Le vélo de Madame Yvonne

Brochure de présentation par la Compagnie Papier Théâtre

Hier, dans le cadre des ateliers Les Echos du Terrain organisés par l’association Fil en Têtes, nous avons eu la chance de recevoir à l’Université de Nantes la visite de Pascale Laronze de la Compagnie Papier Théatre venue nous présenter Le vélo de Madame Yvonne.

Il s’agit d’un projet initié en 2005 par l’achat d’un fonds photographique composé de 13200 plaques de verre au gélatino-bromure, portant des photographies prises entre 1913 et 1952 par Yvonne Kerdudo, photographe professionnelle qui arpentait en vélo la région du Trégor (Côtes d’Armor). Grâce à un financement européen et l’implication de nombreux bénévoles, les plaques ont été nettoyées, les photos numérisées, répertoriées dans une base informatique et archivées. Des discussions sont actuellement en cours avec plusieurs institutions documentaires de Bretagne susceptibles de prendre en charge ce fonds entièrement restauré afin de lui assurer des conditions de conservation optimales.

Mais ce projet ne s’est pas limitée à un vaste chantier spontané de sauvegarde de photographies anciennes. Lancé par la fondatrice d’une compagnie de théâtre qui se consacre autant à l’animation culturelle du territoire local qu’à la production de spectacles, Le vélo de Madame Yvonne s’applique à faire vivre et revivre ces clichés photographiques en les portant à la connaissance des habitants du Trégor sous la forme de rencontres multiples, d’interventions dans les écoles, de projections dans les villages, d’échanges avec des personnes âges au sein de foyers-logements, maisons de retraite ou clubs du troisième âge, ou encore de publications dans la presse. Les récits suscités par ces images sont enregistrés pour alimenter une mémoire orale en complément de la mémoire visuelle fixée sur les plaques photographiques.

A l’occasion de ces nombreuses et incessantes présentations publiques, des informations sont recueillies qui permettent de documenter les photos, laissées par leur auteur sans indications de dates, de lieux, ni d’identité des personnes représentées. Une dizaine de bénévoles continuent en outre à rechercher toutes les informations utiles pour les contextualiser, accumulant du même coup un éventail large, et disparate, de connaissances sur l’histoire récente de cette région rurale de la Bretagne.

Je trouve cette initiative remarquable, autant par l’ampleur et la qualité du travail qu’elle a généré sur un fonds photographique oublié, qui se révèle d’une grande richesse documentaire, que par la manière particulièrement vivante dont elle en a fait un vecteur d’échanges et de liens avec la population locale, toutes générations confondues. Bel exemple s’il en est d’archives vivantes et collaboratives, qui mériteraient la curiosité et pourquoi pas l’investissement de spécialistes de l’histoire rurale, de l’histoire de la photographie, mais aussi d’ethnologues ou de sociologues pour déployer toute la richesse de ce fonds photographique.

Pour des éléments d’information complémentaires et des aperçus des photos : http://www.cg22.fr/fileadmin/pdf/Magazines/53/rencontre53.pdf.

Dans son numéro de janvier-février 2001, la revue ArMen vient de consacrer un dossier à ce projet.


10 réflexions sur « Le vélo de Madame Yvonne »

  1. la photo du tregor du 7 decembre est la maison ou je suis nee le 28/07/1954 a rudunez en ploubezre mes grands parents etaient edouard et jeanne raoul

  2. @ Patrick : C’est sûr que c’est efficace et convaincant. Encore faut-il que tout le travail soit fait en amont pour que les images soient mises à disposition des internautes. Là-dessus, la compagnie Papier Théâtre semble nourrir plus que des réticences.

  3. Si la Compagnie Papier Théâtre n’est pas motrice sur un projet collaboratif sur Internet, çà risque de ne jamais voir le jour. En tout cas, je suis prêt à parler avec Pascale Laronze de notre démarche sur PhotosNormandie si cela l’intéresse, et sans oublier que notre travail ne se veut en rien un modèle car il existe de multiples manières techniques et organisationnelles de construire un tel projet.

  4. @ Patrick : Je suis d’accord avec toi. Il y a tout à gagner à amplifier leurs actions locales par une initiative collaborative sur le net. Je crois d’ailleurs que Pascale Laronze est ouverte à ce genre d’idée, sinon elle n’aurait pas pris la peine de venir présenter son projet à Nantes. Mais elle ne sera pas motrice dans ce registre largement inconnu pour elle. En revanche, ton expérience pourrait lui être utile.
    Effectivement, l’implication des institutions locales ne facilite pas les choses. Elle en a déjà fait l’expérience.

  5. @Sylvain: Justement, un projet de travail collaboratif en ligne n’est en rien en concurrence avec le recueil d’information “sur le terrain” si l’on peut dire. Dans le cas présent, il est probable que bon nombre de familles qui possèdent des photos, des cartes postales ou toute autre information sont installées loin de la région. Et puis, j’ai toujours cru que la sérendipité, çà se travaille, il faut donner le maximum de visibilité à un travail d’investigation de ce type pour obtenir des renseignements que l’on n’imaginait pas au départ. Sans compter, de plus, qu’il y a l’effet vitrine, pour faire connaître l’initiative. Et dernier argument, çà ne coûte pas grand chose puisqu’ils disposent déjà des numérisations.
    Je vois qu’il y a des institutions officielles qui sont partenaires, comme le Conseil Régional. Pour qu’ils engagent un projet collaboratif, c’est plutôt un handicap si je me réfère à notre expérience avec PhotosNormandie 😉

  6. @ Patrick : Je me doutais que tu allais réagir à cette initiative qui m’a fait penser à ce que tu as entrepris sur les photos de la bataille de Normandie (http://www.flickr.com/people/photosnormandie). Mais ici le contexte est très différent : Pascale Laronze a découvert ces photos et cette photographe à force d’en avoir entendu parler par des personnes âgées des villages alentour, et c’est dans ce contexte d’inter-connaissances qu’elle a entrepris de révéler et partager ce fonds d’images anciennes. Ajoute à cela que ses meilleurs informateurs sont des personnes d’au moins 70 ans, à qui l’univers d’internet est totalement étranger. Pascale Laronze elle-même est peu portée sur les échanges sur la toile.
    Mais cela ne veut pas dire qu’il ne serait pas intéressant et profitable de compléter le travail mené localement pour recueillir des témoignages et des informations précises sur les photos de Mme Yvonne, par un développement collaboratif sur internet qui ferait appel à d’autres interlocuteurs et connaisseurs.

  7. Remarquable initiative en effet. Mais pourquoi donc ne peut-on pas voir ces photos sur un site de partage, les commenter, les mettre en relation avec d’autres images ou d’autres sources, les “redocumentariser”, bref construire un projet de crowdsourcing ?

Répondre à marieannick-leroux@orange.fr Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.