Corps sans tête

J’ai eu la surprise de découvrir cette affiche au coin de ma rue. C’était la première fois que je voyais la photo d’un mannequin coupé au niveau de la tête.

J’ai cru d’abord que cette décapitation résultait de l’ajustement à la taille trop petite du panneau d’affichage, mais il n’en est rien : d’autres versions de la même campagne publicitaire placardées sur des abribus réitèrent la même mise en page. C’était donc un parti-pris de l’agence qui a conçu ces affiches.

Comme il s’agit d’une publicité pour un magasin local de vêtements, je me suis dit qu’ils avaient peut-être procédé à l’économie en faisant poser un employé au physique avantageux, voire le gérant de l’enseigne, lequel aurait accepté de prêter son corps mais pas les traits de son visage afin de ne pas être reconnu dans ce nouvel emploi peu en rapport avec sa situation professionnelle officielle. En recherchant d’ailleurs sur internet si je trouvais d’autres visuels pour cet annonceur, j’ai pu constater que cette formule du mannequin sans tête n’était pas si rare que ça :

Du coup, je me suis demandé si cette formule n’esquissait pas un nouveau droit à l’image des mannequins : celui de se prêter à une campagne sans vouloir y être assimilé en y apportant la contribution de son visage. Une sorte d’équivalent du CV anonyme, décliné ici en image pour la publicité. Hypothèse purement gratuite évidemment – si j’ose cet adjectif.

Je suis preneur d’avis éclairés pour élucider ce mystère visuel.


17 réflexions sur « Corps sans tête »

  1. @Fernand. Techniquement, tu as raison. Mais j’ai peur cependant que ce ne soit un peu angoissant. C’est une chose que de donner un peu de volume à un vêtement qui est de toute évidence à plat, et de supprimer complètement toute référence à l’être vivant ou à l’objet mannequin qui lui donne ses formes. On va se trouver devant une version mode de l’homme invisible. En plus cela risque de faire encore plus “cheap”. Certes parfois, c’est l’effet recherché.
    Ce n’est normalement jamais le photographe qui paie le mannequin, mais son client. Sur les mannequins de “seconde zone”, j’ai un double regard. Lorsque le client était une PME, j’ai du plusieurs fois travailler avec la secrétaire ou la fille du patron. Sur le moment j’étais effondré, surtout sur des photos posées en studio, Pendant les prises de vue et devant les résultats. Mais 10 ou 20 ans après, lorsque le contexte professionnel a disparu, ce sont les images les plus sympas. Leurs maladresses rendent attachantes des images qui sans cela seraient juste parfaites techniquement.

  2. @Thierry. Je proposais une solution infiniment plus simple. Et en volume. Balayant du même coup ces débats superflus sur le politiquement correct. Photographier le T-shirt porté par un mannequin (vivant ou pas!…) puis le détourer pour ne conserver que le tissu épousant les formes qu’il habille. Ce qui serait graphiquement et commercialement bien plus performant que les moues souvent très lasses (même sans les yeux…), passe-partout et somme toute inutiles de ces mannequins de seconde zone, sous payés par des photographes à court d’inspiration, qui plombent bien des pages…

  3. @ Dominique et Thierry : Merci pour ces précisions et détails sur les manières de faire. Ce qu’il y a de bien, décidément, dans la formule interactive du blog, c’est tout ce qu’on apprend par les commentaires. Finalement, les experts, ce sont les autres.

  4. outre la possible et probable économie du visage (mais il y a aussi une hiérarchie du mannequinat qui fait que si l’on est payé pour son visage, il est plus difficile -stratégiquement- de vendre aussi son corps.

    cette pose , ce corps tronqué me semble être plutôt l’analogon ou l’équivalent visuel des mannequins de plastique que l’on voit dans les vitrines de magasins de mode et d’habillement. Où il n’est pas rare que le corps représenté soit aussi décapitë-défiguré plus ou moins complètement.

    @ Sylvain : pour ce qui est de la photographie “a plat”, et pour avoir vu un photographe roubaisien (?) officier dans ce domaine (la Redoute ; 3Suisses etc…), le paradoxe est qu’il faut néanmoins donner du volume aux vêtements. Ainsi, a voir les petits trucs du photographe pour modeler son objet, on comprend mieux l’expression “tire a 4 épingles”…
    D.G

  5. C’est très emmerdant parce que des vêtement c’est fait pour être porté. 🙂
    Lorsque tu les mets sur un mannequin, ils seront naturellement tendu et en plus tu vas utiliser des pinces à linge dissimulées par le corps du modèle pour supprimer tous les plis disgracieux. A plat, il faut un repassage impeccable, ça n’est pas toujours facile d’aplatir des vêtements qui ont été coupés pour être rempli par un volume et tu te poses des questions existentielles telles que replier ou non les manches et si oui (ce qui est toujours le cas ou presque), comment? De plus sur un vêtement à plat, le moindre pli prend une énorme importance, alors que s’il est porté, c’est plus acceptable. Bref, c’est plus long. Maintenant tu peux t’organiser avec des petites mains sous-payées qui préparent les vêtements (avec ou sans la direction d’une styliste) pendant que tu shootes ceux qui sont préparés. Mais en général au moment où tu les déplace pour les mettre sous les lumière, il y a quelque chose qui bouge.
    Maintenant, un mannequin ça coûte plus cher que des petites mains. Surtout que tu as besoin de plusieurs mannequins pour éviter la monotonie et qu’il peut y avoir des modèles hommes, femmes enfants, jeunes, vieux etc. et que leur choix soulève d’autres questions existentielles: Blonde, brune, sophistiquée mais pas trop, minorité visible etc.
    Couper les têtes sur tout un catalogue, c’est quand même très agressif en dehors d’internet où on est habitué à des photos médiocres.
    Le problème des affiches publicitaires avec des vêtements à plat, c’est sans doute plutôt que ça fait précisément catalogue à la chaîne.

  6. @ Thierry : J’ai entendu dire qu’il y avait des photographes spécialisés dans la photographie de vêtements à plat. Qu’est-ce qui fait, si c’est plus long et compliqué qu’en recourant à un mannequin, que ce registre photographique existe et réponde à une demande ? Ou alors pour du catalogage à la chaîne sur internet, mais pas pour des affiches publicitaires ?

  7. @Fernand Percival ” suggérer un détourage du seul T-shirt qui ne conserverait que les volumes du tronc d’un modèle ostracisé par delà des frontières de l’image.”
    C’est plus long et plus compliqué de présenter un vêtement à plat que porté.

  8. Bonjour à tous!

    Et si l’on ouvrait les yeux ?

    Tout simplement.

    On s’interrogera toujours avec profit sur les raisons qui ont conduit Brassaï, Kertész, Irving Penn, Bill Brandt ou Ralph Gibson à tailler dans le vif d’un visage ou d’un corps. Et ce ne sera pas temps perdu.

    Comme il saute aux yeux qu’en plongeant dans une pénombre suggestive mais peu propice parce que très dense, une robe objet de bien des convoitises au seul bénéfice du visage lunaire de son modèle, Sarah Moon vend du Cacharel interprété par Sarah Moon.

    A l’inverse, quand la boutique du coin confie au tâcheron d’en face le soin de présenter en ribambelle une série de T-shirts dont le seul intérêt réside dans le motif imprimé, il tombe sous le sens qu’un gros plan sans autre parasitage sera bien plus efficace. Plus lisible. Prosaïquement, en ces temps d’écrans de poche, plus on consacrera de pixels au T-shirt mieux il se portera.

    On pourrait même, sans risquer de voir tous les modèles descendre dans la rue pour prendre la Bastille ni provoquer une réaction indignée de la Ligue des droits de l’Homme, suggérer un détourage du seul T-shirt qui ne conserverait que les volumes du tronc d’un modèle ostracisé par delà des frontières de l’image.

    Mais là non plus je n’ai rien inventé.

    Ni redécouvert l’eau chaude…

  9. C’est intéressant comment se révèle, à travers cet exemple, la complexité du rapport au mannequin : censé mettre en valeur le vêtement ou la parure, il ne doit pas détourner l’attention du spectateur, sauf s’il est déjà célèbre et concourt alors à renforcer la notoriété de la marque. Dès les débuts, les mannequins ont été des femmes à la fois admirées pour leur beauté et peu considérées pour leur manque de moyens, qui les obligeait à vendre leur image. Passer des mannequins inertes aux mannequins vivants n’a pas été une transformation simple (voir le chapitre que j’ai consacré à la photographie de mode, dans lequel cette question est centrale : http://culturevisuelle.org/viesociale/787).

  10. On pourrait même dire que c’est le photographe qui se mannequine: la main dans la poche cache la télécommande qui déclenche l’appareil photo.

    Je sais que dans les banques d’image, quand il y a des visages reconnaissables, les conditions de vente et les prix peuvent être plus chers, plus complexes. Il peut mis en jeu la quantification des médias utilisées, la durée d’exposition et/ou la tirage…

  11. Pour aller dans le sens d’Hervé Bernard en ce qui concerne la manière d’évacuer la question de l’identification au mannequin, j’ai beaucoup travaillé à une époque pour la haute joaillerie. Si pour les campagnes publicitaires, mon client utilisait des mannequins et des vedettes de cinéma pour associer la marque à des icônes, les photographies destinées à présenter à des clients individuels des parures et des bijoux étaient toujours des natures mortes. Lorsqu’il ne s’agissait plus de valoriser la marque, mais de vendre un objet précis à un individu, le jugement esthétique sur le mannequin était un bruit parasite susceptible de créer un rejet de cet objet par la personne destinée à l’acquérir et surtout par celle qui était destinée à le porter.

  12. @ Matthieu : Merci pour ces exemples. Leur fréquence sur des sites de vente en ligne suggérerait une version minimale du recours aux mannequins qui coûterait moins cher dès lors qu’on ne sollicite pas leur visage et que la pose se réduit à la stature debout.

  13. Bonjour,
    Deux autres hypothèses :
    – un souci d’économie, un mannequin sans tête coute moins cher
    – un souci de mettre en valeur le costume qui serait une manière d’évacuer la question de l’identification au mannequin. Sous-entendu, restez vous-même en portant ce costume.
    Cela fait des années que cette marque utilise cette formule, il faudrait aussi analyser son positionnement marketing, ni grand-couturier, ni produit de supermarché et pourtant relativement bon marché.
    Bonne journée

  14. Cela évoque bien sur les fameuses publicité pour la lingerie Aubade, où la tête du mannequin était coupée, mais aussi l’affiche du film sur la conquete du pouvoir par Nicolas Sarkozy, dévoilée hier, où il est juché sur un tabouret de bar, la tête egalement coupée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.