Obligation photo

J’associe aujourd’hui deux faits apparemment dissemblables, mais qui me paraissent pointer une sorte d’automatisme de la photographie devenu aujourd’hui banal.

Tout d’abord cette publicité pour la nouvelle carte de transport lancée par le Conseil régional des Pays-de-la-Loire dont le visuel nous propose un magnifique train-appareil photo roulant sur des cartes postales en couleur. En lisant l’argumentaire qui l’accompagne, je comprends que cette carte s’adresse à ceux qui ne prennent pas le train pour raison professionnelle (différentes catégories d’abonnement leur sont déjà proposées), mais plutôt aux voyageurs occasionnels qui pourraient être tentés par le train dans le cadre de leurs loisirs, et particulièrement lors des week-ends et jours fériés. Il suffit alors de poser l’équation : voyage + loisir pour aboutir automatiquement à sa résultante : = photographie.

Second exemple de ces automatismes des temps présents : en vue des vacances de printemps qui viennent de s’achever dans notre zone, l’institutrice de mon plus jeune fils avait donné pour consigne à ses élèves de rapporter le jour de la rentrée (aujourd’hui) une photo du paysage qu’ils auront préféré. Là encore : vacances = voyage (c’est du moins le présupposé de cette demande) ; or, voyage = photo. Donc : vacances = photo1. Je passe sur le second présupposé de cette consigne : dans l’esprit de la maîtresse, tous les enfants ont forcément l’usage d’un appareil photo et leur famille l’équipement bureautique complet qui lui permettra d’imprimer pour la rentrée une photo en bonne et due forme. Qu’auront fait les enfants restés chez eux tout le temps des vacances et dépourvus d’imprimante à domicile ?

  1. Lors du récent voyage scolaire de ma fille à Rome, le collège avait également recommandé aux élèves d’emporter un appareil photo – ce qui avait donné lieu à ce « reportage » surréaliste dont j’ai déjà parlé ici. []

7 réflexions sur « Obligation photo »

  1. Ping : Obligation photo | La vie sociale des images | imprimante appareil photo

  2. @ Predonline 44 : Je n’ai pas parlé de marketing dans mon billet. J’ai simplement pointé que, dans des registres différents, aujourd’hui, l’idée des vacances ou des loisirs était associée presque automatiquement à l’acte de photographier. Cette institutrice est peut-être « déconnectée des réalités sociales de ses élèves », elle n’en a pas moins cette assimilation dans la tête, ce qui l’entraîne à leur demander de rapporter une photo et non pas un récit ou un objet.
    Que cette association vacances-loisirs/photo se retrouve dans la communication n’en fait pas pour autant un motif de marketing. C’est bien au delà de ça.

  3. L’association du mot vacances à la photo pour le premier exemple relève du marketing et de l’association d’idée. Cependant, la deuxième relève tout simplement d’une institutrice déconnecté des réalités sociales de ses élèves cela n’a absolument aucun lien. Elle aurait très bien put demander un récit de leur voyage ou de ramener un objet trouver dans ce voyage et la liaison entre les deux faits ne tient plus. Ce que vous montrez comme étant une association d’idées marketing qui s’impose à toutes les sphères ne repose pas sur un exemple et une arguementation très solide.
    Cordialement,
    Raf

  4. @ Alexandre : L’imprimante était requise dans le cas présent puisqu’il était demandé aux enfants de rapporter leur photo de vacances sur papier. A la fin de la semaine qui suivit la rentrée, plusieurs ne l’avaient toujours pas fait.
    Sinon, on peut effectivement découvrir ou redécouvrir l’extraordinaire de notre environnement quotidien, mais cette démarche est davantage celle d’un artiste que celle d’un amateur ordinaire. Encore moins, j’imagine, d’un enfant qui ne part pas en vacances.

  5. Qu’auront fait les enfants restés chez eux tout le temps des vacances et dépourvus d’imprimante à domicile ?

    Pas besoin d’imprimante pour faire des photos chez soi ou ailleurs…Elles s’impriment sur nos écrans…Combien de foyers n’ont du reste ni écran ni outil de captation du réel (caméra, appareil photo, smart phone, …), quelques pourcents…à vérifier du reste.

    Donc qu’auront fait les enfants restés chez eux ? Des photos pour peu qu’on leur montre l’extraordinaire de leur environnement quotidien.

    PS : billet intéressant !

  6. OK, mais pourriez-vous préciser le lien que vous faites entre cette technique de marketing et le propos de mon billet ? Il ne me semble pas évident.

  7. Un exercice dit projectif est couramment employé dans le domaine des études de marché. Il consiste à demander aux consommateurs réunis autour d’une table (9 personnes en comptant l’animateur): « Imaginez que je vous donne un appareil photo, allez où vous voulez, sur la Terre, dans l’espace. Qu’elles seraient les photos que vous me rapporteriez pour illustrer le projet que je viens de vous exposer (maquette produit, concept écrit, etc).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.