Aussi simple que de prendre une photo ?

Cette image choisie par Ouest-France pour annoncer son prochain numéro spécial sur le “printemps arabe” me fait penser aux premières publicités de Kodak qui mettaient en scène des femmes ou des enfants (de préférence des petites filles) pour bien montrer que l’utilisation de leur nouveau modèle d’appareil destiné aux amateurs était un jeu d’enfant puisqu’une femme pouvait s’en servir sans difficulté.

Publicité Kodak

Vers 1910

Ici une femme portant un foulard (donc musulmane, selon nos raccourcis visuels les plus fréquents) photographie avec un téléphone portable. Quoi ? On ne le sait pas. Il y a du monde derrière elle, plutôt des hommes. Cet arrière-plan est-il suffisant pour évoquer le contexte d’une manifestation et laisser supposer que cette femme le photographie pour ensuite envoyer son cliché à ses correspondants proches ou lointains ? Est-ce le sens qu’il nous faut donner à cette image symbolique ?

Étonnant tout de même que la photographie, dans ce cas, fasse fonction de synonyme des révolutions arabes. Si je pousse la métaphore avec les publicités de Kodak, puis-je en déduire que faire la révolution dans les pays arabes serait devenu aussi simple que de prendre une photo ?


8 réflexions sur « Aussi simple que de prendre une photo ? »

  1. Ping : Sexisme photographique | La vie sociale des images

  2. @ Thierry : “l’appropriation d’un outil dont l’utilisation peut participer à la transformation de la société” : c’est du moins ce qu’on espère pour elles.
    J’ai parfaitement conscience que le parallèle avec les premières publicités Kodak était hasardeux. Il s’agissait plutôt d’une association d’idées sauvage.

  3. @Sylvain Mais c’est aussi la grande différence, me semble-t-il, avec les publicités Kodak d’hier et d’aujourd’hui.
    En prenant des photographies, elles s’attaquent, consciemment ou non, à la place qui leur est imposée par la religion dans leur société. Ici on a deux images fortes, la participation de femmes à des mouvements ou hommes et femmes sont mélangés, et la réalisation de photos en public par des femmes qui respectent les signes extérieurs de la religion. Lorsque la révolution sera terminée, je suppose que les hommes essaieront de les renvoyer dans les maisons, mais j’espère qu’elles continueront à utiliser leurs téléphones portables pour prendre des photos. Les mères palestiniennes utilisent la photographie pour envoyer un message à l’occident, comme lorsque des banderoles sont rédigées en anglais. Dans cette image de Ouest France, il y a l’appropriation d’un outil dont l’utilisation peut participer à la transformation de la société.

  4. @ Thierry : Comme tu l’exprimes très bien toi-même dans le billet auquel tu renvoies sur ton blog, nos “clichés” d’occidentaux (en particulier photographiques) sont probablement assez loin des réalités quotidiennes vécues par les habitants des pays arabes. J’avais été frappé de découvrir sur la couverture d’un numéro de Courrier International le portrait photographique de talibans pourtant engagés dans une lutte armée pour faire respecter à la lettre le dogme du Coran. La photo de famille est, je crois, répandue dans les sociétés arabes, comme partout ailleurs. Il n’est que de voir comment les mères palestiniennes brandissent le portrait de leur mari, frère ou fils, lorsqu’ils succombent sous les balles de l’armée israélienne. Elles ont des photos et s’en servent.

  5. Je suis toujours fasciné par ces photos de femmes portant le voile islamique en train de réaliser des photos. Je suis conscient qu’il y a une part de fantasme. Le hijab n’est ni le niqab ni la burqa et à priori pas en contradiction avec l’idée même de photographie. Ca ne devrait pas plus me surprendre qu’une jeune femme qui porte un hijab signé d’une grande marque avec des bijoux et du maquillage. Mais il y a quelque chose de très émouvant (pour un incroyant) dans ces arrangements avec la religion.
    La photo c’est la transgression d’un interdit fondamental, la reproduction du vivant, et c’est l’impudeur par excellence, impudeur de celle qui photographie comme de celle qui est photographiée.
    http://blog.dehesdin.com/2010/04/28/la-burqa-et-le-photographe/

  6. @ PCH : Oui, ce sont plutôt les femmes qui font les photos… de famille (et encore faudrait-il voir ce qu’il en est effectivement dans d’autres cultures que la nôtre, en l’occurrence dans les pays arabes). Ici, on ne sait pas trop de quel type de photo il s’agit. Et surtout, en quoi l’image d’une femme musulmane en train de photographier avec son téléphone portable signifie-t-elle quelque chose de pertinent sur les révolutions arabes ? Il n’y a aucun contenu explicitement politique dans cette illustration, simplement un geste individuel. C’est mince – sauf à supposer que Ouest France s’intéresse avant tout au changement des mœurs consécutifs au “printemps arabe”.

  7. Il me semble que la “révolution dans les pays arabes” était illustrée dès ses débuts aussi par des femmes (ici : http://culturevisuelle.org/icones/1338 ) et que l’accroche proposée ici est, à ce titre, dans le même droit fil. A n’en pas douter, le fait de prendre une photo est un jeu d’enfant ( et donc de femme, puisque ce sont elles qui les font – aussi- et que cette possibilité qui leur est offerte -par qui ? réponse chez Terrence Malick…? – vaut bien “le plafond de verre” qui leur vaut des salaires de 30% inférieurs à ceux de leurs homologues masculins ) (le parallèle femme/enfant est aussi à l’oeuvre, s’il me souvient, dans les débuts de Mary Pickford) (voilà que je ressors le “cours” d’André Gunthert…)(une référence qui en vaut bien d’autres, en même temps)

Répondre à PCH Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.