La valeur-limite de l'image

En devenant papier, la monnaie a définitivement perdu toute valeur en soi puisque le morceau de papier utilisé pour réaliser chaque billet représente une valeur quasiment nulle, absolument négligeable par rapport à la valeur nominale imprimée dessus. Pour conjurer ce gouffre menaçant entre l’utilisation à grande échelle d’un support aussi vil et la nécessité de préserver la valeur d’échange de la monnaie, il a fallu créer, renforcer, sur-protéger la confiance accordée au papier-monnaie. Depuis l’origine, cette confiance repose sur l’autorité légitime qui seule est en droit de le créer, manifestée par les multiples symboles officiels apposés sur le papier des billets. Au cours du temps, le souci obsessionnel de prévenir la contrefaçon a conduit les institutions monétaires à raffiner sans cesse le mode de composition graphique des billets afin d’en faire des objets impossibles à reproduire à l’identique. Autant dire que toutes les ressources de l’illustration graphique ont été mises à contribution pour élaborer des billets inviolables. L’image est devenue, en quelque sorte, la garante ultime de la valeur de la monnaie.

Jusqu’à aboutir à ce paradoxe d’un billet tellement sophistiqué qu’il devient impossible à reproduire correctement par les autorités émettrices ! C’est ce qui vient d’arriver à la Réserve fédérale américaine avec son dernier modèle de billet de 100 $ qui a connu un tel problème d’impression qu’il va falloir maintenant faire le tri (mais comment ?) parmi le milliard de coupures déjà imprimées. Vanté jusque-là  comme une concentration inégalée d’artifices visuels qui devaient en faire le billet le plus sûr de l’histoire américaine,  » fruit de dix années de recherche », au prix d’un coût de fabrication lui aussi inégalé (12 cents l’unité, contre 8,5 pour la version précédente), ce billet a tout bonnement dépassé les capacités d’impression des machines, provoquant « un problème de froissage sporadique du papier » qui a laissé ça et là d’inimitables marques blanches.

Ou quand l’image, qui garantit la valeur de la monnaie, en signe du même coup la fragilité.


7 réflexions sur « La valeur-limite de l'image »

  1. @ Sylvain Maresca : Oui, et ce que je voulais dire c’est qu’il n’y a/aura plus que les « machines » qui comprennent/comprendront. Et surtout, ce qui me dérange c’est que les « machines » obéissent aveuglément à cette sorte « d’ordre » qui leur est donné, et qui est caché dans l’Image. Bref, ce qui fait bizarre, c’est de se rendre compte que c’est la machine qui est devenue « l’initié », et surtout qu’elle peut/pourrait prendre la place « d’intermédiaire » qui fait en quelque sorte la police. Et, ça, pour une simple image (c’est-à-dire sans technologie particulière en plus, juste des détails cachés dans l’Image).

  2. @ Skyarov : Je crois que, de tout temps, l’image (mais pas seulement elle) a servi à produire des signes ésotériques, destinés à des initiés et incompréhensibles pour les autres, des langages secrets difficiles, voire impossibles à percer, des écritures impraticables, etc. Le risque étant, en pareil cas, que, à force de raffiner les barrières à la compréhension ou à la reproduction, ces langages cabalistiques tournent à l’aporie : compris par personne, transmis par personne.

  3. Je ne sais pas si on peut croire à la « petite histoire »… Est-ce que, par exemple, ça ne pourrait pas être un moyen pour faire disparaitre une importante somme d’argent ? Ou je ne sais quoi d’autre ? Mais bon, c’est un autre sujet… 🙂

    Mais, c’est vrai que c’est une image bien particulière.

    Et aussi, avec la « constellation EURion »… C’est-à-dire une image anticopie, une sorte d’image qui sert de « langage », une image qui ne doit pas être reproduite, etc. C’est quand même nouveau pour l’Image. Comme si l’Image nous échappait, comme si (avec des détails cachés dans l’Image) des choses se passaient à notre insu…

  4. @ Thierry : Effectivement, s’ils sont lancés tels quels sur le marché (ce qui est tout de même très improbable), on peut s’attendre à ce qu’ils deviennent rapidement « collectors ». Encore que des pièces de collection imprimées à plusieurs millions d’exemplaires…

  5. Et je fais confiance à la main invisible du marché pour distinguer parmi les billets qui ont connu des problèmes d’impression ceux dont la valeur d’échange sur le marché va largement excéder la valeur nominale. 🙂

  6. Ping : Tweets that mention La valeur-limite de l’image | La vie sociale des images -- Topsy.com

  7. Ping : Papiers en tout genre | La vie sociale des images

Répondre à Sklyarov Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.