Spécimens ou individus ?

Je publie dans le numéro de la revue L’Homme qui paraît ces jours-ci un article consacré aux usages incertains du portrait photographique par les anthropologues tout d’abord, puis par les photographes documentaires, enfin par les spécialistes actuels de la communication.

Comme il arrive souvent, cet article paraît sans illustrations, alors même qu’il ne parle que d’images. Les délais et l’absence de moyens expliquent largement cette anomalie. Je me propose d’y remédier en partie en proposant ici une bonne partie de l’iconographie qui aurait avantageusement complété mon texte. Je me contenterai de résumer le propos de celui-ci car la revue L’Homme met son contenu en ligne sur un site payant, que je ne peux donc pas concurrencer par une publication gratuite.

Dans cet article, je suis remonté dans le temps jusqu’à l’utilisation de la photographie par les anthropologues du XIXe siècle, intéressés très tôt à fixer en images les différents « types » physiques humains à travers le monde. Entre leurs mains, le portrait photographique généra une contradiction entre leur intention catégorisante, généralisante, et l’inévitable personnalisation des clichés récoltés. Souvent, la légende était utilisée pour tenter de réduire ce « bruit » visuel, sans toutefois y parvenir complètement.

Roland Bonaparte, Portrait d'un Lapon, 1884

Gravures illustrant un article de Roland Bonaparte sur les Lapons, La Nature, juillet 1885. Au passage, Anders Larsen Tommar est devenu un "type lapon".

La mise au point d’un protocole strict de prise de vue tenta d’imposer la dimension scientifique de ces clichés qui n’en demeuraient pas moins des portraits individuels. Alphonse Bertillon, par exemple, l’initiateur de la photographie policière, conçut un studio destiné à l’anthropométrie1, ce qui n’enlève rien cependant aux flottements perceptibles dans les images produites.

Portrait normalisé d'un "indigène" nommé

Nudité anthropométrique (du même individu ?)

Pose folklorisante (le même que sur la précédente)

Portrait composite "dans le style" de Francis Galton

Face à l’irréductible personnalisation des portraits anthropologiques, certains comme Francis Galton (le cousin de Darwin) ou Arthur Batut en France cherchèrent à superposer plusieurs portraits pour élaborer une effigie « composite » qui, à la manière des statistiques, aurait éliminé l’anecdote individuelle pour faire ressortir les traits communs.

Finalement, la tentation photographique des anthropologues s’épuisa assez vite et la photographie se réduisit bientôt à un outil parmi d’autres dans leur panoplie de voyageurs.

Son usage signalétique fut repris à partir des années 1930 par certains photographes documentaires qui s’efforcèrent à leur tour d’utiliser le portrait pour composer des fresques sociales, grâce à des partis-pris formels apparemment impeccables (fond neutre, pose frontale, intitulé générique, mise en série), mais au prix d’ambigüités omniprésentes. Citons l’antécédent des Hommes du XXe siècle,

Irving Penn photographiant en Nouvelle Guinée (capture d'écran du site http://www.artknowledgenews.com)

imposante série sur la population allemande par August Sander2. Plus tard, les séries d’indigènes réalisées en Afrique par Irving Penn (Worlds in a Small Room, 1974), d’autres fresques fameuses comme In the American West par Richard Avedon (1985), ou encore plus récemment en France les Portraits de Français réalisés par Despatins et Gobeli pour la Mission photographique de la DATAR (1984) ou les séries d’uniformes de Charles Fréger.

Un leitmotiv revient dans la plupart de ces séries à vocation documentaire : l’usage de légendes qui catégorisent les personnes photographiées, comme l’ont fait longtemps les anthropologues :

Dorothea Lange, The Migrant Mother, 1936

Je détaille dans l’article les nombreuses ambigüités, ambivalences et contradictions qui apparaissent dans beaucoup de ces séries de portraits à visée documentaire.

Et je termine en pointant que, aujourd’hui, la presse et la communication ont largement repris cette veine signalétique du portrait pour donner corps cette fois à des représentations théoriques, fictionnelles, illustratives, de groupes sociaux ou professionnels, ou pour personnaliser des situations multiples. Voici quelques exemples de ces « portraits sans individus » :

2008

2011

2009

2007

2008

2010

  1. Cf. Alphonse Bertillon, Dr. A. Chervin, Anthropologie métrique. Conseils pratiques aux missionnaires scientifiques sur la manière de décrire des sujets vivants et des pièces anatomiques – Anthropométrie, photographie métrique, portrait descriptif, craniométrie, Paris, Imprimerie Nationale, 1909. []
  2. Cf. l’étude que je lui ai consacrée dans mon livre La photographie, un miroir des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1996, chapitre 1. []

7 réflexions sur « Spécimens ou individus ? »

  1. @ Thierry : 100 % d’accord avec le parallèle que tu suggères. Depuis que je m’intéresse à la photographie, et en particulier aux réticences des sciences sociales à l’utiliser, je suis frappé par la disproportion entre leurs réserves devant une catégorie d’image à quoi le réel demeure si fortement accroché – source d’informations de première main certes, mais également de particularisme, d’anecdotes personnelles… – et leur aisance à mouliner des témoignages oraux pour en tirer des conclusions générales. C’est d’ailleurs bien pourquoi j’avais intitulé mon livre : La photographie, miroir des sciences sociales. L’utilisation commune des entretiens par les sociologues consiste à les découper, les thématiser et à les anonymiser : à mon avis, moins pour protéger les personnes sollicitées que pour laisser au chercheur toute latitude de les réutiliser à sa guise. J’incite fortement mes étudiants à publier l’intégralité de leurs entretiens pour que le lecteur puisse faire lui-même l’aller et retour entre les analyses proposées et le matériau utilisé afin de tester la pertinence de la première en relation avec le second. Mais qui le fait parmi les sociologues professionnels ? Ou alors à nommer leurs informateurs, ce qui suppose de les impliquer dans l’écriture de l’analyse (voir par exemple mon article récent sur les photographes de boutique : http://culturevisuelle.org/viesociale/1818.
    Nous aurions assurément beaucoup à apprendre, en terme de démarche, des producteurs d’images.

  2. Oui alors cette apparition du point d’interrogation est récente, début janvier encore l’emplacement de la tête était laissé simplement vide (je préférais pour ma part, cela me semblait extrêmement clair et ne nécessitait pas la surcharge actuelle). Merci pour les liens (il y a simplement l’adresse à intégrer dans le corps du message et cela fonctionne ?) Ok avec toi sur l’effacement de l’individu plutôt que l’anonymat. Espace de la série — où effectivement se joue quelque chose de l’effacement des singularités sous l’uniformisation des tenues — et espace de la rue (qui est celui sur lequel j’ancre une partie de ma réflexion) d’autre part où la conformation de l’apparence dans ces codes vestimentaires poursuivrait cet effacement ?…

  3. « Entre leurs mains, le portrait photographique généra une contradiction entre leur intention catégorisante, généralisante, et l’inévitable personnalisation des clichés récoltés. »
    C’est vrai des anthropologues du XIX comme des « portraits sans individus » de la presse et des communicants d’aujourd’hui. Il y a comme une résistance dans la représentation analogique à la généralisation.
    Est-ce qu’il n’y aurait pas un rapprochement (ou plutôt une opposition) à faire avec l’enquête sociologique où rien ne s’oppose à de ce que, de la collation des témoignages individuels, personnalisés, on dégage des catégories et des généralités? Comme si Le cliché, lorsqu’il n’est qu’oralité, peut être plié à toutes les intentions catégorisantes, généralisantes?

  4. Voici le logo en question pour ceux qui, comme moi, ne le connaissaient pas :
    http://en.wikipedia.org/wiki/File:Anonymous_Flag.svg
    Merci Franck pour cette référence. Dans cette figuration, le visage est remplacé par un point d’interrogation.
    Quant aux séries d’Exactitudes (http://www.exactitudes.com), elle suggèrent plus l’effacement de l’individu sous les apparences du conformisme (j’insiste sur le mot « apparence ») que l’anonymat, même si le recours au principe de la série tend à faire dominer le tout sur les parties.

  5. Ton expression « portraits sans individus » me fait penser au logo (un corps en costume sans tête) de ce groupement connu sous le nom d' »Anonymous », logo métaphorisant l’idée de l’anonymat par l’absence du visage. Je trouve à la fois dans ton expression une incarnation de cette idée, une tenue (une profession) désincarnée, et dans le même temps cela me fait penser à « Exactitudes », galeries de ressemblances et d’effacement de l’individu sous l’apparence de ces communautés.

  6. @ Franck : J’espère que la revue L’homme sera moins lente à mettre son contenu en ligne qu’elle n’en a mis à le finaliser sur papier ! Le numéro est en circulation depuis hier, à ce qu’on m’a dit. Mais je ne l’ai pas encore en main.
    Pourrais-tu expliciter la dernière phrase de ton commentaire dont je n’ai pas saisi le sens…

  7. @ Sylvain : Hautement intéressé par ton article tu t’en doutes, je ne peux malheureusement en prendre toute la mesure pour l’instant (j-2). Je souhaite simplement rebondir ici sur le regret que tu exprimes à propos des illustrations que l’on ne peut se procurer faute de moyens et d’autorisations. Cela va relancer le débat mais je te sens presque proche d’une des revendications des « Anonymous », relativement à ce qu’ils appellent le « copyright abuse » et les limitations que le copyright entraîne sur la liberté intellectuelle, et en l’occurrence ici à partir du cas dont tu fais état, sur l’incapacité à laquelle nous sommes souvent réduits de ne pouvoir que dans de très rares cas confronter nos propositions avec les images à l’origine de ces propositions. Par ailleurs, tu évoques l’idée extrêmement intéressante de « portraits sans individus », tu feras attention à leur logo représentant un individu sans visage (logo qui évoque le sujet dont nous parlions l’autre jour et pour lequel tu m’as indiqué le projet très intéressant des deux photographes)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.