Equipement obligé

Capture du site de Sud-Ouest.fr, 4 fév. 2011

Lors d’un court séjour hier dans une clinique, en hôpital de jour, pour un examen qui exigeait une anesthésie générale,  j’ai pu constater que le « box » dans lequel on m’avait installé – chambre exiguë équipée du strict nécessaire – comportait néanmoins un téléviseur. Au départ, me fiant à mes souvenirs un peu anciens d’hospitalisation, j’ai pensé qu’il ne fonctionnait pas puisque je n’avais rien payé pour. Puis, réalisant qu’on ne me l’avait pas proposé, j’ai appuyé sur le bouton « ON » de la télécommande et, ô miracle, l’image est apparue, m’offrant toutes les chaînes de la TNT.

Je ne sais pas si la télévision est gratuite ou non dans le cadre d’une hospitalisation de plusieurs jours, mais je suis frappé de voir qu’ici, alors même que les patients passent peu de temps dans ce local de transition (à peine une heure avant l’intervention, tout au plus deux heures après), il a été jugé nécessaire, incontournable de leur donner accès à la télévision, comme si un temps mort aujourd’hui ne pouvait plus se concevoir sans l’anesthésie rassurante des images du petit écran.


8 réflexions sur « Equipement obligé »

  1. Dans les services qui accueillent les personnes âgées, les aides soignantes allument de façon quasi mécanique la télévision lorsqu’elles entrent dans la chambre, sans réellement se soucier du programme. J’ignore si c’est dans l’idée que la télévision est nécessairement associée au bien-être de ces malades, ou si c’est parce que le silence est associé inconsciemment à la mort.

  2. Je connais des pédiatres qui ont installé depuis longtemps dans leur salle d’attente un téléviseur pour diffuser en boucle des dessins animés. Les livres illustrés restent sur les étagères, les légos n’intéressent plus personne. Les gamins restent scotchés devant l’écran, et calmes – ce qui contente leurs parents. L’univers de l’expectative thérapeutique demeure « figé », mais d’une autre façon.

  3. A partir de 1975, les postes de TV ont été autorisés en prison (d’où le mythe de la prison quatre étoiles…).
    La location coûte je crois aujourd’hui aux alentours de 20 euros par mois.
    Dans une cellule de 4, si il y a 3 téléphages elle est de fait allumée jusqu’à 16 heures par jour.
    Le quatrième arrivé n’a qu’à cantiner des « boules quiès » et s’habituer à s’endormir, écrire, lire, manger avec un écran qui suivant les lieux peut même diffuser les programmes de bouquets numériques parfois automatiques.
    La baisse de 50 % du tarif a été mise en place après un rapport de la cour des comptes et du Commissariat aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe après la plainte d’un détenu contre les tarifs qui constituaient un « racket organisé »…
    De l’avis des gardiens, « le jour où il y a une panne générale, c’est l’émeute »…

  4. Autre expérience médicale personnelle: lors d’un récent passage chez mon dentiste habituel, j’ai pu constater que celui-ci avait équipé sa salle d’attente d’un écran plat. J’ai pour ma part sacrifié au régime traditionnel du magazine, toujours disponible, mais distrait par le son et l’image du téléviseur, dont profitait la patiente arrivée avant moi – une expérience nouvelle dans l’univers autrefois figé de l’expectative thérapeutique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.