Chronologie

Numéro spécial de déc. 1993

Je livre ici de façon très provisoire une chronologie du passage au numérique dans la photographie professionnelle.

Je l’ai composée à partir des témoignages de la vingtaine de photographes que Dominique Sagot-Duvauroux  et moi-même avons rencontré pour l’instant dans le cadre de notre enquête sur les répercussions du numérique sur la profession de photographe. C’est évidemment une base d’informations encore étroite, même si nous voyons revenir les mêmes jalons principaux. Toutefois, ce premier essai vise avant tout à restituer la chronologie vécue par les professionnels, plutôt que la succession des dates de sortie des nouveaux matériels ou logiciels.

Elle appelle a être complétée, enrichie par de nouveaux témoignages. C’est dans cet espoir que je la mets en ligne, en comptant sur la contribution des nombreux photographes (je les en remercie) qui ont déjà commenté les précédents billets consacrés à leur profession.

Milieu des années 1960 C’est l’époque où la publicité commence à passer du dessin à la photographie.
1972 L’imprimerie Chantereau, à Nantes, achète l’un des tous premiers scanners en France, de la marque anglaise Crosfield : à partir d’ektas, il permettait de sortir des films de séparation (CyMJN : cyan, magenta, jaune et noir, en vue de l’impression papier des photos).
1974 Dès sa création, l’ANPPM (Association nationale des photographes de publicité et de mode) engage un bras de fer avec les magazines pour obtenir la revalorisation des prix de publication à la page. Déjà !
Années 1980 Certains labos photos se spécialisent dans le montage photo : « trait d’union entre le photographe et le photograveur », selon l’expression d’un photographe de publicité. Ils seront bientôt dépassés par l’arrivée de Photoshop.
Années 1980-90 Selon divers photographes d’illustration, qui s’en plaignent, c’est l’époque où, dans les agences de publicité, les commerciaux prennent le pouvoir sur les directeurs artistiques.
1986 Certaines agences de publicité achètent leur premier ordinateur Mac Intosh, sans trop savoir quoi en faire.
1989 L’un des principaux studios photographiques de Nantes achète son premier ordinateur Mac et embauche un infographiste pour assurer la mise en page des catalogues de produits destinés à ses clients.
Années 1990 Le service photographique de l’Inventaire, à Nantes, entame la numérisation de ses millions d’images argentiques.

L’arrivée de micro-ordinateurs est le premier jalon important mentionné par un photographe publicitaire lorsqu’on évoque le passage au numérique.

Il monte une petite photothèque régionale, qui disparaîtra vers 2000, avec l’essor d’internet.

1990 Certains studios de photographie publicitaires achètent la première version de Photoshop.
1991 Dans un autre studio, les prises de vue se font avec une chambre photographique Sinar-E assistée par un ordinateur qui permet de gérer diverses options de réglage.

Ce serait à partir de la guerre du Golfe que les entreprises auraient commencé à privilégier le coût sur la qualité des images.

1992 Premiers tests de transmission d’images numériques par l’agence Explorer, avec France Télécom et Gamma.
1996 John Batho, artiste-photographe, présente sa première exposition d’images numériques : des photographies argentiques scannées et imprimées sur Iris.
1997 Achat par un photographe de publicité de sa première chambre Sinar numérique, d’un ordinateur et d’un écran. Coût total : 240 000 F.
1998 Commercialisation par des sociétés canadiennes des premiers CD d’images libres de droits (diapositives numérisées) (1996, selon d’autres échos).

Un photographe d’illustration réalise ses premières prises de vue en numérique à la demande d’une boîte d’ingénieurs « très technologique ».

1999 Mise sur le marché du Nikon D1, le premier appareil numérique pour bon nombre de photographes professionnels.
Années 2000 Beaucoup d’iconographes se retrouvent « externalisées » dans le mouvement de rachat des agences de photographie et d’essor d’internet.
2000 « Je fais partie de la première vague de ceux qui se sont dit : ‘Il faut y aller.’ », déclare un photographe d’illustration, qui embauche une documentaliste pour indexer ses photos.

L’un des principaux studios de photographie publicitaire de Nantes embauche un commercial.

2001 Un autre studio de Nantes livre ses premiers fichiers numériques.

Des photographes d’illustration créent leur premier site internet.

2002 Un photographe industriel réalise ses premières photos numériques à la demande d’un important client, dont il ne peut refuser la commande. Jusque-là, il scannait ses ektas pour les clients qui réclamaient des fichiers numériques. Il embauche une collaboratrice pour s’occuper de la post-production.

John Batho acquiert les outils informatiques nécessaires au traitement de ses propres photos numériques.

2002-2003 Certains photographes montent leur photothèque en ligne, sans forcément un grand résultat.
2003 Les premiers studios de photographie publicitaire abandonnent la prise de vue argentique.

Tandis que des photographes d’illustration achètent leur premier boîtier numérique.

80 % des commandes de photos d’illustration sont toujours en argentique : les photographes numérisent leurs ektas et commencent à les livrer sur CD.

2003-2004 C’est l’époque où, selon un photographe publicitaire, les boîtiers numériques permettent d’obtenir une qualité d’images satisfaisante, voire supérieure à celle des appareils argentiques.
2004 Hasselblad est racheté par le fabricant de capteurs numériques Imacon.

Les pionniers parmi les photographes d’illustration passent entièrement au numérique.

Dans le même temps, un tireur argentique en noir et blanc perd beaucoup de clients du fait du numérique.

2005 Des photographes d’illustration plus sceptiques achètent le premier boîtier numérique techniquement satisfaisant à ses yeux (Nikon D200).

Certains attendaient la sortie d’un capteur au format 24×36.

D’autres remplacent déjà leur D100, acheté tout juste un an et demi avant, par le Nikon D300 pour obtenir « des poids de fichiers beaucoup plus importants », nécessaire à la publication dans des revues.

Ils ne vendent plus aucune diapositive.

Fermeture du gros studio lyonnais Nomades.

2007-2008 Les derniers (?) photographes d’illustration abandonnent l’argentique au profit du numérique.

25 réflexions sur « Chronologie »

  1. Ping : Utiliser un Nikon D800 pour copier des diapos | Derrière la caméra

  2. Ping : Nikon D800, 36 millions de pixels: WTF ? | Derrière la caméra

  3. Ping : Chronologie – 2 | La vie sociale des images

  4. Ping : Innovations/Obsolescence | La vie sociale des images

  5. Ping : Photographie (s) et numérique (s). Du singulier au pluriel | La vie sociale des images

  6. Sylvain et Valentina :

    De mon côté, je n’ai pas réussi à retrouver la plaquette du labo Dahinden que je possède ou possédais. Mon père m’a simplement confirmé par téléphone que ce labo était l’un des premiers en France, si ce n’est le premier, à s’équiper d’une telle station de travail, mais ne se souvenait plus de son nom. Je me souviens juste que l’on pouvait voir sur cette plaquette un exemple de montage numérique, probablement réalisé pour J-P Goude sur une photo de Grace Jones.

    Mon père m’a aussi dit que le numérique permettait à cette époque (fin 80, début 90) de produire des films « originaux de 2e génération », de meilleure qualité que les duplicatas traditionnels, si j’ai bien compris. Peut-être des choses intéressantes à creuser de ce côté là.

    Enfin, pour la petite histoire, à toutes fins utiles je précise que comme tout bon tireur manuel (et même retoucheur de formation — au pinceau), même très expérimenté, il finit par être licencié économique vers 1997 et n’a jamais réussi à retrouver de travail dans la photo. Le numérique a fait d’immenses ravages dans ce que l’on appelait autrefois des laboratoires photographiques.

  7. @ Sylvain : (bug)
    La 2e colonne de la liste chronologique, c’est à dire le texte, m’apparaît tronquée d’environ 1cm à droite, ce qui ne facilite pas la lecture… Dommage! (Firefox2/Mac. Je soupçonne une conversion Word>HTML qui s’est mal passée.

  8. @ Alexie : le décalage entre la chronologie « officielle » et celle qu’ont vécue les photographes ordinaires vient de ce que l’utilisation de la photographie dans la presse féminine (en précisant laquelle) dès les années 40 ne signifie pas pour autant que beaucoup d’annonceurs et d’agences de publicité aient élaboré des campagnes publicitaires photographiques dès cette époque. Plusieurs échos, recueillis dans des agences parisiennes et de province, se rejoignent pour dater le basculement massif du graphisme vers la publicité du milieu des années 60. J’entends par là le moment où la photographie s’est imposée comme le médium obligé pour la publicité, auquel tous les annonceurs étaient tenus de se faire s’ils ne voulaient pas passer pour vieux-jeu.

  9. @ Sylvain et Christophe D: La station de travail en question pourrait bien appartenir à la génération des CEPS (Color Electronic Prepress Systems), dont j’ai parlé dans mon billet « La retouche en couverture » (http://culturevisuelle.org/metamorphoses/archives/221). Il s’agit d’ordinateurs dédiés produits par les sociétés Scitex, Crosfield et Hell dans les années 80, déjà diffusé aux États Unis à partir de 1980, et qui, selon les personnes qui m’en ont parlé en France, seraient arrivés dans les laboratoires français après 1985. Pour une chronologie plus détaillé de ces grosses machines, voir le lien signalé par Patrick Peccatte: http://www.prepressure.com/library/prepress-history/1970-1979.

  10. « Milieu des années 1960 : C’est l’époque où la publicité commence à passer du dessin à la photographie »: il me semble que cette datation est un peu tardive, dans la presse féminine, beaucoup de pub sont déjà photographiques dans les années 40.
    Pour en savoir davantage, je vous conseille de jeter un oeil à
    Françoise Denoyelle, « La publicité » in Les lumières de Paris, L’Harmattan, Paris, page 149-226 une confirmation

    et sinon cette idée de chronologie collaborative est vraiment très bonne ! Merci Sylvain !

  11. @ Thierry : Cette revue est assurément une mine d’informations sur la profession de photographe et ses évolutions. Bernard Perrine m’a appris que l’ensemble de ses archives avait été versé au Musée de la photographie de Chalons-sur-Saône. Une visite s’impose.

  12. Il conviendrait peut-être d’ajouter à cette chronologie la parution du dernier numéro d’une revue mensuelle quasi-centenaire, destinée aux photographes professionnels, « Le Photographe » (n° 1675 !) en juin 2009. On n’a jamais eu de réelle explication sur cette disparition à ma connaissance, mais je suppose que les photographes connaissant de plus en plus de difficultés économiques, leurs fournisseurs (qui étaient les annonceurs privilégiés de cette revue) ne lui permettaient plus d’atteindre l’équilibre économique.

  13. Le concept du Polaroïd numérique, c’est juste l’appropriation d’une marque pour un produit qui évoque vaguement un produit culte.
    A l’origine c’est une société nommée Zink qui a commercialisée vers 2008 une mini-imprimante qui tient dans la poche et que l’on peut utiliser avec son téléphone portable par exemple.
    http://www.zink.com/how-zink-works
    http://store.polaroid.com/Products/Polaroid+PoGo/Overview/Overview/1804
    Pour ce que j’en sais, le concept du Polaroid numérique c’est simplement d’intégrer cette mini-imprimante à un boîtier et son capteur.
    Le succès du Polaroid argentique reposait sur 3 facteurs:
    La magie de découvrir tout de suite sa photo et de pouvoir la partager avec les personnes que l’on vient de photographier. Le moindre téléphone portable doté d’un appareil photo permet de découvrir instantanément son image, de la partager avec ceux que l’on vient de photographier, avec un interlocuteur distant en message joint, avec l’univers en la mettant en ligne.
    Le Polaroid argentique permettait de conserver au sein du cercle privé des images intimes que l’on ne souhaitait pas partager avec le laboratin qui allait les développer et les tirer. Le numérique offre le même service. Le Polaroïd argentique conserve cependant un avantage en matière de vie privée sur la photo numérique, c’est l’absence de négatif (spécificité de certains des films Polaroid, mais pas tous). Le propriétaire de l’épreuve est donc le seul à pouvoir réaliser des reproductions. Je doute cependant que le Polaroïd numérique soit ainsi fait que le capteur ne mémorise pas les images ou les effaces automatiquement de sa mémoire après tirage.
    Le Polaroid argentique est devenu un objet culte chez les artistes plasticiens parce que son procédé permettait un nombre quasi infini de manipulations sur l’image que ce soit pendant ou après son développement et ce sans outil spécifique, et sans compétence particulière. Le Polaroid numérique, ce n’est jamais qu’une petite imprimante.

  14. Polaroid a déposé le bilan je crois en 2001. La marque Polaroid a fait partie des actifs qui ont pu être vendus, mais l’entreprise qui avait sans doute déposé un des plus grands nombres de brevets de l’histoire de la photo et travaillée avec Ansel Adams a disparue à cette date. Les dernières années de la vie de l’entreprise sont d’ailleurs assez symboliques. La force de l’entreprise c’était ses labos de recherche. Et les dernières années, ils ont été cherché un président issu du monde de la banque pour sauver l’entreprise. Ce dernier a fait fermer les labos, pas assez rentables, et lancé l’appareil photo Polaroid de Barbie. Je caricature mais à peine.

  15. @ Didier : Etonnant ! je ne vois pas où il manquerait quelque chose.
    @ Fastre : Vous voulez dire que le kodachrome n’est plus fabriqué ou vendu depuis décembre 2010 ? C’est un complément important, je vous en remercie, comme pour la mention des polaroïds numériques. Savez-vous depuis quand ils sont sur le marché ? et pour quels usages ?

  16. Bonjour,
    cet article est très intéressant! Ceci dit n’y a t-il pas d’autres éléments qu’il serait possible de relater après 2008? Je pense notamment au fait que le kodachrome n’est plus depuis décembre 2010. Aujourd’hui il existe des polaroïds numériques par exemple…En tout cas, merci pour ces éclairages. Je vais suivre avec intérêt la suite de votre bilan chronologique!

  17. Sylvain, ton texte a partiellement été mangé, sans doute par un copier-coller malencontreux. Pourrais-tu le rétablir?
    Merci!

  18. @ Christophe D : Merci pour ces détails. Je suis évidemment curieux de voir cette brochure, si vous la retrouvez. Le laboratoire semble toujours exister.

  19. Ping : Tweets that mention Chronologie | La vie sociale des images -- Topsy.com

  20. Mon père était tireur noir et blanc de profession et à terminé sa carrière de photographe dans un grand labo parisien nommé Dahinden. Labo qui développait, traitaient et tiraient les films, principalement pour les agences de pub, artistes photographes et reportages. Un des plus grands labos français des années 80-90. Il devait aussi y avoir une activité de photogravure. Bref, je me souviens que Dahinden c’était mis au montage numérique dès la fin des années 80. D’après mes souvenirs, cela ne se faisait pas sous Mac mais à l’aide d’une grosse station de travail informatique qui devait être spécialement conçue pour cette tâche. La machine était de taille importante et une pièce lui était spécialement dédiée.
    J’ai visité les locaux de Dahinden à plusieurs reprises et je dois même avoir une plaquette d’époque qui doit trainer quelque part, évoquant cette fameuse station de travail — ultra moderne pour l’époque. Vais regarder si je remets la main dessus mais c’est loin d’être gagné…

    En tout cas, d’après internet, le labo semble toujours exister et si vous arrivez à interviewer un des deux frères Dahinden (s’ils sont toujours vivants), vous devriez avoir des infos intéressantes au sujet de l’arrivée du numérique dans la photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.