Esthétique garantie

Andrew Kuprenasin, étudiant à l’école d’art de Berlin, vient de proposer, comme projet en Digital Media Design  le prototype d’un appareil photo qui permet d’évaluer, avant d’appuyer sur le déclencheur, la qualité esthétique de la photographie prévue. Non plus, comme le font communément les appareils numériques, sa qualité technique, mais bel et bien sa capacité à satisfaire aux canons du jugement esthétique. Baptisé Nadia, ce nouvel appareil permet donc de travailler les conditions de la prise de vue afin d’essayer de maximiser la note esthétique de l’image, comme le montre la vidéo de démonstration :

Cet appareil fonctionne avec Acquine, le premier moteur d’inférence esthétique disponible sur le marché. En l’état actuel, on peut le tester sur un site dédié en lui soumettant les photos de son choix afin de connaître son évaluation esthétique. Des exemples des photos estimées les plus esthétiques sont proposés en continu.

A l’origine de ce dispositif d’expertise automatique se trouvent les travaux de plusieurs chercheurs indiens et chinois basés aux États-Unis. Ils sont partis du site photo.net sur lequel des centaines de milliers de photographies sont soumises au jugement des internautes. En analysant les clichés les plus appréciés, ils ont élaboré 56 critères d’analyse du contenu des images susceptibles d’être retraduits en algorithmes mathématiques. Ils ont ensuite combiné ces critères pour établir un indicateur statistique permettant de mesurer la qualité esthétique de chaque photographie1. Il s’agirait en quelque sorte d’une retraduction mathématisée de la sémiologie, mâtinée de psychologie des perceptions.

Il en ressort que les critères les plus décisifs (il semble bien que 15 le soient réellement sur les 56) sont les couleurs, leur degré de saturation, le respect du « nombre d’or » ou de la règle des 1/3 – 2/3 aussi bien dans le format que dans la composition de l’image, le jeu sur la profondeur de champ allié à la netteté du sujet, ainsi que la prédominance des objets aux formes convexes. Au bout du compte, la macrophoto d’un fruit très coloré, placé au bon endroit dans une image au format respectant lui-même le nombre d’or, servi par une profondeur de champ très faible et une netteté irréprochable, a toutes les chances d’obtenir une très bonne note esthétique. Aucune surprise n’est à attendre lorsque l’on regarde les photos les mieux cotées puisqu’elles ressemblent en tout point à celles que valorisent les magazines photos, les concours d’amateurs et les revues spécialisées dans l’imagerie spectaculaire, comme Géo. On se rassure même en vérifiant que La Joconde obtient une très bonne note (mais pas la meilleure). Mais on nous précise que Acquine n’est pas fait pour la peinture, sans nous expliquer pourquoi.

A-t-il fallu attendre ce pur produit de la normalisation informatique pour que les amateurs tentent de réaliser des clichés ressemblant aux cartes postales ou aux visuels publicitaires ? Pouvait-on attendre d’un outil construit sur la compilation des jugements les plus orthodoxes autre chose qu’une réification des canons les plus traditionnels de l’esthétique photographique ?

D’ailleurs, on peut se demander si Nadia, ce prototype d’appareil qui penserait à notre place, comme le dit le slogan, n’est pas plutôt une bonne blague de potaches, la plaisanterie lancée par des étudiants d’art pour montrer l’ampleur du décalage, pour ne pas dire le gouffre, entre ce que les amateurs ou les professionnels de la photographie entendent par esthétique et ce qu’en font ou en défont les futurs artistes ou designers pour qui les normes sont faites pour être détournées, ou à tout le moins constamment réélaborées. Comment les photos ratées ou délaissées2  dont se délectent nombre d’artistes et de critiques pourraient-elles obtenir une note convenable aux yeux Acquine alors qu’elles alimentent une création artistique inspirée précisément par la remise en cause de la notion même d’esthétique3 ?

P.S. : Je remercie Cécile Dehesdin d’avoir attiré mon attention sur cette nouveauté. Son article sur les photos « inratables », publié entre-temps, apporte des informations complémentaires sur l’esprit de ce projet.

  1. La méthode est expliquée dans l’article de Ritendra Datta, Dhiraj Joshi, Jia Li et James Z. Wang, « Studying Aesthetics in Photographic Images Using a Computational Approach« , 2006. []
  2. Voir les ouvrages de Clément Chéroux, Fautographie. Petite histoire de l’erreur photographique, Crisnée (Belgique), Yellow Snow, 2003 ; Michel Frizot et Cédric de Veigy, Photo trouvée, Paris, Phaïdon, 2006 ; Thomas Lélu, Manuel de la photo ratée, Paris, Editions Al Dante-Léo Scheer, 2007 ; et Fabien Breuvart, Voir au dos. Photographies trouvées, Paris, Images & Portraits, 2010 []
  3. Cf. mon article :  Le recyclage artistique de la photographie amateur, in Joëlle Deniot, Alain Pessin (sous la dir. de), Les Peuples de l’art, Paris L’Harmattan, tome 1, pp. 261-277. []

28 réflexions sur « Esthétique garantie »

  1. Ping : J’aime beaucoup le travail de Sebastiao Salgado | Derrière la caméra

  2. Ping : Esthétique garantie | La vie sociale des images « Photographe Gilles Danger

  3. Photo.net est un site particulier quand même avec des photos qui ont souvent subi un très gros post-traitement, du HDR à foison et des angulaire extrêmes en veux-tu en voilà, à tel point qu’on se demande si c’est encore de la photo.

  4. Ping : Imagerie standard | La vie sociale des images

  5. Ping : À quand la photographie inratable? | Masculin Pluriel

  6. @ Merci Cécile pour ces utiles précisions. Entre les options stratégiques des fabricants de matériel photo et les artifices ironiques des artistes ou designers, il nous manque des aperçus sur les pratiques réelles, les attentes et les modes de jugement des amateurs. Que tout le monde (ou presque) prenne des photos aujourd’hui ne nous renseigne guère sur ce que les uns et les autres entendent faire comme photos, ni sur celles que les uns et les autres considèrent comme réussies.

  7. Merci Sylvain d’avoir posté un lien vers mon article sur les photos «inratables» ! Pour cet article j’ai interviewé un des professeurs d’Andrew, le créateur de Nadia, qui m’a confirmé que son étudiant cherchait à «questionner le statu quo» et a analysé son projet dans ces mots:

    «Qu’est-ce qu’on prend en photo exactement? Dans ce contexte, Nadia cherche à dire qu’on n’a pas besoin de regarder la photo qu’on est en train de prendre, juste de savoir si c’est une bonne photo ou pas»

    Deux autres de ses élèves avaient ce même semestre inventé «Artificial Smile» (http://artificialsmile.invertednothing.com/), ou l’appareil photo qui applique un sourire forcé –puisé dans une sorte de «base de sourires»– sur le visage de sujets non souriants!

    Le but n’était absolument pas de donner des idées aux fabricants d’appareil photo. Parmi ceux que j’ai interviewés, l’un m’a dit qu’il voyait un marché potentiel pour un appareil de type Nadia (à la recherche la photo réussie « à tous les coups ») tandis qu’un autre estime au contraire que le client grand public ne cherche pas à se conformer à des modèles et veut simplement que la photo lui plaise à lui.

  8. Moi ça me rappelle furieusement mes cours de photographies lorsque je l’étudiais à l’école. Ce n’est finalement qu’une application informatique de ce qu’on nous y enseignait, en gros qu’une image esthétique doit répondre à un certain nombre de critères arithmétiques, que l’on calculait en faisant des mesures dans l’image.

    Bref, cet outils est très utile pour permettre à tout le monde d’obtenir l’esthétique pur que l’on cherche à obtenir dans une image. Ce n’est pas d’art dont il est question, mais d’esthétique, et l’esthétique est quelque chose de foutrement rationnel chez les humains.

  9. Ping : Quand un appareil photo numérique se prend pour un artiste » Article » OWNI, Digital Journalism

  10. @ Thierry : En outre, Acquine n’est guère porté à valoriser le noir et blanc. L’un de ses critères principaux est qu’une bonne photo doit être saturée de couleurs.

  11. J’ai obtenu 0,6/100 avec cette photographie réalisée dans les années 70. http://blog.dehesdin.com/blog/wp-content/uploads/2010/07/Hydepark-Corner-Thierry-Dehesdin.jpg
    Acquine ne juge que le cadre et ne peut en particulier lire les textes reproduits dans l’image. 🙂 Mais il en est de même de tous les symboles culturels, historiques, sociaux que va contenir une image. Comme si le cadre était la seule chose importante dans une image, et qu’il pouvait être apprécier indépendamment de ce qui était représenté dans l’image.
    Acquine est donc un outil qui permet d’évaluer la photographie en faisant abstraction de la nature fondamentale de la représentation photographique, son caractère analogique. Alors Acquine serait-il l’aboutissement scientifique du pictorialisme?

  12. Même réaction que André, mais pas mise en pratique (pas encore) + : est-ce que ça marcherait aussi pour la peinture (Ingres juste pour l’exemple, et puis aussi Picasso tiens…)

    mais ça donne envie en effet de faire passer le test à tous les grands noms de la photographie…

    à suivre

  13. Ping : Esthétique garantie | La vie sociale des images

  14. Ping : L’esthétique involontaire | La vie sociale des images

  15. @ Gaby : Du côté de la critique savante, peut-être que la question paraît réglée (comment, au fait ?). Mais pour les professionnels et les amateurs chevronnés, je crois que c’est toujours d’actualité et toujours aussi impossible à trancher une bonne fois pour toutes.

  16. Ping : Tweets that mention Esthétique garantie | La vie sociale des images -- Topsy.com

  17. @ Thierry : Dans une approche culturelle des appréciations esthétiques, il faudrait effectivement pouvoir soumettre au jugement différentes catégories d’images à différentes catégories de personnes, afin de créer des écarts, des décalages et non pas, comme ici, uniquement la confirmation d’un seul standard.

  18. @Sylvain
    La pertinence de l’outil, c’est le nombre de personnes qui ont participé à l’étude et le nombre de photos qui ont été passées au crible. Sa limite, c’est le phénomène communautaire et la standardisation des critères qui pourrait en être la conséquence.
    Pourrais-t-on accorder de la pertinence à des études portant sur un échantillon beaucoup plus restreint d’individus et de photos, qui soumettraient les images les mieux et les plus mal notées à différentes communautés culturelles ou sociales pour voir si l’on retrouve la même distribution des notes?
    Quel dommage que Kodak n’ait plus la santé financière qui nous permettrait de savoir si la photographie a cessé d’être un art moyen et est devenu l’art de la moyenne! 🙂

  19. Venant d’un prof en digital media arts, c’est un gag, mais un gag sérieux comme toujours en école d’art, qui finira par atterrir chez les particuliers. D’ailleurs on y est déjà pas mal, avec tous ces appareils qui attendent le sourire, etc.

  20. Ping : Le dernier blog » Blog Archive » Esthète automatique

  21. @ Pierre-Alexis : Il y a là en effet une piste de recherche intéressante. La limitation de l’outil élaboré par les concepteurs d’Acquine vient pour une large part de ce qu’ils ont modélisé les jugements esthétiques des habitués du site photo.net qui semblent se situer pour l’essentiel à la rencontre entre la photographie professionnelle et une certaine photographie amateur qui aspire à la reconnaissance de la première. Mais c’est également l’intérêt d’Acquine que d’avoir mis en équation les critères d’appréciation esthétique qui sont devenus dominants dans le monde de la photographie, largement conditionnés par l’efficacité publicitaire, bref d’avoir formalisé cette esthétique spécialisée.

  22. Dans la veine des tests d’images célèbres, j’ai fait passer sur le site « Le baiser de l’hotel de ville », de Robert Doisneau, et « l’afghane aux yeux verts », de Steve McCurry. Le résultat est dans la cohérence des remarques faites ci-dessus : « Le baiser » obtient un faible 25,4 (http://acquine.alipr.com/show_image.php?id=1294662025.6525), tandis que l’afghane, égérie National Geographic malgré elle, obtient un très bon 87,5 (http://acquine.alipr.com/show_image.php?id=1294662191.8091).
    Je pense qu’au delà de la blague qui consiste à internaliser la qualité perceptible de la photo (la qualité est dans l’image : les notes de Doisneau et Cartier-Bresson tendraient à prouver qu’à l’inverse la postérité de ces photos est entièrement ou majoritairement due à des éléments extérieurs à la photo), le test d’un grand corpus de photographies issues de milieux différents (art, magazines, photo-reportages, photos d’amateurs etc…) pourrait donner une sorte de panorama intéressant donnant lieu à une étude : aujourd’hui, de quoi parle t-on quand on parle d’esthétique photographique?

  23. J’ai testé vite fait les images de mon blog. J’ai du mal à dépasser la moyenne, et j’ai même une image qui obtient 0,6%. Le coté pervers de ce genre d’outil, c’est que je me demande si finalement sur cette image, je ne suis pas meilleur qu’HCB. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.