La loi des grands nombres

Sous le titre : « Spécial amateurs : le plus grand concours photo du monde », la revue Photo célèbre le trentième anniversaire de son concours annuel. Elle se félicite d’avoir reçu pour l’occasion 50 000 images en provenance du monde entier. Ce grand nombre est valorisé comme le signe indéniable du succès de ce concours photo et de sa large ouverture aux amateurs : « Nos amateurs sont formidables ! Le concours fête ses 30 ans ! 50 000 photos venues de plus de 70 pays ! »

L’intérêt de ce numéro est de nous livrer les portraits des lauréats de l’an passé, ceux que la revue a distingués, ainsi que les gagnants des nombreux concours sponsorisés par diverses marques de matériel photographique et quelques fondations. Au total, 27 heureux bénéficiaires.

14 sont des photographes professionnels, 12 sont des amateurs ou, du moins, des photographes non professionnels (l’information manque pour le 27 ème). Parmi ces derniers, on compte trois habitués des concours, des expositions de photographie ou d’art. Deux sortent d’écoles d’art ou assimilées, et exercent une profession liée aux images (par exemple : web designer). Un autre est en stage dans un gros studio après avoir fait une école de photo. Autant dire que seulement 6 lauréats peuvent passer pour de véritables amateurs, pratiquant la photo comme un simple passe-temps, même passionnel.

Il faudrait se garder de tirer des conclusions définitives de ce comptage, qui porte uniquement sur le concours 2010. Il révèle néanmoins une disproportion considérable, non seulement quantitative, mais également qualitative, entre les candidats et les lauréats. Il n’est pas étonnant que ces derniers ne soient qu’une poignée : telle est la loi des concours. Mais surtout, il est frappant qu’un concours qui se vante d’attirer des milliers d’amateurs consacre avant tout des professionnels ou quasi-professionnels. Les membres des jurys de ces concours exerçant leur jugement uniquement sur les photos qui leur sont soumises, on mesure ainsi combien sont dominants les critères esthétiques qui ont cours dans la photographie professionnelle et comment ils contribuent à retenir les candidats qui s’y conforment le mieux, des professionnels tout d’abord, puis des quasi-professionnels. « La qualité de vos images est bluffante ! », s’écrient les éditorialistes de Photo en hommage à cette foule de candidats. Et pour cause…

En complément, voir mes billets sur les amateurs et l’esthétique photographique.


6 réflexions sur « La loi des grands nombres »

  1. Ping : Professionnels/Non professionnels | La vie sociale des images

  2. @ Thierry : Je me suis borné à recueillir les chiffres sur le tirage et la diffusion sur le site de l’OJD. La revue Photo appartient à un grand groupe de presse : elle n’est peut-être pas tenue d’être rentable par elle-même.

  3. Je suis incapable de donner une signification à ces chiffres Sylvain. -(
    Manifestement ils sont en diffusion payante derrière « Chasseurs d’Images » et « Réponses Photo ». Mais je ne sais à quel seuil ce trouve le point d’équilibre et surtout quelles sont leurs rentrées publicitaires. Je suppose que si la revue « Le Photographe », orientée vers le marché professionnel, a disparu, ce n’est pas à cause de son tirage confidentiel ou presque depuis fort longtemps, mais parce que ses annonceurs étaient en très mauvaise santé financière à l’image de ses lecteurs.

  4. Ping : Tweets that mention La loi des grands nombres | La vie sociale des images -- Topsy.com

  5. @ Thierry : Selon les chiffres de OJD pour 2009-2010, Photo est tiré à 76 000 exemplaires et connaît une diffusion effective (payée et non payée) estimée à 35 000 exemplaires, dont 24 000 en France. 11 000 abonnés et 11 000 ventes au numéro.

  6. Je suis surpris par ce chiffre.
    Ce concours a été créé à une époque où la revue Photo était la seule revue destinée au grand public ou presque. Photo offrait du rêve en présentant des photographes riches, célèbres et couverts de filles. Le journal était lu par des gens qui rêvaient de devenir photographe plus que de prendre des photos et la partie technique était quasi inexistante. Claire Bretecher, il y a très longtemps, avait fait une double page sur le thème « devenez ce photographe » que je n’ai pas retrouvé sur le Net et qui était une remarquable illustration de ce mythe. Le concours avait d’autant plus de succès qu’il était le seul dans le genre ou presque. Les lauréats étaient des amateurs qui faisaient des photos à la manière de leurs idoles publiées dans le journal.
    Sa diffusion me semblait aujourd’hui beaucoup plus confidentielle. Les amateurs me semblent beaucoup plus dans le faire que dans le fantasme social. Ils rêvent souvent encore de devenir photographe, mais dans l’idée de faire de leur passion un métier. Il faut dire aussi que le statut social des photographes en a pris un coup dans l’intervalle. 🙂 Les revues qui marchent bien sont pleines de conseils techniques. Avec Internet, la publication en ligne de leurs images et les forums critiques, ils ont les meilleurs de leurs pairs (ou plus exactement ceux qui ont ce statut au sein de la communauté) comme référents. Alors le concours a-t-il conservé un statut perdu par la revue, ou est-ce que je sous-estime la diffusion et l’influence du magazine?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.