Surcharge

Pour leur faire prendre conscience de l’omniprésence des images dans notre vie quotidienne, bien au delà de ce que nous en percevons au premier regard, j’incite mes étudiants à réaliser des inventaires d’images dans leur environnement coutumier en prêtant attention aux moindres motifs iconiques qui se greffent désormais sur la plupart, pour ne pas dire la totalité, des messages qui nous entourent.

Je viens de réaliser cet exercice sur une brique de jus de fruit qui m’a semblé exemplaire de cette surcharge d’images qui encombre désormais le moindre espace de communication. Une brique de jus en est un, particulièrement lorsqu’il se pare d’une vertu (jus bio) et d’une vocation (former les enfants aux gestes qui préservent l’environnement).

Sur cet emballage, j’ai dénombré 33 images distinctes : photographies, dessins, dans des combinaisons diverses, pictogrammes ; isolées ou liées à un élément textuel (comme dans la marque Pressade ou encore le logo AB). La plupart sont destinées à rendre le conditionnement de ce jus de fruit attractif pour les enfants. Mais aussi à lui apprendre les bons gestes :

comment replier la brique avant de la jeter dans la poubelle adéquate,

et au delà savoir distinguer les différents pictogrammes relatif à la destination des emballages. Car le langage des images codées s’apprend.

Au fait, vous savez, vous ?


5 réflexions sur « Surcharge »

  1. Bonsoir,
    Je découvre votre blog et votre exercice est intéressant : sémiologie, codes couleurs et graphisme ciblé enfant. A regarder les autres produits de la société Pressade, certains emballages sont sur fond marron (esprit bio et papier recyclé = évocation de l’univers graphique associé à la promesse produit « bio »)dans ce cas, ce sera pour les adultes.

    Si cela vous intéresse, cf. mémoire sur le packaging international (DESS Marketing, Sorbonne,1990, donc ça date!) ou le pack est analysé selon les aspects graphiques, techniques et de droits internationaux.

    Mais à notre époque, ce qui m’intéresse le plus ce sont les emballages interactifs, avec une sorte de prolongement de la « surcharge », dans l’espace et le temps (soit par l’utilisation de site ou CD-rom, soit par l’incitation du consommateur à avoir un contact physique avec le produit malgré le blister (ex. emballage de jouet « essaie-moi » ou pastille de café, encres parfumées à gratter…).

  2. @ André : Eh oui ! Je l’ai contemplée plusieurs matins au petit déjeuner avant de me dire : je me la fais. Une fois découpée et aplatie, elle n’en paraît que plus saturée d’images. Et puis, c’est plus facile pour la scanner.
    Science et bricolage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.