Relooker les otages

Avant

Maintenant

Pendant des mois, nous avons été habitués à la diffusion des deux mêmes portraits photographiques des journalistes de FR3 otages en Afghanistan. Comme toujours en pareil cas, ces portraits ont été affichés dans quantité de lieux publics pour raviver la mémoire de la population et éviter qu’on ne les oublie à mesure que le temps s’étirait démesurément.

Or, voici que depuis quelques jours, France 3 nous propose deux nouvelles photos au style radicalement différent. Autant les premières s’apparentaient à de simples portraits d’identité, de qualité médiocre, montrant deux hommes sans expression (comme il sied désormais pour les photos de passeport), autant les nouveaux visuels leur donnent un air d’acteurs de cinéma : les images sont nettes, contrastées, détourées sur un fond bleu profond (un horizon sans nuage ?) ; ils ont l’air souriant, un peu baroudeurs, comme si rien ne pouvait les atteindre : on dirait des super-héros plutôt que des otages.

Pourquoi ce subit changement de look1 ? Est-ce parce que, dans la logique du renouvellement permanent qui anime le train de vie des médias, un visuel est usé, donc sans plus aucun effet, après près de deux ans d’utilisation ? Malgré le caractère dramatique de leur situation, le jingle quotidien sur les otages serait tout de même un produit médiatique. Ou bien est-ce pour introduire l’espoir d’une issue prochaine dans cette prise d’otage interminable ?

  1. Ce n’est d’ailleurs pas le premier : n’oublions pas que pendant les premiers mois de leur captivité, les autorités françaises avaient interdit la diffusion de l’identité des otages. Aucune photo n’était alors permise. Voir mon premier billet : Figures de la disparition []

6 réflexions sur « Relooker les otages »

  1. On imagine bien que france tv doit s activer par ailleurs pour hater leur liberation mais, la repetition aidant et l evenement cedant a l habituel (sinon deja l habitude), ces portraits et ce decompte repete chaque soir sont ils vraiment efficaces contre. L indifference commune ? Par ailleurs, ces otages semblent ne pas avoir la meme aura que Florence Aubenas en un autre temps. Une maniere differente peut etre de « mettre en recit » cette epreuve… ?

  2. @ Erwan : Merci pour cet accent mis le nombre, car je me demandais justement ce qui avait déclenché ce changement de visuel. Le cap des 500 jours, probablement.
    @ PCH : C’est vrai que j’ai ressenti une gêne devant cette nouvelle formule médiatique. Autant on accepte de voir partout le portrait des otages parce qu’on sait que c’est pour la bonne cause, qu’ils sont les derniers à vouloir en tirer gloire, autant cette nouvelle mise en forme accrocheuse dévie de la nécessité pour entrer dans une forme de rentabilisation médiatique qui me paraît assez choquante.

  3. N’y a-t-il pas là quelque chose de l’ignoble de la communication de nos jours, en ce qu’elle a de plus frelaté, de plus abjecte lorsqu’elle se sert de nouveaux visuels pour ces gens emprisonnés, lorsqu’elle habille de gros chiffres comme lorsqu’il s’agit de rabais et de soldes ? Faire du neuf avec du vieux… Comme s’ils changeaient de marque (voir véolia, safran et consorts : une politique de la nouveauté à tout prix) (beurk).Le malaise, non … ?

  4. « (…) on dirait des super-héros plutôt que des otages. »

    C’est assez juste. En tout cas, j’ai l’impression qu’ils sont présentés comme deux aventuriers qui chercheraient à battre un record en tandem alors qu’au contraire, tout ce qu’on leur souhaite, c’est évidemment d’en finir au plus vite avec cette détention.

    Un autre changement important à souligner, me semble-t-il, est précisément l’augmentation de la prégnance du nombre de jours de détention (au moins un truc qui change tous les jours ?), laquelle fait bien maladroitement basculer cet insert de fin de journal dans le registre de la compétition, du défi à relever. On se surprendrait presque à souhaiter que ça dure, qu’ils arrivent à un (encore plus) impressionnant 1000e jour… Et le chiffre de compter au moins autant sinon davantage que ceux qui l’atteignent.

    Je crois que le changement remonte à très peu de temps après le passage du cap des 500 jours, ce qui tend là encore à démontrer ce primat du chiffre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.