Publicité d'amateurs

Voici une marque de chaussures qui fait sa publicité à travers les expériences personnelles de ses clients. Ou plutôt qui donne à croire que sa publicité ne serait rien d’autre que la somme des témoignages vécus de ses clients, restitués à travers leurs photos d’amateurs : autoportraits, scènes de leur vie personnelle, avec ou sans lesdites chaussures.

Le style visuel de cette publicité est entièrement conçu pour renforcer cette impression d’amateurisme, gage d’authenticité, de sincérité, de témoignage brut : des photos cadrées à la diable, floues, ratées, comme peuvent l’être tant d’instantanés ; jusqu’au télescopage des clichés dans le coin inférieur de la vitrine, à la manière des photos que l’on insère dans le cadre d’un miroir ou que l’on concentre dans des pêle-mêle.

Le style-photographie-d’amateur joue ici comme une métaphore du point de vue personnel (“chacun raconte sa propre histoire”) et interpelle le chaland sur le même mode, hyper-individualisé : “Whats yours ?”

Bel exemple d’extension, de récupération de l’esthétique des amateurs (puisqu’il y en a bel et bien une) au-delà des usages privés.


6 réflexions sur « Publicité d'amateurs »

  1. Ping : Vitrine Vans-off-the-wall

  2. La publicité fonctionne nécessairement sur les stéréotypes de la catégorie sociale qui est sa cible. Une publicité innovante, c’est la publicité qui est la première à identifier et utiliser de nouveaux stéréotypes.

  3. @ André : C’est peut-être la rançon de l’argent qu’ils se font avec tout ça.
    Dans mon esprit, “récupérer” ne véhiculait aucune nuance d’ironie : ils récupèrent, c’est un fait. C’est même une de leurs grandes ressources et ils ont l’intelligence de le faire.

  4. “la force inépuisable des publicitaires”: quand ils se répètent, on leur reproche de tomber dans le stéréotype, quand ils se renouvellent, on ironise sur leur capacité de récupération… Fichu métier! 😉

  5. C’est bien la force inépuisable des publicitaires que de savoir récupérer toutes ces tendances hors marché.

  6. Oui, c’est l’esthétique très hype des clubs Lomography et autres Hipsamatic, “Just shoot and be cool”. Très calculé bien sûr. Mais quand l’amateurisme – pardon : la démocratisation du web 2.0) – commence à gagner de plus en plus de marques, l’effet s’affaiblit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.