Figures de la disparition-2

La disparition de la jeune Laëtitia à Pornic donne lieu depuis plusieurs jours à de nombreux reportages à la télévision et dans la presse écrite, largement illustrés. On y retrouve une iconographie aujourd’hui largement répandue, centrée sur la diffusion et l’exploitation médiatique d’une ou plusieurs photos de la personne disparue.

Dans le cas présent, une première photo de la jeune fille a été rendue publique officiellement par la gendarmerie en charge de sa recherche – photo certainement demandée à la famille d’accueil pour permettre les investigations.

Cette photo a été largement reprise par la presse :

A noter que les droits de cette image sont attribués à la Gendarmerie nationale et à l’AFP, probablement en charge de sa diffusion. Dans d’autres publications, c’est la mention D.R. qui apparaît.

Tirée en grand à de nombreux exemplaires, ce cliché et un second apparu entre-temps ont également été exhibés lors d’une manifestation silencieuse ou affichés pour réclamer la vérité sur cette disparition et que justice soit faite, selon la reprise d’un rituel désormais obligé qui remonte aux manifestations des Mères de la place de Mai à Buenos Aires sous la dictature argentine, repris lors de chaque prise d’otages.

Capture d'écran du Progrès.fr

Ces photographies, d’origine privée, deviennent rapidement incontournables parce que ce sont les seules disponibles de la personne recherchée, invisible puisque disparue. Avide d’images, même lorsqu’il n’y en a pas, la presse se focalise sur ces portraits dont elle n’est pas l’auteur : les photo-reporters les photographient, les caméramans les filment ; ils filment les photographes qui les photographient…

Capture d'écran de TF1.fr, journal de 20 h, 20 janvier 2011

Enfin, cette image devient l’intermédiaire obligé pour les acteurs du drame dans leur confrontation avec les médias :

Photos du journal 19-45 de M6

23 janvier 2011

Personne n’est préparé à vivre un tel drame. Pourtant, on constate que le rituel photographique adéquat se met en place immédiatement parce que tout un chacun, spectateur du drame vécu par les autres dans les cas de disparitions, de prises d’otages ou de crash aériens, a vu comment construire le personnage attendu par les médias. Ainsi, les mêmes gestes se répètent, spontanés ou pilotés par les journalistes, aboutissant à ce langage visuel commun de la douleur et de l’indignation.

Télérama, n°3131, 13 janvier 2010


11 réflexions sur « Figures de la disparition-2 »

  1. @ PCH : Je suppose que, dans le cas des personnes privées comme Laëtitia, les photos viennent de la famille : elles sont donc conformes à ces images du bonheur et de la joie de vivre dont sont faites les archives photographiques des familles. Encore que toutes les photos d’enfants ou de jeunes disparus ne sont pas aussi radieuses (cf. l’exemple donné plus haut par Gaby).
    S’agissant des journalistes pris en otage, les photos doivent provenir de leurs rédactions : il s’agit plus probablement de portraits à usage professionnel.
    @ Thierry : Effectivement, la publicité faite à ces images, par les médias, mais également par les personnes concernées et ceux qui les soutiennent, constitue un moyen de pression sur les autorités pour que celles-ci fassent la lumière sur l’affaire. Il faudrait d’ailleurs explorer plus avant comment un cas de disparition comme celui de Laëtitia parvient aussi vite à faire la une des médias nationaux, quand d’autres restent beaucoup plus discrets ou disparaissent plus vite de l’actualité. On découvrirait probablement que la compétence à se servir des relais médiatiques est très inégalement répartie dans la population.

  2. Ce qui (me) frappe (et m’émeut) (un peu), c’est la différence d’affect entre la photo – le visage qu’elle représente, souriant, semble-t-il gai : un regret, un désir de la retrouver telle qu’en elle-même – or elle ne souriait pas toujours… : le même visage, celui de Florence Aubenas; des visages différents : ceux des deux journalistes retenus depuis plus d’un an en Afghanistan : on sent bien en voyant ces photos qu’on a essayé de trouver des images souriantes sans y parvenir…) et les gens qui la brandissent : on nous raconte une histoire (comme la vie était belle alors… mais à présent, sans eux…)

  3. « elle revêt une autre signification, entre obstination (à ne pas croire aux apparences) et revendication (de savoir enfin la vérité). C’est le même ressort que dans la médiatisation des images d’otages. »
    Qu’il s’agisse de la jeune Laëtitia, des femmes de la place de Mai ou des otages, il convient me semble-t-il d’ajouter une autre dimension qui est d’utiliser les médias pour engager le dialogue avec le pouvoir. Avec la photographie, on arrache les victimes à leur anonymat, guère mobilisateur, pour prendre l’opinion publique à témoin et faire pression sur le pouvoir. Il ya donc un y avoir un échange avec les médias. On leur donne les images qu’ils attendent, des images des personnes disparues ou décédés (dans le cas de Laetitia l’espoir est bien tenu), et on se met en scène avec ses images, pour que la pression des médias oblige l’état à réagir.

  4. @ Gaby : Merci pour cette précision. Les grands-mères ont effectivement joué un rôle déterminant, et encore aujourd’hui pour tenter de retrouver les enfants disparus dont beaucoup ont été adoptés bébés (pour ceux qui sont nés pendant la captivité de leur mère), par des familles de militaires, sous un nouveau nom.

  5. i’d like to elicit a thought towards the « Estelle Mouzin affaire ».
    lateley a photo has been aged :… par l’organisme américain National center for missing and exploited children (NCMEC) qui permet de projeter 7 ans après comment le visage de la fillette aurait pu être aujourd’hui….

    you can see the aged photo here: http://www.liberation.fr/societe/0101614513-affaire-estelle-mouzin-une-photo-vieillie-pour-un-nouvel-appel-a-temoin

    and just a small remark about the Argentinian children kidnapping, it was not only their mothers but also and mainly their grand-mothers who marched. being the parents more than often also missing or not able to track their children, it was always carrying their grand-sons and grand-daughters photos, the famous Abuelas de Plaza de Mayo who manifested day after day.

  6. @ Grégory : Effectivement, la diffusion de ce type d’image a d’abord une visée opérationnelle. Mais le rituel décrit ici dépasse cette nécessité première. Lorsque la même photo est arborée par de nombreuses personnes dans une manifestation – dont la presse souligne qu’elle est silencieuse – ou par les proches au cours d’interviews, elle revêt une autre signification, entre obstination (à ne pas croire aux apparences) et revendication (de savoir enfin la vérité). C’est le même ressort que dans la médiatisation des images d’otages.

  7. Je crois qu’il faut aussi préciser que la mise en circulation de l’image d’une personne disparue par les forces de l’ordre et les proches a également un but très précis : la retrouver en permettant à toute personne qui voit la photo d’identifier la personne disparue et ainsi d’apporter son aide à l’enquête. C’est même sur ce principe qu’a été mis en place la procédure « Alerte enlèvement » qui fait de la diffusion médiatique du signalement d’une personne enlevée et du ravisseur le facteur clé de la résolution de l’enquête.

  8. La première photo, celle du gendarme tenant la photo de la jeune fille disparue, a été utilisée avec un cadrage intéressant par leparisien.fr:
    http://www.leparisien.fr/nantes-44000/pornic-l-espoir-s-amenuise-de-retrouver-laetitia-vivante-21-01-2011-1237248.php
    On retrouve l’effet d’horizontalité analysé par Erwan François dans un de ses récents billets http://culturevisuelle.org/iconique/efficacite-image-actualite-ligne/ et nommé effet meurtrière ou peep show par Olivier Beuvelet.

  9. @ Thierry : J’insiste sur le fait qu’il s’agit de figures de la disparition, pas de la mort. On montre la photo d’un être cher dont on est sans nouvelles, que l’on veut croire toujours vivant, au sujet duquel on réclame des autorités qu’elles fassent la lumière ce qui vient de lui arriver. A cet égard, le recours à la photographie revêt une valeur symbolique forte : elle donne en effet du disparu l’image d’un être encore vivant. Brandir cette image revient à refuser d’admettre qu’il puisse être mort.
    Sous la dictature argentine, les mères d’opposants enlevés par les militaires défilaient tous les jeudis sur la principale place de Buenos Aires pour demander ce qu’ils étaient devenus. Rapidement, elles ont recouru à leur photo pour symboliser leur interrogation muette. Leur exemple – je ne sais pas si c’est le premier historiquement – a été largement repris depuis, un peu partout dans le monde. Il faut dire que leur combat a été largement médiatisé à l’époque par les organes d’information internationaux.
    Il me semble en tout cas que ce rituel est avant tout un geste de mère qui ne peut se résoudre à la disparition de son enfant. Dans le cas présent, celui d’un mère adoptive.

  10. As-tu une idée de l’origine de ce rituel Sylvain?
    Dans le bassin méditerranéen, il me semble que l’on pose souvent et depuis longtemps une photo du disparu sur les tombes, mais c’est une utilisation très différente de la photographie.
    Les images que l’on voit lors des enterrements des « martyrs » au moyen-orient montrent également de grands portraits photographiques du mort qui accompagnent le convoi funèbre.
    Il me semble que dans les films hollywoodiens, on voit souvent un portrait du disparu dans les convois funèbres, même lorsque les morts n’ont pas été victimes de violence, comme si c’était un élément qui participait aux rituels les plus solennels. Sur les grilles de l’église américaine qui était devenue un mémorial pour les victimes du 11 septembre, un grand nombre de photographies étaient accrochées, mais c’était différent dans la mesure où ces photographies n’accompagnaient pas de marche. Il s’agissait plus je pense de redonner une identité, une personnalité, à des disparus devenus anonymes en raison de l’ampleur du massacre.
    C’est d’ailleurs probablement d’ailleurs l’idée qui est derrière l’iconographie actuelle. La victime d’un fait divers est un être anonyme. D’où la volonté de ses proches de la singulariser en lui rendant un prénom, en montrant sa photo. C’est de ce fait un geste politique.
    Ce serait intéressant d’analyser dans ce nouveau rituel ce qui vient de l’influence des autres cultures (un peu comme les applaudissements que l’on commence à entendre en France à l’image de l’Italie lorsque le cercueil sort de l’église) et ce qui vient d’une évolution politique intérieure. Je pense à l’utilisation politique par Sarkozy des faits divers lorsqu’il était Ministre de l’Intérieur.

  11. Ping : Tweets that mention Figures de la disparition-2 | La vie sociale des images -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.