Nos adolescents

Flous romains

Ma fille rentre d’une semaine de voyage scolaire à Rome. Crevée et peu enthousiaste (« Fallait marcher », Rome, c’est plein de « tas de pierres »), elle a rapporté quand même des photos des sites visités, à la demande expresse de sa mère, il est vrai, sans quoi il est très probable que les autoportraits et les photos de ses copines auraient constitué l’essentiel de ses souvenirs photographiques de ce voyage peu mémorable à ses yeux (un tiers seulement, cette fois-ci sur un total de près de 350 clichés – à noter que l’appareil photo faisait partie des objets recommandés par les enseignants organisateurs du voyage).

Prenant ces photos « touristiques » sur le mode du pensum, dans le contexte de visites au cours desquelles j’imagine que leurs professeurs s’employaient à éviter la dispersion de leurs groupes, à faire recoller les retardataires, tout en dispensant les éléments de connaissance qu’ils jugeaient indispensables de transmettre en pareil cas, ma fille a pris beaucoup de photos à la volée, par acquis de conscience, histoire de…, il en restera bien quelque chose… Ce qui donne un reportage surréaliste sur les hauts-lieux de Rome, revisités par un œil distrait qui glisse sur les monuments sans les regarder, plus vite que le temps nécessaire à la prise de vue. Le résultat est détonant et du même coup intéressant sur le plan esthétique. Il nous montre Rome sous un jour différent, capté par l’œil mécanique d’un appareil photo manié par une jeune fille indifférente à ce qu’elle voit, absolument pas impressionnée par la valeur culturelle consacrée de ces lieux, pour laquelle des millions de touristes se déplacent du monde entier. Un sorte de « flou artistique », pourrait-on dire si la préoccupation de l’art était présente. Mais justement, elle en est totalement absente.

°°°

Environnement dédié

Mon fils aîné (bientôt 15 ans) a invité hier soir son ami Tom à venir dormir à la maison. Sitôt arrivé chez nous, ce dernier s’emploie à connecter sur internet son Ipod Touch pour montrer une vidéo d’un groupe de filles qui chante une chanson « trop puissante ». L’opération lui prend du temps car il faut se raccorder au wi-fi local, ce qui ne va pas de soi. Mais il y parvient, après plusieurs essais infructueux – pour réussir ce genre d’opération essentielle, les adolescents ont une obstination et une persévérance qu’on ne leur connaît pas pour grand-chose d’autre. Une fois l’engin connecté, il accompagnera toutes les allées et venues de Tom qui ne s’en sépare jamais, hormis pendant la durée du repas.

Puis, une fois la table débarrassée, il sort le DVD d’Inception qu’il a apporté pour le visionner avec mon fils au cours de la soirée. Je les soupçonne d’avoir clairement prévu la chose avant de nous annoncer cette invitation impromptue : pour ce genre d’initiative, nos adolescents font preuve d’un sens de l’anticipation et de l’organisation sur le pouce que nous leur connaissons rarement pour autre chose… Tom est un gamin qui possède tout ce dont un ado peut rêver : Play Station, Nintendo DS, jeux vidéos sur ordinateur, plusieurs Ipod, au point même d’en revendre un parce qu’il n’en a pas l’usage. Son père est un mordu d’ordinateur et de jeux vidéos. Tom va voir à leur sortie tous les films dont parlent les médias et ses parents achètent quantité de DVD.

Il lui paraît donc normal de se déplacer avec son environnement technologique et visuel habituel pour transposer ailleurs que chez lui l’univers d’images dont il l’habitude chez lui. Un peu comme ces systèmes en ligne dits « nomades » qui permettent désormais de disposer de son environnement de travail informatique partout où l’on se trouve. Mon fils applaudit car il n’a ni Ipod Touch, ni consoles de jeux (à part une Nintendo obsolète qu’il ne touche plus depuis plusieurs années) et que nous n’achetons pas de DVD de blockbusters américains. Heureusement que Tom vient « dormir » quelquefois à la maison.

Pour d’autres billets restituant des observations sur le rapport aux images des enfants ou adolescents.


8 réflexions sur « Nos adolescents »

  1. Ping : les liens de la semaine (weekly) « « Les z'edLes z'ed

  2. Ping : Photo obligée | La vie sociale des images

  3. Intéressant et révélateur ce témoignage photographique qui « montre Rome sous un jour différent, capté par l’œil mécanique d’un appareil photo manié par une jeune fille indifférente à ce qu’elle voit ». Au final cela relèverait presque d’un happening à vocation involontairement sociologique.

  4. Témoignage précieux. Ayant baladé les miens à Rome l’été dernier (2 x 12 ans à ce moment-là), je me suis encore une fois très clairement aperçu de la somme de connaissances en histoire et sociologie de l’art dont la mobilisation est indispensable pour animer ces énigmes (mais qui deviennent alors passionnantes) que sont les reliques du passé… Au fond, ce qui est vraiment étonnant de notre part, c’est de croire que tout ce savoir coulerait de source à la seule vue des oeuvres… En revanche, Pompéi a été un plein succès. Pas tant pour les ruines ou les fresques, bien sûr, que pour les impressionnants moulages où saillait parfois la bosse d’un crâne – dont il nous reste quelques bonnes photos, dignes de figurer dans un épisode de Bones… 😉

  5. @ PCH : Moi, c’était Claude François, que j’ai importé dans une famille où l’on n’écoutait que de la musique classique. Mais, pour revenir à nos ados, les « lourdes moues blasées » l’emportent tout de même nettement. Certes, nous, les adultes, leurs parents, à la recherche de quelque chose de positif, que nous puissions valoriser, nous finissons par trouver dans ce qu’ils retraduisent un aspect, même minime et soigneusement dissimulé sous des tonnes d’indifférence, qui nous plaît : une autre vision de Rome, par exemple. Mais il faut vraiment le chercher ! Leur force est, me semble-t-il, d’avoir à leur disposition de multiples moyens d’expression et d’être absolument encouragés à s’en servir.

  6. il y a quelque chose avec l’entêtement (ou la persévérance, c’est selon…) de ces adolescents envers ces NTIC (hein) qui (me) rend le monde, tout de même, plus acceptable : on les trouve, tout à coup, tout aussi humain que nous l’étions lorsque n’avions en tête que (c’était quoi, vous, vos « collections » ?) des prospectus de publicités de voitures ou de motos (c’est tout moi, ça) avant que les filles… Quelque chose d’un peu plus aérien, onirique, inutile ou léger (« superficiel et léger », vous vous souvenez de cette chanson France Gall et Michel Berger) que leur jm’enfoutisme latent, ambiant à base d’inutilité et de lourdes moues blasées (à peu près) (les photos comme sans y penser sont évidemment et éminemment très surréalistes : c »est ainsi qu’on capte le mieux la grandeur des choses, mais on n’y parvient pas avec ce qu’on aime… dommage)

Répondre à Sylvain Maresca Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.