L'information présentée comme une fiction

« Une sorte d’épisode de Cold Case » : ainsi commençait une information diffusée dans Inter soir, le journal de 19h sur France Inter, vendredi 27 novembre, qui annonçait le début de fouilles dans le cimetière de Saubrigue, près de Dax. « 122 des 272 tombes vont être inspectées avec des caméras endoscopiques pour tenter de savoir si le corps d’une femme disparue il y a sept ans n’a pas été cachée dans l’une d’elles. »

J’ai été frappé qu’une information soit présentée comme le nouvel épisode d’une série télévisée à succès. Ce type d’analogie entre la « vraie vie » et le spectacle qu’en donne la télévision est devenue courante dans la vie ordinaire ; elle alimente les conversations d’images partagées par une fraction importante de la population, si l’on en croit les chiffres d’audience de ce type de programmes. Mais il est plus étonnant d’assister à leur irruption dans un journal d’information censé nous rapporter des faits réels. Association d’idée entre les caméras prévues pour l’enquête dans ce cimetière et l’imagerie télévisée ? Formule-choc pour relancer l’intérêt des auditeurs en cours d’émission ? Éclairage sur la tentation des spécialistes de l’information de nous distraire avec des « histoires » que ne dédaigneraient pas les scénaristes du petit écran ?  Indice significatif de l’emprise de la télévision dans notre vision du monde, y compris celle des journalistes ? Il y a probablement un peu de tout ça dans cet exemple.

Mais ma surprise est venue également du fait que j’ignorais tout de Cold Case. Je savais qu’il s’agissait d’une série télévisée, mais rien de plus, ne l’ayant jamais regardée et, plus généralement, regardant peu la télévision. Je me suis donc trouvé pris au dépourvu par cette référence culturelle qui semblait aller de soi pour le présentateur de France Inter, mais pas pour moi1.

Une des difficultés pour les intellectuels à prendre réellement la télévision comme objet d’étude provient de leur peu d’intérêt à passer du temps devant le petit écran. Autant beaucoup sont prompts à en discuter, à en débattre, autant peu semblent curieux de voir ce qu’il en est, ce qu’on y voit et ce que les gens en font. Ou alors sur le mode distant et un rien interloqué de l’ethnologue qui découvre des pratiques inconnues2. Il y a là pourtant un véritable chantier à ouvrir3.

Complément du 24 janvier 2010 :
Pour un autre exemple proche, présenté par Christian Salmon :
http://www.rue89.com/cabinet-de-lecture/2010/01/24/salmon-on-ne-construit-pas-lidentite-dune-nation-135097
où l’on voit un juge de la Cour suprême américaine justifier l’usage de la torture « non pas en se fondant sur le droit, mais sur l’exemple de Jack Bauer qui l’utilise en cas d’urgence pour la nation. Si le héros de « 24 heures chrono » peut l’utiliser, les USA doivent s’y autoriser… Réalité et fiction ne cohabitent plus, elles copulent. »

  1. Pour ceux qui ne seraient pas plus au courant que moi, Cold Case – dont le sous-titre est Affaires classées dans la version française – présente des enquêtes policières sur des affaires classées sans suite depuis longtemps et dont le mystère n’a pas été élucidé []
  2. Cf. par exemple, le livre de Stéphane Breton, Télévision, Paris, Grasset, 2005 []
  3. Un essai intéressant d’ethnographie de la place occupée par la télévision dans la vie des gens est proposé dans l’ouvrage dirigé par Alexandre Delarge et Juliette Spire, La télé au logis, Paris, Créaphis, 2002 []

5 réflexions sur « L'information présentée comme une fiction »

  1. Et oui! « Moi » je suis la règle et la norme! Raté.
    Il semble qu’un monsieur Jacques Lacan a écrit quelque chose ayant pour titre: télévision. Mais c’était il y a si longtemps…

  2. @fal7i : Votre commentaire me laisse pantois, sauf s’il est au second degré. Il mêle avec un tel effet de brouillage le réel et la fiction, le sérieux et le « farfelu », le « vu à la télé » qui est un argument publicitaire et aucunement un argument informatif, que j’en viens à me demander si les distinctions que j’introduis encore entre les différents registres médiatiques ne sont pas devenues totalement caduques, sinon pour les producteurs des programmes radio ou télévisés, du moins pour les auditeurs comme vous.

  3. C’est certain, et particulièrement vrai dans l’univers télévisuel. C’est plus étonnant, à mon sens, dans le monde de la radio. Pas le fait que les journalistes racontent eux aussi des histoires, voire romancent l’actualité, mais qu’ils le fassent en référence à un type de fiction imagée, en l’occurrence une série télévisée. De nombreux signes laissent apparaître combien l’emprise de la télévision est forte sur la presse écrite, notamment dans son utilisation des images, mais à l’évidence elle étend également son influence formelle sur le médium en apparence le plus éloigné des images : la radio.

  4. Encore un symptôme bien attrapé! Mais ne signifie-t-il pas que la frontière censée séparer le récit fictionnel du récit journalistique est moins étanche qu’il n’y parait? Que tous ces récits cheminent ensemble au sein d’une culture (visuelle) commune, qu’ils contribuent à alimenter et à construire? Le « clin d’oeil culturel » que représente une telle allusion aurait alors une signification plus profonde, révélant un état de circulation des motifs et des énoncés, au-delà de distinctions de surface. C’est bien ainsi, je pense, que fonctionne le système mass-médiatique.

  5. Il me semble que le journaliste, la rédaction, voulaient simplement souligner que cette brève, qui pouvait paraitre de prime abord farfelue et irréelle, était une information sérieuse. Qu’elle faisait partie du réel. Et quoi de plus réel que ce qui est « vu a la télé » comme en témoignent les pubs qui utilisent cet argument.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.