Informatique et gratuité

Gilles Danger m’a communiqué dernièrement cette annonce de stage qu’il avait trouvée sur le site www.kapstages.com :

Je passe sur le fait que le stage est gratuit : sa durée est calculée pour ne pas atteindre les trois mois au delà desquels il deviendrait obligatoire de rémunérer le stagiaire. On peut imaginer qu’il suffit de faire se succéder des stagiaires de deux mois en deux mois pour s’assurer une force continue de prise de vue sans bourse délier.

Il suffit d’aller jeter un coup d’œil au site de Planète Destock pour se rendre compte que l’essentiel de leurs visuels sont des photos basiques de produits ; ce que, dans le métier, on appelle des packshots. Voilà donc des stagiaires appelés à photographier à la chaîne et gratuitement pendant toute la durée de leur stage.

Avec toutefois une petite plus-value du côté de la post-production des images, qu’ils seront probablement chargés de retoucher (a minima), d’indexer et de mettre en ligne sur le site.

Car le plus extraordinaire dans cette annonce est la spécification des compétences requises : “Vous aurez besoin d’avoir les compétences informatiques suivantes : photographie” !

Si l’on considère cette offre de stage comme la préfiguration d’un exercice professionnel de la photographie, on en déduit que le stagiaire est un jeune photographe qui se prépare à travailler gratuitement sur un ordinateur. Belle définition “discount” de l’avenir du métier !

Voir d’autres billets sur la profession de photographe.


27 réflexions sur « Informatique et gratuité »

  1. En ce qui concerne la compétence informatique, il s’agit d’un “bug” venant du site d’annonces qui stipulait de mettre simplement la compétence souhaitée et non spécifiquement “informatique”.

    Notre site internet vient d’être publié et nous a couté très cher. Evidemment, il ne rapporte pas encore et le délai avant que celui ci soit rentable est très variable mais peut être long. De ce fait, aujourd’hui, nous n’avons pas les moyens d’embaucher. Il est également évident que lorsque nous aurons atteint un rythme de croisière nous permettant d’avoir du personnel qualifié, nous aurons besoin d’un photographe à plein temps.

    Pour répondre à Audrey, notre objectif est de prendre un(e) étudiant(e) dans le cadre d’un stage conventionné issus des études correspondant à notre demande, ce qui signifie un stagaire photographe qui pourra apprendre, prendre des initiatives, et nous apporter autant que nous lui apporterons dans ce domaine.

    Enfin et pour terminer, je répete que certe un débat peut avoir lieu sur le système scolaire et la prise en charge de stagiaires, mais qu’avant d’incriminer une société sur 2 lignes publiées dans une annonce mériterait de s’y intéresser de plus prêt afin d’en connaître la réalité. On peut très vite faire du tort grâce ou à cause d’internet.

    Pour information, les écoles nous remercient à chaque fois que nous avons pu prendre un stagaire, issus de lycée professionnel, de DUT, BTS ou autres. Celles ci nous rappellent chaque année à la période des stages pour nous demander si nous voudrions bien les aider à prendre un lycéen ou un étudiant sachant que peu d’entreprises aujourd’hui acceptent de former des étudiants. Je pense donc que notre démarche n’est pas malsaine à partir du moment où elle rend service aux 2 parties car effectvement, nous y trouvons un intérêt au même titre que les stagiaires qui profitent d’une expérience en entreprise.

  2. Dans l’annonce il est quand même écrit tel quel : “nous recherchons un stagiaire pour une période de 8 semaines afin de réaliser des photos de nos produits (unitaire et présentation).” Si effectivement il s’agit d’assistanat d’un photographe déjà en charge de la réalisation des photographies, c’est très différent. Mais encore eût-il fallu le préciser… Et je rejoins Sylvain sur sa remarque sur l’assimilation de la photographie à une “compétence informatique” : elle méritait amplement d’être relevée.

  3. Merci pour ces précisions, qui ne figuraient pas dans l’annonce publiée. En particulier l’encadrement par une photographe professionnelle. Reconnaissez néanmoins que l’assimilation de la photographie à une “compétence informatique” méritait d’être relevée !
    Au delà du cas particulier des stages que vous proposez, la question des conditions d’entrée sur le marché professionnel est devenue tellement sensible, et votre annonce ne déparait pas dans ce contexte dégradé, qu’elle méritait bien le débat suscité par mon billet.
    Comment envisagez-vous l’entrée dans le métier des apprentis photographes ? Quelles perspectives leur proposez-vous en dehors de ces stages de 2 mois non rémunérés ?
    Merci encore de votre intervention.

  4. Réponse des personnes incriminées

    Monsieur Maresca ,

    Je ne comprends pas le but de votre démarche. En effet, nous travaillons régulièrement avec une photographe qui nous a demandé lors des prises de vues d’être assistée. Etant régulièrement sollicité par des écoles pour accueillir des stagiaires au sein de notre entreprise afin de valider leur année scolaire, nous leur proposons la possibilité d’effectuer ce stage encadré d’un professionnel. Ces stages ont lieu 2 fois par an et ne sont en aucune manière renouvelés. En ce qui concerne le stage de photographe il s’agira pour nous d’accueillir pour la première fois un étudiant en photographie désirant apprendre son futur métier au coté d’un photographe bénéficiant de matériels professionnels. Je trouve incroyable qu’une personne se prétendant sociologue puisse publier un tel article sans en connaitre les fondements, et que si de tels procédés vous choquent, c’est le système scolaire qui est en cause car je peux vous assurer que lorsque nous accueillons des étudiants en stage chez nous, ces derniers sont très heureux de pouvoir être reçu en entreprises et de mettre en application leur formation. Il aurait été judicieux de nous contacter avant de publier ce type d’article sur les raisons pour lesquelles nous accueillons des stagiaires au sein de notre entreprise car au final nous pensons que cette pratique dans l’état actuel du système scolaire est dans l’intérêt des 2 parties. Par ailleurs mis a part le fait que ce stage est non rémunéré, le reste de votre article est totalement faux. Je pensais que la sociologie reposait sur une recherche approfondie des faits et non sur des ragots.

  5. Aparté néanmoins important car la précarisation croissante de l’entrée sur le marché du travail (et de la suite) pose à terme la question de la “reproduction de la force de travail” pour reprendre le langage fort de la théorie marxiste du salariat. Les employeurs sont censés assurer cette reproduction s’ils veulent pouvoir compter durablement sur les compétences de leurs employés. Or c’est précisément la remise en cause de ce pré-supposé qui est à l’œuvre aujourd’hui, en particulier à travers la généralisation de ces stages gratuits sans véritable perspective d’embauche. Est-ce au corps social d’assurer ce minimum vital ? La question est posée.

  6. Oui, j’ai été un peu lapidaire…

    En fait, ce serait plutôt l’inverse qui pourrait se passer (selon l’analyse de Y. Bresson).

    Le revenu universel modifierait au contraire le rapport de force, dans ce type de cas par exemple. Le vrai-faux employeur devant négocier une rémunération à la hausse face à quelqu’un qui ne serait pas pris à la gorge…

    Mais c’était une observation presqu’en aparté au débat…

  7. @Uthagey Je n’ai sans doute pas tout compris mais, dans ce cas précis, si le revenu d’existence doit servir à faire financer par la Société des emplois nécessaires à des entreprises dont la finalité est la rémunération du capital privé, on marche sur la tête.

  8. à vérifier en 2012… mais des propositions concrètes commencent à émerger pour un revenu d’existence qui ne serait pas une allocation… A suivre, pour dans 30 ans, ou après une bonne révolution !?

    http://owni.fr/2011/03/18/yoland-bresson-revenu-existence/
    L’un des tous premiers défenseurs du revenu universel en France revient sur 30 années de combat pour une idée plus que jamais d’actualité.

  9. Tout a fait, et si la production de la photo coûte plus cher que l’objet en lui même en terme de temps de travail, ne pas rémunérer le stagiaire est une stratégie pour rester rentable.

  10. De plus, j’imagine que ce type de site est alimenté en permanence par de nouveaux arrivages. Photographier les produits doit donc y constituer une activité sans fin. Rapidité et répétition auraient dû être les compétences formellement exigées pour ce stage.

  11. @Aurélien désolé pour l’agressivité mais c’est par ces pratiques (et de nombreuses autres) que je ne peux plus gagner ma vie comme photographe et que j’ai du changer régulièrement de métiers depuis…
    Ça me rappelle l’entretien au Pôle Emploi où la personne chargée de suivre mon dossier me demandait, avec une pointe d’étonnement et de reproche, pourquoi je ne continuais pas dans la photo. J’ai failli l’insulter (mais j’ai reçu une bonne éducation).
    Le risque du désenchantement est qu’il rend cynique, misanthrope et dépressif… C’est sans doute ce qui a fait, que parmi les métiers que j’ai exercés depuis, celui avec les autistes me convenait le mieux.

  12. J’ai compris vos remarques. Ma position est peut-être un peu trop caricaturale et mon raisonnement simpliste.
    Je m’imaginais dans l’alternative suivante : je refuse un travail non rémunéré pour ne pas favoriser un système qui dévalorise le travail. Sans compétences en packshot, je me vois par la suite contraint de refuser un contrat n’étant pas sur de pouvoir l’honorer correctement. Du coup je concluais : prenons ce qu’il y a à prendre, càd les compétences, et mettons entre parenthèses, un temps, les “acquis sociaux”.
    Mais en fait je ne peux pas le faire : que je sois artisan ou auto-entrepreneur je ne peux pas faire de stage puisque je suis dans l’impossibilité d’obtenir une convention pour ce stage. Le statut bloque. Le problème n’est donc pas d’accepter ou non ce stage en tant que professionnel, mais bien cette pratique de certains employeurs qui met en concurrence le besoin de formation de certains et les compétences payantes des professionnels, et le législateur qui se refuse à encadrer plus précisément ces pratiques. Mon argument d’une liberté choisie tombe donc à l’eau, puisque de choix il n’y en a pas.
    Cruelle ironie : les stages que j’ai fait cette année (dans un magasin, dans un labo pro, dans un studio parisien, dans un servie de com)m’ont permis de découvrir concrètement le monde de la photo, certains m’ont fait rêver ; dans trois mois je devrais les maudire de m’enlever le pain de la bouche et de contribuer au démantèlement de la solidarité.Pouah et sniff.
    @Peweck : j’ai bien reçu votre acidité, ainsi que sa colère sous-jacente, ainsi que sa soif de justice sous-sous-jacente, et sa bonté sous-sous-sous-jacente. La prochaine fois, venez tout nu : on ne s’en aimera que mieux.

  13. @Aurélien “Le cdi, à l’avance, m’ennuie.Si je passe trois mois gratuit, si ça me déplait, au moins ça finit au bout de trois mois,”
    Le salariat n’est pas un esclavage. Tu peux toujours démissionner…

    La “liberté” du travail en indépendant (contrairement à un stage d’ailleurs), c’est que tu travailles pour plusieurs clients. Tu as de ce fait des commandes différentes et tu ne fais pas toujours la même photo. Sur un marché porteur, sur une niche, c’est jouable. Tu n’as pas la sécurité de l’emploi, sur la durée tu t’en sortiras sans doute moins bien que si tu avais été salarié, mais tu auras eu une expérience photographique plus enrichissante.
    Traditionnellement, la photographie a toujours eu une part très importante de photographes extérieurs à l’entreprise pour différentes raisons. L’entreprise n’avait pas un besoin d’images qui justifiait l’embauche d’un salarié, l’entreprise avait des photographes en interne mais préférait sur des sujets sensibles (la photo du PDG irascible) ou sur des prises de vue publicitaires qui supposaient un matériel et une compétence spécifique faire appel à des “one shot” photographes. D’un point de vue sociologique, par rapport à l’image artistique de la photographie, c’est également plus difficile de considérer comme un artiste le gars avec qui on mange à la cantine et qui est payé au lance pierre que celui qui vous est présenté comme tel par l’agence qui vous a vendu une campagne hors de prix.
    Pendant longtemps la photographie a été perçue comme quelque chose de compliqué et de cher. De compliqué parce que si une photographie de la Tour Eiffel a toujours été relativement simple à réaliser pourvu que l’on ait de la chance avec la météo, à l’inverse la prise de vue d’un pot de yoghourt ou d’un bidon d’huile en respectant les couleurs du produit supposait un matériel onéreux et spécifique, une réelle compétence pour l’utiliser, et parce que tout ce qui tournait autour de la photographie (un labo professionnel pour les développements, les droits d’auteur même si on n’en payait pas), était cher.
    Tout ça a changé pour des raisons techniques (la balance des blancs) et pour des raisons qui tiennent à l’économie du droit d’auteur (les bases de données libres de droit ou presque). Et ce à un moment où les entreprises cherchaient à délocaliser les coûts en les externalisant. On propose aux photographes salariés (mais pas qu’à eux)de se mettre en indépendant. L’utilisation de stagiaires non payés, mais formés préalablement à leur embauche, pour leur faire réaliser un travail et non pas pour leur donner une formation, n’est qu’une étape dans ce processus.
    C’est de l’auto-exploitation à son stade ultime, parce que tu sais bien qu’au bout d’une semaine ton travail ne t’apportera plus rien en termes d’expérience et de connaissance, mais que tu es prêt à l’accepter alors que tu n’en retireras même pas un bénéfice financier, si faible soit-il, qui justifierait ton choix. Aucun employeur n’oserait dire qu’il cherche des travailleurs gratuits, mais en daignant prendre en stage des travailleurs gratuits qui ne demandent que ça, il fait œuvre sociale!

  14. @Aurélien : les personnes qui “embauchent” des stagiaires ont beau jeu de ne pas payer des gens qui travaillent pour elles. Par un abus de langage assez grossier, elles ont nommés ce qui n’est rien d’autre qu’une cotisation, des “charges” : les “charges” notamment de retraite, d’allocations familiales et d’assurance contre les accidents du travail, qui vont directement alimenter les pensions des personnes en retraite ou qui ont des enfants ou qui sont en invalidité, aujourd’hui.
    Si on ne paye pas ces “charges”, plus de pension, c’est aussi simpl;e que cela : faites donc votre propre retraite, payez votre propre hôpital et allez accoucher ailleurs…
    Alors, lorsque, comme moi par exemple, on est mis en concurrence (lors de réponses à des appels d’offre) avec des personnes qui ne prennent pas en compte les salaires à verser – ni, donc les “charges” qui sont assises sur ces salaires (je dirige un cabinet de sondage), on perd l’appel d’offre car il va à ce qu’on appelle “le mieux disant”- le moins cher, voyez. Evidemment, donc, encore, lorsque le “mieux disant” trouve des gens pour exécuter un tel travail, il remporte le marché.
    Cette façon d’employer des gens sans les payer, on appelait cela de l’esclavage, il y a quelques lustres (des temps immémoriaux : le début du siècle dernier…), lorsque les luttes menées par des personnes, comme vous, des êtres humains, qui ont payé de leur vie -parfois-ce que le capitalisme a l’ignoble culot d’appeler des “acquis sociaux”. Ces gens-là se sont battus pour que vous, Aurélien, et bien d’autres, aient la dignité de travailler et de pouvoir mettre au monde (un exemple au hasard) des enfants qui continueraient le même chemin.
    Je sais bien, tout a changé, le monde n’est plus le même et cetera et cetera, mais sachez tout de même que la “liberté” dont vous imaginez jouir n’est qu’un infect avatar : si l’esclavage est une liberté, la vie ne vaut pas d’être vécue et la mort est une délivrance. Toute peine mérite salaire. Désolé…

  15. @Aurélien : il se trouve, évidemment, que vous n’êtes pas seul sur le marché, voyez, et que les personnes qui “embauchent” ont beau jeu de ne pas payer des gens qui travaillent pour elles. Par un abius de langage assez grossiers, elles ont nommés ce qui n’est rien d’autre qu’une cotisation des “charges” : les “charges” notamment de retraite, d’allocations familiales et d’assurance contre les accidents du travail, qui vont directement alimenter les pensions des personnes en retraite ou qui ont des enfants ou qui sont en invalidité, aujourd’hui.
    Si on ne paye pas ces “charges”, plus de pension, c’est aussi simpl;e que cela : faites donc votre propre retraite, payez votre propre hôpital…
    Alors, lorsque, comme moi par exemple, on est mis en concurrence avec des personnes qui répondent à des appels d’offre qui ne prennent pas en compte les salaires à verser – ni, donc les “charges” qui sont assises sur ces salaires (je dirige un cabinet de sondage), on perd l’appel d’offre car il va à ce qu’on appelle “le mieux disant”- le moins cher, voyez. Evidemment, donc, encore, lorsque le “mieux disant” trouve des gens pour exécuter un tel travail, il remporte le marché.
    Cette façon d’employer des gens sans les payer, on appelait cela de l’esclavage, il y a quelques lustres (des temps immémoriaux : le début du siècle dernier…), lorsque les luttes menées par des personnes, comme vous, des êtres humains, qui ont payé de leur vie -parfois-ce que le capitalisme a l’ignoble culot d’appeler des “acquis sociaux”. Ces gens-là se sont battus pour que vous, Aurélien, et bien d’autres, aient la dignité de travailler et de pouvoir mettre au monde (un exemple au hasard) des enfants qui continueraient le même chemin.
    Je sais bien, tout a changé, le monde n’est plus le même et cetera et cetera, mais sachez tout de même que la “liberté” dont vous imaginez jouir n’est qu’un infect avatar : si l’esclavage est une liberté, la mort est une délivrance. Toute peine mérite salaire. Désolé…

  16. Juste une petite rectification, un stage est obligatoirement rémunéré à partir de 2 mois et non pas 3. Légalement, le stage proposé devrait donc être rémunéré.
    (loi n° 2009-1437 du 24 novembre 2009, article 30).

    Sortant d’une école de photographie et étant passé par pas mal de stages, dont certains longue durée, l’offre est à mon avis toujours bonne à prendre pour se faire la main sur du packshot pour des stagiaires en début d’étude, à condition qu’il soit effectivement rémunéré.

    C’est certain qu’il ne s’agit pas ici de la noblesse du milieu, et que le client à probablement une vision assez simpliste de la photographie au même titre que ceux employant le DR, etc. mais c’est le cas de beaucoup de clients en ce moment.

    La défense de nos droits me parait très importante, et se protéger contre la tendance au tout gratuit ou presque est une bataille qu’il faut mener, mais il faut aussi remplir l’assiette et de plus en plus accepter des conditions de ce type.

    En tant que jeune professionnel, je n’accepterais pas ce travail, en tant qu’étudiant, j’y aurais probablement réfléchi.

  17. @Aurélien : tu as bien raison de prendre la vie de cette manière car il n’y a rien à en attendre de plus. Grâce à toi, pas mal de personnes vont pouvoir continuer de vivre sur ton dos. Avant, les salariés payaient pour faire vivre les retraités maintenant les jeunes travaillent gratuitement pour faire vivre les salariés. Tu es libre de choisir de vivre mal surtout que tu as bien compris que tu était un coût pour la société. Il ne s’agit pas d’investir en toi pour l’avenir du pays mais bien de faire en sorte que tu coûtes le moins cher possible. J’espère que ton pas-transport sera à ta charge comme tes repas de midi, il faudrait pas non plus que tu profite de l’entreprise pour t’alimenter et te déplacer. La marche à pied maintient en forme et un repas sur deux suffit largement à vivre. N’oublie jamais que tu dois tout à tes ainés. Reste ignorant, n’essaie pas de te révolter la politique c’est nul. Dernière chose, apprend à rester jeune longtemps car avec l’allongement de la durée de vie, il se pourrait qu’il n’y ai pas de place pour toi avant tes 53 ans. (si tu as du temps, peux-tu passer faire le ménage chez moi ? C’est toujours utile de savoir faire le ménage).

  18. @Aurélien : en fait et en gros car je ne suis pas non plus un spécialiste de la fiscalité 😉 dans le système du salariat, une part de la rémunération pour le travail effectué reviens à la communauté sous forme de cotisations patronales et salariales, une part même importante puisque un salaire chargé représente quasiment le double du salaire brut qui revient au travailleur. C’est cette part qui permet d’avoir les retraites mais aussi la sécu, l’assurance chômage etc. Dans le cas de l’auto-entrepreunariat tout ceci est réduit à sa part la plus congrue notamment pour l’employeur qui verse une rémunération brute au travailleur sur laquelle aucune charge ne pèse. D’où pas de sécu ni d’assurance chômage pour l’auto-entrepreneur. En soi et dans un monde de plein emploi où chacun aurait tout le temps le choix de travailler ou non, rien de grave mais quand même il revient au travailleur et non plus à la communauté de s’assurer lui même pour sa santé et contre les baisses et les interruptions d’activité. Dans le cas du stagiaire, c’est même la rémunération du travailleur qui est supprimée. Normalement celle ci est compensée par le temps de formation qui est consacrée au stagiaire considérée comme un professionnel en puissance et non comme un employé à part entière. Dans le cas dont nous parle ici Sylvain, on peut tout de même douter du bien fondé de l’entreprise quant à sa volonté de former quelqu’un. Et ce cas est loin d’être isolé, pour être moi aussi passé par une école de photographie, ce genre d’annonces est courant. Mais cette question se pose bien en l’occurrence pour les photographes à plein-temps et non pas pour ceux qui cumulent plusieurs activités, l’une photographique, l’autre non, la seconde finançant la première…

    En espérant avoir été à peu près clair 😉

  19. @ Aurélien : J’entends souvent vos arguments dans la bouche de mes étudiants. Manifestement, ils ne se voient pas installés dans une situation professionnelle stable, ils la redoutent même, préférant la “liberté” que leur offrirait la versatilité des contrats à durée limitée. Je doute un peu du caractère profitable de ladite liberté, qui m’apparaît relever davantage de la résignation au statut récurrent de chômeur. J’appartiens à une génération pour qui le droit du travail, la stabilité professionnelle étaient vécus comme des protections et des aspirations légitimes. Il semble que ce ne soit plus le cas aujourd’hui. C’est pourquoi je parle d'”auto-exploitation” : c’est quand on croit préférer la liberté de travailler sans droit (voire sans rémunération) plutôt que de ne pas pouvoir travailler du tout.

  20. “.Si je passe trois mois gratuit, si ça me déplait, au moins ça finit au bout de trois mois,et derrière j’ai une compétence en packshot.”
    Et pourquoi pas 3 mois payés, qui finiront au bout de 3 mois et qui vous donneront une compétence en packshot?
    L’auto-exploitation, c’est d’accepter un travail qui sous prétexte de vous donner une compétence vous fait exécuter des taches qui étaient auparavant rémunérées. 🙂 Traditionnellement, un certain nombre de photographes ne rémunéraient pas leurs assistants. Mais il y avait l’idée que cet apprentissage était une façon d’apprendre la photographie. Dans cet exemple de Sylvain, au bout d’une semaine, même en ayant très peu de connaissances initiales, vous saurez tout sur les packshots tels que votre employeur(?) les pratique. Et en ce qui concerne les détourages, activité qui lorsqu’elle est pratiquée à la chaîne est beaucoup plus ennuyeuse que la réalisation de packshots, si ça se trouve l’employeur fait passer un test.

  21. Bonjour,
    je vais passer mon bac pro en juin et je vais me faire un peu l’avocat du diable. Si vous me proposiez du faire du packshot avec un cdi, cotizzz et Cie, j’aurai la sensation de mettre un boulet à mon pied, de me transformer en une sorte d'”e-prolo”, pour shooter à la chaîne des images plates. La flexibilité, la précarité c’est aussi la possibilité de cumuler de l’intérim (lieu excellent pour de la photo documentaire) par exemple avec des activités photos plus commerciales, notamment avec le statut d’auto-entrepreneur.Je préfère être dans un monde compliqué où il faut faire tout un montage statuto-économique, mais que je choisis, plutôt que de souscrire contrat-tunnel. Le cdi, à l’avance, m’ennuie.Si je passe trois mois gratuit, si ça me déplait, au moins ça finit au bout de trois mois,et derrière j’ai une compétence en packshot.J’ai rien gagné? Qu’importe, c’est sur l’interim que je compte pour vivre.
    Et pourtant je garde l’espoir qu’un jour mon vote remettra en cause la répartition des richesses.
    Alors, suis-je un pur produit de l’ultralibéralisme? Ai-je à ce point ingérer les nouveaux canons des buisness models que ma liberté en disparaisse? Dois-je absolument chercher un boulot pour avoir une retraite? j’ai trente ans, 8 ans d’études, je ne compte plus avoir une retraite.
    D’un côté, la précarité, la flexibilité sont pour moi une chance. Ma seule chance?
    @Sylvain Maresca : je ne comprend pas le terme d'”auto-exploitation”.

  22. Très bon signalement et d’accord avec vous sur la préfiguration des nouvelles formes de travail sous l’ange de l’auto-exploitation et dont l’auto-entrepreneur permet d’ailleurs quelque part l’officialisation. Car en terme de stages, il convient bien de trouver des étudiants car c’est un stage conventionné qui est proposé… Si on est optimiste on peut essayer de voir chez Vente privée un autre modèle de la vente en ligne discount s’appuyant sur du packshot de qualité (et de quantité) et donc sur une bien meilleure intégration des photographes au business model… Mais bon dur en fait d’être vraiment optimiste quand les causes défendues par les “instances” de la photographie tournent quasi-exclusivement autour du droit d’auteur…

  23. C’est d’ailleurs la thèse de Pierre-Michel Menger : que les professions artistiques préfigurent les nouvelles formes du “travail” qui se généralisent à l’ensemble des activités économiques en contexte libéral : flexibilité, précarité, gratuité, “gratifications” personnelles… Bref, auto-exploitation.

  24. D’accord avec PCH – je me faisais d’ailleurs la même remarque lors du Colloque “Enjeux des nouvelles écritures et des nouveaux usages de l’image et du son” (où les participants étaient très inquiets de la validité des business models): ces nouvelles pratiques concernent l’ensemble de l’économie. A conseiller de toute urgence à tous les chercheurs d’emploi: s’inscrire dans un stage d’apprentissage de la nouvelle économie néolibérale (et ne pas oublier de faire usage de son bulletin de vote ensuite)…

  25. J’ai bien peur de savoir qu’il n’en est pas seulement ainsi dans le domaine de la photographie… Joli monde offert à notre belle jeunesse, non ? Pouah! A vomir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.