire. Non seulement le développement des films et le tirage des épreuves papier, mais également la retouche qui était encore une part importante du traitement des photos de commande : elle se faisait aussi bien sur les négatifs que sur les tirages. La prise de vue intervenait plus tard, d’abord dans le registre normalisé de la photographie d’identité, puis, en fin d’apprentissage, dans la photographie de mariage, les portraits de communiants, de jeunes filles, de militaires, de fiançailles, etc. L’apprenti pouvait s’exercer à sa guise pendant ses loisirs avec le matériel du magasin. Le patron n’était pas « pingre » pour ça, même s’il ne regardait pas forcément les photos réalisées.

Chez M. Vilbois, l’apprentissage des techniques de laboratoire était aussi rigoureux, mais la prise de vue beaucoup plus valorisée et enrichie par l’acquisition d’une culture de la photographie, grâce à la lecture de livres, à la visite d’expositions, à la critique suivie des photos personnelles de l’apprenti auquel était laissée une grande liberté de manoeuvre. « C’est comme ça qu’on apprend aussi. » Marc Chauvin reçut même des cours de dessin de la part du gendre de M. Vilbois.

Quelques années plus tard, Guy Hersant eut à son tour la chance d’être embauché, à La Rochelle, chez un photographe « de la vieille école, vraiment intéressant. (…) La photographie, chez lui, c’était un langage, une écriture. Ce n’était pas seulement un business ou une pratique comme ça, un peu machinale. C’était quelqu’un qui avait beaucoup de soin, beaucoup de curiosité, une certaine élégance dans ses images. C’était un peu un artiste, en tout cas quelqu’un qui avait une intention de création, d’invention. C’était le premier que je rencontrais comme ça. Ça restait très académique bien sûr, mais ce n’était pas du tout figé. »

Ces deux témoignages esquissent une figure de photographe, largement héritée du XIXe siècle, pétrie de culture et de bonnes manières, dont l’activité commerciale reposait sur une relation de complicité culturelle avec la bourgeoisie locale. Dans les années 1960, ce type de photographes « de la vieille école » incarnait un modèle du métier en voie d’extinction.

Un métier dynamique

L’apprentissage durait trois ans. Il était sanctionné par le CAP. Ensuite, trouver du travail n’était pas difficile, surtout lorsqu’on pouvait se réclamer d’un patron réputé. Sinon, les petites annonces des revues spécialisées offraient de nombreuses possibilités : « Photographe de studio cherche assistant ou cherche ouvrier, bonne connaissance du laboratoire, de la retouche, etc. En fait, corrige aussitôt Guy Hersant, ‘assistant’, c’était ouvrier. On ne disait pas assistant. » Car la photographie en boutique était considérée comme un métier ouvrier, qui drainait d’ailleurs des jeunes de milieu populaire.

L’essor du marché de la photographie amateur profita directement aux magasins spécialisés, relais incontournables pour les particuliers, non seulement pour y acheter leur matériel, mais encore pour le développement de leurs photos. Si l’apprenti devait devenir au plus vite opérationnel dans le laboratoire, c’est parce qu’il y avait tous les jours des pellicules d’amateurs à développer et tirer sur papier. Du moins, tant que les photos étaient en noir et blanc. Car l’arrivée de la couleur, dans ces années-là, modifia subitement la donne technique. Peu de magasins s’équipèrent en laboratoire couleur, trop coûteux et d’une utilisation délicate. La plupart choisirent de sous-traiter les travaux couleurs, les leurs comme ceux des amateurs, à des laboratoires spécialisés. Mais ils restaient les interlocuteurs commerciaux obligés de leurs clients.

Le développement, très conséquent, du marché de la photographie amateur, dans les années 1960 et surtout 1970, en l’absence encore de grandes surface concurrentes, engendra une différenciation parmi les photographes de boutique : certains délaissèrent la prise de vue, du moins en partie, pour développer la vente de matériel et le traitement des travaux photos, quand d’autres, au contraire, refusèrent cette évolution « commerçante » du métier pour privilégier la prise de vue de qualité.

L’option des premiers était justifiée par le déclin des registres traditionnels du portrait, sous l’effet des évolutions sociales : on ne commandait plus guère de portraits de communiants depuis que le port de l’aube n’était plus obligatoire ; le rituel des portraits de jeunes filles était tombé en désuétude ; quant aux mariages, leur nombre chuta d’un tiers entre 1970 et la fin des années 1980. La vente pouvait donc apparaître comme le complément rémunérateur d’un artisanat en déclin. Mais la concentration commerciale qui s’est accentuée depuis a instauré une concurrence désastreuse pour les boutiques de photographes, qui ont vu la vente de matériel et le traitement des travaux photos accaparés par les grandes surfaces. Cette perte de marché a été aggravée par l’adoption du numérique par les amateurs, qui a considérablement réduit leurs commandes de tirages papier. Aujourd’hui, certaines boutiques sont équipées d’une borne numérique, moins pour le revenu qu’elle leur offre, que pour maintenir un volant de clientèle.

Marc Chauvin et Guy Hersant font partie des photographes qui n’ont jamais misé sur la revente. Lorsqu’il s’est installé à son compte, à Lorient en 1974, ce dernier était décidé à ne « surtout pas faire de négoce, pas de vente de matériel. Je voulais vraiment faire de la photo. » Même parti-pris de départ chez Marc Chauvin, dont les débuts ont pourtant été difficiles. « On n’a jamais développé la photo amateur. Par contre, on a toujours essayé d’apporter du conseil. » Ce qui ne l’empêche pas de vendre un peu de matériel, par le biais d’un grossiste grâce auquel il pratique les mêmes prix que la grande distribution.

Ces deux photographes – comme d’autres au même moment – ont opté pour un artisanat photographique de qualité, plutôt cher, qui visait à renouveler le portrait de commande traditionnel ainsi que la photographie de mariage. « Du temps de mon apprentissage, raconte Marc Chauvin, souvent les mariés, c’était devant le château avec une corbeille de fleurs aux pieds. » Il s’est employé au contraire à diversifier les poses et les lieux, en particulier en séparant les séances de portrait des mariés des photos de groupe obligées le jour de la noce. Quant à Guy Hersant, il a choisi délibérément de traiter les mariages dans un « esprit reportage », aux antipodes de la pose et des instants solennels. Significativement, les deux ont toujours privilégié la lumière naturelle, au détriment du studio. « La photo de mariage, explique Marc Chauvin, est une discipline très, très difficile. Parce que c’est une clientèle qui va dépenser quand même une certaine somme d’argent, c’est un jour important pour eux, les personnages ne sont pas des mannequins, mais ils veulent des photos comme dans les magazines. »

Les incertitudes actuelles

Beaucoup des boutiques qui avaient développé la revente ont fermé ou s’essaient désormais à redévelopper la prise de vue, pas toujours avec succès. Quant aux artisans demeurés les plus photographes, ils ont souvent diversifié leur production. Marc Chauvin, par exemple, explore la formule du « livre photo »2, qui lui paraît promis à un bel avenir. Depuis quelques années, il s’est lancé également dans la production de cartes postales : « Quand je vais faire mes paysages, la gageure, c’est qu’on les vende bien après, mais on ne cherche pas à les vendre non plus. Et donc là, je fais vraiment mes photos comme je le pense et comme je le souhaite. » A l’occasion, il vend même certains paysages sous la forme de grands tirages uniques. L’ensemble de son offre est valorisée en images sur un site internet très conséquent.Quant à Guy Hersant, à 40 ans, il a quitté son magasin de Lorient pour partir à Paris démarrer une nouvelle carrière d’auteur photographe3.

Dans le discours de ces artisans de la photographie s’exprime souvent une défiance vis-à-vis non seulement du commerce, mais encore de la commande, qui briderait leur créativité en les obligeant à composer avec les attentes souveraines du client. Leur apprentissage du métier dans un contexte qui cultivait les aspirations artistiques les a rendus particulièrement sensibles à leur propre satisfaction esthétique, au détriment parfois de la rentabilité financière. Au-delà d’eux, ce balancement indécis entre l’impératif de vivre de son métier et le désir de créer à sa guise est caractéristique des artistes en général, chez qui les questions d’argent apparaissent toujours indignes de leur ambition créatrice. Certains, comme Guy Hersant, prennent un jour le risque de vivre uniquement de leur création photographique. D’autres, comme Marc Chauvin cherchent un compromis acceptable entre contraintes et liberté : «  Je préfère, dit-il, avoir une sécurité financière et à côté faire ce que je veux dans le temps qui me reste, tout en essayant de me faire plaisir sur un plan professionnel. » Ajoutant : « Avec le recul, je trouve que ma vie de photographe-artisan, tout compte fait, j’ai réussi à la mener vers ce que je souhaitais. Ce n’est pas pour ça que c’était la bonne voie. Mais on a réussi à mener notre clientèle vers des photos qui ne me semblent pas ridicules par rapport au milieu de la photographie de mariage, et donc quelque part, ce n’est pas mal. »

Derrière ce bilan en forme de réussite persiste un sentiment de dévalorisation pour les photographes de boutique, trop souvent assimilés à des « épiciers » de la photographie. « Maintenant, revendique Marc Chauvin, la chose que j’aimerais bien, c’est que, dans le milieu de la photographie, on nous reconnaisse un petit peu quand même. Ce n’est pas logique qu’on n’ose pas dire, dans certains milieux de la photographie, qu’on est installé avec une petite boutique à photographier des mariés. »

L’intrusion du numérique leur ouvre peut-être de nouvelles possibilités de valoriser leur activité dans la mesure où la production photographique ne se réduit plus à la prise de vue, comme lorsque régnait la couleur argentique, mais s’étend à la « préparation » des images, réalisée désormais avec des outils informatiques. Les photographes renouent, sous une autre forme, avec la retouche qui faisait la qualité reconnue, très apprêtée, des clichés professionnels. Ils passent de plus en plus de temps devant leur écran à recadrer, rééquilibrer les couleurs, gommer, accentuer, etc. Et ils finalisent eux-mêmes le résultat, même de grand format, sur des imprimantes professionnelles. Ce faisant, la boutique concentre les activités de production et de post-production, comme le font à plus grande échelle les studios professionnels dans lesquels s’élaborent par exemple les images publicitaires. Le métier s’en trouve enrichi (et le temps de travail allongé d’autant !).

La technologie numérique redonne ainsi aux photographes-artisans une longueur d’avance sur les amateurs qui, sauf exception, ne savent pas suffisamment bien « capter la lumière », ni « mettre en scène », sans compter qu’ils n’ont généralement ni le temps ni les moyens matériels pour hisser leurs clichés au niveau de qualité des professionnels. Ce réinvestissement technologique, pour ceux qui le mettent en oeuvre, suffira-t-il à remonter la considération dont les photographes de boutique jouissent au sein de la profession photographique, du moins à l’égal des autres spécialistes de la commande ? L’avenir le dira.

  1. J’ai rencontré Marc Chauvin à deux reprises, le 4 juin et le 7 juillet 2010. J’avais auparavant obtenu un premier aperçu du métier de photographe à Chateaubriant grâce à un autre photographe, Guy Hersant, qui y a fait son apprentissage au milieu des années 1960 (entretien réalisé le 19 février 2010). Je dispose par ailleurs de données diverses grâce aux entretiens réalisés par deux étudiantes de sociologie : Agathe Després, pour son mémoire de maîtrise intitulé Les professionnels face aux amateurs. L’évolution des pratiques de la photographie de famille (Université de Nantes, 2003), et Caroline Mazaud, dans le cadre de sa thèse : Entre le métier et l’entreprise. Renouvellement et transformations de l’artisanat français (Université de Nantes, 2009). Je remercie cette dernière de m’avoir donné accès aux enregistrements de ses entretiens. []
  2. Le livre photo est une formule modernisée de l’album traditionnel, composé directement sur ordinateur avec une maquette, une mise en page inspirées des beaux livres d’images. []
  3. Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Guy_Hersant []

9 réflexions sur « Art, artisanat ou commerce ? »

  1. Ping : DIGEST_35 | ooblik

  2. Tellement rare, d’autant plus precieux, le chemin de vie d’ artisans photographes, en fil conducteur au travers notre epoque..
    Une tres belle analyse Sylvain, merci ou j’ai retrouvé de meme des pans de vie, des ressentis et des combats.
    Nous sommes les heritiers de la vielle ecole, que nous puissions nous retrouver sous la banniere que nous affectionnons, ensemble.
    Un souhait que nous partageons nombreux, pros, mais egalement parlementaires à nos cotés..Chaud au coeur de lire egalement les commentaires..
    En parralele de mes activités pro, prise de vue studio et reportages , je suis fondateur de Pixelartese.com.
    Acteur dans la defense de nos droits dans le dossier « photos d’identités » au coté des syndicats, ainsi webmaster du site http://www.sauvonslesphotographes.fr, ce fut l’occasion de bien souvent l’evoquer, quel est l’avenir de la photo, etudes, analyses, impacts.

    Nous en parlons depuis des années avec Marc Heraud de l’Api, avc d’autres admins de forums photos, dernierement j’ai echangé a ce sujet avec Frederic Buxen president de l’UPP, Gerard Vandystadt, Marion Firmin, tant et tant de photographes, nos metiers et difficultés n’ont jamais été aussi proches.
    Se dessine ces dernieres années un paysage des plus atypiques, paradoxal, chaque jour un photographe ferme alors que la photographie est devenue l’art le plus populaire au monde…
    Que nous puissions sauvegarder notre beau metier en plein ere de l’image.
    L’histoire de l’homme et ses outils, a ce jour, le futur se fera avec ou sans nous..
    A nous de construire un futur ou la famille des photographes se retrouve, cela me semble la seule voie possible pour croiser nos sources, infos, actus, etre plus forts et credibles aux yeux de nos clients et legislateurs.
    Remettre la photographie a sa place, dans le monde virtuel, sans image, le web serait bien triste. et paradoxalement ceux qui ne produisent quasi pas de contenus, les fournisseurs d’acces, plateformes pub, agences et microstocks sont florissants !
    La creativité paie, mais n’est point remuneré a ce jour comme elle se devrait, me semble t’il.. de vastes chantiers en vue 🙂 on croise les doigts

  3. Je trouve ce texte très intéressant et très vrai. Pour ma part, en tant que president de l’Upp (union des photographes professionnels, association regroupant des photographes auteurs diffuseurs), j’ai toujours considéré les photographes artisants comme mes semblables et confrères. Je suis d’ailleurs régulièrement en contact avec le Gnpp et certains d’entre eux.
    Chez les artisants comme chez les photographes auteurs, c’est encore une fois la preuve que la créativité paie à terme. Merci pour cette analyse.

  4. @ Jérôme : Merci pour ces informations. Il est vrai que les rapports institutionnels entre les photographes de boutique et les photographes dit « créateurs » n’ont jamais été de soi. Leur possible rapprochement est intéressant.

  5. Bonjour Sylvain,
    merci pour cette nouvelle analyse. il est clair que l’activité des photographes artisans est pénalisée, notamment à cause du « nouveau » statut d’auto entrepreneur (statut lui aussi mis à mal avec la TP remplacée par la CFE…)
    il serait intéressant pour vous de contacter Laurent Mayeux de l’UPP Nord. il va bientôt passer la main, peut être à Renaud Waillez. il est prévu, dans cette ré-organisation de l’UPP Nord, d’organiser un rapprochement avec les membres régionaux du GNPP. Un rapprochement qui serait peut être un embryon de ce que pourrait être la photographie professionnelle en france dans les prochaines années. Tout comme l’UPC a fusionnée avec Free Lens, la toute jeune UPP pourrait très bien s’allier avec le GNPP afin de mieux encadrer la pratique photo professionnelle et ainsi mieux représenter les photographes auprès des politiques…
    merci encore pour votre texte
    Jérôme Durenne

  6. @ Sylvain :

    merci pour ce tour d’horizon.

    « En filigrane », dans le titre et dans le texte une chose a retenue mon attention.

    Que se soit lors de l’apprentissage ou de la vente, le relationnel, le contact avec l’apprenti(ssage) et le client s’est perdu.

    L’idée de transmettre un savoir faire, (art ou artisanat) et un savoir vendre (commerce de proximité) s’est peu à peu perdue jusqu’à un donner cette situation : je me débrouille avec mon mode d’emploi (après l’achat de mon matériel pour faire mes photos…)en version papier ou PDF et je m’imprime mes photographies sur une borne.

    Pourtant il y a autant de savoir-faire technique à transmettre en numérique qu’en argentique. Les outils sont différents, mais les méthodes de travail ne sont pas si différentes.
    Certes les grandes marques ont beaucoup automatisé permettant à quiconque de réussir une photographie sans trop de difficulté mais lorsque l’on sort des sentiers battus cela requiert tout de même un apprentissage et du temps « derière un écran ».

    Au regard de l’explosion des livres de truc et astuce, retouche, ect… (voir la librairie Eyrolles) il est certain qu’un grand nombre de personne se forme en autodidacte.

    Connait t’on le nombre de licencier de club photo en France, à t’on une idée du nombre de personnes « curieuses » d’en savoir un peu plus que ce que peu lui dire un vendeur de grande surface sur son matériel ?

  7. Merci pour ce texte Sylvain.
    « « ils veulent des photos comme dans les magazines. » »
    Comme dans les magazines féminins pour celui pour celui qui semble réaliser des portraits plus classiques, et comme dans les magazines photos pour celui qui a choisi de « délibérément traiter les mariages dans un esprit reportage, aux antipodes de la pose et des instants solennels » ?
    Et est-ce que cela signifie que dans leur esprit le référent des clients (et des photographes) d’avant, celui du « portrait traditionnel », remontait aux origines de la photographie?

  8. Ping : Tweets that mention Art, artisanat ou commerce ? | La vie sociale des images -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.