Le marché du narcissime – 2

J’ai consacré récemment un billet à ces nouveaux appareils photo qui proposent un double écran afin de permettre à leur utilisateur de réaliser des autoportraits en contrôlant leur image devant l’appareil tenu à bout de bras.

Aujourd’hui, ma fille, âgée de 13 ans, dont j’ai déjà donné quelques aperçus de ses pratiques photographiques, a décidé de s’acheter son premier appareil. Et je vous le donne en mille : elle a opté pour le Samsung dont la publicité m’avait frappé, précisément parce qu’il est conçu pour les autoportraits. J’assure que je ne suis pour rien dans son choix.

Lors de son récent anniversaire, elle a passé l’après-midi avec ses copines à se prendre en photo, à se filmer dans les tenues les plus sophistiquées, les poses les plus sexy, le maquillage le plus étudié. Aucun autre sujet ne leur semblait plus digne de la photographie, de même qu’aucun loisir ne leur semblait plus digne de l’occasion que la pratique de la photographie. A cet âge-là, la photo obligée des bougies que l’on souffle sur le gâteau est depuis longtemps oubliée.


10 réflexions sur « Le marché du narcissime – 2 »

  1. @ Pewek : Merci pour cette pub que je ne connaissais. Elle me semble malheureusement très réaliste, si j’en juge par l’indifférence viscérale de nos adolescents vis-à-vis du monde qui les entoure, particulièrement dans sa dimension collective non médiatisée par les écrans. Se protéger de l’intrusion de la foule en se photographiant soi devient un réflexe commun.

  2. @ Linca : Merci pour cette notation exotique.
    Tout de même, un simple miroir ne consomme pas d’électricité et fonctionne en toute circonstance sans qu’on soit obligé de le recharger !
    Cela me fait penser à la réflexion d’Umberto Eco qui affirme que le livre demeurera parce que si on est obligé de partir sans retour sur une île déserte et qu’on emporte toute sa bibliothèque sous forme numérique dans un ordinateur, au bout de 3 heures celui-ci est déchargé et on n’a plus rien à lire.

  3. De passage en Coree du Sud, j’ai constate qu’une utilisation importante des smartphones avec fonction d’autoportrait etait comme miroir, tout simplement… On refait sa coiffure devant son telephone, donc !

  4. Merci Thierry pour ces aperçus complémentaires. Merci également pour ta conclusion rassurante. Tu me sentais inquiet ?

  5. Je pense que la photographie obligée des bougies que l’on souffle est à l’origine un rituel mis en place par les parents.
    Se photographier et photographier ses copains est à l’inverse un élément qui participe pour les enfants à la constitution de leur identité.
    J’ai travaillé il y a quelques années avec des enfants qui prenaient des photos avec des appareils jetables. Thème pour une grande section de maternelle, mon école. Thème pour des CM2, mon quartier. Dans les 2 cas, les 2/3 des images réalisées par les enfants, c’étaient leurs potes. Leur école, comme leur quartier, c’était avant tout leurs copains.
    « se filmer dans les tenues les plus sophistiquées, les poses les plus sexy, le maquillage le plus étudié », s’est s’identifier à des modèles de grandes. Et l’envie de grandir lorsque l’on a 13 ans, c’est un signe de bonne santé. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.