C'est rien

Pour la plupart des photographes, le passage au numérique dans la photographie a commencé par la numérisation de leurs clichés argentiques, bien avant qu’ils n’adoptent de nouveaux boîtiers de prise de vue. Car l’impératif était de permettre l’échange et la circulation des images sous la même forme de fichiers informatiques que les textes. Les logiciels de mise en page, puis de traitement des images, ainsi que l’essor d’internet sont à l’origine de cette demande pressante de changement de support pour les photographies.

Mais le numérique n’a pas seulement modifié le travail des photographes en déportant une part importante de leur activité depuis la prise de vue vers la post-production des images sur ordinateur. Il a également transformé leurs rapports avec la clientèle, particulièrement dans le domaine de la photographie publicitaire ou industrielle, en instaurant des échanges à distance qui modifient radicalement la donne. “Les gens ne se déplacent plus. On transmet par mail, on fait tout valider par mail”, tel est l’écho général dans ce type de studios. Les bénéficiaires en sont évidemment les clients qui ont gagné ainsi une souplesse de travail complète. Mais il n’en va pas de même pour les photographes à qui cette nouvelle forme de relation à distance impose de nouvelles contraintes.

Je livre ici en condensé le témoignage du directeur d’un important studio, spécialisé dans la photographie industrielle, qui travaille en direct avec des entreprises pour réaliser leurs catalogues :

Du temps de la photographie argentique, la plupart des clients se déplaçaient au studio pour valider les prises de vue. “Si, au moment de prendre la photo, le client n’était pas là, on faisait la photo et on démontait le décor.  Si l’image avait une importance considérable, il se déplaçait. Il faisait ses remarques et recommandations sur place, en direct. ‘OK, c’est bon ? Vous voyez derrière le dépoli ? J’appuie, je fais trois poses. On verra le développement.’ Aujourd’hui, ils ne se déplacent plus. ‘Vous m’envoyez un mail.’ Ils mettent du temps à le regarder. ‘Bien, la plante vous me la dégagez. Et puis, tu ne peux pas me faire un shoot plus du dessus. Et puis, je n’aime pas le cache-pot rose qui est en bas à gauche. Vous me modifiez ça et vous me renvoyez un mail.’ 20 minutes de perdu à attendre cette réponse, modifs, re-mail… ‘On n’avance plus. Ça, c’est une plaie.'”

Lorsqu’il vient sur place, « le client, il se rend compte. Il voit ce que ça implique. » Si les photos se font en extérieur, il réalise que le temps réellement disponible pour la prise de vue est souvent très court, en fonction de la lumière, de la saison, des conditions atmosphériques. Du coup ses demandes ne sont pas du tout les mêmes et surtout le photographe peut argumenter.  Mais “le jour où il ne se déplace pas, on n’avance plus. Il revient le lendemain et ça roule.”

Sans compter qu’il est difficile de revenir sur un dossier qu’on croyait fini, alors qu’on est déjà concentré sur un autre projet. “Je sors de ce que je suis en train de faire, je me remémore, je trouve son image… ‘Tu en as pour deux minutes.’ ‘Oui, oui, j’en ai pour deux minutes, je te le fais.’ Après, c’est : ‘J’en étais où ?’ Pour l’autre client qu’on était en train de traiter, c’est une heure de perdu. »

“La grosse perversité du mail, c’est que ce sont des images dégradées qu’on envoie, en basse définition”, alors que leurs fichiers font entre 100 et 200 Mo en capture. Les clients vont juger les images sur des écrans non étalonnés, “avec des couleurs dégueulasses. En général… pourtant des clients avec qui on bosse depuis des années : ‘Oh, la couleur là, ça ne va pas. Mon produit!’ » Ça fait des années que le studio leur recommande de ne pas se fier aux couleurs qui apparaissent sur les images brutes reçues par mail. “Elles ne sont pas post-produites, elles ne sont pas travaillées, elles ne sont pas développées.”

Le studio déploie de véritables efforts pédagogiques auprès de ses clients pour leur expliquer en quoi cette façon de travailler leur complique la tâche. « Ce n’est pas que de la mauvaise volonté des clients. C’est qu’ils ne comprennent pas. Parce que le week-end, ils ont fait des photos de leurs gamins et que ‘sur Photoshop, pour leur retirer le bouton sur le nez, ça m’a pris deux secondes’, et que voilà. C’est rien d’envoyer un mail, c’est rien. Oui, mais nous, sur une image, il y a entre 2 et 6 personnes, et tout le monde attend pendant qu’on valide. Une modif qui peut paraître minime pour le client, pour nous ça peut avoir des répercussion qui ne sont pas si… Et là, en termes économiques… Autant faire payer de la retouche de produit, les clients acceptent, même s’ils trouvent que c’est toujours très cher par rapport à ce que c’est. La retouche du décor, encore éventuellement. Mais alors, quand on commence à leur dire : ‘Validation numérique par e-mail, niet, ou alors on vous la fait payer’, alors là… On ne peut pas.” D’ailleurs le studio a délaissé la rémunération forfaitaire à la photo pour passer à une rémunération à l’heure ou à la journée. Ce changement leur a fait perdre quelques clients “historiques” qui ne l’ont pas accepté.

Pour ce responsable de studio, les photographes sont en partie responsables de cette dérive, eux qui ont tant vanté le numérique avec lequel « on peut tout faire ». Aujourd’hui, cet argument commercial se retourne contre eux. « ‘On peut tout faire, c’est facile.’ ‘Eh bien, si c’est facile, pourquoi vous me le faites payer ? »


8 réflexions sur « C'est rien »

  1. Ping : Articles by akynou - Pearltrees

  2. @ Thierry : Dans le cas du studio dont il est question depuis le début, il s’agit d’une production de qualité vendue plutôt cher. Les photos sont retravaillées par les photographes eux-mêmes et un infographiste salarié très compétent. Malgré cela, le directeur-gestionnaire de l’entreprise estime que le travail de retouche reste difficile à facturer aux clients à sa juste valeur.
    J’imagine aisément que, dans des registres de photographies moins élaborées, la difficulté doit être encore plus grande.

  3. @Sylvain Tu as une vision exhaustive que je n’ai pas, mais je m’interroge sur la notion de photographie publicitaire. C’est un domaine très vaste qui embrasse des réalités économiques différentes..
    La bagnole et la beauté sont toujours des domaines où la photo a un coût élevé. Je suppose que la retouche est confiée à des spécialistes de talent aux tarifs conséquents. Inversement, lorsque la photographie est démonétisée, j’imagine mal que l’on paie pendant très longtemps à son juste prix la retouche d’une photo sous-payée.

  4. @ Thierry : Mon interlocuteur parlait plus particulièrement des photographes de pub, bien formés aux techniques de retouche, qui, de plus en plus, anticipent ce qu’il sera possible de rattraper (tel ou tel défaut dans le décor) ou d’ajouter sur ordinateur après la prise de vue. Pour eux, intervenir sur l’image ne pose guère de problème et ils ont amplement vanté cette souplesse de manipulation à leurs clients.
    @ Bernard : La comparaison avec le domaine de la musique nous intéresse tout particulièrement car, en même temps que notre enquête sur l’impact du numérique sur la profession photographique, le même type d’investigation est menée sur les professions de la musique.

  5. Ping : Tweets that mention C’est rien | La vie sociale des images -- Topsy.com

  6. “Pour ce responsable de studio, les photographes sont en partie responsables de cette dérive, eux qui ont tant vanté le numérique avec lequel « on peut tout faire ». Aujourd’hui, cet argument commercial se retourne contre eux. « ’On peut tout faire, c’est facile.’ ‘Eh bien, si c’est facile, pourquoi vous me le faites payer ? ”
    Cet argument me semble d’autant moins avoir été celui des photographes qu’un très grand nombre sont encore aujourd’hui bien incapable de faire grand chose en post-production. Je l’aurais plutôt attribué aux studios de création 🙂

    Pour le reste je suis d’accord. Et en particulier avec:
    “Lorsqu’il vient sur place, « le client, il se rend compte. Il voit ce que ça implique. »”
    Dans mes considérations sur la démonétarisation de la photo professionnelle, j’ai totalement ignoré le fait que le client n’assistant plus aux prises de vue, il n’a plus conscience, s’il n’a pas d’expérience, du temps que prend une prise de vue indépendamment de toute considération artistique ou économique (frais de production).

  7. Excellent état des lieux d’une relation qui semble aller de soi (échanger des mails pour faciliter la relation client-prestataire) et qui paraît toute bête mais qui a des vrais conséquences sur la façon de travailler… A ma petite échelle de photographe indépendant qui fait des packshot tous simples mais impliquant un travail de retouche parce que bien souvent ce sont des produits non encore finalisés qu’il faut shooter avant qu’ils ne soient en rayon, je peux reprendre tous ces témoignages à mon compte ! Auxquels j’ajouterai que ce sont les mêmes clients qui ensuite se plaignent qu’ils n’ont plus de relation de visu avec leurs photographes et que c’est bien dommage ! Et je profite du moment de creux impossible à quantifier entre l’envoi d’un fichier retouché pour validation et le retour du client (qui impliquera ou non un nouveau travail de retouche par la suite et plus ou moins important), pouvant aller de 5 minutes à plusieurs heures voire au lendemain matin, pour écrire ce commentaire 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.