Images infamantes

Hier soir, je regarde à la télévision des images des manifestations au Caire. Au milieu des gestes démonstratifs des manifestants, la caméra s’attarde sur l’acharnement de cet homme qui martèle l’effigie de Moubarak à coup de chaussure. Le commentaire souligne la caractère infamant de cet acte : “Insulte suprême : des coups de semelle sur la photo du président.” Me revient alors en mémoire ce que je lisais, enfant, dans Tout l’univers – une encyclopédie richement illustrée dont nous recevions un nouveau fascicule chaque semaine : dans l’Égypte ancienne, lorsqu’un homme voulait se venger de son ennemi, il faisait peindre son portrait sur les semelles de ses chaussures afin de pouvoir le piétiner du matin jusqu’au soir. Manifestement, l’usage s’est perpétué dans le monde arabe (que l’on se rappelle en particulier le jet de chaussure contre Georges Bush).

Autre image significative : à côté des portraits déchirés, ou barrés de Moubarak, on découvre également un manifestant qui, devant la caméra, retourne l’effigie du président égyptien pour la brandir tête en bas, comme à la Renaissance où la condamnation d’une personne par contumace pouvait s’accompagner de la pendaison de son portrait. Vieux usages toujours en pratique, force des gestes symboliques et recours aux images.


6 réflexions sur « Images infamantes »

  1. @ Patrick : On est là dans un registre plus connu en Europe, tandis que l’affront de l’effigie par une semelle de chaussure revêt un attrait exotique et en même temps très visuel qui ne peut que capter l’attention des journalistes occidentaux, en mal de couleur locale.

  2. @ J’ai revu hier, dans le 19-20 de France 3, l’image d’un homme qui frappait de sa chaussure l’effigie renversée de Moubarak, avec le même commentaire de la journaliste, Mémona Hinterman : “Insulte suprême…” Visiblement, ce type de geste démonstratif et exotique frappe l’esprit des journalistes qui viennent de débarquer sur les lieux. Ce qui suggère également que lesdits Egyptiens savent ce qu’il faut faire pour produire des images sur mesure pour les médias occidentaux.

  3. @ PCH : Je n’avais pas fait le rapprochement, mais il est vrai qu’il y a un point commun : la démonstration (au double sens du terme mathématique et politique) de la valeur des portraits photographiques comme substituts symboliques des personnes représentées, que celles-ci soient chéries ou détestées.

  4. Ping : Tweets that mention Images infamantes | La vie sociale des images -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.