De la cire au cristal

Les vacances de Noël m’ont offert l’ineffable plaisir de visiter le musée Grévin en compagnie de mes enfants. Je n’y étais pas retourné depuis mon enfance.

Ce musée est le temple d’une véritable débauche photographique. Il s’ouvre sur le mannequin de George Clooney et aligne dès les premières salles une kyrielle de figures de célébrités du show-bizz à côté desquelles les visiteurs n’ont de cesse de se faire photographier. L’agitation est frénétique : chacun revendique son espace pour la prise de vue, ses quelques secondes de tête à tête avec le personnage de cire comme s’il ambitionnait d’en obtenir un autographe. Les photos prises, sur des appareils tout à fait ordinaires, voire des téléphones portables, donnent aux personnes représentées un air aussi irréel que les figures exposées.

Mais personne n’en a cure. Les enfants surtout mitraillent sans relâche, bondissant d’une star à l’autre, escamotant au pas de course les quelques salles historiques qui restent pour déboucher dans la dernière galerie où se côtoient, pêle mêle, le général De Gaulle, Gandhi ou encore Madonna. On ressort de là écœuré de photos sans trop comprendre ce qui vient de nous arriver. Chacun repart avec son lot d’images qu’il ne regardera peut-être pas avant longtemps. C’était une expérience à vivre dans l’instant, un jeu de faux semblants avec des figures en cire trop vraies pour être lucidement traitées comme de simples représentations.

Dans la boutique qui accueille opportunément les visiteurs avant qu’ils ne quittent les lieux, une nouvelle attraction s’annonce : il est possible, moyennant finances, de faire graver son portrait au laser dans un bloc de cristal. Après avoir tutoyé pendant une heure toutes ces figures si ressemblantes (à quoi, à qui ? personnellement, je n’ai jamais vu George Clooney en vrai), mais faites d’un matériau si fragile, voilà que notre propre visage peut venir s’incruster dans la transparence du verre, avec de surcroît une dimension de volume du plus bel effet réaliste. Fixation définitive du portrait, photographique encore une fois.

Décidément, tout est destiné à la photographie dans ce musée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.