Trop longs les films ?

Cette affiche composée par des étudiants en Info-Com de l’Université de Nantes (réalisation et figuration) m’incite à revenir sur un cycle consacré au cinéma documentaire que j’ai organisé cette année, comme l’an passé, à destination des étudiants de notre université.

En novembre et décembre, à raison d’une séance par semaine, 8 films leur étaient proposés qui permettaient d’aborder des thèmes aussi variés que l’immigration, les conditions de travail, les restructurations économiques, les mouvements sociaux ou encore la photographie de presse. Le créneau horaire avait été choisi pour ne pas empiéter sur les cours, mais ne pas tomber non plus dans un temps-mort des emplois du temps qui l’aurait condamné d’emblée. L’information avait été largement diffusée, notamment par le biais d’un agenda électronique adressé à tous les étudiants et personnels de l’Université.

Pourtant, la fréquentation de ces séances s’est révélée très décevante : de la quarantaine de personnes présentes pour le premier film, on est passé rapidement à une poignée et même à zéro.

On peut explorer des hypothèses diverses pour essayer de comprendre cet échec. On en trouverait plusieurs également opérantes dans l’ensemble de nos activités pédagogiques. Pour dire vite, les étudiants nous reprochent souvent un manque d’information ou d’accompagnement des cours, mais ils ne se déplacent pas pour autant lorsque, pour y répondre, nous nous efforçons de leur organiser des réunions ou des manifestations diverses.

L’affiche de ces étudiants d’Info-Com retentit avec une autre question que je me suis posée : dans le cas du cinéma, ne sommes-nous pas en décalage manifeste avec la culture des étudiants ? Lorsque nous imaginons de leur projeter des films pour aborder autrement les questions sociales, nous opérons une ouverture qui nous semble novatrice, plus vivante que les formules canoniques du cours magistral ou de la lecture de textes. Mais n’est-ce pas là une option datée,  héritée de la tradition des ciné-clubs – auxquels nous avons participé nous-mêmes pendant nos études -, devenue totalement étrangère au mode de vie des étudiants actuels ? Avons-nous seulement devant nous des jeunes gens qui vont encore au cinéma ? comment consomment-ils les films et lesquels ? A l’heure où l’utilisation des ordinateurs et d’internet leur devient naturelle, voient-ils des films autrement que sur DVD, voire sous forme d’extraits, de bandes-annonces ? Il est arrivé lors d’une de nos séances cinéma, consacrée à un film plus long que les autres, que les étudiants présents donnent des signes de lassitude, comme s’ils n’avaient pas (plus) la patience de regarder aussi longtemps, en continu, une œuvre cinématographique d’une heure et demi. La culture du fragment et du mélange des genres est-elle encore compatible avec l’attention durable et la concentration requises par un long-métrage ? Surtout pour un type de cinéma qui ne procure pas immédiatement le plaisir du divertissement, mais requiert l’effort de la découverte et de la réflexion.

Bref, sommes-nous devant une simple difficulté d’organisation ou bien, plus profondément, face à une différence culturelle, source d’étrangeté et d’indifférence ?

Éléments d’explication et suggestions d’autres formules possibles sont les bienvenus.


12 réflexions sur « Trop longs les films ? »

  1. @ Pierre : Merci pour ces indications. Avez-vous pu mesurer dans votre recherche sur le Festival du cinéma espagnol la participation des étudiants, volontaire ou « imposée » (par exemple lorsque c’est un de leurs enseignants qui les y emmène) ?

  2. Bonjour,
    j’arrivais à la même conclusion lors de mon mémoire sur le Festival du Cinéma Espagnol de Nantes il y a quelques années. Ce festival, globalement très lié à l’université et aux étudiants, comporte une soirée dédiée au Courts métrages. Laquelle était traditionnellement et/ou de fait la soirée des étudiants (et des étudiants erasmus).
    Sans trop comprendre pourquoi, j’ai été étonné de voir avec quel naturel le public, autant que les organisateurs, associaient l’étudiant et ces séances de courts métrages au Théâtre Graslin.

    Et effectivement, l’argument de cette affiche montre que les choses s’accentuent encore.

  3. @ Marc Vayer : Merci pour votre témoignage.
    Je réalise en le lisant que l’affiche mise en illustration de mon billet est source de confusion : vous, ainsi que d’autres lecteurs, avez pensé que c’était l’affiche de notre cycle de cinéma documentaire. Il n’en est rien. Il s’agit de l’annonce par des étudiants d’Info-Com d’un festival de courts-métrages qui s’est déroulé la semaine dernière. Mais je m’en suis servi parce qu’elle mettait en scène une attitude de distraction par rapport à une projection classique de cinéma qui m’a fait repenser à notre propre cycle et à sa désaffection. Je me suis donc servi de cette affiche comme un prétexte pour revenir sur notre propre expérience.
    Je note que ces étudiants d’Info-Com ne se sont pas dérangés pour assister à nos séances, même celle qui abordait la question du photo-journalisme (sur lequel je leur faisais un cours à la même période).

  4. Il y a une prévention contre le documentaire, et contre l’enseignement magistral (qu’on le veuille ou pas, qu’on le regrette ou non, qu’on le reconnaisse ou peu) (c’est ptete un présupposé). Je me permets de vous suggérer comme objet la mise en jeu du rapport (ou de la relation) du documentaire à la fiction, par exemple (pourquoi préférer la fiction ? ou le jeu vidéo au ciné ? ou …?).
    @BOY : je ne suis pas pour le sondage, non plus que pour les questions fermées, dans cette occurrence.

  5. Je suis enseignant dans un lycée d’enseignement général public non loin de Nantes, à Montaigu en Vendée et avec quelques collègues, nous avons organisé un festival documentaire équivalent à celui que vous décrivez. http://btscvinterne.blogspot.com/2011/02/festival-documentaire-du-28-au-31-amrs.html
    Plusieurs différences mais en partie un même constat.
    Les séances avaient lieu à cheval sur des heures de cours et c’était les enseignants qui inscrivaient leur classe dans le planning à leur disposition.
    Les étudiants de BTS communication visuelle avec qui j’avais conçu la communication avaient imaginé qu’en s’adressant directement aux élèves (programme diffusé dans les classes par les délégués, visuels et programmation en affichage directement dans les lieux élèves), ce serait les élèves qui pourraient suggérer à leurs profs de les inscrire. Un inversement de prescription en fait.
    Las, ce sont toujours les mêmes filières qui se sont inscrits dans le planning, celles qui sont concernées par l’image, Arts appliqués, audiovisuels et communication visuel. Point de classe de S, point de classes de secondes, etc.
    Nous avons faits le constat que si les élèves n’avaient pas d’appétence pour ce type de programmation, la majorité des enseignants non plus.

    Le visuel réalisé pour votre manifestation évoque sans doute l’univers du cinéma, mais fait très peu référence à la notion de documentaire. Il me semble également qu’il est fait un mélange entre films aux formats courts dits « courts » et film documentaire. C’est peu compréhensible.

    Au plaisir,

  6. Ca correspond a ma propre expérience, mais c’était il y a 30 ans. Et le cinéma documentaire était l’objet du cours. Je me suis inscrit pour la première fois à ces cours parce qu’il y avait le mot cinéma dans leur intitulé. Je n’avais sans doute jamais réellement regardé un film documentaire auparavant.
    Plus récemment, lorsque j’ai à mon tour utilisé des films documentaires (il y a une petite dizaine d’années) pour parler photographes, photographies et société avec des étudiants en photographie, ça a très bien fonctionné. Mais bon c’était sans doute plus facile que dans un cadre universitaire, parce que tous leurs autres cours étaient sur la technique photographique.

  7. Merci pour la suggestion de questionner les étudiants. C’est normalement le métier des sociologues, non ? Mais justement, nous savons qu’interroger des gens sur une pratique qui ne les concerne pas ou ne les intéresse guère aboutit à des réponses peu significatives. Néanmoins, ça peut valoir la peine de tenter le coup.
    La formule de la projection dans les cours est déjà pratiquée. Elle vaut certainement mieux que d’organiser des séances pour les chaises vides. Mais initie-t-elle une culture du cinéma documentaire en dehors de ce contexte d’obligation scolaire, j’en doute.

  8. En regardant cette affiche je me demande s’il n’est pas conseillé d’éviter les longs metrages…même si le ton est humoristique, légèrement provocateur, les étudiants se sont peut-être tout simplement positionnés en faveur des longs.
    Ils ont peut-être été piqués au vif…allez savoir…
    Sans doute leurs capacités d’attention et de concentration sont-elles plus importantes que supposées.
    Cependant, je ferais un petit essai de projection sur les mobiles, la pub et les clips savent faire.Il suffit de choisir son contenu…
    Quant à l’idée de PCH, celle du sondage d’opinion , il me semble le moindre des respects pour eux.ILs sauront dire pourquoi ils n’ont pas assisté à cette semaine du court.Pouvu que vous choisissiez les items…à leur place.

  9. le mieux serait de leur poser vos questions, ça éviterait les fantasmes : un petit questionnaire, quelques questions assez ouvertes, via possiblement votre réseau social constitué par votre agenda électronique. Pour le reste on sait faire. Peut-être…

  10. Si c’est culturel, pourquoi ne pas projeter les films pendant les cours. Ils les découvriront par obligation, mais une fois qu’ils auront acquis cette culture, ils y reviendront peut-être par plaisir.
    Ce n’était pas les films choisis qui leur ont fait légitimement peur? (Tu n’en as pas donné les titres) 🙂

  11. @ Ian : Effectivement, je pense que cette diversification des modes d’accès aux films joue sur l’acceptabilité de la formule classique de la projection en salle. Au point de la rendre complètement obsolète ?

  12. Il y a un effet d’appropriation, de personnalisation de la manière dont on visionne les films.
    Alors qu’hier, la séance de cinéma obligeait à une pratique commune, obligatoire : tout le monde dans la salle, pendant l’heure et demi et on ne bouge plus.
    Aujourd’hui, le dvd, la vod et autres méthodes de visionnages plus ou moins légales permettent de regarder son film dans des conditions personnalisables à l’infini : visionnage diffracté dans le temps, capacité à bouger pendant le film (par exemple avec un pc portable), possibilité de faire autre chose entre-temps, etc etc.

    Les spectateurs perdent l’habitude de se conformer à une méthode contraignante de visionnage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.