Le temps suspendu

Capture d'écran du site de France 2

Vendredi 3 décembre, le  journal de 13 h sur France 2 s’ouvre par un reportage sur les chutes de neige à Coutances, en Normandie. Récit classique : les habitants bloqués dans leur maison, les voitures qui ne parviennent pas à circuler, heureusement l’artisan providentiel qui met son tracteur à la disposition de ses voisins, les employés de la voirie heureux de pouvoir rendre service à la population…

Et puis, soudain, le commentaire devient rêveur. Tandis que la caméra s’élève vers le clocher de l’église, suggérant une supplique muette au ciel (Dieu ou météo, on ne sait pas), la voix off déclare : “En cette journée très spéciale, le temps semble suspendu. A chacun d’y trouver son compte.” (L’équipe de France 2 se trouve elle aussi bloquée sur place.)

On redescend sur terre en découvrant cette femme plantée devant la caméra, avec ses énormes lunettes noires qui nous annonce, guillerette : “On filme, on photographie, on est bien.”

C’est pas beau la neige ?


6 réflexions sur « Le temps suspendu »

  1. @ Thierry : Je ne crois pas que les gens aient besoin que la télévision vienne réaliser un reportage sur une chute de neige aussi abondante que soudaine pour sortir leur appareil photo ou leur caméra vidéo : c’est à leurs yeux aussi un événement hors du commun qui, de surcroît, transforme d’un seul coup leur environnement quotidien en un paysage extra-ordinaire. L’usage de la photographie ayant acquis aujourd’hui la force d’un automatisme, ils sortent leur appareil aussitôt. Sachant, de surcroît, que la neige sera éphémère. A ne pas rater donc.
    Ce qui m’a surpris dans le reportage de France 2, c’est plutôt qu’il se termine sur cette séquence qui versait le sujet d’actualité dans la rubrique “loisirs du week-end”. Je me demande si l’inaction forcée des membres de l’équipe de télé, bloquée sur place, ne les a pas transformés du même coup en purs spectateurs de cette neige incroyable, aspirés à leur tour en producteurs d’images-souvenirs comme de simples amateurs.

  2. En tant qu’adulte, j’aurais tendance à considérer la neige comme le non-évènement dont la télévision fait un évènement à vivre collectivement. (Mais Lorsque j’étais enfant je pense que mon point de vue était assez différent.)
    La photographie répond à cette sensation de vivre un évènement qui est suffisamment important pour “mériter” une photographie pour les utilisateurs occasionnels d’un appareil photo. Elle est un écho individuel du traitement télévisuel du sujet.

  3. Sur le site de France 2 apparaît cette invitation :

    “VOS VIDÉOS SUR LE FROID NOUS INTÉRESSENT

    Comme beaucoup de français vous vivez au jour le jour les difficultés liées aux conditions climatiques actuelles, froid, neige, verglas.

    Envoyez nous vos vidéos, nous diffuserons les plus pertinentes et les plus significatives. Pour authentifier vos images montrez nous une preuve de lieu et de date.”

    L’équipe de France 2 aurait-elle rencontré à Coutances une amateure en reportage pour France 2 ?

  4. C’est vrai que c’est un rituel photographique ! Alors même, paradoxe, que la neige efface l’identité des bâtiments, des sites, des paysages… Donc, tout le monde photographie l’effacement.

    Et pour André, maintenant que tu le dit, on comprend d’autant mieux la TV en pleine catastrophe !

  5. Par ailleurs (ça n’a pas tellement de rapport mais tant pis si un peu quand même) lorsque tombe la neige la foule des photographes amateurs sort, dès que possible (attention aux rhumes des enfants hein) et mitraille tout ce qui blanchit… (et aussi : “tombe la neige/ tu ne viendras pas ce soir/mon coeur est au désespoir… blablabladamo) (:°))

  6. Comme dans notre récente discussion sur la télé, on oublie généralement le rôle social du média, sa capacité à mettre en scène et à faire partager ce qui est désigné comme le lot commun. La rentrée des classes, les soldes, les embouteillages des départs en vacances ou l’arrivée de la neige font partie de ces événements qu’on appelle à tort marronniers, et qui devraient plutôt être interprétés comme l’élévation au rang de rituel par la “messe” du 20h de ces régularités communautaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.