Imagerie standard

Portrait Professional est un logiciel de retouche des visages destiné à produire des portraits conformes à « la beauté humaine ». Selon les termes mêmes de  son argumentaire de vente, « Portrait Professional a été formé à l’apparence humaine. Des centaines de photographies de visages humains ont été montrées au logiciel et des techniques mathématiques sophistiquées ont été utilisés afin de créer une base de donnée de l’apparence et de la beauté humaine. Le résultat est un logiciel « connaissant » quels changements rendront un visage donné plus séduisant. Cela permet à tout photographe de réaliser un portrait naturel et impeccable de manière facile et rapide. Tout ce que vous avez à faire est de décider jusqu’à quel point vous voulez améliorer la texture et le lissage, réduire les rides et les taches sur la peau ; et jusqu’à quel point vous voulez subtilement remodeler le visage pour le faire paraître plus mince ou plus jeune. Portrait Professional peut permettre au photographe moyen de réaliser des portraits de haut niveau en quelques minutes. Le logiciel peut vraiment donner à vos portraits ou à vos mariées l’apparence d’une star de magazine. »

L’argument-choc de ce logiciel est qu’il est à la portée de tous, à la différence des logiciels les plus répandus de retouche comme Photoshop – avis confirmé par des photographes professionnels. Il est de surcroît très bon marché.

Voilà donc un outil informatique susceptible de remodeler n’importe quel visage pour le conformer aux standards de la « beauté » tels qu’ils ont été préalablement définis et standardisés par une approche statistique. Ou l’impeccabilité de la science au profit d’une beauté impeccable.

Cette conception – selon laquelle le nombre tient lieu de norme – me rappelle le prototype-canular proposé par cet étudiant allemand en art d’un appareil photo susceptible de prévoir, dès la prise de vue, le degré de réussite esthétique des clichés. Il lui suffisait d’intégrer au boîtier un logiciel d’évaluation esthétique, lui même construit à partir des jugements émis par des centaines d’internautes sur les qualités esthétiques de photos mises en ligne.

Cette certification par le nombre dessine une tendance probablement plus large et aux effets plus massifs, standardisants : la multiplication des forums, des sites de partage d’images, etc., qui fonctionnent non seulement sur la communication des images, mais également, et peut-être surtout, sur leur commentaire par les internautes, contribue à faire émerger une sorte de norme statistique de qualité, mesurée de fait au nombre de commentaires récoltés par les différentes images. Certaines grandes banques d’images surveillent en permanence ces forums pour repérer les images saillantes et, le cas échéant, proposer à leurs auteurs de les commercialiser par leur intermédiaire. Ainsi se crée une articulation profitable entre l’activité de partage et de commentaire développée par des amateurs, ou du moins des internautes sans objectif commercial, et des acteurs économiques qui, eux, tirent profit de ces échanges gratuits de productions et d’avis pour distinguer les images susceptibles de capter le plus sûrement l’intérêt de leurs clients. Comme si les internautes réalisaient bénévolement des repérages et des études de marché dont il ne restait plus aux entreprises qu’à tirer les leçons1.

En misant ainsi sur une forme d’évaluation qui repose sur le nombre – plus une image est commentée (en quelque terme que ce soit), meilleure elle est -, se formaliserait une imagerie standard, au goût de tous ou, du moins, du plus grand nombre, qu’il ne resterait plus qu’à traduire en commandes informatiques pour être en mesure, comme Portrait Professional, de fournir aux amateurs les outils préalablement adaptés aux goûts que eux-mêmes ont contribué à faire émerger. Succès garanti.

Je remercie Gilles Danger et Stéphane Mossé qui ont attiré mon attention sur ce phénomène.

  1. Il semble que l’on retrouve sensiblement le type d’articulation entre les fabricants d’appareils photos et les très nombreux forums de discussion sur les qualités et défauts respectifs de ces matériels ; certains fabricants ouvrant eux-mêmes des forums  sur internet à cette fin. []

17 réflexions sur « Imagerie standard »

  1. Ping : Imagerie standard | La vie sociale des images « Photographe Gilles Danger

  2. Article passionnant qui éveille nombre de questions et de réflexions. Nos ados ne sont pas sorties de leurs complexes !
    Les Kanjis qui expriment le concept de photographie sont « image/vérité ». Ironique…

  3. « Libre de droits » est un clin d’oeil à la banque image. Non pas pour révéler une pratique d’archivage des visages (l’idée de constituer des bibliothèques de visages est franchement séduisante), mais pour la forme stylistique des photographies qu’elle sous-entend. Le « libre de droits », au delà de la forme juridique du « produit photographique », renvoie à un style, un genre iconographique dans la photographie. Un visage retouché sur un plan morphologique révèle un besoin d’embellir la réalité, ou plus simplement de le rendre irréel et donc attractif/vendeur. Un portrait dont le cou mesure 2 cm de plus que la normale, les yeux légèrement écartés vers les tempes (un peu comme E.T l’extra-terrestre mais en plus discret) capte l’attention, voire même l’inconscient.
    « L’entonnoir photographique numérique » mélange de plus en plus de petites valeurs ajoutées et augmente les volumes d’images en circulation/vente.
    Peut-être qu’un logiciel de retouche tel que « professional portrait », adapté sur iphone par exemple, permettra d’alimenter avec encore plus de rapidité des stocks d’images « anamorphosées » ou libres de droits, mais c’est un autre clin d’oeil 🙂

  4. Merci Gilles pour ces précisions sur les coulisses techniques de la retouche qui font toucher du doigt que la technologie numérique suscite en quelque sorte un besoin accru de retouche parce qu’elle produit des images à la précision accrue, en bien ou en mal. En revanche, je ne comprends pas vraiment ce que signifie « libres de droit » quand il s’agit des visages. Est-ce à dire que, dans les agences, on pourrait conserver dans des bibliothèques d’images des visages de mannequins réutilisables à loisir, moyennant certaines transformations pour les adapter à un nouvel usage ? A quand le recours à des mannequins virtuels, restitués plus vrais que nature par la magie de la 3 D ?

  5. Les retouches plus techniques, comme l’application d’une nouvelle peau, seront certainement la prochaine cible des logiciels grand public, en tout cas je l’espère. La technique actuellement employée, je crois dans le monde de la retouche beauté, se base sur l’application dans photoshop « d’une ou plusieurs nouvelles peaux » issues de bibliothèques de peaux, de pores, et de pilosité…
    Pour ma part, une retouche rapide dans « professionnel portrait », permet d’influencer incroyablement le choix final du client. Pour 6 portraits livrés dont un retouché (disons en profondeur) dans « professionnel portrait », le choix du client (presse) se porte sur le portrait retouché. Une manière « élégante » d’imposer ses choix… La mode semble être aux visages « libres de droit » (c. à d. volume des yeux, longueur du cou, taille des mâchoires calibrée) et à la peau uniforme. Il faut reconnaitre (tout du moins pour le lissage de peau) que la photographie numérique retranscrit les détails de manière très accentuée. L’alignement des pixels carrés accentue l’ombre au sein d’une ride. Les grains d’argent me paraissaient moins « violents » sur ce point.

  6. Ping : Imagerie standard | La vie sociale des images

  7. @ André : Effectivement, le portrait est une forme de représentation avant d’être la représentation de quelqu’un. Lorsqu’on remonte en arrière, bien avant la photographie, dans l’histoire de la peinture, on voit bien comment les peintres s’efforçaient d’atteindre la « ressemblance parfaite » qui était ressemblante (au modèle) pour autant qu’elle ne dérogeait pas aux canons de la perfection. Combien de visages se sont ainsi retrouvés peint avec un modelé lisse, une incarnation diaphane, sans rides ni cernes ? Sans parler du costume qui, à lui seul, faisait basculer le modèle dans un univers plus proche du rêve que de la réalité.
    Ce qui est nouveau ici, c’est la rationalisation du procédé : les statistiques au secours de la norme esthétique comme si celle-ci cessait d’être arbitraire (ce qu’elle a toujours été) pour s’imposer comme le résultat incontournable des régularités statistiques.

  8. Je comprends bien le caractère provocateur, sur Culture Visuelle, de l’évocation d’une beauté standard produite par ordinateur. Cette formule contredit le paradigme revendiqué de la photographie comme enregistrement et l’individualité supposée du portrait. Le problème, c’est que ce paradigme ne décrit que très partiellement les pratiques photographiques réelles. Il suffit de feuilleter n’importe quel magazine pour constater l’abondance de ces portraits en effet parfaitement formatés, dont les visages et les corps des modèles ont été retravaillés selon les normes intégrées par le logiciel. Il est clair qu’un outil de ce type facilitera le travail dans les domaines de la publicité, communication, mode, etc. Pour ce qui est du portrait de studio, là encore, l’examen des pratiques effectives, par exemple du studio Harcourt, témoigne d’un recours courant à la gamme d’artifices mis en oeuvre par le logiciel. L’automatisation de ces corrections me fait penser que nous devrions plutôt réviser notre façon de penser le portrait. Pourquoi un nombre considérable de titulaires de comptes Facebook, et particulièrement des femmes, utilisent à la place de leur propre image des portraits de stars? Je crois que la question des normes physiques et de leur diffusion par les industries culturelles est une question que nous devrions commencer à prendre au sérieux.

  9. Bon, j’ai chargé la version d’évaluation vite fait, c’est stupéfiant… Si on ne s’en tient pas au choix par défaut, on peut tout corriger séparément, le nez, les yeux, la bouche, l’ovale du visage etc. Le logiciel est très simple à utiliser, un curseur par fonction. Les caricaturistes vont pouvoir s’en donner à coeur joie. Sylvain, tu dois montrer ça à ta fille, je suis curieux de savoir comment elle l’utilisera. 🙂

  10. La beauté, c’est vraiment transformer un fort joli visage en clone de poupée Barbie : pas de joue, pas d’expression et des yeux dilatés (paraît que c’est signe d’excitation sexuelle) ?
    Je dois avoir raté quelque chose …

  11. Pardon, pour l’abus d’abréviations !

    PS = Photoshop,
    PSE = Photoshop Elements, la version moins chère pour ceux qui ont peur de PS, justement.

  12. @ Simplissimus : Effectivement, les pupilles sont considérablement dilatées dans la version retouchée, donnant au visage de cette jeune fille le regard d’une poupée en plastique. Bravo également pour le jeu de mot sur « belladonne » ; quant à l’étymologie de ce mot, elle cadre tout à fait avec le propos (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Belladone). En revanche, la fin de votre commentaire m’apparaît cryptée : que voulez-vous dire ?

  13. Fascinant !

    À première lecture, et en comparant la juxtaposition des 2 vignettes de la note, je me dis qu’il n’y a pas tant de différences que ça.

    Après comparaison par enchaînement à l’écran des 2 images plein format, c’est impressionnant de voir tout ce qui est retouché. Du coup, quand je revois les 2 vignettes, ça me saute aux yeux.

    Ce qui m’étonne le plus, c’est l’immense dilatation des pupilles, comme si le sujet venait de prendre de la belladone.
    Et, là aussi, en deuxième intention, finalement, l’étymologie de belladone, ça vient d’où ?

    Comme quoi, la manipulation de (son) image n’est pas tout à fait nouvelle !

    Enfin, on peut éviter PS, mais dans les nouveautés de la version annoncée, on trouve l’apparition du logiciel sous forme de plug-in… Mais depuis que PSE accepte aussi les plug-ins.

  14. C’est sans doute plus déprimant au niveau global qu’au niveau local. Un portrait, c’est l’image de soi que l’on veut renvoyer aux autres. Aujourd’hui cette standardisation de l’image de soi est globale. La norme transcende la géographie, les classes sociales, l’origine ethnique. Par contre si on raisonne au niveau local et individuel, à l’échelle du village ou de la ville, elle est sans doute beaucoup moins contraignante qu’autrefois.

  15. @ vvillenave : merci pour ces liens qui éclairent la question sous un autre angle, mais toujours statistique.
    @ thierry : déprimant, non ?

  16. Sur ce sujet, ne manquez pas de lire le blog du site de rencontres OKcupid, un des blogs les plus intéressants qu’il m’ait été donné de lire dans ma vie d’internaute… Quelques articles un peu au pif :
    http://blog.okcupid.com/index.php/the-mathematics-of-beauty/
    http://blog.okcupid.com/index.php/the-4-big-myths-of-profile-pictures/
    http://blog.okcupid.com/index.php/your-looks-and-online-dating/
    http://blog.okcupid.com/index.php/dont-be-ugly-by-accident/
    http://blog.okcupid.com/index.php/the-real-stuff-white-people-like/

  17. Merci pour ce lien fascinant. Ta référence à Nadia me semble d’autant plus pertinente, que l’on peut imaginer que ce logiciel soit bientôt embarqué dans les appareils. On éviterait ainsi la douloureuse épreuve du avant/après en achetant un appareil photo qui ne délivrerait que des images transformant Quasimodo en bellâtre.
    Heureusement que dans la standardisation par le nombre, il nous reste les sites pornos qui ont certes tendances à standardiser les pratiques sexuelles, mais qui restent, me semble-t-il, assez majoritairement fan d’une esthétique trash et réaliste. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.