Innovations/Obsolescence

En écoutant les photographes professionnels parler de leur expérience du métier avant et depuis le passage au numérique, je suis frappé par le nombre d’innovations qui ont été tentées avant l’arrivée du numérique, dont l’objectif était de rendre possibles ou de faciliter,certaines des opérations techniques devenues aujourd’hui tout à fait courantes et simples avec les outils numériques. Innovations lourdes et coûteuses, dont l’obsolescence a été radicale à partir de l’arrivée des ordinateurs et des logiciels dédiés. Mais, du coup, on comprend mieux la redoutable efficacité de ces nouveaux outils qui ont repris l’esprit, sinon la méthodologie, de ces essais antérieurs.

En voici quelques-uns, cités par les photographes que nous avons rencontrés récemment :

Les premiers scanners :

En 1972, une imprimerie nantaise a acheté le premier scanner en France, qui, à partir d’un ekta, sortait les films de séparation offset (CyMJN : cyan, magenta, jaune et noir) nécessaires pour l’impression des images. De la marque anglaise Crosfield (une centaine tout au plus avaient déjà été vendus dans le monde). « Le mot ‘numérique’, je l’ai entendu à ce moment-là », signale ce photographe qui travaillait alors dans cette imprimerie. Jusque là, les quatre films de séparation étaient faits à l’agrandisseur, en combinant une trame et un filtre de couleur. « C’était un boulot de titan, parce que la moindre ‘sélection’ [le terme est resté], ça durait 3-4, oui 5 heures de travail pour une photo. Alors que là, le scanner vous sortait vos quatre films en une demi-heure. » Inconvénient : les premiers scanners n’avaient pas de mémoire. Si quelque chose n’allait pas, il fallait tout recommencer.
L’arrivée de cette machine a modifié la hiérarchie des professions au sein de l’entreprise : « Scannériste : c’était une profession ! Les mecs, c’était costume-cravate, des salaires… (rire). » Il y en avait deux dans cette imprimerie. Ils étaient allés faire un stage en Angleterre. Tandis que les conducteurs offset qui travaillaient sur les machines « étaient en bleu, toujours les mains pleines d’encre et tout, même la gueule pleine d’encre, parce que ça giclait un peu. Nous les photographes, on avait des gueules d’artistes, mais les deux scannéristes, eux, c’était costard-cravate. Parce que c’était un métier quand même très propre. »

Aujourd’hui, les grands laboratoires professionnels possèdent un  imageur Durst Lambda qui « permet, à partir d’un fichier numérique, d’obtenir un tirage argentique. C’est un laser qui se balade sur le papier et après le papier passe dans tous les bains traditionnels. Donc, c’est argentique-numérique-argentique.» (photographe artiste)

Montage photo :

En 1981, le premier photographe cité, installé à son compte depuis plusieurs années, s’est associé avec deux Parisiens qui avaient monté un labo photo pour ne faire que du montage photo, conçu comme le « trait d’union entre le photographe et le photograveur ».

C’était dans l’air du temps puisque un grand studio parisien lui aussi s’est lourdement équipé pour occuper le même créneau : « D’après mes souvenirs, cela ne se faisait pas sous Mac, mais à l’aide d’une grosse station de travail informatique qui devait être spécialement conçue pour cette tâche. La machine était de taille importante et une pièce lui était spécialement dédiée1

Voir les précisions techniques données par Valentina Grossi et et le lien fourni par Patrick Pecatte.

Prise de vue assistée par ordinateur :

En 1991, un photographe de publicité que j’ai rencontré s’est mis à utiliser une chambre argentique, la Sinar-E, assistée par un ordinateur permettant de gérer les différentes options de réglage possibles pour une prise de vue donnée. Pratique devenue tout à fait commune aujourd’hui avec l’interface dos numérique-ordinateur.

Impression numérique :

Ce photographe d’illustration qui travaillait alors dans une agence de création graphique raconte que, dans un salon consacré à la bureautique, ils sont tombés un jour en arrêt devant une machine qui dessinait automatiquement des cercles, « un truc genre IBM 792-17… Il fallait 6 mois de formation – mon patron a failli me payer une formation ! On a vu la machine : il y avait du papier, une sorte de bras qui choisissait la couleur du crayon, et puis… On a dit : ‘Nom de Dieu, c’est le truc qu’on devrait acheter.’ Ça coûtait… je ne sais pas : 100 briques. Un prix infernal. (…) Le temps [que ce type de machine fasse son chemin], pan ! Qu’est-ce qui arrive ? Le petit Mac Intosh, tout petit. Ça, c’était en 1986.»
Assez rapidement, ils ont acheté les premières imprimantes « qui faisaient des cercles avec des escaliers monstrueux (rire) ! Ce qui ne nous empêchait pas d’aller sur le banc repro et de les photographier en réduction pour éviter le crénelage. C’est comme ça que l’informatique est arrivée ici.»

En 1993, cet autre photographe artiste a expérimenté les premières machines IRIS chez Ilford, dans leur labo de démonstration de Champs-sur-Marne. « C’était assez laborieux, mais c’était assez étonnant » : micro-pulvérisation d’encre sur des papiers de conservation. Lui apportait des papiers non prévus par le fabricant, comme des aquarelles d’Arche satinées. « J’obtenais des résultats assez intéressants. » IRIS avait été mis au point par l’armée américaine pour réaliser des cartes aériennes très précises. Le procédé était long et pas toujours fiable. Cette nouvelle technologie a servi également chez les imprimeurs, « comme système d’épreuvage ». Elle a disparu : hors de prix, pas concurrentielle, trop lente.

Il y a eu certainement d’autres essais de ce genre, aussi incommodes qu’éphémères. Ils révèlent que la chaîne graphique a tenté à de nombreuses reprises d’améliorer les procédés, d’augmenter la productivité, bien avant l’arrivée du numérique. Qui, arrivant après ces multiples essais, en a engrangé les réussites et les a démultipliés dans le cadre d’une matrice technologique unique.

En complément : écouter cette interview de Bernard Perrine, enregistrée en janvier 2008.

  1. Christophe D., dans son commentaire à mon billet Chronologie. []

2 réflexions sur « Innovations/Obsolescence »

  1. « Prise de vue assistée par ordinateur :
    En 1991, un photographe de publicité que j’ai rencontré s’est mis à utiliser une chambre argentique, la Sinar-E, assistée par un ordinateur permettant de gérer les différentes options de réglage possibles pour une prise de vue donnée. Pratique devenue tout à fait commune aujourd’hui avec l’interface dos numérique-ordinateur. »
    Sylvain, je vais chercher si j’ai conservé la documentation commerciale de la Sina-E. Parler d’une chambre « assistée par un ordinateur » me semble un excès de langage caractéristique de l’époque. Un peu comme à l’époque on qualifiait de logiciels « intelligents » des bases de données alimentées par les utilisateurs, parce qu’elles devenaient plus performantes au fur et à mesure que les utilisateurs les renseignaient. La Sinar-E reste dans mon esprit un éléphant blanc, même pour un secteur économique encore en pleine forme, qui est dans la continuité de Sinar, mais dont l’utilité restait à démontrer. Sinar a introduit les réglages micrométriques sur les chambres grand format pour permettre de réaliser bascules et décentrements avec une extrême précision. C’était un vraie progrès du domaine de l’horlogerie (Sinar est Suisse). La Sinar-E, c’était un moyen d’être encore plus précis avec des commandes numériques hors de prix. Est-ce que cet « encore plus précis » avait du sens en terme de résultat (qualité) ou de coût de production (productivité), j’en doute. C’est sans doute par contre significatif des moyens financiers dont disposaient alors certains des clients de Sinar.

  2. L’histoire de la photographie vu à travers le prisme du propre…

    Beaucoup est déjà dit, sinon tout, dans lez 1er témoignage, à propos des cols bleus et des cols blancs, comme de la photographie vieillissante et du numérique naissant.

    (à propos de l’avènement du numérique, voir aussi un texte de jeff Wall à propos de « l’assèchement » de la photographie dû au retrait de l’eau dans le processus photochimique.

    c’est dans : Jeff Wall: essais et entretiens , 1984-2001, Paris: Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 2001.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.