Les nouveaux périscopes

La compagnie Royal de Luxe est de retour ce week-end dans les rues de Nantes (son port d’attache) avec ses créatures-machines gigantesques : une déjà connue : le petite géante ; un métamorphosé : son grand géant d’oncle revenu en Campesino mexicain ; et, rapporté dans leurs malles du Mexique, un chien noir, El Xolo, qui court partout.

La foule attirée par ces trois jours de grand chambardement urbain est immense. La presse relate que de nombreux visiteurs sont venus d’un peu partout en France. Sans compter les étrangers.

Un tel succès pose un problème constant à tous ceux qui veulent suivre les déambulations des géants dans la ville : où se placer pour voir quelque chose, sachant que le spectacle est en mouvement. Les créatures de Royal de Luxe sont conçues pour surplomber la foule, particulièrement les plus grandes qui tutoient les dernières étages des immeubles. Mais le chien, lui, dépasse de peu la tête des spectateurs. Et puis, nombre de séquences (le réveil de la petite géante, par exemple) se déroulent à hauteur d’homme. Impossible de les voir derrière une foule compacte.

Vue ordinaire depuis la foule : la petite géante

Le chien El Xolo

Capture d'écran depuis le site du JDD.fr

A Londres, lors du mariage de William et Kate, j’avais été surpris de voir le grand nombre de Britanniques équipés de périscopes. Rien de tel chez nous, pour une raison que j’ignore (ce serait pourtant un bon business). Ici, les appareils photos et les caméras vidéos en tiennent lieu. Non seulement les spectateurs mitraillent, pris par une véritable frénésie photo-vidéo-graphique, comme désormais dans toute manifestation hors du commun, qu’elle soit culturelle ou politique. Mais encore, ils s’en remettent à leurs photos ou à leurs vidéos pour espérer voir après-coup, ce qu’ils n’auront pas réussi à apercevoir sur le champ. L’enregistrement visuel participe désormais du principe de précaution : il permettra d’obtenir une image de l’événement à défaut d’en avoir une vision. Certains Nantais préfèrent d’ailleurs rester délibérément chez eux pour regarder les reportages de la télévision plutôt que d’essayer d’arracher à la foule quelques aperçus personnels. L’image médiatique comme seule vision correcte de l’événement ? Qu’est-ce qui compte le plus désormais : avoir une bonne image de l’événement (sans forcément y avoir assisté) ou y avoir participé, plus ou moins à l’aveugle, mais porté par cette sorte de vague d’euphorie qui saisit tant de gens devant un spectacle aussi extra-ordinaire, au sens propre ?

Juchés sur les épaules de leurs parents, certains enfants sont chargés de voir et d'enregistrer pour eux

Au fond, El Campesino extrait de son container

Les journaux, qui voient dans la foule le signe manifeste du succès de l’événement, incorporent parfois à leurs reportages des photos montrant le nombre, proprement inépuisable, des spectateurs qui brandissent un appareil photo, une caméra ou un téléphone portable : autant de concurrents à leurs propres clichés ou bien, sur place, autant d’obstacles à leur travail de reportage ?


7 réflexions sur « Les nouveaux périscopes »

  1. @ Sylvain : Je crois que c’est une réflexion partagée par de nombreux chercheurs non financés (entre autre par des industries avides de brevets et de découvertes monnayables…) ! Mais quelque part c’est justement là le fondement de notre engagement non ?… Ne pas suivre forcément la route toute tracée et savoir apercevoir quelque chose qui se trouverait sur le bas côté (tout en évitant de tomber et de s’enfoncer dans une ornière…), dévier de la route pour explorer un nouvel espace qui sera « notre » chemin. Un chemin non pas clos et privé mais proposé aux autres comme une approche différente du problème…

  2. Eh oui, j’ai parfois l’impression que le sociologue se pose des questions que personne ne se pose… et qui n’intéressent que lui !

  3. @ Sylvain Est-ce réellement un paradoxe? Est-ce que c’est réellement si différent de cadrer la foule de façon à donner l’impression qu’il y a beaucoup de monde, de montrer des gens équipés de périscopes, juchés sur des échelles de fortune ou en train de photographier l’évènement? Dans tous les cas ce sont des signes de l’intérêt accordé à l’évènement par le public. La responsabilité incombe toujours à la presse. Ici les photographes amateurs sont des spectateurs avant d’être des photographes. C’est la presse qui réalise et qui décide des photos qui seront publiées. Au lieu de se manifester par des applaudissements, des cris de joie ou en allumant un briquet, les spectateurs brandissent leur téléphone. Feront-ils quelque chose de ces images, il n’y a que le sociologue qui se pose la question. 🙂

  4. @ Thierry : OK pour la référence à la métaphore de la « meute des professionnels » comme signe manifeste de l’intérêt d’un événement : les médias enregistrent logiquement, par ce type d’images, l’intérêt qu’eux-mêmes attribuent aux manifestations publiques, dont ils pré-voient l’impact en y dépêchant leurs reporters. Mais peut-on étendre cette métaphore hautement circulaire aux foules de photographes amateurs ? Et n’est-il pas tout de même paradoxal que la presse (si c’est bien le cas) en fasse un « indice de l’intérêt porté à l’événement », comme si la responsabilité ne lui en incombait pas ou plus ?

  5. @Sylvain C’est mon opinion personnelle sur le credo des médias lorsqu’ils utilisent ces images. Ca me semble être ce que ces images sont supposées illustrer. Mais ce n’est qu’une interprétation, et il faudrait poser la question à des journalistes. J’ai sans doute été un peu rapide dans mon interprétation. Il aurait été plus juste de dire « En prenant les photos, les spectateurs montrent leur enthousiasme pour l’évènement. » C’est vrai que les photo-reporters sont dans une position particulière pour réaliser ces images. Mais si la photo de photographes en train de photographier est un sujet largement pratiqué par les photographes professionnels et amateurs depuis longtemps, j’ai quand même l’impression que ces images sont de plus en plus utilisées dans les médias pour illustrer l’évènement. Les amateurs qui se bousculent pour réaliser des images, sont devenus au même titre que la meute des professionnels (ou les périscopes), un indice de l’intérêt porté à l’évènement. De là à en conclure qu’inversement, si on ne cherche pas à l’immortaliser avec son téléphone portable, c’est qu’il ne suscite qu’un intérêt poli…

  6. @ Thierry : « Si les gens regardent mais ne font ni photo, ni vidéo, c’est que cet évènement déçoit ses spectateurs. » Tu exprimes là le credo des médias (donne-moi tes sources, ça m’intéresse) ou ton opinion personnelle ? Si c’est la première hypothèse, je ne croyais pas qu’on en était là. En extrapolant à peine, le succès d’un film pourrait se mesurer au nombre de spectateurs qui sortent leur téléphone portable pour le filmer en cours de séance ? Et ces Anglais qui avaient acheté un périscope pour suivre le mariage princier, ils étaient déçus par le spectacle ?
    Je me demande plutôt si ce type de clichés publiés par la presse ne tient pas à la position particulière qu’occupent les photographes de presse dans un événement comme celui-ci : ils se tiennent en effet entre les artistes et le public. Ainsi, ils peuvent photographier les premiers sans l’écran massif des spectateurs et se retournant, ils ont sous le nez ces hordes de photographes amateurs qui mitraillent l’événement. De fait, ils sont les seuls à voir ces deux faces de l’événement.

  7. « autant de concurrents à leurs propres clichés ou bien, sur place, autant d’obstacles à leur travail de reportage ? »
    Je pense que ce n’est ni l’un, ni l’autre. L’image est là pour illustrer l’enthousiasme de la foule.
    Pour signifier l’importance d’un évènement médiatique, on se doit de montrer le hors champs des photographes et des vidéastes professionnels (Cannes, DSK). Pour signifier l’importance d’un évènement populaire, on se doit de montrer l’enthousiasme de la foule. Et aujourd’hui la foule manifeste son enthousiasme en cherchant à l’immortaliser. Si les gens regardent mais ne font ni photo, ni vidéo, c’est que cet évènement déçoit ses spectateurs. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.