Toujours moins

Au risque de me voir de nouveau interpellé par un acteur économique mécontent de cette mauvaise publicité, je reviens aujourd’hui sur la question des stages proposés à des apprentis photographes. A la suite de mon billet précédent, je suis allé par curiosité sur la plateforme Kap’Stages où avait été publiée l’offre de stage discutée pour voir s’il y en avait d’autres et lesquelles.

9 offres de stage sont disponibles pour photographes. Parmi les nouveauté, hormis la proposition d’une école de danse salsa qui souhaite voir réaliser des vidéos « teasers » et des photos sur ses cours, ses répétitions et ateliers chorégraphiques,  ses spectacles et l’établissement, le tout pour moins de 300 € par mois, on trouve surtout répétée 7 fois l' »offre » du site Foire.Discount.com qui propose à son tour un stage non rémunéré, avec pour mission de réaliser des packshots de produits divers ainsi que la post-production et la mise en ligne. Rien de bien nouveau dans le monde merveilleux du travail gratuit. A ceci près que ledit stage est « à distance » : « Vous êtes passionné de photographie et/ou d’infographie et vous vous sentez capable de réaliser des clichés d’objets de petite taille par vos propres moyens (en installant par exemple chez vous un mini studio photo de votre conception). Vos réalisations seront ensuite mises en ligne sur le site d’e-commerce le plus visité à l’échelle planétaire. » En clair, achetez vous-même votre matériel, bidouillez-vous un atelier de prise de vue entre la cuisine et la salle de bain, et lancez-vous dans l’aventure de la production photo autonome avec cette chance inespérée d’une diffusion mondiale. Une sorte de reprise loufoque du slogan politique : « Penser globalement, agir localement ».

Et qu’on n’aille pas arguer ici qu’il puisse y avoir un quelconque encadrement du ou des stagiaires. Ou alors un télé- ou un e-encadrement, pour une e-professionnalisation.

Ce qui me rassure, c’est que cette « offre » est proposée depuis près d’un an. Soit elle n’a intéressé personne (version optimiste), soit elle traîne sur ce site qui ne fait pas le ménage régulièrement de son contenu (version pessimiste).


11 réflexions sur « Toujours moins »

  1. Ping : L’arnaque, ou les joies de la dérégulation | La vie sociale des images

  2. @ Dominique : Effectivement, cette « offre » de stage est une énigme. Elle paraît si peu profitable qu’on ne voit pas comment elle a pu germer dans l’esprit d’un patron ou DRH d’entreprise.

  3. Juste une remarque en passant.

    Donc l’annonce traîne sur le site depuis longtemps…

    Soit le stage n’est plus d’actualité, et des candidature répétées – multiples sans doute même si on ne peut en imaginer le nombre – auraient dû alerter la société qui logiquement aurait ainsi été amenée à la retirer pour ne plus être sollicitée… Là, c’est version optimiste… 🙂

    Ou bien, version très pessimiste , elle permet effectivement et régulièrement de satisfaire une demande, une production…. Et plusieurs stagiaires sont sans doute « employés » en un même temps. Et vive le modèle Chinois ! 🙂

    Reste que, sociologiquement, qui peut « SE » payer un tel stage, en plus de payer ses études, son matériel photographique, son ordinateur , et le reste… Y compris, bien évidemment, l’appartement assez vaste, tout de même, pour réaliser les prises de vue avec un flash et une boîte à lumière, un boîtier, un support, un fond… et la place pour stocker les objets !

    Bon.. il y a toujours des jeunes, fauchés et très volontaires… mais à ce point j’en doute…

    Inversement, des jeunes photographes ambitieux et pas du tout fauchés ont sûrement eux aussi mieux à faire, et plus aisément, pour se créer un réseau et un « book…. ».

    C’est peut-être là, d’ailleurs, que peut résider le fond du deal… 2 mois gratos contre « un book » !

    Sinon, cette offre de stage reste une énigme pour moi 🙂

    Le jeune photographe (encore assez naïf) qui souhaiterait se faire remarquer par cette formule de stage devrait tout de même être déjà assuré de son quotidien…

    PS : Afin d’en savoir plus, peut-être faudrait-il tester l’offre et proposer à des étudiants de faire acte de candidature à des étudiants… Juste pour voir ? Au sein d’un cours de préférence, et surtout pas pas au cours d’un stage 🙂 Bon là, je blague…

  4. Autrefois, pour ceux qui avaient des velléités artistiques, le monde se divisait entre les boulots alimentaires, mal payés mais qui permettaient de survivre, et les boulots passions, non rémunérés mais qui s’inscrivaient dans leur projet artistique. Aujourd’hui, lorsque l’on est étudiant, on doit passer par un système où même les boulots alimentaires ne sont plus rémunérés.
    Dans l’intervalle, on a valorisé dans les cursus, pour des raisons respectables, l’importance d’une expérience dans le monde du travail. Au point de la rendre obligatoire. Et le monde du travail s’est en partie (il y a des entreprises qui rémunèrent leurs stagiaires) réorganisé en exploitant cette main d’œuvre temporaire et gratuite. On est dans une logique économique qui fait que l’on trouve normal de travailler gratuitement pendant un certain nombre d’années si l’on veut espérer trouver un jour un travail rémunéré. Si on va jusqu’au bout de cette logique, bientôt les stagiaires devront rémunérer leur employeur pour qu’il les prenne en stage.
    La solution ne serait-elle pas de fixer un salaire minimum journalier pour les stagiaires?

  5. @ O.aubert : D’accord avec vous pour élargir le propos au volant des travailleurs sans sécurité ni (souvent) rémunération. Mais, du point de vue desdits « travailleurs traités en artistes », y a-t-il réellement une chance d’intégration professionnelle (quel « réseau » a-t-on les moyens de se constituer au cours d’un stage de deux mois au service d’un site de discount ?) ? Ou bien, plus cruellement, ne s’agit-t-il pas là d’une marge, désormais confortable, de travail définitivement gratuit à la disposition des entreprises ?

  6. @Sylvain Maresca

    Bonjour,

    En photographie, le clivage amateur/professionnel ne me parait plus exister réellement aujourd’hui, de nombreux « amateurs » publient, exposent, projettent régulièrement leurs travaux dans des cadres considérés comme « professionnels » avec l’espoir d’en faire à terme leur travail. De nombreux professionnels exercent une activité complémentaire (labo, iconographie, voire jobs alimentaires ponctuels ou réguliers) pour se nourrir…

    Pour ce qui est des concours, prix etc… ce que j’observe c’est l’organisation d’une mise en concurrence permanente rémunérée par des gratifications symboliques ou financières laissant espérer des opportunités d’emploi ou de collaborations rémunérées ultérieures éventuelles.

    Si on définit le statut de stagiaire, de précaire, de non détenteur d’emploi stable par l’insécurité sociale,
    il y a à mon avis un parallèle à faire avec les situations des « sans-papiers », chinois ou turcs dans la confection, maghrébins ou africains dans le BTP qui sont sans cesse amenés à « faire des sacrifices » pour espérer accéder à une stabilité.

    Point commun : un volet de travailleurs en situation d »insécurité salariale ou administrative, de précarité ou d’hyper-compétition permanente face à une demande faible qui permet une mise en concurrence permanente générant de la richesse pour ceux qui l’organisent…

    Voilà le parallèle que je voyais avec ces offres de stages. Peut être est ce mal exprimé mais pour moi il y clairement un parallèle en terme de mise en compétition.

    Pouvoir se prévaloir de la prise de vue, de la retouche, de la mise en ligne et de l’indexation de produits sur un site commercial est un plus dans un CV et une opportunité de se créer un « réseau social » qui permettra peut être d’accéder à un contrat…

    Où finit la chance de « faire ses preuves », de « se faire connaître » et « reconnaître » et où commence l’exploitation ?

    Voir : « Portrait de l’artiste en travailleur ». Métamorphoses du capitalisme de Pierre Michel Menger

    PS : c’était pas mieux hier mais différent, ce sera mieux demain quand on aura compris ce qui se passe aujourd’hui…

  7. @ O. Aubert : Le parallèle avec les concours est intéressant dans la mesure où ces derniers attirent quantité de candidats dont très peu finissent par se professionnaliser dans le métier de photographe (voir mon billet sur le dernier concours organisé par la revue Photo : http://culturevisuelle.org/viesociale/2125). Mais d’une part, nombre de ces amateurs n’ambitionnent pas de se reconvertir dans la photographie professionnelle. D’autre part, ils essaient de surnager du nombre en proposant leurs images. Au lieu que dans un stage comme celui qui est « offert » ici, l’enjeu serait de surnager du nombre des postulants au marché de l’emploi en démontrant simplement sa capacité à produire de la photo standard à la chaîne. Autant dire ce que tous les autres savent faire. Les chances que ça soit payant semblent donc très faibles.
    On en revient alors à l’hypothèse d’Herman : Ces stages assurent un volant de main-d’œuvre gratuite chargée d’effectuer les tâches répétitives les moins qualifiées.

  8. Bonjour,
    Il se peut aussi que la boîte en question recycle une grande quantité de stagiaires.. En tout cas, dans le milieu du graphisme, c’est un peu pareil, et certaines agences tournent principalement avec des stagiaires sous-payés (ou non-payés), quand ils ont toutes les compétences requises car déja sur la fin de leurs études.

  9. Les stages ne sont ils pas des tentative de « se faire remarquer » en espérant que cela puisse déboucher sur un emploi ?

    Dès lors n’y aurait il pas un parallèle à faire avec les concours et manifestations photo de toutes sortes qui pullulent et la possibilité « d’être publiés » offerte par des grands journaux ???

    Dans tous ces cas il y a fourniture d’un travail (activité productrice de richesse) peu ou pas rémunérée organisée par des personnes qui elles sont salariées ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.