Pourquoi publier un livre en ligne ?

J’engage aujourd’hui une expérience nouvelle pour moi, avec la publication en ligne d’un livre consacré aux images dans la société :

LES IMAGES DANS LA SOCIÉTÉ. Chronique historique et sociale.

J’ai ouvert ce blog il y a quelques semaines, en particulier en prévision de cette publication.

Cet ouvrage à vocation pédagogique est le fruit de nombreux cours que j’ai donnés à l’Université de Nantes, à des étudiants en formation initiale de sociologie ou d’information-communication, mais également à des personnes inscrites dans des cours de l’Université permanente.

Initialement conçu et élaboré pour des cours, ce texte était d’emblée richement illustré. Or, cette ample iconographie est devenue l’obstacle principal à son édition sous forme de livre. Aujourd’hui en effet, il est devenu très coûteux non seulement d’assurer la reproduction des images sur papier, mais encore d’en acquérir les droits. Car la législation française est très restrictive. Un chercheur ou un enseignant doit payer des droits de reproduction au même titre, et seulement un peu moins cher, qu’un organe de presse ou un éditeur commercial. Dans ces conditions, il est devenu impossible d’éditer un ouvrage comme celui-ci par les voies de l’édition traditionnelle. Il aurait fallu apporter un budget conséquent pour convaincre un éditeur de risquer l’aventure. Je ne disposais évidemment pas d’un tel budget et je ne vois pas où j’aurais pu le trouver. C’est pourquoi, après des mois de quête infructueuse, j’ai décidé de mettre mon livre en ligne.

J’espérais, grâce aux ressources du Net, contourner largement l’obstacle de l’iconographie en offrant aux lecteurs les images non pas directement dans le texte, mais à tout le moins facilement accessibles grâce à des liens hypertexte renvoyant aux sites où elles se trouvent déjà en ligne. De fait, j’ai pu localiser sur la Toile une grande partie de mon iconographie d’origine et je me suis donc lancé dans la transposition de la version-papier de mon livre en une version-écran. Souvent, toutefois, j’ai dû me résoudre à y faire figurer de simples mentions sans lien hypertexte pour les images que je n’avais pas retrouvées sur Internet. Faute de mieux, ces citations par défaut permettaient de donner la mesure du « déchet » généré par cette législation néfaste à la recherche et à la pédagogie, qui interdit de citer des images comme on le fait si communément pour des textes.

C’était sans compter avec la versatilité des contenus en ligne. Le temps que j’achève la révision complète du texte, quantité des liens que j’y avais intégrés étaient devenus inopérants : sites fermés, remaniements internes de sites plus importants, etc. L’option d’offrir mon iconographie en réseau se lézardait.

J’ai donc dû réviser une nouvelle fois mon projet. Je n’y ai conservé que les images dont je suis l’auteur (très peu au total). Pour les autres, j’ai misé sur quelques liens solides, peu susceptibles de changements à court terme (sans aucune garantie néanmoins) : sites de musées, d’universités, encyclopédies en ligne… Pour beaucoup, toutefois, le lien ne renvoie pas directement à une image en particulier, mais au site en lui-même, avec les indications nécessaires pour retrouver le document signalé. Les lecteurs seront donc appelés à faire un petit travail d’exploration (profitable au demeurant), mais c’est plus sûr.

Enfin, j’ai supprimé la plus grande partie de mon iconographie pour n’en conserver que les renvois fonctionnels ou bien pour substituer aux images proprement dites une description ou un commentaire visant à expliquer leur intérêt ou leur pertinence dans le cours du texte. Ce dernier exercice permet de dépasser le stade premier de l’illustration pour faire « travailler » les images dans le corps du texte. Il est simplement dommage que ce travail se substitue aux images, au lieu de s’articuler avec leur présentation effective.

Je remercie mon Université pour la place et l’accès libre qu’elle offre à ce livre sur l’une de ses plateformes collaboratives (PRODOC), ainsi que pour l’assistance technique qu’elle a mise à ma disposition pour permettre le passage de la version papier d’origine à la version électronique présentée ici.  Ma gratitude va spécialement à Christian Chervet sans qui ce projet n’aurait pu aboutir.

Enfin, le principal intérêt que je trouve à la publication en ligne est de donner d’emblée à ce livre le caractère d’un travail en cours, remaniable à loisir. Il sera donc complété au gré de mes trouvailles, de mes lectures et des critiques ou suggestions des lecteurs, dont les contributions seront les bienvenues. Certains chapitres, par exemple sur la télévision ou le cinéma, demanderaient déjà à être actualisés. Le blog servira d’interface pour recueillir les remarques, critiques, compléments et suggestions de toute nature. Si, de la sorte, ce texte parvient à rester vivant en s’enrichissant de contenus nouveaux, le deuil de son impossible mise en image aura été finalement profitable.

°°°

Je présenterai ici ce texte chapitre après chapitre, semaine après semaine, comme une sorte de feuilleton qui s’échelonnera sur plusieurs mois. Commençons donc aujourd’hui, comme il se doit, par l’introduction.

Télécharger l’introduction.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE



6 réflexions sur « Pourquoi publier un livre en ligne ? »

  1. Ping : Archives et ressources | La vie sociale des images

  2. salut, j’ai trouvé un site internet qui vient d’ouvrir et qui permet de publier son livre en ligne à partir du fichier pdf. Je pense que ça va bien marcher car tout y est gratuit (comment font-ils?). Peut-être que ça pourra résoudre ton pb technique. L’adresse est http://www.sengoa.com
    chuss

  3. Effectivement, et j’en suis désolé. J’ai signalé ce problème aux informaticiens de l’Université, qui n’en ont pas compris l’origine, puisque les fichiers de mon livre sont normalement en ligne sans conditions d’accès. J’espère qu’ils pourront rapidement supprimer ce blocage.
    Dans l’immédiat, je vous conseille une petite manip qui me semble fonctionner :
    si vous êtes dirigée sur la page d’identification de la plate-forme PRODOC, cliquez en haut à droite sur le lien « connexion » qui apparaît entre parenthèses à la suite de la mention : « Vous êtes connecté en tant qu’invité ». Puis fermez cette page et revenez au blog pour, une nouvelle fois, cliquer sur le lien « introduction ». Cette fois, vous devriez accéder au texte en question.

  4. Programme alléchant… mais il fautun code pour accéder au portail de l’université!

    Cordialement,

    Anne-Laure Brisac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.